fellay082610Dans une longue interview exclusive au National Catholic Register, le Supérieur Général de la FSSPX, Mgr Fellay, fait un tour d’horizon des pourparlers en cours entre la Fraternité et le Saint-Siège, donne son avis sur le pape François, et ce qu’il considère « l’état catastrophique » de l’Église aujourd’hui. En voici quelques extraits, en avant première…

Sur la régularisation de la FSSPX avec Rome

C’est donné, c’est un droit de l’avoir mais nous n’allons pas nous compromettre, blesser la Foi, la discipline de l’Église. Nous considérons comme une injustice que l’on ne nous la donne pas et donc nous réclamons de pouvoir dire notre point de vue : c’est tout… C’est tout !

Comment le pape François voit la FSSPX

C’est sûr qu’il n’aime pas les gens idéologues, ça c’est très clair. Mais je crois qu’il nous connaît assez depuis l’Argentine pour voir que nous nous soucions des gens. Nous avons peut-être une position doctrinale très forte, mais nous sommes bienveillants et donc nous démontrons une véritable, disons, action suivant cette doctrine. Et je ne crois pas que ce soit ça qu’il nous reproche. Certes, il n’est pas d’accord sur ces points où nous attaquons le Concile, certes-pas. Mais pour lui, comme la doctrine n’est pas si importante – l’homme, les gens, le sont bien plus – et là-dessus nous avons donné assez de preuves que nous sommes catholiques.

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

12 commentaires

  1. Emily says:

    Un point de vue doctrinal clair dont on attend la suite de l’interview : pas de compromission avec la Foi et la discipline de l’Eglise. Merci, Monseigneur !

  2. patate says:

    il court il court Monseigneur
    Monseigneur de Menzingen
    il court il court Monseigneur
    vers l’accord du fol hymen….

    mais pourquoi cette phrase: » nous réclamons de pouvoir dire notre point de vue »?
    il ne s’agit pas d’un point de vue, la Foi!!!
    arrêtez de faire de la politique, nous avons Dieu avec nous!

  3. monalisa says:

    il y a eu des papes de toutes sortes des criminels des..DES..etc et celui – ci est un franc – masson et il est le pape de l’antichrist ….autrement dit,… il est comme tous ceux qui nous gouvernent et qui détruisent les Etats et les sociétés ,…. jesus va revenir alors Mgr bishop FELLAY DE FFPX NE VOUS SOUCIEZ PAS D’ÊTRE RECONNU PAR CELUI QUI PRIE AU VATICAN LES LOUANGES A LUCIFER ….LAISSEZ TOMBER TOUT CELA ET FAITES VOTRE TRAVAIL SELON LES ENSEIGNEMENTS DE JÉSUS SANS VOUS PRENDRE NON PLUS POUR DES PHÉNIX MAIS POUR DES HUMBLES HOMMES QUI ONT CHOISI DE SERVIR DIEU EN TOUTE HUMILITÉ

    • Porcher says:

      L’orgueil sédévacantiste… Le « travail » d’un évêque se situe justement au sein d’une hiérarchie créée par Dieu (l’Eglise), à qui il peut arriver de se tromper si elle ne respecte pas les conditions que Dieu a fixées pour assurer son infaillibilité.
      Ce n’est pas parce qu’un père de famille est adultère qu’il n’est plus le père de famille et qu’on ne doit pas tenter de le ramener dans le droit chemin, parce que personne d’autre que lui ne peut ni ne doit guider efficacement ses enfants/ouailles.

      • Xavier Celtillos says:

        Je ne vois pas en quoi ne pas se soucier de la reconnaissance de celui qui détruit l’Eglise est assimilable à du sédévacantisme.

        Refuser tout accord et toute « régularisation » sans un règlement au préalable doctrinal a été jusqu’en 2009 la poisition inchangée de la FSSPX. Pourtant elle n’était pas suspect de sédévacantisme.

