L’Église conciliaire, qui prêche à temps et à contre-temps « l’unité dans le diversité » selon le mot célèbre de Jean-Paul II, ne cesse cependant d’être déchirée en son sein par des divisions, qui se sont multipliées sous le pontificat bergoglien, et qui l’entraînent à sa ruine. Ce qui est somme toute dans la logique de la doctrine moderniste qui, ayant fait du relativisme son gagne-pain, meurt aujourd’hui de ce même relativisme qui a tué l’idée de l’absolutisme de la Vérité

Ces derniers mois, c’est la question de l’intercommunion pour les couples mixtes, autorisée par la Conférence épiscopale allemande qui divise, étonnement, la hiérarchie conciliaire. Étonnement disons-nous, car cet accès à l’Eucharistie permis pour les chrétiens non-catholiques dans certains cas a pourtant été légitimé dans le Code de Droit canon de 1983 et appliqué par le cardinal Ratzinger lui-même lors de l’enterrement de Jean-Paul II : n’avait-il pas alors donné la communion à frère Roger Schutz, fondateur de la communauté œcuménique de Taizé, officiellement pasteur de l’Église réformée ? Certains soutiennent, pour excuser l’acte du futur Benoît XVI, que frère Roger s’était converti au catholicisme mais ne voulait pas qu’on le sache pour ne pas « briser la communion œcuménique » ! Mais frère Alois, l’actuel prieur de Taizé, s’est inscrit en faux contre cette affirmation : il est « inexact » de dire que Frère Roger s’est converti expliqua-t-il au journal Le Monde en 2006 :

« « A l’évêché d’Autun, en 1972, il a simplement communié pour la première fois à l’eucharistie catholique, sans qu’une ‘conversion’ ne lui soit demandée. Frère Roger a cherché un chemin de ‘communion’ avec l’Église catholique et non de ‘conversion’, la ‘conversion’ impliquant une rupture avec ses origines.«  Il s’en tient à une déclaration de Frère Roger à Rome, en 1980 : « J’ai trouvé (…) ma propre identité de chrétien en réconciliant en moi-même la foi de mes origines avec le mystère de la foi catholique, sans rupture de communion avec quiconque. » »

Ce rappel est nécessaire pour bien comprendre que cette question de l’intercommunion qui scandalise certains évêques et cardinaux conciliaires, et on peut les comprendre d’ailleurs, est pourtant dans la ligne du concile Vatican II et des réformes qui en sont issues. Et c’est bien en raison de cette filiation que le pape François et la Congrégation pour la Doctrine pour la Foi, jeudi dernier, n’ont pas demandé à la Conférence épiscopale allemande qui autorise désormais l’accès à la communion pour le conjoint protestant dans un couple mixte de façon plus systématique d’y renoncer. Ils ont vaguement argué de la nécessité de trouver « un consensus si possible unanime » sur cette question avec les évêques qui y sont opposés tout en saluant « l’engagement œcuménique des évêques »… Aucune interdiction romaine n’a été posée ce qui laisse donc la porte ouverte à l’intercommunion.

Cette conclusion vaticane en forme de reconnaissance officieuse de la décision des prélats d’outre-Rhin a fait sortir de son silence le cardinal Willem Jacobus Eijk, archevêque d’Utrecht. Il a déclaré à La Nuova Bussola Quotidianna que

« l’intercommunion est, en principe, seulement possible avec les chrétiens orthodoxes, parce que l’Église orientale, même si elle n’est pas en pleine communion avec l’Église catholique, a de vrais sacrements et surtout, en vertu de la succession apostolique, un sacerdoce et une Eucharistie valides ».

Avec les Orthodoxes la communion est donc possible, avec les protestants « non » parce que ces derniers « ne partagent pas la foi dans le sacerdoce et dans l’Eucharistie ». Le pape François estime-t-il ne peut donc en aucune façon accepter la proposition allemande.

