Portrait de Jeanne d'Arc par Lucien-Léopold Lobin, vers 1880

Cela faisait 600 ans que les Anglais détenaient une bague qu’ils avaient volé directement ou indirectement à Jeanne d’Arc qu’ils étaient venus supplicier en France. Non contents de ne pas l’avoir rendue à la France depuis tout ce temps, ils ont en plus l’audace de vouloir la récupérer maintenant qu’enfin elle est de retour en France, après que l’association du Puy-du-Fou l’ait payée très cher aux enchères à Londres.

Nicolas de Villiers, « chargé de rapporter la sainte relique d’Angleterre » explique comment le Puy-du-Fou entend ne pas céder:

anneau de JeanneNicolas De VILLIERS – [La sommation de l’Art Council of England] est sans fondement solide, puisqu’en réalité, le règlement européen qu’invoquent nos amis Anglais pour récupérer l’anneau nous protège. Il y est précisé que l’obligation de licence d’exportation ne concerne que les biens culturels qui quittent le territoire de l’Union européenne. Entre les différents pays membres de l’UE, comme l’Angleterre et la France, ce même texte garantit au contraire la libre circulation de ces biens culturels. Les Anglais font là un détournement de procédure. Nous pourrions d’ailleurs aller plus loin en avançant un argument diplomatique de poids. D’après la Convention de l’Unesco de 1970 également invoquée par les Anglais, «sont considérés comme illicites l’exportation et le transfert de propriété forcés de biens culturels résultant directement ou indirectement de l’occupation d’un pays par une puissance étrangère.» Or l’anneau, dont il a été scientifiquement prouvé que c’est celui de Jeanne d’Arc, avait été confisqué par les Anglais pendant la Guerre de Cent ans, qui est une période d’occupation. Tous les éléments sont réunis. S’ils persistent, les Anglais vont vers un trouble diplomatique majeur.

À presque de dix jours de l’échéance imposée par les Anglais, quel est votre état d’esprit?

Nous l’attendons de pied ferme, avec une grande sérénité. Cette aventure ubuesque ne nous fait pas peur. Je suis certain que nous gagnerons, mais je ne sais ni quand, ni comment. Cet anneau est tout ce qu’il nous reste de Jeanne d’Arc. Il est absolument hors de question de le céder. Les Anglais ont intérêt à affûter leurs armes parce que nous affûtons les nôtres et sommes prêts à monter au créneau.

Comment expliquer cet acharnement des Anglais?

Les Anglais savaient très bien ce qu’ils avaient dans les mains. Leurs archives sont abondantes à ce sujet. Leur erreur a été de sous-estimer non pas la valeur de l’anneau, mais la probabilité que des Français se présentent aux enchères. Probabilité d’ailleurs très faible, puisque nous-mêmes avons eu vent très tard de ces enchères et nous ne nous sommes inscrits que 24h avant. À cause de ce manque de vigilance, ils ont vu l’anneau quitter leur territoire sans avoir eu le temps de le préempter comme trésor national. S’ils tiennent tant à le faire revenir sur leur territoire, c’est pour rectifier cet oubli. Cette obstination est délirante quand on sait que cet anneau était celui d’une héroïne française brûlée par les Anglais. J’ai de nombreux contacts en Grande-Bretagne depuis que nous y préparons un spectacle sur leur Histoire. Et d’après ces échos, les Britanniques eux-mêmes voient mal comment le gouvernement anglais pourrait aller plus loin dans cette requête sans se ridiculiser. C’est amusant de voir qu’il est fort probable que nous ramenions les Anglais à la raison, eux qui sont d’habitude si raisonnables. (…)

Cette affaire a déchaîné en France un engouement surprenant. Vous y attendiez-vous?

Très honnêtement, nous avons été les premiers surpris par l’engouement extraordinaire suscité par la récupération de cet anneau. Depuis le début de l’affaire, les manifestations de joie, les réactions vives et passionnées, souvent touchantes, nous submergent par courrier, par mail, par oral. Hier encore, dans le train, une femme s’est adressée à moi d’un ton suppliant: «S’il vous plaît, ne rendez pas l’anneau aux Anglais.» Cela nous a surpris mais c’est aisément compréhensible. Cette affaire remonte à six siècles, mais elle est chargée de symboles qui donnent une image de la grandeur nationale. Je pense que les Français ont été heureux de voir que leur pays est encore capable de panache. (…)

(Source: Le Figaro)

Lire aussi à ce sujet: Le Royaume-Uni prétend récupérer l’anneau de Jeanne d’Arc présenté en grande pompe au Puy du Fou ce dimanche – Vidéos

Emilie Defresne

emiliedefresne@medias-presse.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

70 commentaires

  1. Denis F says:

    « Jesus Maria »!
    Puisse la France, avec l’aide de Dieu,se relever grâce à Jeanne une foi encore!

  2. Rémi de Völn says:

    Salauds d’anglais,
    avec leurs grandes dents jaunes …
    Puisqu’ils veulent des biens français,
    qu’on leur envoie la racaille de la « jungle » calaisienne,
    ça les occupera!
    Cela me rappelle ce vieux toast de chevaliers français:
    « Au Roy, bon vin,
    au Pape mêmement,
    et à l’anglais, la pisse de ma jument! »

    • Lionel says:

      « Puisqu’ils veulent des biens français,
      qu’on leur envoie la racaille de la « jungle » calaisienne »

      Excellente idée, des « chances » pour l’Angleterre!!!
      ils n’ont jamais été nos amis ni à fortiori nos alliés…

  3. gigibobo says:

    Et M…. pour la reine d’Angleterre, qui nous a déclaré la guerre !!!

  4. daflon says:

    Maudits rosbifs! Qu’ils y viennent! Qu’ils se rappellent le Combat des Trente au chêne de Mi-Voie, chez nous, dans la forêt de Broceliande
    Nous les raccompagnerons jusqu’à Calais à grands coups de pieds dans le .u., jusqu’à ce qu’ils rentrent au pays de la pluie éternelle et de la bière sans mousse!

  5. pamino says:

    « Les Anglais ont intérêt à affûter leurs armes parce que nous affûtons les nôtres et sommes prêts à monter au créneau. »

    Il faut dire poliment : « Messieurs les Anglais, tirez les premiers ».

    • Lionel says:

      On ne les laisse pas tirer; on les bute directement.
      L’Angleterre a été civilisée par les français, les vrais, il va sans dire… Leur cynisme les a rendu forts.

      • Un de mes amis historien et directeur d’une école catholique hors-contrat me disait que l’Angleterre aurait dû toujours rester une province et ne jamais devenir une nation.
        Guillaume le Conquérant aurait mieux fait d’offrir après Hastings en 1066 cette province au Roi de France.
        L’avenir a donné raison car l’Angleterre a toujours considéré les rois Capétiens comme des imposteurs, des magiciens et des sorciers, considérant la guérison des écrouelles comme en relevant.

  6. Boutté says:

    Comme on dit à Saint-Malo :  » Chiens d’Anglais » !

