Dans notre famille de pensée, certains dénoncent la place qu’occupe l’islam en Russie et la politique qu’y mène le gouvernement en matière d’immigration. En effet, la Fédération russe comptait en 2002 environ 15 millions de musulmans (selon le recensement de 2002), soit un peu plus de 10 % de la population à ce moment-là. Il est vrai aussi que le président Poutine ne manque jamais d’adresser ses félicitations à la communauté musulmane du pays lors des grandes fêtes islamiques. Celles-ci sont d’ailleurs parfois l’occasion de gigantesques prières de rue largement acceptées par les autorités locales.

russie-priere-rue

Pour comprendre ce qui se passe en Russie, il convient de ne pas lui transposer des normes et des interprétations historiques valables en Europe de l’ouest mais qui, là-bas, ne signifient rien. La Russie n’est pas la France ; la réalité russe est singulière et examiner celle-ci avec une grille d’analyse franco-centrée ne peut qu’induire en erreur.

Tout d’abord, la présence plus ou moins massive de musulmans en France et en Russie ne répond pas du tout des mêmes causes. Les musulmans de France et ceux de Russie ne sont pas les mêmes. En effet, si, en France, on assiste à un phénomène d’islamisation directement lié à une immigration incontrôlée, il n’en va pas de même en Russie. A la différence des musulmans vivant sur le sol français, ceux de Russie sont majoritairement des autochtones. Il existe là-bas une communauté musulmane depuis plus de cinq siècles et dont les membres, jadis sujets du tsar, sont aujourd’hui des citoyens de la Fédération russe. Tchétchènes, Daghestanais, Ingouches, Tatars, pour ne citer qu’eux, bien que n’étant ni Slaves ni orthodoxes, sont néanmoins des Russes à part entière depuis plusieurs générations. C’est compte tenu de cette réalité qu’au XVIIIème siècle, l’impératrice Catherine II introduisit en Russie le principe de tolérance religieuse et leva l’interdiction de construire des mosquées. Les tsars ont ainsi légué aux Russes un empire gigantesque, multiethnique et multiconfessionnel. La Russie n’en est pas « multiculturaliste » pour autant. Les Habsbourg, à la tête de l’empire austro-hongrois rassemblant des populations d’une dizaine de nationalités différentes parlant autant de langues, étaient-ils des multiculturalistes ? Pareillement pour la Russie, gardons-nous bien d’émettre un jugement anachronique ou trop dépendant de nos propres normes au mépris des réalités locales. Aux prises avec le réel, le président Vladimir Poutine ne gouverne pas une société idéale, conçue dans les nuées, mais le pays le plus vaste au monde, façonné par une riche histoire millénaire. La politique étant l’art du possible au service du bien commun, il est de la responsabilité du chef de l’Etat de renforcer l’unité nationale et de faire régner la concorde interethnique et interconfessionnelle. En somme, Vladimir Poutine, par une attitude positive vis-à-vis de toutes les religions traditionnelles du pays, ne fait rien d’autre que travailler à transmettre ce qu’il a reçu. Et cela ne l’empêche absolument pas d’afficher dans le même temps une proximité particulière avec le christianisme orthodoxe qu’il qualifie de colonne vertébrale de la civilisation russe. On peut bien sûr regretter que l’ancien principe de tolérance religieuse ait laissé la place à celui, libéral et démocratique, de liberté religieuse. Nonobstant, ne perdons pas de vue d’où vient la Russie (elle revient de loin !) et reconnaissons les points positifs de son évolution récente.