        Le problème se situe surtout dans le fait d’aller chercher un brevet de catholiscisme chez celui qui détruit l’Eglise. Cela n’a pas de sens. Relisez le magnifique sermon de l’abbé Chautard qui lui est dans cette ligne de crête que n’aurait jamais du quitter les supérieurs de la FSSPX :

        « Soyez fiers, chers fidèles, qui que vous soyez, d’être catholiques. Et ne soyez pas apeurés par cet épouvantail que l’on agite parfois, en affirmant que nous ne serions pas catholiques à part entière, que nous n’avons pas l’esprit de l’Eglise. Qu’on nous donne ou pas un document de catholicité, nous le sommes, et nous le sommes pleinement, totalement. Et ce diplôme de catholicité, c’est notre attachement à la foi romaine, à la liturgie romaine, aux sacrements de l’Eglise, c’est notre fidélité inébranlable au Siège de Pierre – fidélité fondée sur la foi et non sur une obéissance volontariste ; ce diplôme de catholicité c’est vous, chères familles nombreuses, c’est vous familles profondément chrétiennes d’où naissent de solides vocations religieuses et sacerdotales. »

        En savoir plus sur http://www.medias-presse.info/a-chartres-labbe-chautard-refute-les-oiseaux-de-malheur-ne-soyez-pas-apeures-par-cet-epouvantail-que-lon-agite-parfois-en-affirmant-que-nous-ne-serions-pas-catholiques-a-part-entiere/54647#0rfUrJMhGtwe2dMs.99

        • Porcher says:

          Effectivement, ne pas se soucier de la reconnaissance de quelqu’un qui détruit l’Église n’est pas assimilable à du sédévacantisme.
          Sauf que :
          1 – quand ce quelqu’un est le Pape,
          2 – quand ce Pape, malgré ses propos pour le moins ambigus, reconnait notre catholicité sans aucun problème,
          3 – quand cette reconnaissance n’a pas été recherchée par la Fraternité, donc ne devient pas un bien en soi qui primera sur la proclamation de la vérité,
          il n’est pas possible de balayer d’un revers de main ce lien proposé sans pencher dangereusement vers un schisme dont les tenants se justifieraient par un sédévacantisme de bon aloi.
          Mgr Lefebvre, si souvent revendiqué par ceux qui pensent incohérente la position de la Fraternité, n’a jamais refusé le moindre contact avec Rome, et un mois encore avant les sacres de 1988, suppliait le Saint Père d’accepter la date prévue pour ces sacres. Il a lui-même, et de façon ferme et rigoureuse, remis à leur place les séminaristes qui critiquaient les relations qu’il entretenait avec Rome, sous le même argument qu’il n’y avait rien de bon à retirer de ces échanges.
          De toute façon, lorsque des laïcs commencent à juger publiquement les actes d’hommes d’Église (bien sûr, lorsqu’ils ne sont pas intrinsèquement mauvais), il faut rester très méfiant. Que nos prêtres et évêques le fassent, rien de plus normal, ils sont dans leur rôle et dans leurs prérogatives de pasteurs. Pas nous.
          Deux remarques un peu plus larges pour terminer, qui me sont inspirées par la ligne quelque peu risquée que défend votre blog (très intéressant et bien fourni par ailleurs) sur ce sujet:
          1 – à observer avec un peu de recul les discours tenus par ce que l’on peut appeler (par un raccourci à ne pas sortir de son contexte, je sais que la réalité est plus complexe) « les 2 camps », pour ou contre les accords, on peut résumer les positions comme suit: contre, les arguments vont en général dans le sens d’une inquiétude quelque peu méfiante et désabusée, une recherche de solutions humaines à court terme, avec l’impression non dite d’un sauve-qui-peut général, puisque plus personne n’est digne de confiance. Raisonnement très humain, vous en conviendrez. Au contraire, à écouter ce qu’en dit celui qui est le plus au courant de ces discussions et qui peut le mieux en parler, Mgr Fellay, le discours s’appuie sur une confiance infinie en la Providence, l’assurance tranquille de maintenir ce qui a fait le combat de la Fraternité jusqu’à maintenant, et que le reste sera donné par surcroit, Dieu y veillera. Finalement, la même ligne que Mgr Lefebvre, qui rassurait sa sœur lui demandant ce qu’il adviendrait de son œuvre après sa mort: « C’est très simple, si la Fraternité est de Dieu, elle perdurera. Si elle n’est pas de Dieu, elle s’éteindra. Pas d’inquiétude. » On y voit quand même un peu plus de confiance en la puissance divine, qui a su relever un pays complet grâce à d’une jeune fille de 19 ans: je pense qu’il est à sa portée de se servir du Pape qui semble le plus excentrique de tous pour commencer le redressement de Son Église…
          2 – aucune crise de l’Église ne s’est réglée par ses fidèles, tout vient de la tête, c’est ainsi que Dieu a toujours mené la barque, et c’est bien pour cela qu’il l’a instituée de façon hiérarchique. Les promesses de Fatima vont d’ailleurs bien dans ce sens, puisque c’est bien le Saint Père et son action qui sont désignés par Notre-Dame comme étant le début du règlement de cette crise. Ne pas le reconnaitre fera petit à petit pencher vers un schisme de fait, et risque de faire perdre aux fidèles la conviction que l’Église reste sur terre le seul moyen que Dieu a donné pour notre salut, le « sentire cum Ecclesia ».
          Ne versons pas dans une collégialité que nous sommes les premiers à critiquer quand elle vient du concile Vatican II: c’est bien pour cette raison que la Providence a permis à une structure ecclésiastique solide de rester debout au milieu du marasme des 50 dernières années.