  7. L’obstination du gouvernement anglais à exiger le retour de l’anneau de Sainte Jehanne d’Arc est la preuve irréfutable de la destinée de la mission posthume de Sainte Jehanne elle-même.
    Ce sont peut-être les prémisses du réveil de la France auquel nous assistons, car je suis convaincu que l’essentiel de la mission de Ste Jehanne d’Arc ne s’est pas encore déroulé.
    Quant aux Anglais, ils douvent abjurer leur anglicanisme criminel qui est à l’origine de toutes les révolutions à travers le monde,lesquelles se sont faites dans l’osmose judéo-maçonnique, reconnaître leurs crimes, et se convertir à la vraie religion de St Edouard le Confesseur, leur ancêtre spirituel et politique.

    • Il faut absolument écouter cette conférence témoignage:https://www.youtube.com/watch?v=EIP5XuwqEhc

      D’ailleurs l’obtention de cet anneau n’est pas sans soulever d’immenses difficultés juridiques.La conversation entre Paul Laruche et Roch de Coligny transcrite par le lien ci-dessous nous en montre ce qui se passe réellement, et ce qui risque d’arriver à Nicolas de Villiers, car il est impensable patriotiquement parlant de restituer l’anneau à l’Angleterre:
      http://www.a-c-r-f.com/documents/Honore-d-Urfe_Entretien-de-Paul-Laruche-avec-M.-Roch-de-Coligny.pdf.

      En outre consulter aussi ce lien:
      http://www.a-c-r-f.com/html/gjndpv-2016.html

      • Bardamu says:

        Certes le droit est contre la façon dont s’est faite l’acquisition, mais c’est ce même droit qui condamna La Pucelle, et il n’y a qu’un seul mot pour qualifier la démarche anglaise postérieure: UNFAIR ! Je pense que c’est sur ce point sul qu’il faut négocier avec les anglais.

      • Chouan85 says:

        Que de suffisance et de prétentions dans cette conférence !

        Lorsqu’on connaît ce qui s’est réellement passé, on ne peut qu’être atterré par de telles divagations et contre-vérités.

        Soulignons tout d’abord que Monsieur Remy, lui qui se prétend LE spécialiste de Sainte Jeanne d’Arc, n’a jamais parlé jusqu’ici de l’anneau, ni dans son livre, ni dans ses conférences ! Son livre sur Sainte Jeanne d’Arc n’est qu’un recueil de citations d’autres auteurs, de jugements personnels partiaux et d’approximations historiques.

        Monsieur Remy se pose aujourd’hui comme l’homme providentiel sans qui rien ne serait arrivé, l’homme, le seul, l’unique, par qui le « miracle » a pu être possible… alors qu’il n’a été, contrairement à ce qu’il dit, qu’un des intermédiaires entre les vendeurs, la personne qui lui a fait part de la vente et l’acheteur – le Puy du Fou – et qu’il n’a surtout été cet intermédiaire que lorsqu’il a été acculé à devoir reconnaître qu’il ne pourrait peut-être pas parvenir à acquérir l’anneau. C’est la raison pour laquelle il n’a fait transmettre l’information de la vente à Monsieur de Villiers que très tard.
        Réalisant effectivement qu’il ne parviendrait sans doute pas à acquérir l’anneau, il s’est résigné à en informer quelqu’un d’autre disposant d’un peu plus de moyens. Il s’est alors tourné vers Monsieur de Villiers en passant par Maître Trémolet de Villers. Mais sa démarche n’était pas désintéressée. Parallèlement il calculait, dans l’hypothèse où ce ne serait pas lui mais le Puy du Fou qui parviendrait à l’acquérir, comment malgré tout en tirer profit en s’attribuant tous les mérites du retour de l’anneau.

        Messieurs Trémolet de Villers et de Villiers n’ont pas été dupes. L’ego du personnage, digne d’une pièce de Molière, est palpable dès la première tirade.

        Monsieur Remy est aujourd’hui amer. Il n’avait jusque-là jamais parlé ni rien écrit sur le retour de l’anneau en France. Il aurait pu le faire. Mais il ne pouvait pas le faire sans parler de lui. Il attendait le moment opportun qu’il préparait soigneusement. Son ami Roch de Coligny fut chargé de publier discrètement un « entretien » daté du 21 mars 2016, soit le lendemain de la cérémonie au Puy du Fou sur laquelle Monsieur Remy fut très critique, et le même jour que le courrier inouï que Monsieur Remy a adressé à Monsieur de Villiers.

        Sa conférence au Puy en Velay devait être le point de départ du lancement de son opération d’autosatisfaction et de promotion personnelle. Déplorant auprès des siens de ne pas avoir eu les honneurs du Figaro et du Puy du Fou, il a fait appel à son ami Roch de Coligny chargé de l’encenser et de réparer cet affront. Mais au-delà de cette entente convenue, cet entretien apporte des précisions intéressantes et permet de discerner la supercherie du discours de Monsieur Remy. Dans cet entretien, Monsieur de Coligny indique que lui et quelques proches, dont Monsieur Remy et un « couple de français ami », continuaient à enchérir de leur côté pour acheter l’anneau !

        N’ayant pas réussi à acquérir cette relique de Sainte Jeanne d’Arc et n’ayant pas eu le retour de gloire escompté, Monsieur Remy est réduit à se faire des éloges tout seul ou à les commander à ses fidèles. Monsieur de Coligny, lui, va jusqu’à mettre en doute l’authenticité de l’anneau. L’aurait-il fait s’il avait remporté les enchères ?

        La conférence de Monsieur Remy, numéro de tartuffe de près de deux heures, masque finalement sa profonde amertume de ne pas avoir récupéré lui-même l’anneau. C’est ce qu’il voulait. C’est si flagrant dans sa conférence qu’après avoir parlé quasiment que de lui et de ses prétendus mérites, à la minute 44:05, il s’en prend tout à coup à Monsieur de Villiers qui n’a pas voulu lui faire allégeance. Monsieur Remy a voulu se servir de lui mais n’y est pas parvenu. Alors, pris d’un subit délire, il se fait menaçant. Les dents serrées, il lui annonce sa chute prochaine ainsi que celle de la France en précisant que cette conférence allait y participer !

        Vous vouliez l’anneau Monsieur Remy ?
        IT’S TOO LATE !

        • Bardamu says:

          Chouan85
          Certes, Monsieur Rémy a, comme chacun de nous, des défauts, lesquels paraissent d’autant plus voyants qu’ils sont plus exposés. Mais compte tenu de son zèle pour la Foi, même s’il fut quelquefois amer, je trouve que vous devriez vous abstenir d’attaques ad hominem et ne retenir que l’essentiel.

          • Chouan85 says:

            Bardamu
            Il n’existe pas de vrai zèle sans Charité et sans humilité. C’est ce qu’il manque à Monsieur Remy même si je reconnais qu’il a pu, par le passé, dire des choses justes.
            En répondant à Champallier qui donnait un lien de la conférence de Monsieur Remy, j’ai voulu seulement préciser les faits quelque peu déformés par ce dernier qui se permet en plus aujourd’hui de menacer Monsieur de Villiers sans qui l’anneau serait toujours entre les mains des anglais.
            Mais je n’oublie effectivement pas l’essentiel qui est le retour providentiel de l’anneau de Sainte Jeanne d’Arc sur le sol français et le combat que la famille de Villiers va devoir mener avec notre soutien et nos prières.
            Prions Sainte Jeanne d’Arc pour que ressuscite la France !