CatherineII
Catherine II (1729 – 1762 – 1796)

Les fameuses prières de rue à Moscou dont les photos en choquent plus d’un chez nous sont donc à considérer dans ce contexte. Il faut également savoir que ces occupations de l’espace public par les musulmans n’ont lieu qu’occasionnellement, lors de grandes fêtes religieuses. Elles sont même bien souvent organisées par les autorités municipales de Moscou pour la simple raison que cette ville de 15 millions d’habitants ne compte en tout et pour tout que quatre mosquées et que le maire de la capitale russe, Sergueï Sobianine, est formellement opposé à la construction de nouvelles mosquées dans la ville ! Ce qui se passe en Russie n’a donc rien à voir avec le désastre français où, alors même que les lieux de culte islamiques poussent comme des champignons sur tout le territoire, des milliers de musulmans, majoritairement issus de l’immigration, envahissent illégalement et en toute impunité chaque vendredi certaines rues de Paris et de Marseille.

D’un autre côté, si la Russie contemporaine est bien, elle aussi, une terre d’immigration, tout est cependant mis en œuvre par les autorités pour que le phénomène ne soit pas subi ni incontrôlé. Bien au contraire, conscient des risques que des flux migratoires massifs et dérégulés feraient peser sur la société russe et la concorde interethnique, le tandem Poutine – Medvedev a édicté ces dernières années de nombreuses mesures de lutte contre l’immigration clandestine. L’accent est mis sur l’assimilation par les étrangers de la culture et de la langue russes et l’idéologie antiraciste n’est pas de mise. Le ministre russe de la culture déclarait en juillet dernier que « les politiques démodées de tolérance et de multiculturalisme ont complètement échoué » en Europe. En outre, l’Eglise orthodoxe russe participe à la politique d’accueil des étrangers par un programme d’évangélisation comprenant des cours de religion chrétienne et la diffusion de la Bible en langues étrangères. Une politique nataliste vigoureuse et hardie a également vu le jour afin de relever le défi démographique russe sans recours excessif à l’immigration. Vladimir Poutine déclarait à ce sujet en avril 2013, lors d’une visite d’Etat aux Pays-Bas, qu’il voulait faire augmenter la natalité de son pays non pas grâce aux immigrés mais grâce aux patriotes russes.

Ainsi, pendant que la France accueille chaque année au bas mot (certains commentateurs ou analystes avançent le chiffre de 400 000 entrées par an !) 200 000 nouveaux étrangers pour une population de 65 millions d’habitants, la Russie, elle, en reçoit environ 250 000 pour une population de 146 millions d’habitants, soit proportionnellement deux fois moins. Aujourd’hui, la Russie compte environ 10 millions d’étrangers dont 22 % d’Ukrainiens, 14 % d’Ouzbeks, 11 % de Kazakhs, 7 % de Tadjiks, 4% de Kirghizes, 3,6% de Chinois et 3% d’Arméniens. On peut donc constater que les étrangers résidant en Russie proviennent essentiellement d’ex-U. R. S. S.. Ces populations, parfois slaves et orthodoxes, souvent russophones, partagent pour la plupart au minimum plus de 150 ans d’histoire commune avec leur grand frère russe et ne nourrissent aucun ressentiment, aucune rancœur à son égard comme c’est trop souvent le cas en France de la part des ressortissants de ses anciennes colonies.

Enfin, tandis que 27 000 étrangers en situation irrégulière ont été expulsés du territoire français en 2013, 96 000 l’ont été de Russie au cours des dix premiers mois de 2014. De plus, près d’un million de ressortissants étrangers sont interdits d’entrée sur le territoire russe pour avoir contrevenu aux lois sur l’immigration.

En fin de compte, tout cela a pour conséquence que, comme le montre l’évolution des statistiques religieuses de ces dernières années, la proportion de musulmans n’augmente pas en Russie. Selon des sondages effectués en 2013, seuls 7 % des sondés se déclarent de confession islamique tandis que 68 % se disent orthodoxes, chiffre en constante augmentation depuis 1990.

