Le Général Martinez vient de publier un livre intitulé Quand la grande muette prendra la parole (publié aux éditions Apopsix). Son argument est clair : face à la crise que nous traversons, l’armée a un rôle à jouer.

Entretien réalisé par SputnikNews, dans son intégralité :

 

Briser le devoir de réserve

« Les forces armées exercent un sacerdoce. Bien sûr, elles sont à la disposition d’un gouvernement, mais le sacerdoce s’exerce avant tout au service du peuple. Nous avons dû subir des drames inacceptables sur notre sol. (…) Je considère que le devoir de réserve à un certain moment doit être rompu, c’est le devoir d’expression qui doit avoir droit, compte tenu de la situation que nous connaissons (…) Quel est le rôle du politique, au sens noble du terme ? D’assurer l’unité de la Nation et la protection de la collectivité dont il a la charge. Aujourd’hui, ça ne semble plus être la priorité de nos responsables politique. (…) je les rassure : les militaires sont légalistes et légitimistes, il ne faut pas voir en arrière-plan de ce titre des velléités de coup d’État ! [Mais] le moment est venu de briser le silence pour provoquer le sursaut qui est nécessaire. »

Le défi migratoire

« Qui remettrait en cause l’apport de l’immigration depuis un siècle ou deux ? Personne. Le problème qui se pose aujourd’hui, c’est l’immigration massive, incontrôlée, injustifiée et qui plus est, une immigration hostile à notre civilisation, à notre culture. Certains nous parlent d’une immigration de portugais, d’espagnols, d’italiens, de polonais. Certes, mais cette immigration était européenne et donc de culture commune. L’assimilation a bien joué son rôle : dès la deuxième génération, les individus se sentaient Français. Là, le problème est différent, face à une immigration de culture totalement différente. Je parle de l’islam. Il y a un certain nombre de problèmes que l’on ne peut pas occulter (…) l’islamisme c’est l’intégralité de l’islam : la lecture du texte sacré à la lettre.  »

 

La rébellion de l’état-major français

« Les forces armées ont été réduites de 54 000 hommes entre 2008 et 2015. Le gouvernement du Président actuel prévoyait de réduire encore de 34 000 hommes. Soit près de 90 000 hommes. Or les missions n’ont pas été modifiées et depuis la fin de la guerre froide, nos forces armées n’ont jamais autant été engagées à l’extérieur. Et nous sommes aujourd’hui, compte tenu de la menace islamiste, contraints de faire intervenir celles-ci sur notre territoire. Ça pose énormément de problèmes au niveau des relèves. Arrive cette opération Serval [au Mali] (…). Le chef d’état-major des armées et les chefs d’état-major des trois armées, devant cet obstacle majeur, ont rendu compte au ministre de la Défense, en disant qu’ils étaient prêts à démissionner. Peu de citoyens le savent : s’ils avaient déposé leur démission, il y avait une bonne vingtaine de généraux prêts à suivre leurs chefs. Un précédent a été créé. (…) Il faut briser le silence pour permettre un sursaut. Le politique hésite beaucoup : s’il n’est pas mis devant des situations dramatiques, les décisions ne se prennent pas. »

 

Des djihadistes parmi les migrants ?

« C’était une promesse de l’État islamique : il avait promis 500 000 migrants. Il faut savoir que dans le flux de ces migrants, il y a eu un certain nombre de djihadistes infiltrés : pour ceux qui ne voudraient pas le croire encore, je les renvoie aux différents attentats, notamment ceux du 13 novembre. Parmi les huit djihadistes, deux (…) avaient posé le pied sur le territoire grec le 6 octobre 2015. (…) Sur l’ensemble du territoire européen, ils ont réussi à installer un maillage. La menace non seulement est extérieure, mais aussi intérieure (…) quand on voit le nombre de djihadistes, des “enfants de la République Française” qui sont actuellement en Irak ou en Syrie sous le drapeau de l’État islamique (…) Je rappelle quelques faits qui se sont produits au cours des dernières années : une mutinerie sur le porte-avion Foch ou le cas de quatre militaires qui ont refusé d’être déployés en Afghanistan pour des raisons religieuses, ou notre ministre de la Défense, obligé de reconnaître en début d’année que nous avions d’anciens militaires français sous la bannière de l’EI. (…) Comment éviter la partition ? Les fameux “territoires perdus de la République”, c’est là que ça se passe. »