      • @ « il est impensable patriotiquement parlant de restituer l’anneau à l’Angleterre: »

        On ne restitue rien à des voleurs.

  8. Elieja says:

    Faites une petite commande de copie d’anneau aux chinois… un petit container que vous enverrez aux rosbeefs… le voilà votre anneau… quant au vrai, il est planqué quelque part en Terre française de la petite Jeanne.

  9. Sancenay says:

    Bah, le nom de Cameron n’est pas sans évoquer celui de Cambronne! En réplique à vilénie anglaise on peut également paraphraser la célèbre locution de Louis VI le Gros ( le vrai !) adressée aux Allemands : « Prout l’Anglais » !

  10. Lionel says:

    Planquez cet « anneau en déshérence » et refilez-leur un faux anneau en chocolat.
    Surtout ne cédez pas! Jeanne d’Arc au secours!

  11. MDC68 says:

    En plus il y a des historiens qui sont septiques quand à son authenticité.

    • Bardamu says:

      « historiens qui sont septiques » Comme la fosse du même nom. Qu’ils aillent se faire voir. Ce retour de l’anneau est un signe, ne nous y trompons pas.

  12. MDC68 says:

    C’est sûr… La situation va grandement s’améliorer…

    • Bardamu says:

      Vous n’en savez rien. A moins de nier toute possibilité d’intervention divine. Notre Sainte ne disait-elle pas: « les hommes d’armes combattront, et Dieu donnera la victoire »? Le retour de cet anneau n’est pas innocent.

  13. MDC68 says:

    En tout cas je ne vois pas personne se lever pour aller « bouter les Anglois » hors de France.

    Je le prends pour ce qu’il est. Un objet historique. Rien de plus, rien de moins. Et dont des historiens émettent des doutes quand à son authenticité.

    • Lisez donc la véritable histoire de Jeanne d’Arc par Mgr Debout. Il s’agit de quelqu’un qui a eu en mains et qui a étudié tous les dossiers, courriers, procès et témoignages (et ils sont fort nombreux). Il était en effet un proche du pape au Vatican et s’occupait tout spécialement du dossier de la béatification de Jeanne d’Arc. A cette époque cela n’était pas bâclé comme aujourd’hui. Il est certainement le plus grand spécialiste de la sainte. Ce que Louis-Hubert Rémy prétend avoir découvert est déjà dans tous les livres de Mgr Debout à la fin du XIXè s. et au début du XX.

      Ces lectures devraient vous ôter votre scepticisme bien tristounet. Vous ne croyez donc plus en rien qu’au matériel MDC68? je vous plains votre vie doit être bien terne. La vie et les combats de Jeanne sont parsemés de miracles, notamment la bataille de Patay qui a vengé les défaites d’Azincourt et autres batailles que la France avait perdu contre les anglais. Cette victoire extraordinaire a été qualifiée par les combattants de « miracle ». Et quand on prend connaissance du détail, l’intervention divine saute aux yeux.

      Ne soyez donc pas si sceptique, vous verrez, la vie sera plus belle! Le retour inopiné de l’Anneau de Jeanne d’Arc est assurément un signe du Ciel.

    • @ MDC68 « Et dont des historiens émettent des doutes quand à son authenticité. »

      Ah bon ? J’ai lu le contraire.

  14. MDC68 says:

    En tant que scientifique je privilégie le doute raisonnable.

    1- J’ai trouvé curieux par exemple que le musée l’Historial Jeanne d’Arc de Rouen ne prenait pas position car son comité scientifique, composé notamment d’universitaires, n’a pu certifier l’authenticité de l’anneau.

    2- Le docteur en histoire médiévale et spécialiste de Jeanne d’Arc, Olivier Bouzy, a émis des doutes sur l’authenticité de la relique.

    Si vous avez des noms de spécialistes en histoire qui ont identifiés l’anneau je suis preneur.

    • En tant que catholique je privilégie la croyance en une relique. Ainsi lorsqu’un objet est réputé authentique par la foi populaire, même si aucune preuve de son authenticité n’existe il est considéré comme objet de foi et même comme authentique relique.

      Qu’il n’y ait aucune preuve absolue scientifiquement (encore que l’Histoire est-ce une science exacte ? NON!, mais passons!) que cet anneau est bien celui de Jeanne d’Arc, ne prouve absolument pas qu’il ne le soit pas. Le doute raisonnable peut être émis en sens inverse du vôtre.

      D’autant plus que si cet objet sans aucune valeur intrinsèque, ni par sont art, ni par son métal, est réclamé par l’Angleterre au point de faire un procès pour le récupérer, je trouve que cela fait carrément pencher la balance du côté de la certitude raisonnable.

      Quant à vos scientifiques, il faudrait savoir qui ils sont et ce qu’ils valent, quelles sont leurs convictions etc… La science a bon dos.

      Fiez-vous donc plutôt à Dieu plutôt qu’à vos pseudo-scientifiques.

  15. MDC68 says:

    C’est peut être mon coté Saint Thomas, mais dans ce type d’affaire le simple fait de croire ne me suffit pas.

    N’étant pas historien, je fais confiance aux spécialistes dans leur discipline. Mr Olivier Bouzy par exemple. Je ne connaît pas ses convictions mais je sais que c’est un spécialiste reconnu.

    Et le fait que le musée de Rouen n’est pas pris part aux enchères me semble également révélateur.

    Et Timeline Auctions qui l’a vendu l’a seulement présenté que comme un anneau « associé à Jeanne d’Arc ».

    Mais si pour vous vous il suffit d’y croire alors pourquoi pas.

    • Bardamu says:

      Et pour le climat vous faites confiance aux spécialistes ? C’est un scientifique climato-réaliste qui vous parle, sans pour cela vouloir utiliser l’argument d’autorité.
      L’argumentation théologique de RS87 me convient parfaitement s’agissant de cette relique.
      En fait, le travers du scientiste est de réclamer d’une relique un niveau de preuve quasi infini, on l’a bien vu avec le Linceul de Turin. Le véritable scientifique, dans le processus de falsification, n’a besoin que d’une preuve contraire pour tenir une théorie pour fausse (cf. Richard Feynmann).
      L’histoire n’étant pas une science dure, nous devons tenir l’anneau comme authentique, le niveau de preuves directes et indirectes étant plus que suffisant.

  16. MDC68 says:

    Si vous pensez que parce qu’il suffit de croire pour rendre les choses vraies, libre à vous.
    Pour moi (et pour d’autres) Le niveau des preuves directes et indirectes est justement plutôt insuffisant.
    Et si je considère l’aspect strictement financier le gagnant pour le moment est la maison d’enchère anglaise qui a réussi à faire passer le prix de 19 000 euros à 376 833 euros.

    • @ « le gagnant pour le moment est la maison d’enchère anglaise »

      On ne gagne rien à se faire esclave de l’argent : on y perd, au contraire, son âme !