Pour résumer notre propos au sujet de la réalité de l’immigration et du multiculturalisme en Russie, citons Vladimir Poutine qui, le 19 septembre 2013, dans son discours prononcé devant le club de discussion Valdaï, expliquait que son pays n’est pas un Etat-nation comme l’est par exemple la France mais un Etat-civilisation : « Aujourd’hui, presque tous les pays développés ne sont plus capables de se reproduire, même avec l’aide de l’immigration. Sans les valeurs ancrées dans le christianisme et les autres religions du monde, sans les normes de la morale qui ont pris forme au cours des millénaires, les gens vont inévitablement perdre leur dignité humaine. Nous considérons qu’il est naturel et légitime de défendre ces valeurs. Il faut respecter le droit de toutes les minorités d’être différentes, mais les droits de la majorité ne doivent pas être remis en question. […] En Europe et dans quelques autres pays, le soi-disant multiculturalisme est, à bien des égards, un modèle transplanté, artificiel, qui est aujourd’hui remis en question pour des raisons compréhensibles. Parce que cela est basé sur une dette pour le passé colonial. Ce n’est pas un hasard si, aujourd’hui, des politiciens européens et des personnalités publiques évoquent de plus en plus les échecs du multiculturalisme et s’ils ne sont pas capables d’intégrer dans leurs sociétés des langues étrangères ou des éléments culturels étrangers. […] Les différentes cultures en Russie ont une expérience unique d’influence, d’enrichissement et de respect mutuels. Ce caractère multiculturel et multiethnique est inscrit dans notre conscience historique, dans notre esprit et dans notre constitution historique. Notre Etat s’est construit au cours d’un millénaire sur ce modèle organique. […] La Russie – comme le philosophe Konstantin Leontiev [NDLR : Konstantin Nikolaïevitch Leontiev (1831 – 1891), médecin et moine russe slavophile, nationaliste et réactionnaire, est l’auteur d’une comédie, d’un roman et d’essais philosophiques dans lesquels il dénonce l’Occident athée et démocratique comme destructeur de la beauté d’une société complexe.] l’a écrit – s’est toujours développée comme un Etat-civilisation renforcé par le peuple russe, la langue russe, la culture russe, l’Eglise orthodoxe russe et les autres religions traditionnelles. C’est précisément ce modèle d’Etat-civilisation qui a façonné notre système politique. Ce modèle a toujours cherché à accommoder avec flexibilité les spécificités ethniques et religieuses de territoires particuliers, à assurer la diversité dans l’unité. »

On est loin du multiculturalisme, de l’antiracisme et du métissage que l’on subit en Europe occidentale.

Baudouin Lefranc

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

16 commentaires

  1. Chouanne says:

    Excellent! La composition de la population russe (la Russie est une fédération), n’a rien à voir avec la décomposition de la France, état qui est né et s’est construit imbriqué au catholicisme et qui est en train de se déconstruire. La France avait un visage unitaire, un peuple uni autour de la Croix, avec des provinces, mais sans rapport avec une fédération.

    Maintenant la France n’a plus d’unité mais une mosaïque de communautarismes épars et incontrôlés qui désunissent la population.

    Et la religion fondatrice de la France est persécutée.

    • Tout à fait d’accord avec vous Chouanne@, je pense seulement que le terme de mosaïque qui signifie un principe harmonieux devrait plutôt être substitué par celui de conglomérat plus adéquat à celui de corps brut.

  2. Monsieur T says:

    « A la différence des musulmans vivant sur le sol français, ceux de Russie sont majoritairement des autochtones. »

    –> Les 4 millions de musulmans que compte Moscou sont des autochtones? Les centaines de milliers de Tatars à Saint-Petersbourg ce sont aussi des autochtones? Vous avez d’autres blagues dans le même registre? Le maire de Moscou lui-même déclarait qu’il y a des coins de la capitale où même pas le quart de la population parle russe, ouvrez les yeux quoi…

     » Une politique nataliste vigoureuse et hardie a également vu le jour afin de relever le défi démographique russe sans recours excessif à l’immigration. Vladimir Poutine déclarait à ce sujet en avril 2013, lors d’une visite d’Etat aux Pays-Bas, qu’il voulait faire augmenter la natalité de son pays non pas grâce aux immigrés mais grâce aux patriotes russes. »

    –> Sauf que les régions qui ont la plus forte fertilité sont celles du Caucase et les régions mongoles de Sibérie, alors que pour les régions Blanches c’est l’inverse, les populations européennes baissent, les avortement sont toujours très élevés, et les populations étrangères qui y débarquent y font bien plus de gosses.

