Pas facile après cette Saint-Sylvestre si dramatique pour les femmes à Cologne, Hambourg, Munich, et autres villes ouvertes d’Allemagnes, d’être féministe et immigrationniste simultanément.

La présidente de la Chambre italienne, Laura Boldrini, égérie du politiquement correct en Italie, a bien essayé d’effectuer cet exercice périlleux mais elle n’en est pas sortie indemne ! Féministe acharnée pour les droits des femmes au point qu’elle a de l’urticaire si on l’appelle « le Président », immigrationniste forcenée qui, en octobre, s’émerveillait en des termes élogieux des portes grandes ouvertes aux migrants par la ville de Cologne « où l’accueil et la clairvoyance sont vainqueurs », elle s’est retrouvée devant un dilemme existentiel grave face aux violences faites aux femmes en Allemagne par ses protégés immigrés.

Muette pendant une semaine, elle a fini par lâcher, le 7 janvier  : « Les personnes qui se sont permises ces gestes qui manquaient de respect parfois violents doivent en répondre devant la justice. »

Aucune référence à la provenance ethnique des agresseurs et banalisation des viols, des attouchements, des agressions sexuelles, des vols, qui deviennent de simples « gestes manquant de respect ».  Pas plus grave en somme qu’un enfant qui ne dit pas bonjour et bonsoir, quoi !

Il va s’en dire que cette déclaration minimaliste, et pour ne pas dire imbécile par sa mollesse si l’on considère la gravité des faits advenus en Allemagne, a déchaîné une polémique en Italie. Madame le Président de la chambre a bien du revoir sa copie, hier en fin d’après-midi, et parler de « violences, harcèlements et humiliations physiques et verbales. »  Elle s’est bien gardée pourtant d’évoquer des immigrés qui ont perpétré ces faits ignobles.  Pas possible semble-t-il de regarder la vérité en face : c’est tout son monde idéologique du vivre-ensemble fait d’illusions et de tromperies qui s’effondrerait alors !

Aussi, tant pis pour les femmes qui sont marqués à vie par ce qu’elles viennent de vivre, tant pis pour les futures qui subiront ce triste sort car ces vagues migratoires ne semblent pas devoir s’arrêter avec de tels politiques, l’idéologie immigrationniste doit rester sauve, coûte que coûte, quel qu’en soit le prix à payer, même si c’est celui du féminisme le plus dur !

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

13 commentaires

  1. Quels sanctions pour ces chiens en rut dans les rues d’Allemagne, de Suisse, d’Autriche, et de Finlande ?

  2. « Pas possible semble-t-il de regarder la vérité en face : c’est tout son monde idéologique du vivre-ensemble fait d’illusions et de tromperies qui s’effondrerait alors ! »

    Si elle regardait la réalité en face, elle deviendrait folle.

    Rappelez-vous l’histoire « Viens, Enfant-Jésus! », relatée dans « Les voleurs de Dieu » de Maria Winowska :
    Dans une école, en Hongrie, une institutrice communiste, Mle Gertrude, qui ne croyez pas en Dieu, invente un jeu qui se retourna contre elle. Elle veut prouver, juste avant Noël, que les gens vivants répondent quand on les appelle, mais pas l’Enfant-Jésus, donc c’est qu’il n’existe pas.
    Elle dit alors aux enfants :  » Si l’Enfant-Jésus existe, il entendra votre appel. Criez donc, toutes ensemble, bien fort : « Viens, Enfant-Jésus! » Un deux trois, toutes ensemble ! »
    Les enfants ont crié et l’Enfant-Jésus est venu. L’institutrice a poussé un cri « à renverser les murs ». Mais butée comme elle l’était, Mle Gertrude ne s’est pas convertie. Au contraire, elle a dû être mise dans un asile, ne cessant de hurler : « Il est venu, il est venu ! »

    Quand on est buté, y’a rien à faire, on est buté…

  3. gillic says:

    L’ idéal,pour que ces féministes ouvrent enfin les yeux, serait que ces hordes sauvages du mieux vivre ensemble s’en prennent physiquement à elles et à leurs proches jusqu’à plus …..soif !!!!

    • Bravo Monsieur Gillic! C’est la solution plutôt que de s’attaquer à des femmes et des filles qui veulent vivre dans le calme et la tranquillité je souhaite ardemment que ces pourries subissent le même sort
      mais comme elles sont dans une tour d’ivoire, dans des quartiers riches elles ne risquent rien c’est pour cela qu’elles sortent de telles âneries.