          Je pense enfin qu’il ne faut pas faire dire à M l’abbé Chautard ce qu’il n’a pas dit: une reconnaissance par Rome n’a jamais été vue ni présentée par les supérieurs de la Fraternité comme un « diplôme de catholicité », et je ne vois pas dans son sermon, ni dans d’autres d’ailleurs, quelque chose qui permette d’en douter. A moins que nos évêques ne nous mentent en permanence, croyance dont je vous laisse juger du sérieux…
          De toute façon, comme vous le dites, on peut penser qu’une « régularisation » sans préalable doctrinal serait dangereuse: étant donné que cela est au cœur de toutes les discussions, on peut donc légitimement être confiant.

          • Xavier Celtillos says:

            Je pense que vous faites erreur dans une partie de vos prélables.

            Quand vous affirmez que
            1 – « quand ce Pape, malgré ses propos pour le moins ambigus, reconnait notre catholicité sans aucun problème » : ceci est faux, ce n’est pas « sans aucun problème », puisqu’il n’ont de cesse e parler de « communion imparfaite » et de « cheminement ». Si François dit que nous sommes catholiques nous n’allons pas le lui contester, car tout mauvais qu’il est il peut dire des choses vraies, mais ce n’est pas parce que le pape le dit que c’est vrai.

            2 – « quand cette reconnaissance n’a pas été recherchée par la Fraternité, donc ne devient pas un bien en soi qui primera sur la proclamation de la vérité » : j’aimerai être d’accord avec vous, sauf que : a – la reconnaissance a été recherchée par Mgr Fellay, en totale désaccord avec la mandat du chapitre de 2006 qui l’excluait de façon absolu ; b – la proclamation de la vérité passe aussi par la condamnation de l’erreur et des fauteurs d’erreur, condamnation qui n’ets plus de mise depuis que la maison générale recherche cet accord.

            Vous pouvez tourner les choses dans le sens que vous voulez : tout ceux qui ont voulu une reconnaissance par cette hérarchie moderniste ont tôt ou tard été réduit au silence, tous. Et les aruguments de Mgr Fellay aujourd’hui ne sont pas différents de ceux de Mgr Rifan hier ou de don Gérard par exemple.

            • Porcher says:

              Merci de votre réponse, vous confirmez mes dires sur l’inquiétude suspicieuse que je mentionnait juste avant…
              Vous avez raison pour le « sans aucun problème », j’ai été trop rapide. Tout au moins peut-on dire « sans objection concrète », ce qui constitue tout de même un changement majeur et inattendu. En revanche, votre deuxième paragraphe est faux, les communiqués et autres sermons des 2 dernières années parlent d’eux-mêmes: ne pas le reconnaitre ne serait pas honnête.
              Et enfin, il ne s’agit pas de tourner les choses dans un sens ou dans l’autre: j’observe et j’écoute, c’est tout. Sans être péremptoire sur un sujet dont je ne connais pas toutes les données, comme l’intégralité des fidèles d’ailleurs…

              • Xavier Celtillos says:

