On peut se poser la question. Plus de 40.000 lycéens ont décidé de s’adresser directement au ministère français de l’Education nationale en signant une pétition demandant l’arrêt du « carnage » après un examen de maths jugé « trop dur »« Après la physique et l’anglais c’est à présent au tour des maths d’être ultra-dure, si ça continue les résultats vont être inférieurs a 50% de réussite », soulignent dans leur texte truffé de fautes d’orthographe ces élèves, soumis cette semaine à des épreuves du baccalauréat scientifique (bac S).  Le niveau a-t-il encore baissé ? Les candidats croient-ils que le BAC doit être donné ? En tout cas, le BAC semble plus que jamais menacé d’une disparition ou d’une refondation.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

4 commentaires

  1. la Mésange says:

    Je suis prof de physique dans le supérieur. De plus je donne depuis environ 18 ans des cours particuliers de math ou physique aux élèves de lycée.

    Le niveau de la terminale scientifique actuelle est à peu près l’équivalent du niveau de la seconde générale de mon époque (1987), voire de la 3ème.
    De plus, les notes du bac sont tellement manipulées que pour savoir quelle note un élève aura au bac, il suffit d’ajouter 4 points à sa moyenne de l’année dans la matière. Ainsi, un élève qui a eu 8 de moyenne en contrôle continu en math, peut s’attendre à avoir au moins 12 à l’épreuve du bac.

    A l’arrivée en prépa, les élèves de terminale S (sauf une toute petite élite, disons 5%) ne savent rien. Pire, ils sont incapables de construire un raisonnement. Ils sont incapables de la moindre déduction logique, et de la moindre initiative de recherche face à un exercice qu’ils n’ont pas vu exactement à l’identique auparavant.

    Tout ceci a été voulu et programmé. C’est la ‘mort de l’intelligence’ décrite par Marcel de Corte dans son ouvrage éponyme. Nous y sommes.

  2. champar says:

    Il faut rétablir le bac qui existait autrefois en fin de première, donné très facilement à tous ceux qui auront terminé leur scolarité, et mettre un véritable examen l’année suivante permettant l’entrée en faculté présidé par un professeur d’université comme c’était le cas autrefois cela désengorgerait la première année des facultés et ferait gagner un an et de l’argent à tout le monde.
    Il faudrait de plus encourager les filières professionnelles pratiques pour ceux qui ne souhaitent pas faire des études théoriques, ceux qui les suivent gagnent le plus souvent mieux leur vie que ceux que l’on oblige à suivre des filières théoriques longues sans motivation.

  3. Patrick says:

    Et pourquoi pas un Bac à l’ancienneté, et une cellule psychologique pour les recalés ? Les valeurs, normes, comportements etc. … sont dévaluées, voire massacrées. Cela ferait presque penser à Rome …… avant sa chute !

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com