C’est une mort lente, lente mais semble-t-il inexorable pour le candidat des Républicains, François Fillon, qui a annoncé avoir reçu une convocation préalable à une éventuelle mise en examen. Il devra s’expliquer sur l’emploi supposé fictif de sa femme Pénélope.

Il se rendra devant les juges d’instruction le 15 mars prochain soit 2 jours avant la date limite d’envoi des parrainages par les élus qui est fixée au vendredi 17 mars 2017 à 18h. Cette deux échéances si proches ont de quoi laisser rêveur sur la soi-disant indépendance de la justice par rapport au pouvoir en place dans cette affaire Fillon, de même que dans celle concernant Marine Le Pen. Coïncidences ? Ou plus raisonnablement volonté de privilégier les candidats de gauche qui apparaissent comme les proprets de la présidentielle ?

Quoiqu’il en soit des accointances entre législatif et exécutif, François Fillon se retrouve plombé, et risque bien de ne pas pouvoir garder la tête hors de l’eau. Ses amis, pseudo-amis, ennemis cachés ou déclarés, le quittent, l’abandonnent, le dégomment, les uns après les autres. Les défections se multiplient dans le camp Fillon. Le bateau coule et les rats quittent le navire !

A laisser l’équipe, beaucoup d’élus de second plan mais aussi des lieutenants du parti : le trésorier Gilles Boyer, le député Arnaud Boyer qui a lancé un appel des maires à Fillon pour qu’il se retire de la campagne  : «Plus qu’un homicide politique, c’est un suicide collectif. » a-t-il clamé. Une initiative qu’ont rallié de nombreux soutiens de Alain Juppé ou de Nicoals Sarkozy qui y voient là une façon de venger l’éviction de leur poulain respectif.

Le problème est que parmi ses frondeurs, il n’y a pas d’accord sur un plan B : Juppé ou Sarkozy ?

L’entourage d’Alain Juppé a fait savoir que celui-ci « ne se défilera pas » si Fillon devait finalement se retirer. Et là apparaît toute la tartufferie de ces moralisateurs au sein de la droite molle. Eux qui sont les premiers à taper hypocritement sur Fillon pour le discréditer ont oublié avec grande facilité que le maire de Bordeaux a été condamné en 2004 par la justice à 14 mois de prison avec sursis et à un an d’inéligibilité pour prise illégale d’intérêts dans le cadre de l’affaire des… emplois fictifs de la mairie de Paris !

Quand aux militants sarkozystes, leur champion n’a guère de leçon à donner en matière de probité politique !

Dans cette affaire Fillon surgie à point nommé on peut se demander à qui profite le crime ? Pas qu’à la gauche…

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

6 commentaires

  1. blague-à-part says:

    C’est un coup d’Etat médiatico-judiciaire, diligenté de l’Elysée avec l’accointance des élus LR qui craignent de voir partir leur réélection et qui préfèrent voir Macron remporter les élections plutôt que Marine Le Pen. Un calcul qui risque de retomber sur le nez de Hollande et de son héritier Macron et sur Les Républicains eux-mêmes. Mais pour le moment la propagande Macron qui a l’appui de Drahi qui lui doit tant, jouit d’une propagande éhontée, tandis que Fillon, peu importe ses mérites, est lynché à longueur d’antenne. C’est un coup monté de Hollande pour promouvoir Macron. Mais il ne faut pas croire tout ce qui se dit dans les gros médias.

  2. Daniel PIGNARD says:

    Je viens de m’apercevoir en allant sur le lien ci-dessous que le titre XVII de la Constitution de 1958 est marqué « abrogé » or ce titre contient la déclaration de 1789 et le préambule de 1946 et à ma connaissance, il n’était pas abrogé en 1958 et je n’ai pas entendu dire qu’il ait été abrogé après 1958. S’il l’a toutefois été en catimini, ceci est très grave et digne d’être dénoncé par les candidats à l’élection présidentielle.
    http://www.assemblee-nationale.fr/connaissance/constitution.asp#declaration

    Voilà ce que pourrait être le combat de Fillon pour se refaire.

  3. Beauval says:

    Hélas, les français ont la mémoire courte…

  4. mouette says:

    Un peu énorme le coup ! on supprime tout simplement tout candidat autre qu’un candidat de gauche ! où est-on ? en afrique ?

    • Brassart says:

      Oui , chère Mouette , en 2 lignes vous avez tout dit !

  5. pamino says:

    Le jour du rendez-vous devant les juges d’instruction est l’anniversaire de l’assassinat de Jules-César qui disait que la Gaule entière est divisée en trois parties. Beware the Ides of March! et si j’étais le cardinal Barbarin, primat des Trois Gaules, je resterais à la maison ce jour-là.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com