big-brother-valls

Aldous Huxley, dans son livre Le meilleur des mondes, cite le Candide de Voltaire : « Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles… » Et Nicolas Berdiaeff en cite l’épigraphe en français : « Les utopies apparaissent plus réalisables qu’on ne le croyait. (Mais) comment éviter leur réalisation définitive ? »

Afin d’éviter la course politique vers les utopies, « les intellectuels et la classe cultivée rêveront-ils aux moyens d’éviter les utopies et de retourner à une société non utopique, moins « parfaite«  et plus libre » ?

Aldous Huxley est l’un des témoins les plus lucides de notre temps : « Aujourd’hui, il est possible que cette horreur (de l’utopie socialiste) s’abatte sur nous… Nous n’avons le choix qu’entre deux solutions : ou des totalitarismes nationaux, avec comme racine la terreur et pour conséquence la destruction de la civilisation… ou un seul totalitarisme supranational, suscité par le chaos social résultant » de l’utopie socialiste.

Aldous Huxley a rédigé une nouvelle préface à son Meilleur des mondes, en 1946 :

« Le remords (en politique) est un sentiment indésirable. Tout cela, assurément, est vain et futile. Si vous vous êtes mal conduit, repentez-vous, redressez vos torts dans la mesure du possible, et mettez-vous à l’œuvre… Ce qu’il y a de mauvais doit être traqué, reconnu, et, si possible, évité à l’avenir« .

En politique comme ailleurs, « le mieux est l’ennemi du bien, comme le pire est l’ennemi du mal« .

En politique, l’utopie n’offre au citoyen qu’une seule alternative : une vie démente en utopie socialiste, ou une vie plus humaine, mais parfois à peine moins bizarre et anormale : « Le libre arbitre a été donné aux êtres humains afin qu’ils puissent choisir entre la démence et la folie« .

Pour parler d’une façon plus rationnelle, il semble que cela justifierait de « battre en retraite devant la raison et de finir par la torture démente qu’on s’inflige à soi-même et le suicide sans espoir« . « Et c’est ainsi qu’ils moururent misérablement à tout jamais« …

Est-il possible de démontrer qu’en politique, « il est impossible de rester sain d’esprit » ?… Je reste certain que la santé de l’esprit (en politique) est un phénomène assez rare« . « Un critique académique éminent (a écrit) que je suis un symptôme déplorable de la faillite d’une catégorie d’intellectuels en temps de crise.

« Ce jugement sous-entend que le professeur et ses collègues sont des symptômes du succès (et) les bienfaiteurs (socialistes) de l’humanité (qui) méritent justement l’honneur et la commémoration« .

Devant les méfaits fiscalistes de l’utopie socialiste de Hollande, il y a « la possibilité d’une existence saine d’esprit« . Une telle possibilité est « déjà actualisée pour une communauté d’exilés et de réfugiés qui ont quitté Le Meilleur des mondes » socialiste et qui vivent à l’étranger.

La politique de la France devrait être « faite pour l’homme, et non comme si l’homme devait être adapté et asservi à elle« . La politique de l’utopie socialiste de Hollande serait vouée à dominer la vie des gens selon « le principe du Bonheur » socialiste pour tous !

La politique de Hollande serait subordonnée au principe de la Fin Dernière du Bonheur « pour tous » !

Le Meilleur des mondes de Hollande est une prophétie sur l’avenir. La politique de Hollande « ne peut intéresser (les gens) que si ses prophéties ont l’apparence de choses dont la réalisation peut se concevoir« . Mais, « Le Meilleur des mondes (de Hollande) n’est pas le progrès de la science (politique) en tant que tel« .

« La révolution véritablement révolutionnaire se réalisera, non pas dans le monde extérieur, mais dans l’âme et la chair des êtres humains. Vivant à une époque révolutionnaire, le Marquis de Sade s’est servi naturellement de cette théorie des révolutions afin de rationaliser son genre particulier de démence.

« Robespierre a effectué le genre de révolution le plus superficiel, la politique… Sade se considérait comme l’apôtre de la révolution véritablement révolutionnaire, au-delà de la politique et de l’économique, de la révolution des hommes, des femmes et des enfants, dont le corps allait devenir désormais « la propriété sexuelle commune de tous« , et dont l’esprit devait être purgé de toutes les connaissances naturelles, de toutes les inhibitions laborieusement acquises de la civilisation traditionnelle… Sade était un fou et le but plus ou moins conscient de sa révolution était le chaos et la destruction universelle« .

Comment ne pas comprendre cette vérité de la prophétie sur l’avenir du Meilleur des mondes, avec la tyrannie idéologique de l’État-PS, l’idéologie des « ABCD de l’égalité« , la théorie du Genre (Gender made in USA) et la propagande homosexuelle, bi-, trans-, du lobby LGBT !

C’est bien la domination des idéologues névropathes du lobby GODF-LGBT au sein de l’État-PS qui met en scène la « politique du chaos » de la France et de la « destruction de la civilisation universelle ». « Les gens qui gouvernent le Meilleur des mondes peuvent ne pas être sains d’esprit« .

Mais si les idéologues du lobby GODF-LGBT et de l’État-PS ne sont pas réellement des fous, leur but est l’anarchie, mais sûrement pas la stabilité sociale.

Les politiciens se comportent comme des provocateurs avides de profit et de gloire. Mais ils sont incapables « de garder à tout prix intact leur monde, en tant qu’entreprise florissante« .

Le résultat en sera des changements économiques et sociaux rapides… « Toutes les formes de la vie humaine seront brisées, et il faudra improviser des formes nouvelles pour se conformer à ce fait non humain qu’est » l’utopie socialiste. Et, si le pays n’est pas réformé, ce sera tant pis pour l’humanité souffrante.

Face au déclin de la France, « il faudra procéder à quelques amputations. Cette fois, elles seront bien plus rigoureuses que par le passé. Ces opérations, loin de pouvoir être sans douleur, seront dirigées par des gouvernements totalitaires centralisés. C’est une chose inévitable… »

Et les changements, s’effectuant dans une économie en crise, auront « tendance à créer une confusion économique et sociale. Pour réduire cette confusion, le pouvoir centralisé et la mainmise gouvernementale accrue (feront) que tous les gouvernements seront totalitaires… »

« Il n’y a aujourd’hui aucun indice permettant de penser qu’un mouvement populaire à grande échelle puisse arrêter la tendance actuelle à l’étatisme.

« Et, dans un monde en crise, l’inefficacité (du gouvernement) est un péché contre l’esprit. Un État totalitaire vraiment « efficient«  serait celui dans lequel l’exécutif tout-puissant aurait la haute main sur une population d’esclaves, qu’il serait inutile de contraindre, parce qu’ils aimeraient leur servitude socialiste.

« La leur faire aimer, telle est la tâche assignée, dans les États totalitaires d’aujourd’hui, aux « ministères de la propagande« , aux médias de la gauche des bobos-intellos-collabos milliardaires et à la propagande socialo-populiste GODF-LGBT relayée par « les maîtres d’école« .

Dr Thierry-Ferjeux MICHAUD-NÉRARD

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com