Lors d’une conférence de presse aujourd’hui, vendredi 22 décembre, avec le président de la République française, Emmanuel Macron, après une rencontre entre les deux hommes, le président de l’Autorité nationale palestinienne, Mahmoud Abbas, a affirmé que les Palestiniens n’accepteront plus aucun plan de paix proposé par les États-Unis concernant le conflit israélo-palestinien, estimant que Washington s’est désormais « discréditée » en reconnaissant Jérusalem comme la capitale d’Israël :

« Nous n’accepterons aucun plan de la part des États-Unis » qui « se sont disqualifiés eux-mêmes. »

Emmanuel Macron, en prenant la parole, a déclaré que « les Américains sont marginalisés, j’essaye de ne pas faire de même ». De même il s’est prononcé sur la question d’un état palestinien : « Décider unilatéralement de reconnaître la Palestine est-il efficace ? Je ne crois pas. » Car ce serait une réaction » à la décision américaine « qui a provoqué des troubles dans la région ». Il « n’y a pas d’alternative à la solution des deux États et pas de solution sans accord entre les parties sur Jérusalem » a-t-il ajouté.

L’affrontement est toujours plus dur après que l’Assemblée Générale de l’ONU ait approuvé une résolution qui rejette la décision de Washington de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël en déplaçant son ambassade de Tel-Aviv dans la ville sainte. Ce vote a déclenché chez l’ambassadrice des États-Unis aux Nations Unis, Nikki Haley, un commentaire cinglant. Elle l’a défini comme « irresponsable » :

« Les États-Unis déplaceront leur ambassade à Jérusalem, et c’est la chose juste à faire. Aucun vote des Nations Unies ne fera la différence. Mais ceci est un vote dont les États-Unis se souviendront. Nous nous souviendrons du jour où ils ont été attaqués pour avoir exercé leur droit comme nation souveraine. Ce vote fera la différence sur comment les Américains voient l’ONU et les pays qui nous manquerons de respect. Nous nous souviendrons de ce vote. »

Sur les 193 pays membres de l’ONU, 128 ont voté jeudi en faveur de cette résolution condamnant la reconnaissance par les États-Unis de Jérusalem comme capitale d’Israël. Parmi les votes en faveur se trouve celui de la France, ensemble à 25 pays de l’Union Européenne dont l’Italie, l’Allemagne et la Grande-Bretagne. Trente-cinq États, dont le Canada, le Mexique, la Pologne ou la Hongrie, se sont en revanche abstenus et 21 n’ont pas pris part au scrutin. Neuf pays, dont les États-Unis et Israël, ont voté contre.

Israël, dans un communiqué diffusé par le bureau du premier ministre Benjamin Netanyahu, a fait savoir sa désapprobation quant à cette résolution :

« Israël refuse la décision de l’ONU et en même temps est satisfait pour le nombre élevé de pays qui n’ont pas voté en sa faveur. »

« Israël remercie le président Trump pour sa position ferme en faveur de Jérusalem et remercie les pays qui ont voté ensemble avec Israël, ensemble pour la vérité. »

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

4 commentaires

  1. « […] Ce vote fera la différence sur comment les Américains voient l’ONU et les pays qui nous manquerons de respect. Nous nous souviendrons de ce vote. »
    Cette arrogance étudiée rappelle presque littéralement celle du gouvernement nazi envers la Ligue des Nations dans les années 30 ; absit omen.

    • (pas )Son( mais écriture) sans sens : J’ai oublié de corriger la traduction de l’original en « qui nous manqueront / qui nous auront manqué de respect ».

  2. « les Américains sont marginalisés, […] »
    Les Américains se sont marginalisés. Il faut qu’on contraigne Israël, en le menaçant de sanctions internationales économiques sévères, de se retirer de tout le territoire qu’il occupe illicitement.

  3. Veullez lire: Nombres 34: 1-12 et vous verrez si Israël occupe illicitement !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com