 

Une convergence des luttes

« Pour que nos chefs militaires, collectivement, brisent le silence pour provoquer ce sursaut, il faut qu’ils sachent qu’une bonne partie des citoyens français considèrent que l’institution militaire est l’un des rares à pouvoir un rétablissement de la situation. Comme briser ce devoir de réserve n’est pas dans la tradition, c’est aussi la responsabilité des citoyens (…) pour démontrer qu’ils sont prêts à manifester pour défendre leur identité. »

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

4 commentaires

  1. René Uniat says:

    Macron l’enfant attendu du PS ! Ce qui explique pourquoi, depuis des années (17 ans) des responsables et élu(e)s socialistes et cfdt , dont des fonctionnaires comme en Moselle ; ont trahi leur administration et notre justice grace leurs faux administratifs et judiciaires , ont trahi le PS et ses militants, la France et ses Finances Publiques (avec leurs patrons fraudeurs du fisc), la France et sa sécurité ainsi que celles de ceux qui la représentent (avec leurs caïds , devenus sauvageons , c’est à dire leurs terroristes islamiques ) , allant même jusqu’à trahir l’avenir de la France, ses enfants avec leur réseau : Jean-Marie–gansoinat-ravaine auquel beaucoup doivent leur promotion et leur élection ; tout ceci pour quelques voix et enfin pouvoir lancer leur nouveau parti du « ni-ni » ! Un état socialiste corrompu En Marche, dans l’Etat Français !

  2. daflon says:

    Oui à l’alliance de l’armée et du peuple contre les traîtres et les collabos, qu’ils soient « socialistes », de LR ou d »en marche »(vers le gouffre). Tout ça c’est bonnet blanc et blanc bonnet.
    Mais nos généraux doivent bien être conscients que c’est tous les musulmans qu’il faut faire sortir du pays, et pas seulement les djihadistes.
    Nous n’allons pas passer notre temps à faire le tris et de toute façon nous ne voulons de l’islam chez nous.
    Cette secte religieuse a des valeurs (si on peut dire) qui ne sont pas les nôtres, et leur manière de traiter les femmes comme des êtres inférieurs (ne serait ce que ce point) ne correspond pas à la façon dont nos mères, nos sœurs, nos épouses doivent être respectées.
    Je ne vais pas énumérer ici toutes les raisons qui nous font rejeter cette religion diabolique, la liste serait trop longue.
    Mais nous sommes chez nous et nous ne voulons pas d’eux. Dehors !
    Que ceux, parmi les Français, qui les soutiennent aillent donc vivre chez eux, nous ne les retenons pas.

  3. Horace says:

    Je suis d’accord qu’il y a des moments historiques qui exigent la vérité. Je suis d’accord sur le rôle de l’armée. Hélas, le général Martinez nous cite des évidences et beaucoup d’action en perspective au « conditionnel ». Dire  » je vais déposer ma démission si monsieur le ministre de la défense ne fait rien », tout en restant assis sans agir, n’est pas très crédible. IL faut un délai, une limite dans le temps. De tout cela il n’y a rien. Tout le monde se regarde en chiens de faïences et la situation ne change pas et le pays part à la dérive vers un clivage de la société et en finale la guerre civile. Alors, que fera l’armée qui telle certains opéra vient tardivement ?

  4. Jean-Marie LAGUERRE says:

    Le rôle d’un militaire est-il d’écrire des livres ou d’agir? De défendre son pays et son peuple contre toute agression? Au regard des attentats qui se sont déroulés sur notre sol et des nombreuses victimes civiles fauchées par un ennemi qui est déjà dans la place, d’autres mesures bien plus radicales et moins insignifiantes que cet « Etat d’urgence » auraient dues être prises.
    Mais au nom d’un humanisme dévoyé, on a préféré riposter aux agressions des suppôts de l’islam avec des bougies, des fleurs, des peluches, des prières et des mantras dégoulinant de niaiserie( « Plus jamais ça »- « Vous n’aurez pas ma haine »- « Je suis Charlie »…)
    PS: tout à fait d’accord avec « daflon »

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com