Mardi après-midi, des militantes du mouvement FEMEN ont mené une action à l’Assemblée nationale du Québec. Selon leur mode opératoire habituel, les militantes FEMEN se sont dénudées. Elles réclamaient le retrait du crucifix qui surmonte l’honorable assemblée depuis 1936. Cette action antichrétienne entre dans la stratégie de communication de ce mouvement dont la branche québécoise était inconnue. Depuis mardi soir, FEMEN est connu à travers tout le Canada et fait son apparition sur les plateaux de télévision. Le scandale est bon pour l’audimat; la formule est connue…

Xenia Chernyshova, Stéphanie Sunart et Julie-Anne Beaulac, les trois exhibitionnistes de mardi, ont acquis une notoriété. Cependant, une quatrième militante FEMEN pourrait bénéficier d’une plus grande attention médiatique au Québec. Morgane Mary-Pouliot, étudiante de 19 ans, est la petite-fille de Claire Bonenfant, présidente de 1978 à 1984 du Conseil du statut de la femme et ancienne vice-présidente de la Fédération des femmes du Québec. Cet héritage « féministe » avait déjà conduit la jeune Morgane à poser seins nus il y a une semaine devant la statue de Maurice Duplessis qui avait fait installer ce crucifix à l’Assemblée nationale.

Mais qu’aurait pensé la grand-mère de Morgane du féminisme des FEMEN ? Lors de la Mostra de Venise, l’Australienne Kitty Green a présenté le documentaire qu’elle a réalisé, intitulé « L’Ukraine n’est pas un bordel » et consacré au mouvement FEMEN. Kitty Green a insisté sur le rôle de Victor Svyatski, l’homme de l’ombre de ce mouvement. « Il est allé chercher les plus jolies filles parce qu’elles font vendre du papier. Les plus jolies filles ont droit à la première page. C’est devenu leur manière de faire pour vendre la marque », a expliqué Kitty Green qui a suivi les FEMEN pendant plus d’un an, entre 2011 et 2012. Elle a été surprise de découvrir ce Victor. « Une fois que j’étais dans le cercle intime, je ne pouvais pas ne pas le connaître. Il est Femen, c’est son mouvement. Pourtant, l’homme est horrible avec les filles. Il leur crie dessus et les traite de salopes. »

Vous avez dit féminisme ? Non, simplement de l’antichristianisme qui cherchait le meilleur angle médiatique pour diffuser sa bile…

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

2 commentaires

  1. Halte au viol des consciences

    Je me permets de vous soumettre cette petite réflexion .

    Nous ne pouvons nous pas ne pas saisir cette occasion pour dénoncer le viol des consciences qui a lieu en permanence par cette exacerbation du sex appeal dans nos sociétés dites libres , en fait libertines ?

    Si la nudité est interdite en public dans la plupart des sociétés développées, que dire alors des tenues légères bien plus torrides que la nudité , de provocation ou de fait ,où les formes physiques sont mises en valeur systématiquement par de nombreuses femmes dès lors que ces formes sont avantageuses .

    Certaines femmes n’’hésitent plus à incarner l’’apparence de proies ,de lolitas même passé un certain âge et ce sous l’impulsion des faiseurs de mode , publicistes , cinéastes , couturiers ,toutes catégories dont la créativité ne consiste pas à améliorer le quotidien des gens ou à découvrir de nouvelles molécules de guérison par exemple

    Mais à renforcer des tendances à l’’esthétisme , à la sexualité débridée ,au delà de toutes catégories de Bien et de Mal et ce pour gagner du fric en …..s’’amusant au passage .

    Avec le silence complice des autorités politiques ,morales ou culturelles, ainsi des femmes s’’accoutrent, se déguisent afin de trouver les hommes , à leurs yeux intéressants , hommes riches ou de pouvoir , bref en vue et qu’elles recherchent .

    Ces « petites commerçantes » sont responsables des viols et violences sexistes qui RETOMBERONT SUR DES INNOCENTES qui se trouveront sur le chemin de prédateurs .

    Tout cela n’est il pas bien pervers ?

    Je ne dis pas qu’’il faudrait cacher les femmes ou qui que ce soit .

    Mais désormais , nous atteignons des sommets de provocation publique , de viol permanent des consciences , avec l’’interdit d’’interdire néo soixante huitard et des phénomènes de suivisme et de contagion,

    Sans être ni bigot, ni cagot, mais plutôt bon vivant ( mais non hédoniste ) je suis dégoûté , ici dans le midi par exemple, par cet étalage de… viande qui finit par paraître faisandée tant la vulgarité y est centrale et en constitue l’’aspect majeur.

  2. Je suis bien d’accord avec vous, la vulgarité est partout et nous étouffe, en plus, toute notre société la justifie par tout les moyens, normal car elle en est issue.
    Mais ne soyez pas féminisé mon ami, vous faites une lourde erreur en inversant les victimes du viol. Ce n’est pas sur des innocentes que cela retombe mais plutôt sur des innocents, au moins ignorants et faibles qui n’arrivent pas à surmonter leur concupiscence. Car c’est bien eux qui sont excités, agressés de cette manière, les Hommes, s’ils cèdent, ils pourraient perdre leur Âme, inconscients, ils fauteraient gravement. Cependant, qui est la cause de ceci, le seul responsable, qui faute bien plus car souillant non seulement son Âme (impureté) mais causant la perte des autres, c’est bien la femme, que l’on présente comme victime mais elles ne sont que des perverses, pour la plupart même, ignorant en apparence leur vulgarité.
    Vous parlez de la mode et des tenues, mais nous pouvons tout résumer avec le jean. Oui toutes portent le jean (si ce n’est pire), pantalon moulant. Cela représente bien tout le féminisme du Démon, l’impureté, la vulgarité, et l’orgueil, de se vouloir égal (mais en fait supérieur) à son Maître.
    Vous n’osez pas le dire, eh bien je le fais à votre place, une femme n’a rien à faire en dehors de sa Maison sans son Homme, Mari, Père ou Tuteur, sauf cas d’exception, par exemple faire la volonté de son Chef. Cela règle le problème, les véritables innocentes n’ont rien à craindre, tant qu’elles ne se révoltent pas contre Dieu, leur Nature, et les Hommes. Nous par contre nous sommes assaillis de toutes parts, et si l’on avait pas Dieu en notre Cœur, nous ne pourrions y résister longtemps.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com