  4. Eddy K says:

    Qui peu croire que ce soit spontané ? Le même mode opératoire d’agressions sexuelles commis en bandes (voire en hordes) la même nuit, par des « migrants » ayant les mêmes origines (et munis pour la plupart de téléphones portables), profitant de la même complaisance sans limite des politiciens coupables jusqu’à empêcher la police d’agir…

    Contre qui faut-il en tout premier déposer plainte ? Les agresseurs profitant de cette complaisance, ou ceux qui ont permis ces agressions ?

    • Aujourd’hui, quasiment tout est permis par les Etats païens et laïcs.
      Mais ce n’est pas parce que c’est permis qu’il faut passer à l’action…
      Donc plainte contre les agresseurs, même si la faute est plus haute.

    • Raiford says:

      Spontanés ces rassemblements ?

      Au bout de quelques jours, ce n’est pas ce que disent les services de police.

      Personnellement, je pense qu’il s’agit d’une nouvelle forme d’INTIFADA, qui est appelé à se généraliser en Europe.

      • Vieux Jo says:

        Bien d’accord. Il s’agit de maintenir les peuples blancs sous la terreur. La soumission de la femme d’abord par les violences sexuelles bien organisées partout en Europe, viendra celle des hommes en les égorgeant.

        C’est la façon la plus radicale pour ces barbares : on a fait rentrer massivement mais progressivement toutes ces clandestins jeunes et vigoureux, on les a dispersés dans tous les pays d’Europe, bien partout dans surtout dans les grandes et moyennes villes, ils se sont tenus relativement tranquilles bien qu’exigeants sur des pseudo-droits et certains agissant jusqu’à présent isolément. Ils se sont soulevés tous ensemble le même soir et on voudrait nous faire croire que c’est fortuit ?

        Mais qui est vraiment derrière cette guerre invasive organisée minutieusement ?

        Si vous ne l’avez pas lu, cherchez « Le protocole de Toronto », après « Les protocoles de Sion » vous serez vite édifiés.

  5. tirebouchon says:

    Il faut l’envoyer en petite culotte et seins nus, façon Femens, soit dans le camp d’immigrants clandestins de Lampédusa, à la jungle de Calais…Ou encore mieux chez les Talibans !

  6. Boutté says:

    L’ A.F.P. a fait encore mieux en amalgamant ces atteintes à la dignité de la femme à des actes de l’extrême droite !

  7. Qu’on leur coupe les couilles ! Dans l’Islam on est censé couper la main au voleur, alors…

  8. « Il va s’en dire » que tous les réfugiés de Cologne ne sont pas des violeurs, attoucheurs ou voleurs. Vendredi, jour saint musulman, il y a eu une manifestation paisible de plusieurs centaines de Syriens aux alentours de la gare principale, exactement là où se sont déroulés les outrages de la Saint-Sylvestre, pour dénoncer le comportement animal de leurs co-réfugiés et de protester, pour la plupart dans un anglais impeccable, qu’un tel comportement est diamétralement opposé au style de vie des Syriens. Moi, je le leur crois.

    • tirebouchon says:

       » Moi, je le leur crois. » Pas trés français ce « je leur crois »… Qu’en pensez vous ? J’en profite pour dire que certains, dans votre genre, voient la paille dans l’oeil des autres mais non la poutre qu’ils ont dans le leur ! La preuve en est faite ! Mais dites vous bien que cela n’est pas grâve, ce sont le sujet et le débat qui doivent prédominer. Le vrai débat est: fallait-il laisser rentrer autant de musulmans en Europe quand on sait, par les services spéciaux, de tous les pays occidentaux, qu’ entre 15 et 25 % d’entre eux sont des extrémistes ? La réponse est non même si une majorité, aujourd’hui, parlent parfaitement l’anglais et qu’un tel comportement est diamétralement opposé au style de vie des Syriens….Qui fout le bordel en Syrie depuis le début sinon des Syrien ? Qui sont les terroristes d’Al Nosra sinon des Syriens… Le front Al Nosra qui à soutenu les Atttentats de Paris et dont Fabius avez dit qu’il faisait du bon boulot en Syrie contre Bachar….N’utiliseriez vous pas la Taqqya chère à vos corrélégionnaires musulmans ? Le masque serait-il tombé ? Aussi facilement ?

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com