L’actrice Isabelle Adjani est intervenue dimanche pour dénoncer le projet gouvernemental d’imposer onze vaccins à nos enfants en bas âge.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

12 commentaires

  1. asics13 says:

    Bravo

  2. Perlimpinpin says:

    Et après les 11 vaccins, l’euthanasie lorsque le problème des retraites se reposera sachant qu’on arrive bientôt à la banqueroute des caisses de retraites (prévue pour 2017-2018) : http://www.economiematin.fr/news-la-caisse-de-retraite-des-cadres-agirc-bientot-en-faillite

  3. Boutté says:

    En ce domaine qu’impose t’on en Algérie aux bambins ?

    • jeannine wietrich says:

      Ils auraient du mal à imposer en algérie , vu que pour le moment c est les arabes qui commandent en France : c est vraiment une honte de voir ça !!!

      • jeannine wietrich says:

        Je rajoute et si des bébés meurent à qui reviendra la faute ? que nous diront ils ?????

  4. Pozzetto Bruno says:

    Dommage de faire de la publicité à des propos irresponsables et anti-scientifiques. Ce n’est pas parce qu’on est une (bonne) comédienne que l’on a des lumières sur la médecine. Je partage beaucoup des idées défendues sur ce site mais je trouve très dommage de vous voir prendre parti contre les vaccinations. Quand tous les crimes contre l’humanité seront du niveau des vaccinations, nous ne serons pas loin du Paradis sur terre ! En tant que spécialiste depuis 40 ans des microbes et des maladies infectieuses, je me permets de dire que la vaccination, tout comme l’eau potable, est une des mesures de santé publique les plus utiles à l’humanité sur le plan sanitaire. N’en déplaise à Mme Adjani, la rougeole, la coqueluche, la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, l’hépatite B, le méningocoque, le pneumocoque … ont tué des millions de personnes au cours des siècles alors que la généralisation des vaccinations contre ces agents permet d’éradiquer progressivement toutes ces maladies. Les autres pays européens n’imposent pas la vaccination car les couvertures vaccinales dans les pays cités sont proches de 80% de façon spontanée. Les gaulois sont des rebelles qui souvent ne comprennent que l’obligation. Cela peut avoir des avantages mais c’est catastrophique pour la santé publique. Vous trouvez que c’est normal que seulement 20% des soignants soient vaccinés contre la grippe alors qu’ils sont en contact avec des personnes âgées et fragiles qui meurent de cette pathologie par milliers chaque hiver ? On peut dauber sur l’industrie pharmaceutique comme sur toutes les grandes industries. Pourtant aucun laboratoire universitaire français ou étranger n’est capable de commercialiser un nouvel antibiotique, un nouvel antiviral, un nouvel antifongique ou un nouveau vaccin. La France devrait être fière de son savoir-faire vaccinal comme elle est fière de son industrie automobile. Bien sûr qu’il y a des abus et je suis le premier à les dénoncer. Mais ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain ! La lutte contre les maladies infectieuses passe par les anti-infectieux et les vaccins ! Ceux qui prétendent le contraire n’ont jamais été confrontés au problème. Tant mieux pour eux, même si tout le monde est touché un jour ou l’autre. Pour terminer, j’enjoins les personnes qui ont un vrai esprit de résistance de se battre pour les causes qui en valent la peine (avortement, euthanasie, perte de l’identité sexuelle, préservation de notre identité nationale chrétienne …) plutôt que de s’acharner sur de fausses croisades. BP