      • MDC68 says:

        Vous savez L’argent çà va çà vient…
        Mais c’est quand çà vient que çà va…

        • 🙂 En général oui, mais c’est aussi quand « ça vient » que les ennuis viennent aussi.
          L’exemple des saints (et pas seulement d’eux) montre que l’on n’est jamais plus heureux que lorsqu’on est pauvre… comme la Sainte Famille.

    • Denis F says:

      Je ne vois pas en quoi la maison Timeline Auctions est gagnante, MDC68, principalement, car le gagnant dans l’affaire est le vendeur avant tout, et l’acquéreur(ensuite), que j’aurais aidé même modestement si j’avais connu l’affaire plus tôt…
      Ensuite, croyez-vous vraiment que des enchères flambent quand l’objet de la vente est sans aucune valeur?
      Allez donc jeter un oeil sur Ebay, rien que là, pour, par exemple, une rare monnaie de Clovis, etc…
      Comme je l’ai lu, les contorsions ridicules du Royaume-Uni me confortent dans la valeur morale et spirituelle de cet anneau, plus que dans le fric qu’il représente.
      Cela dit, j’aimerais beaucoup connaître, à défaut de leur nom, le nombre d’enchérisseurs!!!
      1,2,50, 300, etc?
      Quant à Rouen, où on va supprimer des traditions faute de fonds…(ou pour ne pas déplaire aux imbéciles et aux ennemis!), je serais curieux de savoir quels sont les donateurs ou les mécènes de ce Musée évoqué… et sa compétence et/ou connaissance SERIEUSE du sujet…
      Car, quand des IDIOTS nous disent que la civilisation a cessé à Poitiers, les mêmes doivent oeuvrer aussi, directement ou pas, pour attaquer l’authenticité de cet anneau, voire la Sainteté de notre Patronne Secondaire, et LA FRANCE, Ma France, notre France…
      Puisse, vrai (ou faux?), cet anneau raviver les sens, du devoir, de la Patrie, etc.
      Puisse l’esprit de Sainte Jeanne d’Arc, lorraine comme moi, redonner du coeur, LA FOI et du courage à TOUS LES FRANCAIS DE COEUR, dignes de ce nom, qui ont construit et veulent ENCORE construire et perpétuer sa culture millénaire, ses origines, et assurer son avenir.
      Même sans sang bleu : VIVE DIEU, VIVE LE ROY ET VIVE LA FRANCE!

      • MDC68 says:

        Les maisons d’enchère touchent un pourcentage sur le prix de vente final. Voilà pourquoi plus l’enchère monte plus elles gagnent d’argent.
        Mais il est vrai la plus grosse part revient au vendeur.

        Je n’ai jamais dit que l’objet n’a aucune valeur. D’ailleurs des tests Des analyses spectrométriques par fluorescence X réalisées dans des laboratoires d’Oxford en décembre dernier, ont conclu que le métal de l’anneau datait bien du XVe siècle.

        Maintenant est ce bien celui de Jeanne d’arc là est toute la question.

        Je ne peux pas répondre à vos interrogations concernant le nombre d’enchérisseurs ou les mécènes du musée.

        Je ne peux que vous inviter à consulter la page d’Olivier Bouzy
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Olivier_Bouzy

        Ainsi que celle de Colette Beaune https://fr.wikipedia.org/wiki/Colette_Beaune

        A les lire et à vous forger votre propre conviction.

    • Pour quelqu’un qui se veut fidèle au doute raisonnable, vous ne tenez aucun compte des arguments en faveur de l’authenticité de l’anneau. Mais il y a bien pire dans votre argumentation:

      Quand comme preuve suffisante vous osez présenter le fait que le musée de Rouen ne se soit pas porté acquéreur, ce n’est plus une question de doute raisonnable, qui vous titille, mais une vraie mauvaise foi.

      Car depuis quand les administrateur républicains qui sont à la tête de nos administrations et autres grands et petits musées, et plus encore tout ce qui touche à la culture, auraient-ils à cœur d’alimenter la vénération en Jeanne d’Arc ? Jeanne d’Arc reconnue (toujours) héroïne nationale n’est JAMAIS évoquée par le gouvernement, JAMAIS! Jeanne d’Arc, ils n’ont qu’un regret c’est que malgré le bûcher, malgré l’enseignement de l’histoire qui la passe sous silence, elle fasse toujours vibrer les cœurs des Français. Cela leur est insupportable. Je ne connais pas le directeur du musée de Rouen, mais s’il veut garder sa place, il n’a certainement pas intérêt à faire le genre de grossière erreur d’aller enchérir sur l’anneau de Jeanne d’Arc!

      Quant à vous, je ne sais pas en quoi Jeanne d’Arc vous dérange, mais votre argumentation en s’enferrant dans la mauvaise foi devient suspecte.

  17. MDC68 says:

    Je vous rassure elle ne m’inquiète en rien. Mais quels sont les arguments en faveur de l’authenticité ?
    Pour le moment je n’en vois qu’un : La datation par fluorescence X qui indique que cet anneau est contemporain de Jeanne d’Arc.

    J’ai cité des spécialistes qui basé sur des faits expriment leurs doutes. Et pour le moment ils emportent ma conviction.

    • Les arguments en faveur de l’authenticité ? Lisez les articles de MPI. Vous pouvez les lire tous en suivant le lien indiqué en bas de l’article, il vous mènera à d’autres articles, avec plein de renseignements. Sans compter les livres que je vous ai indiqués, de Mgr Debout.
      Et vous pourriez faire vos recherches vous-même ne serait-ce que sur internet, il y a déjà beaucoup – en évitant de vous fier aux historiens trop estampillés qui font de la contre-histoire… Mais apparemment « le Monde » doit être votre Bible, contre ça on ne peut pas lutter … 🙂

  18. MDC68 says:

    Évidemment si ce qui ne va pas dans votre sens est de la contre histoire…

    Je vais quand même lire les livres de Mgr Debout mais comme il date de 1920 je ne suis pas sûr qu’ils apportent quelque chose au débat. A part une description de l’anneau peut être.

    Quand à mes sources, hélas, ce n’était pas le Monde. Mais une interview sur France Inter pour Olivier Bouzy

    Et un article de Sciences et Avenir pour Colette Beaune.

    Mais je me doute bien que pour vous les seules sources valables sont celle qui ne remettent pas en cause vos certitudes.

    D’ailleurs c’est en lisant « mes souces » que j’ai d’ailleurs appris des choses que j’ignorai. Contrairement à ce que je croyais à la lecture de l’article de MPI, ce n’était pas la première fois que cet anneau venait en France.

    En 1956 il avait été exposé à Paris. Et que le père Doncoeur, le Jésuite ayant édité les minutes françaises du procès de 1431, était très dubitatif quand à son authenticité.

    La foi et l’émotion contre la réflexion.. le combat est sans fin.

    • En effet c’est le dernier livre sur Jeanne d’Arc de Mgr Debout qui date de 1920. Certainement le plus abouti. Il en a écrit plusieurs autres à cheval sur les deux siècles.