                Je ne pense pas que le £2 soit faux :
                – la volonté d’avoir recherché un accord contre le mandat du chapitre est un fait établi : vous pouvez lire la déclaration du chapitre de 2006 et la lamentable déclaration doctrinale proposée par Mgr Fellay en 2012. Si après cela vous doutez encore, relisez l’interview de 2012 à Dici ou il ne fait pas mystère de vouloir un accord :
                http://www.dici.org/actualites/entretien-avec-mgr-bernard-fellay-sur-letat-present-des-relations-de-la-fraternite-saint-pie-x-avec-rome/
                – la mise en veilleuse des dénonciations est perceptible : elle n’est pas uniforme et absolue, mais elle est là ; silence sur la canonisation de JP II, silence sur Assise par Benoit XVI, silence sur le Synode, etc…Certes il y a ici ou là des petites phrases lors des sermons, mais ce n’est pas ce que l’on appelle une dénonciation en bonne et dûe forme de l’erreur, par des communiqués et des textes officiels argumentés théologiquement.

                • Robert says:

                  St Alphonse de Liguori, Le grand moyen de la prière ; 1759 : « Croire que l’Eglise peut se
                  tromper dans la canonisation des saints ne peut être exempt de faute ou d’hérésie,
                  d’après saint Bonaventure, Bellarmin et d’autres, ou tout au moins d’une erreur proche
                  de l’hérésie, d’après Suarez, Azor, Gotti, etc. En effet, dans la canonisation des saints
                  tout spécialement, ainsi que l’enseigne le Docteur Angélique [St Thomas d’Aquin], le
                  Souverain Pontife est guidé par l’inspiration infaillible du Saint-Esprit. »

  4. Guy de la Croix says:

    Monalisa … vous avez tout dit…bravo.

  5. karr says:

    LE TEMPS PASSE ET IL EST EVIDENT QUE LA QUESTION DE LA RELEVE SE POSERA SOUS PEU EN CE QUI CONCERNE LES EVÊQUES DE LA FSSPX,ACCEPTER UN STATUT POUR LA FRATERNITE AU SEIN DE L’EGLISE OFFICIELLE NE SIGNIFIE PAS ACCEPTER CE QUE FAIT OU NE FAIT PAS LE PAPE ACTUEL.
    SI LA DIVINE PROVIDENCE UTILISE CE PAPE POUR CETTE OEUVRE IL FAUT L’ACCEPTER.
    CELA NE SIGNIFIE MÊME PAS ACCEPTER LE CONCILE PUISQUE FRANCOIS EN FAIT PEU CAS.
    NOUS SOMMES CATHOLIQUES ET NON « LEFEBVRISTES » COMME AIMENT TANT A LE DECLARER LES ENNEMIS DE LA TRADITION,NOUS SUIVONS CE QUE MONSEIGNEUR LEFEBVRE NOUS A TRANSMIS ET QU’IL A LUI MÊME RECU,JAMAIS MONSEIGNEUR LEFEBVRE N’A SOUHAITE FONDER UNE SECTE,UNE EGLISE EN DEHORS DE L’EGLISE DE ROME.TOUS SES DISCOURS RAPPELLENT SA GRANDE FIDELITE A L’UNIQUE EGLISE QU’EST L’EGLISE CATHOLIQUE,APOSTOLIQUE ROMAINE.
    VOILA CE QUI DEPLAIT AUX ADVERSAIRES DE LA FSSPX,ILS SOUHAITERAIENT TANT QUE LA FRATERNITE DEVIENNE VERITABLEMENT SCHISMATIQUE ET HERETIQUE EN SE COUPANT DE ROME ET EN DEVENANT SEDEVACANTISTE.
    HELAS MGR WILLIAMSON LEUR APPORTE DU GRAIN A MOUDRE EN TOMBANT DANS LE SCHISME ET L’EXCOMMUNICATION.
    LA FSSPX A TOUTE SA PLACE DANS L’EGLISE CATHOLIQUE AFIN DE DENONCER LES DERIVES ISSUES D’UN CONCILE QUI NE SE DEFINISSAIT LUI MËME QUE PASTORAL,AU NOM DE LA PASTORALE NOUS CONSTATONS COMBIEN CETTE EGLISE CONCILIAIRE S’EST ELOIGNEE DE LA VERITABLE FOI ET DE LA VERITABLE DOCTRINE CATHOLIQUES!

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com