  5. Jean-Pierre Dickes says:

    Oui. En attendant il y a un professeur qui a étudié la question de l’aluminium qui se trouve dans les vaccins. Il a été reçu par Bourdin d RMC, à RTL ;il y a plusieurs de ses interventions que l’on retrouve sur Youtube.
    Par ailleurs je connais des spécialistes en immunologie. Pour eux il est dangereux de toucher le sustème immunitaire des bébés à cette âge. Nous savez très bien que le Tribunal de l’Europe a reconnu un cas de sclérose en plaques après vaccination par l’hépatite B. Cette vaccination a entraîné une hausse de 64 % de cette maladie. Que les homosexuels et les laborations travaillant le sang se vaccinent ; oui bien sûr. Mais le rest e de la population n’a pas besoin de ce vaccin. Pourquoi l’imposer. Quand il n’y a plus eu de vaiole on a arrêté de vacciner. Tous les confrères que je connais et moi-même n’ont jamais vu de diphtérie. Pourquoi continuer d’imposer ce vaccin. J’ai exercé la médecine et je continue en bénévolat à la Croix-Rouge et en mission humanitaire aux Philippines. Je n’ai jamais vu un cas de rougeole. Cela existait il y a 60 ans. Il y aurait eu quelques cas de rougeole récemment de gens déjà vaccinés. Le nombre de vaccins utiles est très restreint. La polio me semble par exemple indispensable ainsi que le tétanos bien que je n’ai jamais rencontré une personne ayant cette maladie. Il y a des terres tétanigènes : cela ‘est pas le cs dans le Nord de la France. Pourquoi imposer le vaccin antirubéoleux aux garçons. C’est une maladie bénigne et les petites filles peuvent s’immuniser en embrassant une autre petite fille porteuse de la maladie. L’une et l’autre s’en tireront avec un frisson de boutons de deux ou trois jours.
    Personnellement je me suis fait vacciner contre le pneumocoque quand le vaccin a été commercialisé. je ne suis allergique à pratiquement rien. Je n’ai pas de terrain atopique allergique). Mon ami, je me suis retrouvé avec une cuisse doublée de volume? U bébé dans ce cas eut été en grand danger.

    • Un citoyen avec quelques notions de santé publique et une formation juridique says:

      Mon cher, vous vous dites médecin et exerçant la médecine dans le tiers monde… Voilà qui colle parfaitement au profil d’un médecin bien connu…. celui de Jean-Pierre Dickès.

      Aurions nous la chance de voir un des plus célébre médecin français de notre époque, titulaire d’une chronique radio et rédacteur de nombreux articles éthiques, s’exprimer sur un blog peu connu et par le biais de l’anonymat ?

      Ou bien n’êtes vous qu’un individu, à la recherche d’une légitimité pour vos propos ?

      Je pense que vous n’êtes pas médecin. Je ne le suis pas mais j’en défend. Un médecin qui se renseigne sur Youtube, qui affirme sans l’ombre d’un doute que l’aluminium est un méfait, que la vaccination Hépatite B est à l’origine d’une augmentation de 64% des SEP,

      ET SURTOUT, qui n’a jamais vu de cas de rougeole … Quel genre de médecin êtes vous ? Je pense pas qu’un médecin qui n’en ait pas croisé existe, c’est une des pathologies les plus répandues au monde. Alors je dis menteur mon cher ami.

      Que vous le soyez ou non importe peu. Se faire passer pour quelqu’un d’autre est peu glorieux. Si vous souhaitez critiquer, eh bien critiquez mon ami mais faites le avec votre nom !

      Faute de connaissances, ayez au moins un peu de responsabilité.

  6. Un citoyen avec quelques notions de santé publique et une formation juridique says:

    Cette citation est parfaitement stupide.

    En premier lieu, Madame Adjani méconnait complétement la notion même, éthique et juridique, de crime contre l’humanité (Article 7 du Statut de Rome). Mettre en parallèle obligation vaccinale et certaines des atrocités du 20e siècle est, outre un acte de diffamation (Article 29 L. 1881). Surtout, c’est à mon avis une insulte grave à la mémoire des victimes de ces crimes. On ne saurait accepter la banalisation du terme de crimes contre l’humanité !

    En second lieu et pour en venir au vif du sujet, Madame Adjani semble oublier que la question des vaccins n’est pas de savoir s’ils sont ou non dangereux. Oui les vaccins sont dangereux, à l’instar de tout médicament. La question est celle de savoir si leur balance bénéfice/risque est positive. Or, il est absolument incontestable que l’instauration des vaccinations obligatoires au cours du 20e siècle est une des premières causes de recul de la mortalité. (http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/08/01/comment-les-vaccins-ont-durablement-fait-reculer-les-maladies_5167442_4355770.html#tetanos)

    Plus personnellement j’ajouterais que ceux qui doivent s’inquiéter, ce sont les associations anti-vaccins et les parents qui suivent ces conseils mal avisés. En droit français, cela s’appel mise en danger de la vie d’autrui par négligence au plan pénal (223-1 Code Pénal), et de la négligence parentale au plan civil.

    Il est temps de laisser de coté les discours de personnes qui n’y connaissent rien, juridiquement comme scientifiquement, et rappeler le contenu des lois françaises !!