      Ses sources sont toutes celles qui nous restent de l’époque de Jeanne d’Arc. Sauf courrier extraordinaire découvert dans le fin fond d’un vieux grenier, ou dans la soupente de vieux dépôts d’archives, il est fort peu probable qu’il y ait des découvertes nouvelles. L’Histoire se fondant sur les témoignages d’époque, l’archéologie, les courriers d’époques et autres documents contemporains du sujet étudié, elle ne peut guère se renouveler.

      Sauf à reprendre chaque document un à un et en recommencer une étude personnelle rigoureuse, ou suivant un thème particulier, comme l’anneau de J d’Arc qui se trouvait en GB, par exemple…

      Pour ma part j’ai également lu au complet,les deux procès de Jeanne d’Arc: celui qui l’a mené au bûcher et son procès en réhabilitation.

      Mgr Debout va vous passionner et c’est quand même plus sérieux que Science et Avenir ou France Inter, pour tirer quelque conclusion que ce soit.

      Bref, bonne lecture. C’est un peu long, mais rien de sérieux ne résulte de ce qui est superficiel.

  19. MDC68 says:

    Plus sérieux je ne sais pas. Ce n’est pas le média qui compte. Mais la personne qui est interrogée.

    Olivier Bouzy, Colette Beaune, Claude Contamine, Pierre Duparc sont aussi sérieux que Mgr Debout.

    Et leurs ouvrages méritent aussi d’être lus.

    Le fait qu’ils expriment tous des doutes ne doit pas être rejeté.

    • Désolée de vous contredire, mais au moins un de ces trois historiens travaillent dans la politiquement correct, ce n’est pas avec des idées préconçues et un corsé idéologique qu’on traite l’Histoire quand o,n recherche la vérité:

      Olivier Bouzy: http://www.medias-presse.info/guerre-de-cent-ans-suite-les-anglais-persistent-a-vouloir-preempter-lanneau-de-jeanne-darc/52697#comment-281158

      « A d’autres époques, comme par Ucicky dans l’Allemagne nazie, Jeanne d’Arc a été récupérée par les extrêmes, qui en ont fait un personnage nationaliste. En France, le film de Luc Besson a beaucoup fait pour que Jeanne d’Arc soit récupérée par les Français et échappe au Front national. » Première interview sur laquelle je tombe…

      Cet anneau ne vaut rien d’un point-de-vue archéologique, rien comme valeur intrinsèque: ce n’est même pas de l’or et il n’y a aucun diamant, aucune pierre incrustée, aucun travail d’orfèvrerie… Il n’a de valeur que s’il s’agit de l’anneau de Jeanne d’Arc volé par les anglais. Prouvez-moi le contraire!

      Or ce qui donne du crédit à cette anneau, pour ne citer que deux choses concordantes, c’est « Jhésus+Maria », qui était la devise de Jeanne d’Arc sur ses courriers et, en même temps, la datation dudit anneau qui est authentifié comme du XVè siècle.

      Alors, dites-moi pourquoi ce type d’anneau insignifiant aurait été conservé et revendu dans l’élite anglaise depuis 600 ans s’il n’appartenait pas à Jeanne d’Arc ? Et pourquoi l’Angleterre ferait-elle un procès au Puy-du-Fou s’il n’avait pas une valeur historique ? Et si cette valeur historique n’est pas Jeanne d’Arc, dites-nous ce qu’elle est ?

  20. MDC68 says:

    Votre article est intéressant. J’ignorai qu’il y avait des théories qui prétendent que Jeanne d’Arc était un homme.

    Maintenant la récupération politique de l’image de Jeanne d’Arc par tel ou tel, personnellement ne m’intéresse pas.

    Mais il ne s’exprime pas sur l’anneau.

    Concernant la datation, absolument d’accord avec vous. Je l’ai moi même indiqué.
    En poursuivant mes lectures, je suis tombé sur d’autres informations intéressantes :

    Notamment « Procès de condamnation et réhabilitation de Jeanne d’Arc » de Jules Quicherat :

    Je vais me permettre de résumer : Jeanne n’a pas un seul anneau. Elle dit en avoir deux.

    Le premier c’est un cadeau de ses parents, Isabelle de Vouthon et Jacques d’Arc. Il est fait d’un métal jaune. C’est du mauvais or ou du laiton – vraisemblablement du billon, un alliage d’argent et de cuivre largement utilisé à l’époque). Il porte l’inscription « Jhesus Maria » ainsi que « trois croix ». C’est quasiment la description exacte de l’anneau acheté par le Puy du Fou à Londres.

    Quant à l’autre anneau, celui que Pierre Cauchon a confisqué à Jeanne, c’est un cadeau d’un de ses frères.

    Les minutes du procès de 1431 indiquent donc que l’anneau acheté par le Puy du Fou à Londres n’est pas celui que l’évêque Cauchon lui a subtilisé à Rouen.

    Peut être est ce là l’explication. Ce n’est pas l’anneau de Jeanne d’Arc. Mais seulement un de ces anneaux.

    • Oui, j’ai lu l’article de Quicherat.

      La citation du procès de 1431 se trouve précisément dans cet article: http://www.medias-presse.info/lanneau-de-jeanne-darc-vendu-aux-encheres-en-angleterre-376-833-e-rentre-enfin-en-france/50059

      En réalité il y a au moins eu trois anneaux que Jeanne d’Arc a possédés. Chacun pourrait être une relique de Jeanne d’Arc, même si celui qui a le plus de valeur comme relique est celui qu’elle portait et qui lui vient de ses parents.

      Voir aussi cet article: http://www.medias-presse.info/anneau-de-jeanne-darc-suite-cest-philippe-de-villiers-qui-a-remporte-lenchere-et-ramene-la-precieuse-relique-en-france-au-puy-du-fou/50320

      Je ne vois pas ce qui vous fait penser que celui qui a été en la possession du roi d’Angleterre, n’est pas l’anneau reçu de ses parents. Au contraire, il me semble que seuls parmi ses trois anneaux évoqués, le sien propre a pu lui être soustrait au moment de son procès, puisque les deux autres ont été donnés, soit à son frère, soit à la veuve de du Guesclin (Laval). Dans son article Vallet de Viriville, et d’autres auteurs ailleurs, font la confusion entre les trois anneaux ou n’en n’ont retenus que deux, ceux qu’elle a offert.

      De plus, d’après Philippe de Villiers la liste des noms des « propriétaires » anglais successifs ne connaît pas de trous… Et l’anneau s’appelle depuis l’origine « anneau de Jeanne d’Arc », ce qui me semble une preuve suffisante en soit. Vous devriez trouver tout cela dans les liens des articles d’E. Defresne sur MPI où je les ai trouvés moi-même.

      Même sans tenir compte de l’aspect religieux qui pourtant est à mes yeux le plus important, je ne vois pas ce qui permet de douter de l’authenticité de cet anneau, sauf à vouloir une photo d’époque de Jeanne d’Arc portant son anneau.

      Si on va par là, rien ne prouve que le Christ a réellement existé…

  21. MDC68 says:

    Je vais me permettre de préciser un petit peu.

    1-L’anneau offert par ses parents correspond effectivement à la description de celui acheté par le Puy du Fou.