    « Aujourd’hui, la Russie compte environ 10 millions d’étrangers dont 22 % d’Ukrainiens, 14 % d’Ouzbeks, 11 % de Kazakhs, 7 % de Tadjiks, 4% de Kirghizes, 3,6% de Chinois et 3% d’Arméniens.  »

    –> Les migrations internes ne sont même pas prises en compte, quid des caucasiens qui s’installent à Moscou? des Tatars qui repeuplent Saint-Pétersbourg? Ah oui parce qu’ils sont considérés comme « russes », un peu comme Mamadou qui quitte Strasbourg pour aller s’installer à Paris, c’est un « français » qu change de coin…

    « Selon des sondages effectués en 2013, seuls 7 % des sondés se déclarent de confession islamique tandis que 68 % se disent orthodoxes, chiffre en constante augmentation depuis 1990. »

    –> Un peu comme les sondages qui nous répètent depuis 10 ans qu’il n’y a « que » 4 millions de muzzs en France…C’est vraiment se moquer du monde. Bref la poutinophilie fait dire n’importe quoi.

    • Baudouin Lefranc says:

      Une bonne part des réponses à vos critiques infondées sont déjà dans mon article.

      Ensuite, voici quelques informations supplémentaires corroborant mes dires et vous renvoyant à vos chères études :
      http://french.ruvr.ru/2014_02_05/Reflexions-sur-le-peril-demographique-musulman-russe-6550/

      http://french.ruvr.ru/2014_02_04/La-demographie-des-Russes-et-des-Russiens-4506/

      • Monsieur T says:

        Je connais vos sources, vous me faites perdre mon temps.
        Ok on va voir les sources officielles, le petit graphique orange du début résume tout sur la situation réelle de la Russie vous demanderez à votre ami Alexandre Latsa ou aux charlatans de la Voix de la Russie de vous traduire, s’ils osent.
        http://www.gks.ru/bgd/free/b12_00/IssWWW.exe/Stg/dk01/7-0.htm

        • Baudouin Lefranc says:

          Je parle russe, merci. Mais ça n’a pas l’air d’être votre cas vu que le lien que vous nous proposez confirme exactement ce que nous disons. C’était bien essayé mais c’est pas de chance !

          • Baudouin Lefranc says:

            Par exemple,votre lien donne la composition de l’immigration en Russie en 2012 : Azéris, Kazakhs Tadjiks, Ouzbeks etc., soit tous des ressortissants de républiques de l’ex-URSS, jadis sujets des tsars. C’est exactement ce que nous disons.
            Dur la vie, n’est-ce pas « monsieur T » ?

          • Monsieur T says:

            « Je parle russe, merci. Mais ça n’a pas l’air d’être votre cas vu que le lien que vous nous proposez confirme exactement ce que nous disons. »

            –> vous savez parler mais vous ne savez pas comprendre. La courbe du graphique ne conforte pas du tout vos positions.

