Etienne Chouard examine la manipulation du langage auquel nous sommes soumis aujourd’hui. La « novlangue » nous entoure !


Étienne Chouard : les abus de langage et la… par cinequaprod

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

3 commentaires

  1. Je ne vais pas faire une démonstration sur la novlangue, mais parler de l’originel de la novlangue. Que vous soyez croyant ou pas, je dois vous dire que dès le début, l’homme a succombé aux faux langages à la séduction en Éden, les paroles mensongères firent écho dans leur intérieur comme le font aujourd’hui dans tous ces discours politiques. Les armes utilisées sont les mêmes, les fausses vérités, les fausses promesses, les paroles de séduction, fourbes, tordues, qui tendent un piège à tous ceux qui n’en prennent pas garde. Le monde d’aujourd’hui est le même qu’hier. Si l’homme ne veut pas reconnaître ses fautes, son égarement devant Dieu(pas une religion qui ne sert à rien) mais un profond renoncement pour une vraie vie honnête, les choses ne changeront jamais, mais elles empireront.

  2. pamino says:

    « Les armes utilisées sont les mêmes […]. »
    Elles sont pareilles. Mais une fois la population scolarisée, il a fallu s’attaquer à la grammaire, premier des sept arts libéraux enseignés dans les universités du Moyen Âge. Il a fallu au diable s’y attaquer en tant que véhicule de scolarisation. Et il s’y attaque en alléguant que c’est ce qu’on dit qui est important, pas comment on le dit. Il allègue cela très haut pour distraire (dans l’espoir de l’effacer de la mémoire de ses auditeurs) d’un fait simple connu de tout bébé, de tout étranger, etc., c’est-à-dire : pour s’exprimer de façon efficace, il faut avoir appris la grammaire. Les instruments du diable en la matière sont ceux qui en toute conscience de cause se servent de leurs connaissances grammaticales pour détruire la grammaire.

  3. Elieja says:

    D’où l’importance d’appelé un chat un chat et un enculé, un enculé.
    Mais il y a également le silence. Il y a des silences qui disent plus que les mots. Aujourd’hui les moutons se taisent, ils s’auto-censurent, s’auto-formatent, s’auto-aliènent.
    Ouf, je respire un peu sur MPI.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com