    2-Par contre ce n’est pas celui qu’elle portait lors de son procès. Cet anneau était un cadeau de son frère.

    Concernant le point 1 : Cet anneau est aux mains des Bourguignons qui ont livré Jeanne d’Arc aux Anglais.

    Pour le point n°2 : C’est l’évêque Cauchon qui le lui a confisqué.

    Nous ne possédons, en réalité, aucune description détaillée de la bague confisquée à Jeanne par l’évêque Cauchon.

    • D’accord en ce qui concerne l’anneau confisqué par Cauchon. J’avais lu un peu vite. Mais quid de l’anneau que les descendants des frères de Jeanne d’Arc possédaient encore au XVIIè siècle ?

      Mais cela n’empêche pas que l’anneau qui a été détenu par les Anglais soit bien l’anneau offert par ses parents à Jeanne, puisque d’après les documents transmis à Philippe de Villiers, le roi d’Angleterre a obtenu l’anneau par un évêque qui assistait au procès de Jeanne d’Arc (j’ai oublié son nom)… Ledit anneau a donc été obtenu par ailleurs et transmis au roi d’Angleterre par les bourguignons ses alliés. Un cadeau (probablement) en signe de rabibochage sur le dos de la Pucelle. Un rabibochage que le Régent d’Angleterre avait planifié suite à la victoire de Patay, effrayante pour son parti. Cela alors que les liens entre les deux alliés s’étaient distendus.

      Un autre détail, l’un des membres de la famille de l’évêque Cauchon (probablement son frère) était très proche du régent d’Angleterre avec lequel il avait organisé l’assemblée de Paris suite à la bataille de Patay. Assemblée organisée dans la panique tant cette bataille était de toute évidence miraculeuse, beaucoup de morts chez les Anglais et seulement (peut-être ?) deux ou trois du côté français, selon les sources concordantes, tant anglaises que françaises, et selon les prédictions de J d’Arc, avant la bataille, prédictions par lesquelles elle a convaincu le roi de France de ne pas lever le siège de Patay, mais au contraire d’attaquer.

      Quoiqu’il en soit il est plus que probable que l’anneau actuel, est bien l’anneau de Jeanne d’Arc.

  22. MDC68 says:

    J’ai pu trouver la description de l’anneau dans la notice de vente : http://www.timelineauctions.com/lot/joan-of-arc-devotional-ring-with-casket-and-documents/62068/

    C’est en anglais. La provenance est expliquée comme suit

    Property of an Essex gentleman; inherited 1979 from Dr James Hasson of Harley Street, London; acquired Sotheby’s sale, 1 April 1947, lot 37; formerly in a private collection (1929-1947); previously with the F. A. Harman Oates collection (sold Sotheby’s, 20 February 1929, lot 21); earlier with Augustus John before 1914, the gift to him of Lady Ottoline Morrell; by descent, through the Cavendish-Bentinck family (Duke of Portland) from cardinal Henry Beaufort (1375-1447), who was present at the trial and execution of Joan of Arc in 1431; the ring stated by Joan at her trial to have been a gift from her parents. Supplied with a positive X-Ray Fluorescence metal analysis certificate.

    1-Ceci nous dit que la bague mise en vente le 26 février est un cadeau de ses parents à Jeanne. Si c’est le cas, cette bague n’a pas pu être remise au cardinal de Beaufort par Cauchon en 1431, puisqu’elle était en possession des Bourguignons.

    2-D’autre part, la maison londonienne indique que le premier propriétaire de la bague fut le cardinal Henry de Beaufort, « qui était présent au procès et à l’exécution de Jeanne d’Arc en 1431 ». Elle poursuit : « La bague a été déclarée par Jeanne à son procès être un cadeau de ses parents. » Sauf qu’ici il est question d’une autre bague que celle vendue aux enchères.
    Celle que Cauchon avait en sa possession lors du procès et qu’il a pu offrir au cardinal d’Angleterre.

    3-Mais rien n’empêche que des Bourguignons, qui avaient la bague en question en leur possession, aient très bien pu le faire par la suite…

    Je pense qu’il y avait 2 anneaux. Le premier (celui de ses parents) qui correspond à la description. Et qui est aux mains des Bourguignons. Je n’ai pas trouvé au cours de mes lectures de preuves formelles qu’il ait été remis aux Anglais. Mais je ne peux pas l’exclure.

    L’anneau que Jeanne a pendant le procès est donc un autre anneau. Vraisemblablement un cadeau de son frère. Et cet anneau là n’a toujours pas été retrouvé.

    Je dirai que l’anneau de Jeanne d’Arc acheté par le Puy-du-Fou à Londres ne peut pas être celui qui lui a été confisqué lors de son procès. Mais çà ne va dire qu’il ne s’agisse pas d’un anneau lui ayant appartenu.

    • Je vais revenir plus tard sur vos explications, mais d’ores et déjà:
      Où voyez-vous une contradiction entre ce cardinal de Beaufort et les bourguignons. Ils ne s’agit pas de martiens. Ce cardinal pouvait fort bien être du parti des Bourguignons…

  23. MDC68 says:

    Je vais essayer de clarifier :

    A mon avis, il y a une très forte probabilité que l’anneau acquis par le Puy de Fou soit bien un anneau qui ait appartenu à Jeanne d’Arc. La description qui en ait faîte dans les minutes du procès correspond à celui qu’elle dit avoir reçu de ses parents.
    Mais au moment de son procès cet anneau n’est plus en sa possession. Il est aux mains des Bourguignons.

    Toujours au moment de son procès, elle en a vraisemblablement un autre.

    Ci joint la transcription de l’interrogatoire

    – Avez-vous, vous-même, des anneaux ?
    – (Jeanne s’adressant à Cauchon) : Vous, évêque, vous en avez un à moi. Rendez-le moi !
    – N’avez-vous pas d’autre anneau ?
    – Les Bourguignons m’en ont un autre.
    – Qui vous a donné l’anneau qu’ont les Bourguignons ?
    – Mon père ou ma mère.
    – Y avait-il aucun nom dessus ?
    – Il me semble que les noms « Jhesus Maria » y étaient inscrits. Je ne sais qui les y fit écrire. Je crois qu’il n’y avait pas de pierre à cet anneau qui me fut donné à Domrémy.
    – Qui vous a donné l’autre anneau ?
    – Mon frère me l’a donné. Vous l’avez présentement. Je vous charge, évêque, de le donner à l’Eglise.
    – Avez-vous guéri personne avec l’un ou l’autre de vos anneaux ?
    – Jamais je n’ai fait de guérison avec aucun de mes anneaux. »

    Je suis d’accord avec vous. Les Bourguignons ont pu tout à fait donner l’anneau (de ses parents) aux Anglais plus tard.

    • Oui, mais ce que je veux dire c’est que les Bourguignons n’ont pu avoir l’anneau offert par ses parents, que lorsqu’elle a été arrêtée. Avant ce n’était pas possible. L’anneau de ses parents a pu être pris par les Bourguignons, avant ou après que Cauchon lui en ait pris un aussi.