    Il est parfaitement scandaleux de voir, en 2017, de jeunes enfants mourir dans les services de maladies infectieuses, de pathologies pourtant disparues depuis 3 générations !!

  7. Je lis que les propos tenus sont anti-scientifiques. Apportez donc la preuve que les vaccins sont efficaces pour lutter contre une maladie et que pensez-vous de ce discours : https://www.youtube.com/watch?v=e29SCSTtIlA

    Et de cet article : http://www.infovaccin.fr/l-eradication-de-la-variole.html

    Ou encore de celui-ci :http://www.sylviesimonrevelations.com/article-la-disparition-des-maladies-infectieuses-n-est-pas-due-aux-vaccins-119159716.html

  8. Bruno Pozzetto says:

    Toutes ces objections ont fait l’objet de multiples réponses. Il existe des milliers d’articles scientifiques originaires de tous les pays du monde (depuis les USA jusqu’à la Chine) pour attester de l’innocuité globale des vaccins et de leur considérable efficacité. Si une poignée de personnes, souvent plus au nom d’une philosophie ultra-libertaire (« il est interdit d’interdire ») que sur des arguments médicaux étayés, est vent debout contre les vaccins, l’immense majorité des médecins et des scientifiques milite pour l’intérêt de cette stratégie ; prétendre que toutes ces personnes sont inféodées à une industrie pharmaceutique meurtrière est faire injure à notre profession et au serment que nous avons prêté en rentrant dans ce métier. C’est un peu comme si on rendait responsable les industriels de l’automobile et les vendeurs de voiture des morts par accident de la route !
    Quelques réponses factuelles à quelques affirmations erronées véhiculées dans les propos précédents :
    – il est FAUX de dire que la vaccination contre l’hépatite B a fait augmenter la sclérose en plaque de 64% ; cette vaccination a maintenant été pratiquée sur plus d’un milliard d’êtres humains dans le monde et jamais aucune corrélation n’a pu être établie entre ces deux éléments malgré de nombreuses études sur le sujet (dont le suivi prospectif d’une cohorte d’infirmières américaines sur plus de 15 ans) ; lors de la campagne de vaccination introduite par Douste-Blazy il y a plus de 20 ans chez des femmes jeunes, il avait été noté la survenue de poussées de sclérose en plaque chez des vaccinées mais toutes les études ultérieures ont infirmé un quelconque lien de causalité entre les deux évènements, les personnes jeunes non vaccinées faisant autant de poussées que les vaccinées. Quant au risque d’infection par l’hépatite B, je peux vous garantir qu’il existe de nombreux sujets, et notamment de jeunes enfants contaminés à leur naissance par leur maman, qui présentent des charges virales considérables (plusieurs milliards de particules virales par millilitre de sang) pouvant aboutir à des contaminations par de simples traumatismes dans la cour de récréation ou sur un terrain de sport. L’hépatite B chronique affecte près d’un demi-milliard de sujets sur terre et son éradication passe par la vaccination universelle (l’homme étant le seul réservoir) ; elle est génératrice de cancer primitif du foie et de cirrhose que l’on peut prévenir par une des vaccinations les plus sûres et les plus efficaces, n’en déplaise à tous ceux qui prétendent le contraire. Depuis que la vaccination contre ce virus est OBLIGATOIRE chez les soignants, il n’y a plus d’hépatite B dans ces professions alors que les professionnels (notamment en dialyse, en chirurgie, dans les laboratoires) se contaminaient régulièrement au contact des patients et contaminaient ensuite leurs patients.
    – oui la rougeole était une maladie grave et il n’est pas raisonnable de vouloir arrêter de vacciner les enfants car nous verrons resurgir les complications associées à cette virose (encéphalites, pneumonies graves, encéphalopathie de Van Bogaert qui entrainait une démence chez des anciens rougeoleux de 14-15 ans ; je me souviens encore du décès d’une petite fille de cette complication rare mais terrible). Bien sûr qu’il existe beaucoup de rougeoles bénignes mais pourquoi faire courir des risques à des enfants alors que l’on dispose d’une arme absolue qui permet de faire disparaître complètement le risque. Un vaccin qui ne fait aucune polémique, parce que personne ne le connait, et qui est systématiquement pratiqué chez l’enfant est celui contre une bactérie appelée Haemophilus influenzae de type b ; cette bactérie est responsable d’innombrables infections ORL bénignes mais elle peut aussi donner des méningites mortelles ou assorties de lourdes séquelles chez l’enfant. Depuis que l’on vaccine, les méningites à haemophilus ont disparu. C’est exactement le même cas pour la rougeole … Pourquoi maintenir des maladies potentiellement graves si on peut les éliminer ?
