Giraud

Larges extraits d’une conférence donnée par l’amiral Giraud, petit-fils du Général, au Cercle Algérianiste de Narbonne le dimanche 12 mars 2016, pour rappeler le rôle central que son grand-père a tenu pour la libération de la France durant la guerre de 1939 à 1945.
Auparavant l’amiral explique les exploits de son grand-père durant la première guerre mondiale, ses blessures, son évasion. Évasion qu’il réitèrera deux fois, de façon héroïque et avec de nombreuses complicités durant la Seconde guerre mondiale, avant d’arriver en Algérie où il rassemblera les troupes françaises. A la tête de ces troupes il libérera la Tunisie, puis la Corse et tracera un plan d’attaque contre l’Allemagne à travers l’Italie en remontant sur Berlin. Plan adopté dans un premier temps. C’est alors que se situe la querelle stratégique Giraud-de Gaulle, tous les deux à la tête de la Résistance. De Gaulle finira par éliminer Giraud du gouvernement provisoire avant de supprimer le haut-commandement français qui reviendra alors aux Américains. Le général Giraud sera alors mis à l’écart de toutes actions politiques et stratégiques. Plus tard il survivra à une tentative d’assassinat, qui le laissera très gravement blessé….

La querelle Giraud-de Gaulle marque un tournant dans la politique française dont l’influence s’étend jusqu’à nos jours.

Il semble que l’oubli du général Giraud après-guerre ait été délibérément organisé…. Pas une rue ne porte son nom en France. En Corse une avenue avait été spontanément baptisée à son nom, mais quelques mois plus tard elle a été débaptisée. (Source)

Le général Henri Giraud, 1879-1949, a été promu général d’armée en 1936, ses actions durant la Première guerre mondiale puis sur différents autres théâtres d’opérations lui ont valu une grande aura auprès de la population française. Durant la guerre de 39-45, prisonnier au cœur de l’Allemagne, il s’échappe, ce qui contrarie tout particulièrement les autorités allemandes qui mettront sa tête à prix. La grande autorité dont il jouissait lui conférait une grande influence. Son action était redoutée du commandement allemand, surtout lorsqu’il réussit à gagner l’Afrique du Nord, qui alors faisait partie de la France libre.

Le putsch du 8 novembre 1942.

400 résistants Français occupèrent, dans la nuit du 7 au 8 novembre, les points stratégiques d’Alger, et arrêtèrent les plus hauts dirigeants civils et militaires vichystes, tels que le général Juin et l’amiral Darlan. L’un de ces résistants lança de Radio-Alger un appel au nom du général Giraud incitant à la rentrée en guerre et se terminant par la phrase «Un seul but la Victoire». Celle-ci devint la devise de Giraud jusqu’à la Libération, et servit de titre à ses Mémoires.

À la suite de quoi, les régiments vichystes perdirent leur temps à reconquérir Alger contre les résistants Français, au lieu d’attaquer les forces de débarquement alliées sur les plages. Ainsi ces dernières purent-elles débarquer paisiblement, encercler Alger presque sans opposition, et obtenir la reddition de la garnison vichyste à 17h30, le même jour. (Source)

Dans un premier temps les deux généraux de deux Résistances que tout opposaient (de Gaulle et Giroud), furent coprésidents du Comité français de Libération nationale (CFLN), qui était en fait le gouvernement provisoire de la France libre, mais les deux hommes s’opposeront sur la stratégie à adopter pour la libération de la métropole…
En préface de son livre intitulé: « un seul but la victoire », est publié une recommandation du général à sa famille:
« Pour éviter toute polémique nuisible à la France, j’ai décidé que ceci ne paraîtrait qu’après ma mort.
Je me réserve cependant le droit de publier ces souvenirs, dans le cas où des attaques touchant mon honneur et celui de mes enfants se renouvelleraient comme en 1944.
Ma femme et mes enfants ont le devoir de publier, immédiatement après ma mort, ces pages, qui sont l’expression de la stricte vérité. »
H. Giraud
C’est, semble-t-il, cette tache que son petit-fils, l’amiral Hervé Giroud, poursuit à travers cette conférence:
E.D.

emiliedefresne@medias-presse.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

4 commentaires

  1. Que le Général Giraud soit un grand militaire ,je n’en doute pas un seul instant ,mais qu’on laisse sous – entendre que le Maréchal Juin était un collabo ,ça je ne l’accepte pas ,quand à Darlan qui fut assassiné ,c’était aussi un homme d’Honneur ,qui la réellement supprimé ??

    • Emilie Defresne says:

      Aucun sous-entendu. Impossible en un court article de faire un tour exhaustif de la question, cela tombe sous le sens. Il ne peut s’agir que d’une approche. Il me semble évident au contraire que tout était beaucoup plus complexe que de ranger les acteurs de la France à cette époque dans de petites cases politiquement correctes ou politiquement incorrectes, selon l’ordre moral des vainqueurs, ou selon ses propres convictions.

      Les sous-entendus n’ont aucun intérêt ce qui est intéressant c’est de comprendre ce qui a été réellement fait, (quand c’est possible), par qui, pourquoi et comment. Et tout replacer dans les différents contextes: contexte politique de la guerre, contexte politique historique: d’où venaient ces gens? quels étaient leur vécu personnel? etc.

      Le passé explique l’avenir, au plan national, comme au plan individuel. Les histoires de l’Occupation, de la Libération et de l’Épuration, sont le soubassement de la politique actuelle.

      Cet article n’a l’ambition que de donner envie à ceux qui en prennent connaissance, de creuser la question en cernant au plus prés la réalité, loin d’une histoire révisée en fonction des intérêts politiques ainsi qu’elle est enseignée en France.

      Le point-de-vue du général Giroud pour la libération de la France apporte un éclairage différent de celui de la doxa habituelle. Naturellement tout n’est pas là.
      Il est certain qu’il aurait été intéressant de comprendre qui et pourquoi le général Darlan avait été assassiné. Beaucoup de personnes ou groupes d’influence pouvaient y trouver leur compte. On peut regretter que l’enquête ait été si vite bâclée et le coupable si vite exécuté.

      • Entierement d’accord avec votre commentaire ,l’ Histoire avec un grand H ,faudra beaucoup d ‘eau encore sous le pont ,pour commencer à savoir le pourquoi du comment ,guère facile d’avaler quand même depuis 60 ans les mêmes histoires « glorieuses  » pour les gaullistes et plus que noires pour les autres

  2. Roger says:

    qu’en est-il de cette énigmatique rencontre entre Giraud, De Gaulle et le président américain à Casablanca sur l’avenir de la colonisation?

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com