      Le dialogue que vous retranscrivez ne précise pas quand et où les Bourguignons ont pris l’anneau. Rien ne dit si ce vol est antérieur ou postérieur au vol de l’évêque Cauchon. Le cardinal de beaufort (où ceux qui le lui ont fait passer) a pu le lui subtiliser à n’importe quel moment à partir de son arrestation, lorsqu’elle était la prisonnière à la fois du parti anglais et du parti bourguignon avant le procès ou durant le procès.

      Et ledit anneau subtilisé par Beaufort (ou ses amis) a pu être donné durant la période du procès au Régent d’Angleterre, ou même avant le début du procès.

      Les historiens qui doutent ne sont pas historiens de l’anneau, ils ne font état que d’une opinion qui n’est pas appuyée par une rigoureuse recherche. Le fait d’être historiens ne prouve rien.

      Merci pour la liste des détenteurs de l’anneau que je n’avais pas.

      Nous sommes d’accord je crois maintenant, il apparaît bien que cet anneau est bien celui de Jeanne d’Arc.

  24. MDC68 says:

    Je pense que nous sommes d’accord aussi pour dire qu’il y a bien 2 anneaux

    Concernant le dialogue retranscris, c’est vrai qu’il ne précise pas quand et où les Bourguignons ont pris l’anneau. Mais on peut supposer de la phrase  » Les Bourguignons m’en ont un autre » que l’un de ces anneaux est déjà aux mains des Bourguignons.

    Et de la phrase : « Vous, évêque, vous en avez un à moi. Rendez-le moi » que l’évêque Cauchon a le deuxième.

    Et que l’anneau du Puy du Fou est bien celui de Jeanne d’Arc. Mais celui de ses parents. Pas celui que Cauchon lui confisque au procès.

    Contrairement à ce que précise le Puy du Fou :

    http://www.puydufou.com/histoires-de-ouf/le-puy-du-fou-reprend-lanneau-de-jeanne-darc-aux-anglais.html

    « Cet anneau vieux de 600 ans avait été retiré du doigt de Jeanne par l’évêque Cauchon, qui présidait son procès, puis donné au Cardinal anglais Henri Beaufort qui supervisait toutes les séances du procès jusqu’à l’exécution sur le bûcher de Rouen de Jeanne d’Arc en 1431 »

    Qui à mon avis fait la confusion entre les 2.

    • En effet les spécialistes du Puy-du-Fou n’avaient sans doute pas eu le temps de relire le procès de Jeanne d’Arc dans ses détails. C’est un dossier très épais.

      Mais ce qui compte c’est qu’il s’agit bien de l’anneau de Jeanne d’Arc. le Puy-du-Fou a ramené cet anneau-relique, précieux d’un point-de-vue religieux, patriotique et historique, en France. Merci à l’association du Puy-du-Fou et donc à la famille de Villiers.

      Les Anglais ont voulu faire disparaître tout ce qui était ou appartenait à la Pucelle pour qu’il n’y ait pas de vénération autour, et finalement, bien malgré eux, ils ont sauvé un objet assez symbolique puisqu’il a été touché par Sainte Catherine et qu’il est plusieurs fois mentionné dans le premier procès.

      C’est incroyable qu’ils osent encore faire un procès pour le réclamer. Ils devraient au contraire régler de lourds des dommages de guerre!

      • @ « bien malgré eux, ils ont sauvé un objet assez symbolique »

        Dieu procède toujours de la même manière et Il arrive toujours à ses fins. C’est aussi « bien malgré lui » qu’Hérode avait renseigné les rois mages sur le lieu de la naissance du Roi d’Israël.
        Je vais me faire accuser d’avoir comparé Hérode aux Anglais, mais Jeanne d’Arc n’est pas le Messie.

  25. MDC68 says:

    Votre remarque sur les Anglais qui ont voulu tout faire disparaitre sur Jeanne d’Arc est extrêmement juste.
    Quelque part c’est presque curieux qu’ils aient conservé un anneau. Et qu’ils n’aient pas cherché à le faire disparaître.
    Encore que, il est possible que l’évêque Cauchon ait détruit l’anneau du procès. Et par un de ces méandres dont l’histoire à le secret l’anneau des Bourguignons se soit retrouvé en Angleterre.

    Je regrette un petit peu la communication disons fantaisiste du Puy du Fou en faisant passer un anneau pour un autre (celui du procès vs celui de ses parents)
    et également lorsqu’il dit : « Il fut un élément central de son procès ». Le procès a duré 5 mois. Et la bague de Jeanne n’est l’objet que de trois petites questions : c’est un peu faible pour en faire un « élément central » d’une longue procédure judiciaire.

    Mais je mets cela sur le compte d’une habile opération « marketing ». J’ai eu l’occasion de visiter le Puy du Fou. C’est une incontestable réussite. Nier cela serait nier l’évidence. Je crois que Mr De Villiers est un homme extrêmement intelligent qui a su faire monter la mayonnaise de façon très habile.

    D’ailleurs je compte y retourner pour voir ce fameux anneau.
    Concernant les dommages de guerre je pense qu’il y a prescription.

    Quand au procès on verra quelle suite sera donnée.

    • « Quelque part c’est presque curieux qu’ils aient conservé un anneau. Et qu’ils n’aient pas cherché à le faire disparaître. »

      Cela me paraît, au contraire normal. Les Anglais ont fait brûler (avec leurs complices Français), Jeanne d’Arc parce qu’elle leur inspirait une grande frayeur. Le roi d’Angleterre n’aurait pas conservé l’anneau d’une sorcière, s’il avait cru que Jeanne d’Arc en était une. Et si elle n’était pas une sorcière, elle était donc une sainte parce que seule l’aide de Dieu pouvait réellement lui faire accomplir ce qu’elle a accompli…

      Cet anneau devait être pour les Anglais une sorte d’exorcisme, en tout cas un objet pieux qu’ils ont conservé religieusement durant 600 ans, sachant qu’ils avaient commis une grande faute. D’ailleurs les témoignages des Anglais dans le procès de réhabilitation montrent souvent qu’ils savaient qu’ils avaient mal fait.

      Pour la communication de Philippe de Villiers il est possible qu’il y ait une volonté délibérée de faire du marketing en présentant cette petite erreur concernant le détenteur initial de l’anneau. Une erreur en tout cas de beaucoup moins grande portée que celle d’historiens spécialistes de Jeanne d’Arc que vous avez cités, qui ont affirmé des choses avec leur autorité de spécialistes laissant croire qu’ils connaissaient la question. Et ils ont fait planer le doute sur l’authenticité de l’anneau. Et cela c’est vraiment grave. Et ils vous ont induit en erreur et avec vous tous les auditeurs ou lecteurs qui ont pris connaissance de leurs affirmations. Car évidemment tous ceux qui ont été induits en erreur n’ont pas fouillé pour trouver la vérité, finalement à la portée de tous les curieux sur Internet.

      Quant à faire de l’anneau un élément-clef du procès, ce n’est certes pas le cas, mais tout-de-même les juges de Jeanne d’Arc ont voulu par cet anneau accréditer l’idée qu’elle s’en était servie pour faire de la sorcellerie et en ce sens, sans être un élément-clef c’est tout-de-même un élément symptomatique de l’orientation des juges et de ce qu’ils cherchaient à faire croire.