            « 2012 : Azéris, Kazakhs Tadjiks, Ouzbeks etc., soit tous des ressortissants de républiques de l’ex-URSS, jadis sujets des tsars »

            –> Jadis les sujets du tsars restaient chez eux, ils n’immigraient pas massivement dans des villes qui étaient encore à plus de 99% blanches et chrétiennes pour y pondre deux fois plus de gosses que les autochtones.
            Les faits sont têtus Baudouin l’immigrationniste.
            En fait un pro-Poutine, c’est quelqu’un qui s’en fout que 250000 étrangers rentrent chaque années avec la criminalité que ça engendre, les prières de rue aussi imposante qu’à la Mecque et les primes de naissances qui profitent au Caucase, à l’Altaï ou à la Bouriatie tant que c’est Poutine qui commande. Amusant…

          • Baudouin Lefranc says:

            Dans le monde selon « monsieur T », les citoyens français nés à Lyon ne migrent pas à Paris car c’est mal vu qu’il y a plusieurs siècles les Lyonnais restaient « chez eux » et les autoriser à bouger en France (leur pays), ce serait de l’immigrationnisme.

          • Monsieur T says:

            « Dans le monde selon « monsieur T », les citoyens français nés à Lyon ne migrent pas à Paris car c’est mal vu qu’il y a plusieurs siècles les Lyonnais restaient « chez eux » et les autoriser à bouger en France (leur pays), ce serait de l’immigrationnisme. »

            Dans le monde de Monsieur T, les lyonnais sont de race blanche ethniquement celte avec des apports italiens et germains, de langue indo-européenne, de religion catholique et le fait qu’ils s’installent en Franche-Comté, dans le Poitou ou en Champagne Ardenne parmi des populations identiques sur le plan racial, linguistique et religieux n’est certainement pas un problème dans des proportions raisonnables. En revanche un Ouzbek ethniquement turc, de langue altaïque et de religion musulmane s’installant à Moscou ou a Arkhangelsk parmi des populations blanches ethniquement slaves, de culture chrétienne orthodoxe ça doit rester dans un cadre exceptionnel (étudiants, ambassadeur), pas une invasion de centaines de milliers d’individus.
            C’est si difficile à comprendre pour Baudouin Lefranc?

          • Baudouin Lefranc says:

            Si on suit honnêtement votre raisonnement, on aboutit logiquement au démembrement complet de la Russie. Votre Russie peuplée de Blancs de religion chrétienne (les Russes ethniques)ne serait alors guère plus grande que le territoire historique situé grosso modo entre Saint-Pétersbourg, Moscou et Kiev.
            Vous feriez assurément un grand chef d’Etat. Un visionnaire ce « monsieur T » !

          • Monsieur T says:

            « Si on suit honnêtement votre raisonnement, on aboutit logiquement au démembrement complet de la Russie. »

            Les graphiques, les chiffres, les migrations, les ethnies, vous avez vraiment du mal à comprendre tout ça vous…
            Si on suit logiquement mon raisonnement on aboutit à l’instauration de républiques et de zones autonomes ethno-religieuses au sein d’une fédération qui est la fédération de Russie (donc pas de démembrement) ce qui est partiellement le cas de la situation actuelle, il suffit de constater que la proportion de Russes dans les zones du Caucase est en constante diminution depuis la chute du mur alors que la part des populations autochtones a presque doublée, le problème, c’est que ces populations s’installent massivement dans les zones où les autochtones sont slaves. Au final les Russes se font avoir, il n’y a pratiquement pas de réciprocité dans votre Russie poutinienne, c’est la Tcherkessie au Tcherkesses, la Kalmoukie au Kalmoukes, etc…et les régions slaves et orthodoxes ouvertes à tout le monde et même aux africains, il faut vraiment être aveugle pour ne pas le voir. Vous allez me répondre que les slaves peuvent s’installer dans les régions non-slaves, oui mais ils vont où? dans les bassins pétroliers de Sibérie occidentale là où il y a de l’argent mais qui a envie de s’installer à Grozny ou a Makhatchkala? Personne! ceux qui y sont n’ont qu’une envie c’est de fuir.

  3. Exquisiteur says:

    L’agonie lente (meurtre) de la laicité par nos classes politiques depuis quelques décennies a permis la situation actuelle de la France.

