SAMSUNG DIGITAL CAMERA

La question de la relation entre la pratique des jeux vidéo et l’agressivité fait l’objet de discussions voire de polémiques notamment dans les milieux médicaux. Le Pr Douglas Gentile de l’Université de l’Iowa a voulu en avoir le cœur net et vient de faire paraître une étude dans la revue Jama Pédiatrics parue au mois de mars. Une des questions qui se pose est bien évidemment de savoir si ceux qui usent des jeux vidéo n’ont pas auparavant une tendance à la violence. Dans ce cas cette distraction ne serait que le prolongement d’un état antérieur. Inversement est-ce que des enfants doux comme des agneaux ne deviendraient pas agressifs à force de s’y livrer ?

Le médecin est allé chercher les enfants à Singapour. Pourquoi ? Parce que toute forme de violence est immédiatement réprimée : ceux qui s’y livrent sont immédiatement expulsés du pays. Si bien que le comportement est basique – calme ou violent – sur les enfants ayant participé à l’enquête. Il a pris 3.034 enfants de 8 à 17 ans (âge moyen 11 ans) dont 73 % de garçons.

Quatre questionnaires. Un concernant le type de jeu lui-même, les trois autres s’adressant aux actes et pensées agressives notamment vis-à-vis des parents. Même les rêves étaient pris en compte. Il y avait simplement à répondre oui ou non. Trois vagues d’enquêtes à une année de différence pour tous sur trois années. Différence établie entre les jeux violents, le comportement et les cognitions violentes. Ce dernier terme englobe principalement le langage, la mémoire, les prises de décisions.

Les chercheurs sont arrivés à la conclusion que les jeux violents amenaient des cognitions agressives puis aux comportements afférents. En clair l’usage de cette distraction jeux entraîne un comportement belliqueux et brutal. On s’en serait douté.

Plus intéressante et grave est la notion fondamentale qui se dégage, celle de l’âge. Plus les enfants passent leur temps très jeunes devant ce type de jeu, plus tôt ils deviendront violents dans l’adolescence. Autrement dit, plus ils commencent jeunes, plus vite ils seront agressifs. Ceci étant cumulatif avec le temps. Si dès la prime enfance et jusqu’à leur majorité ils ont joué des heures avec ce divertissement, ils auront toutes les chances de devenir dangereux à l’âge adulte.

La conclusion s’impose : en cas d’achat d’un jeu de violence, ne le remettre qu’aux plus âgés des enfants. Le donner aux petits les entraînera inéluctablement vers la violence après 18 ans.

Jean-Pierre Dickès

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

2 commentaires

  1. Fabien says:

    Autre solution : ne pas donner du tout de jeux vidéo aux enfants, et les remplacer par des divertissements sains, enrichissants et éducateurs (sport collectif, jeux de société, bonnes lectures, jardinage…)

  2. nico says:

    Étant moi même joueur depuis mon enfance et étant extrêmement calme, j’ai peut être un point de vue un peu biaisé. Cependant je trouve toujours ca un peu ridicule ce genre d’étude, le jeu-vidéo est trop vaste pour dire si il incite à la violence, ou à quoi que ce soit d’autre comme comportement, as-t’on des enquêtes pour déterminer si la lecture ou la musique rendent violents? Tout dépend du type de jeu…

    Pour ma part je pense que les jeux vidéos sont beaucoup moins néfastes que la télé, la télé ca excite parce qu’on est passif, alors que dans un jeu vidéo on est acteur, on se défoule dans le jeu, une fois la partie terminé on n’a plus besoin de se défouler, c’est un peu comme du sport en fait, sauf que c’est pas physique. C’est un peu comme tout les loisirs et tout les médias en fait, tout comme il faut faire attentions aux films et au livres qu’on donne à ses enfants. Et puis il faut bien faire gaffe au temps de jeux, c’est très prenant et chronophage les jeux vidéos. Pour cela il faut vraiment faire gaffe à la norme PEGI qui indique si le contenu du jeu correspond à telle tranche d’age.

    Comme pour tout les autres médias, je pense que le danger des jeux vidéo vient plus du contenu idéologique (très poliquement correct et progressiste, pas la moindre trace de transcendance, faut pas froisser les actionnaires et il faut se plier aux différentes législations) que du medium lui même.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com