Ignace - Macron en baisse
Ignace – Macron en baisse

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

2 commentaires

  1. Jean-Pierre CANOT says:

    Jean-Pierre CANOT
    Chemin du Maurens BERGERAC le 17 février 2017
    Garrigue-Ouest Route de Mussidan

    24100 BERGERAC

    Lettre ouverte à :

    Monsieur Emmanuel MACRON
    Candidat à l’élection présidentielle

    Monsieur le candidat à l’élection présidentielle,

    Il fut grand l’espoir lors de votre campagne dans l’ancienne province de France en Afrique du Nord, que vos accolades et embrassades avec les dirigeants algériens correspondissent dans un contexte nostalgique à la reconnaissance avec émotion, par les uns et par les autres, de tout ce qu’avait fait la France dans cette région, et dont il ne reste rien.

    Il fut grandement déçu cet espoir en vous entendant proférer des insultes contre ceux, ou la mémoire de ceux, qui s’étaient attachés avec passion au développement de cette région, et à l’évolution sociale d’une population vivant encore au Moyen-âge.

    Il est un seul reproche que vous eussiez pu faire à votre pays, c’est celui d’avoir voulu faire l’émancipation de ces populations, nomades pour beaucoup, en leur imposant instantanément l’adoption de nos valeurs culturelles, sans attendre l’évolution normale de leurs propres cultures.
    Ah oui ! C’est vrai que vous ne pouviez faire ce reproche puisque vous décidâtes un jour qu’il n’y a pas de culture française, tout ce qui a été fait en Algérie, et que vous entassez sans faire le tri dans le panier de la colonisation au sens péjoratif du terme, constitue donc pour vous un crime contre l’humanité.

    C’est hélas un défaut de la jeune génération de considérer que le monde a commencé avec elle, et qu’il n’y a strictement rien à retenir de bon du passé, y compris les valeurs culturelles. L’Histoire n’existe donc pour vous que dans ce qu’elle a d’exécrable, ce qui concernant le rôle de la France en Algérie est bien peu de chose comparé à tout ce qu’il y eut de bon et que vous refusez de reconnaitre.

    Vous n’avez sans doute jamais su, qu’à la fin des années 50, l’aéroport de Maison-Blanche, où vous arrivâtes l’autre jour la gueule enfarinée, était après Orly le deuxième aéroport de France, plus récent et plus moderne que le premier. Ah oui direz-vous, mais il n’était utilisé que par les Pieds-noirs, ce qui est faux.
    Cet aéroport était le symbole de la qualité des infrastructures dont la France avait décidé de doter ses départements algériens, ces infrastructures étant à la disposition de toutes les catégories de populations.
    Il y en avait partout de ces autocars qui vous sont si chers, même sur les chemins encore de terre, que l’on s’attachait à goudronner comme dans bien d’autres départements de France. Mais il y avait aussi un réseau ferré en plein développement, et le Mer-Niger serait allé bien au-delà de Colomb-Béchar si la guerre d’Algérie ne l’avait stoppé.

    Il y avait – sans doute à vos yeux crime contre l’humanité- des hôpitaux modernes ouverts à tous, où Le Président Bouteflika eut pu se faire soigner s’il les avait maintenus en état, plutôt que de venir le faire, à nos frais, en cette France qu’il vomit.

    Il y avait surtout une volonté farouche d’assurer le développement économique des trois départements, en commençant par la priorité des priorités que constitue l’agriculture permettant d’assurer l’autosuffisance alimentaire.

    Tout a donc été mis en œuvre par des hommes admirables dans une région où en 1830 de multiples groupes ethniques survivaient dans des plaines marécageuses, insalubres, sur des hauts plateaux arides, ou dans des zones désertiques.

    C’est la France qui a développé les techniques de dry-farming reprises plus tard par bien des pays dont les Etats-Unis.

    C’est la France qui a sélectionné les variétés végétales ou races animales les mieux adaptées à ces régions, c’est la France qui a développé les vergers d’agrumes, d’oliviers, le vignoble, les cultures maraichères, normalisé l’élevage du mouton.

    C’est la France qui a développé sur toute l’Afrique nord-saharienne et le Sahel une lutte antiacridienne particulièrement efficace, mais abandonnée depuis, les cultures étant régulièrement envahies et détruites par des nuées de criquets.

    C’est la France qui a inventé en Algérie le digesteur pour la méthanisation des fumiers et autres déchets, procédé que nous sommes incapables d’utiliser chez nous pour la production de cette énergie qui pose tant de problèmes.

    Il ne reste rien de tout cela.
    Les rendements en céréales, alimentation de base étaient de 15 quintaux/ha au moment de l’indépendance, ils sont retombés à 5quintaux/ha depuis.
    Les importants vergers d’agrumes de la Mitidja ont été arrachés.
    L’Algérie, autosuffisante au moment de l’indépendance importe la plus grande partie des produits alimentaires de base.

    Ils sont donc de plus en plus nombreux, ces malheureux migrants, qui ne s’adapteront jamais, qui viennent chercher chez nous, ce que nous finissions de mettre en place chez eux lorsque nous avons été foutus dehors, pour selon vous crime contre l’humanité.

    Permettez-moi de terminer sur une citation :

    « Chasser les pieds-noirs a été plus qu’un crime, une faute car notre chère patrie a perdu son identité sociale. N’oublions pas que les religions, les cultures juives et chrétiennes se trouvaient en Afrique bien avant les arabo-musulmans, eux aussi colonisateurs, aujourd’hui hégémonistes. Avec les pieds-noirs et leur dynamisme, l’Algérie serait aujourd’hui une grande puissance africaine méditerranéenne. Hélas ! Je reconnais que nous avons commis des erreurs politiques et stratégiques. Il y a eu envers les pieds-noirs des fautes inadmissibles, des crimes de guerre envers des civils innocents et dont l’Algérie devra répondre au même titre que la Turquie envers les Arméniens.
    Du temps de la France, l’Algérie, c’était le paradis ! ».

    Ce n’est pas de moi, mais de Hocine Aït Ahmed un des chefs historiques du FLN dans la revue « Ensemble », numéro de juin 2005.

    Voilà donc que le petit juge Macron plus FLN que le FLN, entend condamner la France pour crime contre l’humanité commis en plein paradis !

    Je vous prie d’agréer Monsieur le candidat à l’élection présidentielle, l’expression de mes sentiments les plus choisis.

  2. Voici la déclaration de Hocine Aït Ahmed déclarait, dans le numéro de juin 2005 de la revue Ensemble, organe de l’Association culturelle d’éducation populaire (que vous avez modifier en supprimant :– je dis bien les pieds-noirs et non les Français -) « Chasser les pieds-noirs a été plus qu’un crime, une faute car notre chère patrie a perdu son identité sociale. » Il ajoutait : « N’oublions pas que les religions, les cultures juives et chrétiennes se trouvaient en Afrique bien avant les arabo-musulmans, eux aussi colonisateurs, aujourd’hui hégémonistes. Avec les pieds-noirs et leur dynamisme – je dis bien les pieds-noirs et non les Français -, l’Algérie serait aujourd’hui une grande puissance africaine méditerranéenne. Hélas ! Je reconnais que nous avons commis des erreurs politiques et stratégiques. Il y a eu envers les pieds-noirs des fautes inadmissibles, des crimes de guerre envers des civils innocents et dont l’Algérie devra répondre au même titre que la Turquie envers les Arméniens. » « Du temps de la France, l’Algérie, c’était le paradis ! »

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

19,97 % récoltés 33.610 € manquants

8390 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 33.610 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com