Le cardinal hollandais hausse le ton dans son entretien, et s’en prend au pape lui-même :

« En observant que les évêques et surtout le successeur de Pierre manquent à leur devoir de garder et transmettre fidèlement et dans l’unité le dépôt de la foi, contenu dans la Tradition sacrée et dans la Sainte Écriture, je ne peux pas ne pas penser à l’article 675 du Catéchisme de l’Église catholique… » qui évoque le « mystère d’iniquité  sous la forme d’une imposture religieuse apportant aux hommes une solution apparente à leurs problèmes au prix de l’apostasie de la vérité. » » .

Le pape François est ainsi accusé de ne pas transmettre ni la bonne doctrine ni la tradition…

Pourtant que transmet-il de si différent dans le fond, -la forme bergoglienne assurément étant plus révolutionnaire que celle de son prédécesseur conservateur-, que le cardinal Ratzinger, futur Benoît XVI, lorsque ce dernier donnait la communion publiquement au frère protestant Roger de Taizé ?

La question fondamentale ne se trouve-t-elle pas plutôt dans Vatican II et les réformes qui en sont issues ? Dans son esprit moderniste, progressiste, évolutionniste, œcuménique et relativiste qui est la source à laquelle s’abreuvent toutes ces innovations, de Paul VI à François, en passant par Benoît ?

C’est bien beau de voir le cardinal Willem Jacobus Eijk s’opposer, courageusement certainement, à l’intercommunion, au pape François et aux évêques allemands, mais son action aurait d’autant plus de poids et de portée s’il condamnait pareillement le Code de Droit canon de 1983 et le concile Vatican II fondement de cette ouverture, ainsi que les prédécesseurs de François qui l’ont permise…

« Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences alors qu’ils en chérissent les causes. » Bossuet.

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Inscrivez-vous à la 1ère UDT du Pays réel !
www.udt-du-pays-reel.com

9 commentaires

  1. Cadoudal says:

    qu’ attendre de bon d’un intrus qui a canonisé Luther ? il faut débarquer Dingoglio..

  2. pamino says:

    «[…] l’Église orientale, même si elle n’est pas en pleine communion avec l’Église catholique, a de vrais sacrements et surtout, en vertu de la succession apostolique, un sacerdoce et une Eucharistie valides ».
    L’auteur bat les mots en introduisant mine de rien un glissement sémantique (en ce disant, je ne me donne pas la peine de parler de son distinguo subreptice entre « vrais » et « valides »).
    C’est vrai. Mais c’est de la même religion fondée par Notre Seigneur qu’il il s’agit dans les deux cas ; le fait que chacune prononce l’autre σχισματικὴν et αἱρετικὴν ne change pas la vérité que chacune est καθολικὴ ‘universelle, partout présente’. Et chacune est aussi μία ‘una’, ἁγία ‘sancta’ et ἀποστολική ‘apostolica’ (formulation 2/3 bilingue du concile d’Istanbul). (Ah, où serions-nous sans la langue grecque ?)
    Plus pertinemment : Il est évident que le contraire de « orientale » n’est pas ‘catholique’, comme dit l’auteur, mais « occidentale ».
    L’Église orientale n’est pas en pleine communion avec l’Église occidentale et L’Église occidentale n’est pas en pleine communion avec l’Église orientale, quod erat demonstrandum, voilà.
    Et maintenant ?
    N. B. ‹Istanbul› n’est pas un mot turque mais du bas grec, εἰς τὴν πόλιν, ‘vers la ville’ (grec classique argotisé), στὴν πόλιν ‘en ville’ puis Stamboul ‘la ville’ tout court en bas grec, le nom populaire de Κωνσταντινόπολις.

    • Hiliare de Poitiers says:

      T’as beau parler grec (on doit sortir tous les deux de chez les jés …) , tu confonds oriental et orthodoxe . par ailleurs , il y a eu une orthodoxie occidentale . Depuis les débuts du christianisme en Gaule . Réétudie l’histoire de l’Eglise , et sérieusement pas l’histoire réécrite par Rome depuis 1054 ….

