Oskar Freysinger, conseiller d’Etat (équivalent chez nous de ministre) du Valais élu sur les listes de l’UDC, premier parti de Suisse, répond aux questions d’Alain Escada, président de Civitas, au sujet de l’immigration et du grand remplacement.

Oskar Freysinger y évoque le rôle des Etats-Unis.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Un commentaire

  1. Daniel Daflon says:

    Personnage tres interessant, cet Oskar Freysinger, qui fait de bonnes analyses.
    Malheureusement, sur la fin de l’entretien, il se déclare prêt à accepter les immigrants si ceux ci se plient à la loi suisse. Je fais partie de ceux, et ils sont nombreux, qui veulent une immigration zéro et l’expulsion de tous les envahisseurs. Il n’y a pas de négociation possible sur ce sujet: Nous n’en voulons pas. Point final. Ils doivent tous être expulsés, partir gentiment ou, en cas de refus, à grands coups de pied dans le cul.Et pire si necessaire.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com