La Justice sait se montrer clémente à l’égard des délinquants, leur trouvant fréquemment les fameuses « circonstances atténuantes » qui permettent de présenter le voyou en une pauvre victime de la société.

Mais la Justice sait aussi se montrer intraitable et avoir la main lourde lorsqu’elle a devant elle un Français de souche dont le tort principal est de refuser la pensée dominante.

Jérémy Thebault vient d’en faire l’expérience. Il est condamné pour avoir abattu… un arbre de la « liberté », crime bien plus scandaleux, aux yeux de la République maçonnique, que le vol avec violences ou autres petites « incivilités » de la remuante « jeunesse » qui est « une chance pour la France ». 

Ci-dessous, le communiqué de Jérémy Thebault qui dirige le mouvement France Action Jeunesse.

Le 29 mars 2013, j’ai abattu à Berthenonville dans l’Eure, l’arbre de la « liberté » planté lors des commémorations du bicentenaire de la Révolution.  

J’ai commis ce geste de réparation et de justice afin de faire connaître et reconnaître ce que l’on appelle le « génocide Vendéen ».

Ce génocide fut orchestré par le régime républicain entre 1793 et 1796. Il est responsable de la mort de plusieurs centaines de milliers de personnes dans des circonstances effroyables.  

J’ai également commis cet acte pour m’attaquer à ce que Reynald Secher nomme le « mémoricide », c’est à dire la volonté des responsables de ce génocide de nier et de relativiser leur crime allant même jusqu’à faire passer les Vendéens pour les bourreaux.  

Ce mercredi 17 décembre, j’ai été condamné par la cour d’Appel de Rouen à un mois de prison avec sursis, 500 euros d’amende, 1 400 euros de dommages et intérêts ainsi que 420 euros de frais de justice.  

À travers cette condamnation, les tenants de l’histoire officielle ont sali une nouvelle fois la mémoire des victimes du génocide et entretenu le mémoricide. 

faj

Cependant, ce verdict n’entamera pas ma détermination à faire reconnaître le génocide Vendéen. Il s’annonce même comme une victoire car cet arbre de la « liberté » dont l’existence même était une provocation n’existe désormais plus et la république a due se confronter au rappel des faits dont elle s’est rendue responsable durant la révolution. 

Poursuivons la reconquête, parce que la vérité rend libre et que la liberté n’a pas de prix ! 

Pour soutenir  notre action, envoyez vos dons par paypal ci-dessous ou par chèque à l’ordre de « France Action Jeunesse » BP98544 – 95891 Cergy-Pontoise Cedex

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

3 commentaires

  1. Avec la « justice » façon Taubira, mieux vaut être une FemHaine qui tortille du slip dans une église pour insulter les catholiques que de couper un arbre (de la liberté de guillotiner ?)

  2. Ce que disent et font les « Tribunaux républicains » n’a strictement aucune importance ! Ne payez rien ! Nous sommes tous à un cheveu de la REVOLTE et ils ont plus qu’intérêt à la fermer dorénavant !…

    • oui, la justice républicaine est morte avec l’instauration du syndicat de la magistrature : les jugements sont maintenant de nature politique.
      Une justice politique est un élément essentiel dans une dictature.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com