      Merci à Volodymir pour ses précisions. En effet il est important de savoir que c’est un allié des Bourguignons qui a vendu Jeanne aux Anglais. Mais il faut savoir que ce sont des gens de l’entourage du Roi de France qui ont trahi la Pucelle. Il y a tous les détails là-dessus dans les livres de Mgr Debout. Ils étaient jaloux…

      Et dernière petite réflexion, Je ne me rappelle plus précisément, je vais le relire, mais probablement que les Bourguignons n’ont pas disparu de l’entourage de Jeanne durant sa captivité, ni probablement du procès, puisqu’ils étaient des alliés des Anglais et qu’à ce moment-là, les Anglais avaient ressoudé leur alliance avec eux, ce qui rend difficile d’établir à quel moment l’anneau a été pris par eux.

      Enfin, merci à vous MDC68 pour ce débat finalement très intéressant.

      • MDC68 says:

        Merci à vous également. J’ai appris des choses très intéressantes. Notamment pour les livres de Mgr Debout. Que j’ai commandé mais que je n’ai pas encore reçu.

        • Vous n’allez pas regretter votre achat! Ces précieux livres de Mgr Debout sur Jeanne d’Arc sont passionnants et les plus complets!

          Il a écrit pendant que la cause de Jeanne d’Arc était étudiée par l’Eglise (pour constituer le dossier en canonisation) et après que Jeanne d’Arc a été proclamée sainte.
          Tous ses livres sont des trésors! Dommage qu’ils soient tombés dans l’oubli. Mais ainsi nous avons les éditions d’origine. Et ils sont abondamment illustrés en plus.

          J’ai ajouté des éléments fort intéressants concernant les anneaux de Jeanne, ci-dessous, piochés dans Mgr Debout dans lequel je me suis replongée hier soir.

          Que sainte Jeanne d’Arc sauve la France!

  26. Volodymyr Bellovak says:

    Etant originaire d’une localité picarde du Vermandois ayant sans doute vue le passage de Sainte Jeanne d’Arc prisonnière car fief de Jean II de Luxembourg et possédant à l’époque un chateau-fort, je me permet d’apporter quelques précisions qui peuvent vous intéresser;
    Capturée par un archer picard faisant partie des troupes de Jean II de Luxembourg allié aux Bourguignons, Sainte Jeanne d’Arc a été vendue aux Anglais par Jean de Luxembourg le 21 novembre 1430; c’est sans doute à cette occasion que Jean de Luxembourg, après avoir volé à Jeanne son anneau ( celui qui a été racheté par le Puy-du-Fou ), l’aurait vendu ou offert à un Anglais, prélat ou seigneur (?)…
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_II_de_Luxembourg-Ligny
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Capture_de_Jeanne_d'Arc_par_les_Bourguignons

  27. Volodymyr Bellovak says:

    Etant originaire d’une localité picarde du Vermandois qui a sans doute vu passer Sainte Jeanne d’Arc prisonnière car fief de Jean II de Luxembourg et possédant à l’époque un puissant chateau-fort, je me permet ici d’apporter quelques précisions qui peuvent vous intéresser;
    C’est un archer picard des troupes « bourguignonnes » de Jean II de Luxembourg, allié du duc de Bourgogne, qui a capturé Jeanne d’Arc. Jean de Luxembourg a vendu Jeanne d’Arc aux Anglais le 21 novembre 1430; c’est sans doute à cette occasion que Jean de Luxembourg, après l’avoir volé à Jeanne, a vendu ou offert son anneau ( celui qu’a racheté le Puy-du-Fou ) à un prélat ou à un seigneur anglais (?)…

  28. J’ai quelques précisions particulièrement intéressantes concernant l’anneau de Jeanne d’Arc:

    1 – Le 17 juillet 1429, donc peu de temps avant d’être trahie et arrêtée « les femmes de Reims s’empressèrent autour  » [de Jeanne d’Arc] « saisissant ses mains et s’efforçant de faire toucher leurs bagues aux anneaux qu’elle portait », nous dit Mgr Debout à la page 240 de son livre paru en 1909 en un seul tome.

    Ce qui signifie que Jeanne d’Arc ne portait pas à ses doigts le seul anneau offert par ses parents qui est maintenant au Puy-du-Fou, mais qu’elle portait également au moins un autre anneau. Ce qui corroborerait ce que nous avons conclu avec MDC68, c’est-à-dire qu’un de ces anneaux a été volé par l’évêque Cauchon et un autre par les Bourguignons. Ce serait ce dernier qui serait passé par le cardinal de Beaufort pour tomber dans l’escarcelle du roi d’Angleterre avant d’aboutir aujourd’hui au Puy-du-Fou.

    2 – Le cardinal de Beaufort, couramment appelé « l’archevêque d’Angleterre », venait d’avoir reçu la pourpre cardinalice du pape Martin V.

    Voilà comment il se trouvait en France:

    Suite au désastre, pour les Anglais, de la bataille de Patay. La panique a gagné le camp anglais qui a cherché à barrer la route de Reims et de Paris à La Pucelle et au Roi de France.
    Mais comment trouver de nouvelles troupes fraiches face aux troupes françaises qui avaient un moral de vainqueurs ?

    Or, une troupe de croisés volontaires avait été levée en Angleterre à l’appel du pape Martin V, qui devait aller combattre les hérétiques Hussites qui se déchainaient en Bohême contre les catholiques.

    C’est le cardinal de Beaufort qui avait été nommé à la tête de lcette croisade des Anglais.

    Et, ce sont ces troupes qui s’apprêtaient à aller combattre les hérétiques pour défendre les catholiques, qui ont été détournées de leur objectif et qui ont débarqué à Calais en juillet ou août 1429, malgré les protestations du pape.

    Le cardinal de Beaufort (archevêque de Winchester) a donc amené ses troupes de croisés en France, au grand dam du pape, pour combattre des catholiques. Il était de ce fait à Paris durant le procès de Jeanne d’Arc.

    Le cardinal s’est trouvé moult fois au contact des Bourguignons, puisque du côté anglais il y avait:

    – les troupes anglaises démoralisées,
    – les troupes bourguignonnes (Philippe le Bon récemment rabiboché avec les Anglais), qui n’avaient pas meilleur moral,
    – et les troupes de croisés du cardinal de Beaufort, non pas paniquées par Jeanne d’Arc, mais mécontentes d’aller combattre des catholiques alors que ces braves gens voulaient en découdre avec des hérétiques pour délivrer les catholiques en Europe centrale.

    Je ne rentre pas plus dans les détails… Mais tout concorde:

    Pour résumer:

    Jeanne au moment de son arrestation portait au moins deux anneaux:
    – L’un (offert par ses parents à Jeanne) a été pris par les Bourguignons, transmis au cardinal de Beaufort, et du cardinal au roi d’Angleterre. C’est Celui qui est aujourd’hui au Puy-du-Fou
    – L’autre a été volé par l’évêque Cauchon, on ne sait pas ce qu’il est devenu.

    Les livres de Mgr Debout sont des trésors. Tout y est!

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com