    Le prix de la colonisation, c’est ce que nous payons maintenant dans des formes non attendues.
    (Justice immanente? aveugelement de Sétif 1945)

    L’immigration a toujours eu lieu dans l’Histoire elle fait partie du système « humain ». Seules ses conditions de mouvements en font des résultats différents.

    La laicité francaise n’est pas « une tolérance » « une bienveillance paternaliste » « une neutralité sans affect »

    Elle était une condition de la République séparée des notions du bien et du mal qui gouverne toutes les sociétés non laiques (civilisationnelles, religieuse, etc…) Les systemes de croyances protestantes ont Dieu qui gardent leur Consitution. La France non. Mais son président est chanoine catholique de Latran donc pas de séparation ???.
    s
    Dans un Etat de droit , si la loi dit « ceci est le bien et ceci est le mal » elle n’est pas laique Seul les Etats religieux du type protestant (la Reine d’Angleterre Dieu est son droit, chef de l’Eglise anglicane) est une monarchie religieuse.

    La défunte laicité républicaine était l’instrument le moins mauvais pour protéger tous les systèmes de croyances à l’intérieur de la République. Elle doit protéger les religions et ses fidèles par exemple.
    Des fausses élites n’ont pas su protéger la laicité de par leur néfaste narcissisme politique (moi je moi je moi je , selfie, moi président je ,….. toute la vague rocky 4)

    La loi laique autorise ou interdit en fonction des conséquences des actes des citoyens sur la vie commune cadrée par la Constitution.(ordre public,donc définit le « patrimoine commun, la paix civile négociée entre tous, donc ce qu’on appelle « l’interet général ». Le reste est du domaine de la Liberté hors contrat social.

    Quand une loi du type MEME MARIAGE POUR TOUS définit que l’homosexualité (une pratique sexuelle donc) est « bien » mais que la pédophilie est « mal », et que cette pratique sexuelle entre dans le champ « du bien commun » elle détruit à la fois la Liberté et la Laicité.

    En effet, cette loi, elle confond « systeme culturel voire cultuel » qui donne les valeurs et la notion de bien et de mal (il y a en France 65 millions de notion de bien et de mal) avec laicité.
    Elle ordonne en fonction de la nature pré-jugée des choses et non de leur conséquences.

    On peut ainsi nier l’existence de Dieu, mais on ne peut nier l’existence de la « catastrophe » en vertu d’un « caprice de législateur » anti laique.

    Nos élites politiques francaises sont devenus peu à peu des petits tyrans, comme une majorité de francais leur ressemblant, ayant perdu tout sens de l’intéret commun.
    Dès lors pourquoi s’occuperaient-ils de faire vivre ensemble en harmonie 66 millions de systèmes de croyances individuels.

    La fonction des rois, des princes, et des politiques c’est celle là.

    Empêtrés dans leur narcissisme selfie politique ils en ont oublié de faire leur devoir, cad faire vivre la laicité protectrice.

    Ils en ont meme oublié que l’Egalité voulait dire « nul n’echappe à la loi dans un Etat de droit (par exemple M. Cahuzac est il en prison ? et bien d’autres ?)

    La France est devenu un Etat de religion (à choisir selon le catalogue idéologique à la mode) en renoncant à sa singularité.

    Il n’y a pas de civilisation (Darius le confirme) sans laicité.
    C’est vrai à leur décharge, que c’est plus difficile à réaliser que la fusion nucléaire (comme disait Einstein)

  4. Assadiste says:

    Le problème des Russes comme en France ce sont les juifs pas les musulmans ! Ouvrez les yeux bon sang !

  5. Il y en a certains qui ont la haine , lire certains commentaires, à priori le FN viens s’immiscer jusque sur le net pire qu’un morpion sur une paire de t……..bien velue !
    Moi je trouve ce commentaire excellent , ne vous en déplaise mr le raciste , votre commentaire sent le c… a cent lieu , et puis les Muzzzs comme vous dites, et bien ils vous …….

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com