    – que les plus âgés essayent de se rappeler de la poliomyélite dans les années 50-60 en France ; cette maladie était tellement fréquente qu’il existait des réanimations entièrement destinées à rééduquer les patients (enfants et adultes jeunes souvent sportifs et aux défenses immunitaires parfaites) atteints par ce virus ; les plus malchanceux mourraient ; les autres gardaient des paralysies et des boiteries à vie. A moins d’être d’une mauvaise fois absolue, on ne peut pas prétendre que ce n’est pas la vaccination (orale puis injectable) qui a vaincu cette maladie ; son éradication totale est difficile car toucher 100% des individus dans certains pays d’Afrique ou d’Asie n’est pas facile (la maladie est en train de resurgir en Syrie sur les terres de Daesh) mais cela fait 30 ans que l’on n’a plus vu de poliomyélite en France.
    – deux mots sur l’hydroxyde d’alumine présent dans certains vaccins ; certains vaccins comportent des agents infectieux inactivés, donc sans possibilité de se multiplier dans l’organisme ; pour créer un point de fixation de la réponse immunitaire, il faut rajouter un adjuvant dont le rôle est de faciliter la réponse inflammatoire qui va présenter l’immunogène (l’agent contre lequel on veut vacciner) aux lymphocytes qui sont les cellules capables de conserver la mémoire immunitaire et donc de protéger à très long terme. Le rôle du sel d’aluminium est de créer cette inflammation initiale. La quantité d’aluminium introduite par l’ensemble des injections vaccinales requises pour protéger un individu se chiffre en quelques milligrammes pour une vie alors que nous absorbons quotidiennement 3 à 10 mg de ce métal par l’alimentation ou la pollution (que tous ceux qui ont fait du camping ou du scoutisme se souviennent des gamelles en aluminium qui relarguaient des quantités considérables de ce métal !). Si véritablement les traces d’aluminium étaient un problème de santé publique, on l’aurait identifié depuis bien longtemps. Cela n’empêche que les recherches se poursuivent pour trouver des adjuvants plus biodégradables. La vaccinologie est une science, pas une affaire de barbouzes, et la qualité des vaccins s’améliore sans cesse.
    – un dernier mot ; ceux qui luttent contre les vaccins le font souvent au nom d’une sorte d’idéalisme teinté d’altruisme. Or la vaccination comporte dans son essence une dimension éminemment solidaire. Il existe une notion que les anglo-saxons dénomment « immunité de troupeau » ; ce concept signifie que, pour qu’une vaccination devienne réellement efficace et empêche les agents infectieux de circuler, il faut qu’environ 80% de la population soit immunisée. Quand ce seuil est atteint, les 20% qui restent résolument hostiles au principe de se faire vacciner ou de vacciner leurs enfants sont également protégés car la bactérie ou le virus ne peut plus circuler. C’est pourquoi il faut essayer de convaincre au moins 80% de nos concitoyens. Tant pis si les irréductibles continuent à affirmer contre toute évidence qu’il n’existe aucune preuve de l’efficacité des vaccins (j’ai vu d’ailleurs que ce sont les mêmes qui disent aujourd’hui que ce ne sont pas les agents infectieux qui sont responsables des infections mais le stress et les troubles de l’esprit …).
    Je fais appel aux personnes de bonne volonté pour ne pas se laisser impressionner par ces discours sectaires (notamment sur Mediapart) laissant croire qu’il existe un immense complot des firmes pharmaceutiques, des organisations internationales et des médecins pour empoisonner l’humanité. L’argent mis dans la prévention est autant qui n’ira pas dans les traitements couteux. Avouez qu’il vaut mieux éviter d’attraper une hépatite, une méningite ou une pneumonie grave que de payer très chers en soins et en médicaments pour s’en débarrasser ! Ne nous trompons pas de combat. Il y a assez de causes justes à défendre pour ne pas gober toute cette fausse science.

  9. Si les gens qui se vaccinent croyaient en l’efficacité de leurs vaccins, ils n’enquiquineraient pas les autres pour qu’ils en fassent autant ! point barre !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com