En cette sombre période d’inculture et de mensonge, voici un petit clin d’œil cinématographique en hommage au général Robert E. Lee.

L’extrait est issu de l’excellent film Gettysburg.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

10 commentaires

  1. Malheureusement il n’y en a que pour la gauchiasse inter mondialiste, les autres qui rejettent ce dicta de la pensée unique ne sont que des racistes,des nazis, c’est une honte!

  2. « C’est encore la faute du Maréchal, allons nous un jour lui foutre la paix » cette phrase bien anodine que j’ai écrit en commentaire sur l’affaire de la plaque du Maréchal PETAIN à New-York m’a été refusé par le Figaro, je me demande si les modérateurs ne sont des jobs d’été sortis droit de Sciences-Po car ce n’est pas une première, jusqu’ou iront ils ?

    • Gabrielle says:

      In ne faut pas s’en étonner, les medias sont TOUS aux ordres des francs-maçons, enfin ce pauvre Maréchal qui a été mis président du conseil parce que paul reynaud s’est karapaté, n’étant pas pour la paix, il a pris tous les coups bas, lui le GRAND HEROS DE LA GUERRE DE 14-18. Il mourra en prison, à son âge, alors que l’on voit que les trois assassins d’un industriel, il y a 35 ans sont sortis de prison, Heureusement que de l’autre côté, Il y a la justice de DIEU.

    • Cyrano says:

      A ceci prés que ces « modérateurs » ne sont en fait que des idéologues de la pensée unique et du politiquement correct, plus exactement en termes clairs d’affreux bobo gauchisants aux ordres d’un gouvernement maçonnique où le révisionnisme est la règle en éludant des pans entiers de l’Histoire pour ne conserver que ce qu’ils veulent bien que les gens entendent.
      Fort heureusement, nous sommes nombreux à passer outre leurs simagrées et à penser par nous même par des analyses aussi exhaustives que logiques. Ces journaux ne sont devenus que des torchons fades et des outils de désinformation.

    • daflon says:

      Le Figaro ? Il y a longtemps qu’ils m’ont viré du courrier des lecteurs ! S’ils veulent augmenter leurs ventes, je leur suggère d’imprimer leur canard sur du papier doux et moelleux : Il n’est bon qu’à ça !

  3. Chouanne says:

    belle quenelle!

  4. Etienne says:

    On atteste que les « anti-fas » américains à Charlotte-machin étaient recrutés par petites annonces et payés 25 $ de l’heure pour contribuer à détruire les traces de leur histoire.
    C’est ainsi que le nazisme des cons est en marche.

  5. Xavier S. says:

    Je ne comprends pas votre « hommage au général Lee », qui était au service de la mauvaise cause sudiste. Les états sudistes étaient et demeurent encore aujourd’hui anti-catholiques, égarés par la Bible du protestantisme américain. L’excellent film « Le Cardinal » d’Otto Preminger sorti en 1963, et qui raconte l’ascension dans la hiérarchie ecclésiastique d’un prêtre américain durant l’entre-deux guerres mondiales contient un chapitre fort instructif montrant la persécution des catholiques en Caroline du Sud par le Ku-Klux-Klan. Un film à revoir et à méditer.

    • pamino says:

      J’ai lu il y a longtemps le livre qui a été filmé et j’en ai encore des souvenirs assez vifs, mais je ne me souviens pas du tout du chapitre mentionné. Le KKK persécutait en premier lieu les Noirs. (J’espère que l’imparfait est justifié ici.)

      • Xavier S. says:

        J’ai vu le film il y a longtemps, mais je n’ai pas lu le roman. Dans le film, l’épisode en question commence avec la visite au Vatican d’un curé noir américain, dont l’église et l’école situés dans un village noir de Caroline du Sud avaient été incendiés par le Ku-Klux-Klan. Il demandait aide et soutien à Rome, car les autorités locales et les notables blancs étaient tous opposés aux missions catholiques auprès des communautés noires, et laissaient faire les campagnes de violence. C’était dans les années 1930, bien avant Vatican II et l’oecuménisme n’existait pas encore. Le héros de l’histoire, Mgr. Formoyle, un haut prélat américain des services diplomatiques du Saint-Siège, décida d’aider le curé et sa paroisse, en se rendant avec lui en Caroline du Sud, espérant trouver un accord avec les notables blancs locaux. Mais le prélat se fit enlever par le KKK. La même nuit, il fut emmené à un endroit où l’attendait toute une bande d’hommes du KKK avec des flambeaux.
        En entonnant le fameux chant sudiste « Dixie », accompagné d’une harmonica, ils dépouillèrent le prélat de ses habits et le fouettèrent cruellement jusqu’à sa perte de connaissance. Puis, ils l’abandonnent là, en rase-campagne. Le lendemain, quand il se réveilla avec tout le corps meurtri et ensanglanté, un homme se présenta à lui, lui proposant de l’aider. C’était le joueur d’harmonica de la bande. La reconciliation s’opéra…

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

25,40 % récoltés 31.330 € manquants

10670 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 31.330 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com