Après l’Europe de l’Est et l’Asie, voyons comment les Latino-Américains entre 18 et 34 ans perçoivent l’homofolie.

En manière de refus de l’homofolie,  l’Amérique du Sud se place aux deux extrêmes, avec sur les 19 pays ayant fournis des données 4 en-dessous des 30 % et 9 au-dessus des 60 %.

Le pays aux jeunes les plus tolérants est l’Uruguay avec 18 %, ce qui n’est pas étonnant quand on sait que la franc-maçonnerie et la gauche y règnent en maîtresse (à tel point que « république grand-orientale » serait plus approprié que « république orientale »). On n’est plus à l’époque du « sanguinaire » Juan Maria Bordaberry (sa politique d’épuration fit… 53 morts) qui disait, ayant tout compris : « Nous n’organiserons des élections libres que lorsque la gauche n’aura aucune chance de les gagner ».

Un cran au-dessus, le Chili avec 26 %, l’Argentine 27 % et le Mexique avec 29 %. Deux pays avec une gauche révolutionnaire forte et une église souvent défaillante, et un troisième d’extrême gauche cathophobe.

Au-dessus des 30 %, le Brésil et ses 37 %. Rappelons que le Brésil fut sauvé du communisme grâce à la foi catholique intense de ses femmes qui fit obstacle à la subversion en 1964. Pour détruire le Brésil, les forces ténébreuses de l’Empire misèrent avec succès sur le pourrissement des femmes via la prise de contrôle de la télévision.

Un seul pays sous la barre des 50 %, l’île de Porto Rico.

Les autres pays ont une jeunesse majoritairement hostile à l’homosexualité.  A 50 % tout rond, on trouve le Costa Rica, le plus riche des pays d’Amérique centrale. Les frères ennemis de la rive sud des Caraïbes se tiennent à 1 % : 53 % pour le Venezuela et 54 % pour la Colombie. Un cran au-dessus, on trouve le Pérou à 59 %.

4 pays dépassent les 60 % : la Bolivie à 61 %, la République Dominicaine à 64 %, Panama à 66 % et l’Equateur à 68 %

4 pays dépassent les 70 % : le Nicaragua et cette création des Jésuites qu’est le Paraguay à 71 %, le Salvador à 76 % et le Guatemala à 79 %.

La palme de la résistance, seul pays à dépasser le seuil précédent, est le Honduras avec 80 %.

Les trois Guyanes, Belize, les Bahamas, Cuba, Haïti et la Jamaïque (où l’hostilité à l’homosexualité est notoire) n’ont pas donné de chiffres.

Hristo XIEP

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

2 commentaires

  1. Il faut être pour ou contre la pratique de l’inversion sexuelle. Vos statistiques n’ont rien à voir avec la morale.

  2. terrence says:

    J’observe que la corrélation se situe surtout avec l’importance capitaliste des pays cités : Argentine, Mexique, Chili, Brésil, voilà des pays où le gros argent fait la loi. L’Uruguay est un petit pays mais la moitié des habitants vit à Montevideo et 90% vivent en ville. Et il y a paraît-il 10.000 juifs.

    Autrement dit ce sont des pays dont le rapport à l’homosexualité s’est fait à travers les gros médias menteurs, dans des villes mondialisées où les gens ne se connaissent pas et cherchent de l’argent et non leur salut.
    À l’inverse les autres pays qui rejettent l’inversion sont des pays de plus petite taille, plus ancestraux, et souvent moins blancs il faut bien l’admettre (d’où l’égalité entre la Colombie et du Venezuela).

    C’est utile pour comprendre d’où vient le problème. Et bien évidemment, il vient de nous…

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

19,97 % récoltés 33.610 € manquants

8390 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 33.610 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com