  3. pamino says:

    Le cœur de Mgr Eijk est fait de bon bois de chêne résistant.

  4. Lionel says:

    On a l’impression que l’Église a été mise en liquidation et que les évêques ne sont plus que des « fonctionnaires ecclésiastiques », sans aucune préoccupation réellement pastorale!…
    Ils s’adonnent au syncrétisme religieux à outrance et suivent le mouvement décadent, « idéologiquement correct », de la société civile et essentiellement laïque…
    La Hiérarchie est en état d’apostasie généralisée, c’est criant dans la parole et dans les actes!
    En fait, je crois que l’Église officielle veut s’aligner sur les autres religions dites “chrétiennes” beaucoup plus laxistes sur ce sujet:
    19 décembre 2016 10h33 am
    Le problème auquel nous sommes confrontés en ce qui concerne l’œcuménisme, particulièrement avec les orthodoxes et les protestants, est la recherche de l’unité dans la diversité.
    Or, la recherche de l’unité dans la diversité, c’est vouloir reconstruire la Tour de Babel, alors que l’unité dans la vérité incarne l’œcuménisme vraiment catholique, cette unité à laquelle l’Église sainte a toujours aspiré.
    L’œcuménisme, tel qu’il est pratiqué, à quoi cela mène-t-il? réponse: au relativisme et par voie de conséquence, à l’apostasie…
    Certes, on peut vivre en amitié avec quelqu’un sans toutefois partager les mêmes idées. Il n’y a rien de nouveau à cela.
    En revanche, je voudrais bien savoir comment il est possible de concilier des idées différentes et même parfois opposées tout en restant honnête avec soi-même ainsi qu’avec Dieu? Sans certitudes ni rectitude, la religion n’a pas de sens, elle ne se situe plus dans l’économie du salut. Elle ne constitue, au mieux, qu’une simple communauté fraternelle de laquelle est évacuée toute perspective d’éternité, ce qui ne correspond pas nécessairement à ce à quoi aspirent les fidèles… Ne s’agit-il pas tout simplement d’un détournement spirituel?
    En d’autres termes, il faut savoir ce que l’on veut et chercher à connaître Celui en qui et ce à quoi l’on croit, en acquérir l’intelligence du savoir, rechercher en toute chose la Vérité, car Jésus, notre Dieu et Souverain Seigneur, a dit: “Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie. Nul ne vient au Père que par moi” (Jean 14,6). “Celui qui croit en moi a la vie éternelle” (Jean 6,47-48). “Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang demeure en moi et moi en lui” (Jean 6,56-57).
    Toute autre considération n’est pas d’inspiration divine. Il convient de s’en souvenir, même au prix de renoncer à une “unité” qui ne peut être qu’un leurre sans rapport avec l’unité voulue par Dieu et que Lui seul nous accordera le jour qu’Il aura choisi dans sa sagesse infinie et insondable.
    Telle est l’unité à laquelle je crois et que je souhaite.
    Je crois aussi à l’exclusivité de la grâce que nous obtiendra la Très Sainte Vierge Marie Immaculée, si nous savons la lui demander (18 janvier 2004).
    « Dieu se rit des prières qu’on lui fait pour détourner les malheurs publics, quand on ne s’oppose pas à ce qui se fait pour les attirer. Que dis-je? quand on l’approuve et qu’on y souscrit, quoique ce soit avec répugnance » – Bossuet (Œuvres complètes de Bossuet vol XIV, Jacques Bénigne Bossuet, éd. L. Vivès (Paris), 1862-1875, p. 145)

  5. Wolf says:

    Oui, l’Eglise est en liquidation. D’où, un jésuite à sa tête. La prophétie de Saint Malachie est en phase de réalisation…

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com