justice-MPI

Est-il admissible qu’une surveillante d’un collège qui se dit catholique tourne dans un clip indécent ? La réponse devrait naturellement être un non.

L’affaire débute lorsque les élèves d’un collège catholique de Juan-les-Pins (Alpes-Maritimes) découvrent Véronique Bonnazola, leur surveillante âgée de 52 ans en mini-bikini dans le clip du rappeur niçois Novia qui circule évidemment sur internet. Elle s’y asperge la poitrine de champagne et prend des poses obscènes pour illustrer une chanson consacrée aux « cougars », les femmes matures qui entretiennent des relations sexuelles avec de jeunes garçons.

La direction de l’établissement catholique prend bien évidemment la décision de licencier la surveillante en question.

Mais voici que le conseil des prud’hommes a estimé le licenciement « sans cause réelle et sérieuse » ! La décision est tombée depuis un mois déjà et vient d’être rendue publique à l’issue du délai d’appel laissé à l’établissement scolaire qui a choisi d’accepter cette décision.

Le conseil des prud’hommes a notamment estimé que ce n’était pas au collège de « définir l’orientation artistique » de sa salariée en dehors des heures de cours !

L’ « artiste » en question n’a pas souhaité révéler le montant des indemnités obtenues, préférant se vanter d’avoir été contactée depuis par des producteurs de films pornographiques !

Décidément, la justice française prend un malin plaisir à se situer fréquemment du côté de l’immoralité…

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

Mots clefs , ,

2 commentaires

  1. Cécilien pelchat says:

    La population en général devrait savoir, si elle ne le sait déjà, qu’une forte minorité des juges tant européens
    qu’américains sont des athées pratiques. Or question: sur quels critères moraux basent-ils leurs décisions ? Sur cette fameuse morale « laïque«  ou civique qui ne divulgue pas sa source parce qu’elle n’en a pas, puis sur des textes législatifs qui se veulent de plus en plus « neutre« , et allez donc savoir ce qu’est la neutralité législative, puis sur une certaine « équité` qui flotte entre les deux premières règles. Or, deuxième remarque, ici en Amérique (États-Unis, Canada, Québec) nous avons instauré il y a plus de quinze ans, à travers chartes des droits et changements constitutionnels, ce qu’on appelle « le gouvernement par les juges« . Si une loi quelconque s’avère déficiente, ne serait-ce qu’en un seul de ses articles à l’égard des droits « dits fondamentaux« (discriminatoire envers race, sexe, religion, statut social), un juge peut la déclarer invalide. C’est ainsi que le législatif, même s’il prétend représenter la « vox populi«  en vertu du vote qui lui tient lieu de justification, est renversé par le judiciaire qui n’a de compte à rendre qu’à lui-même. Voilà pourquoi les juges se sentent de plus en plus autorisés à rendre la justice qui fait leur affaire. Autrefois, quand on enseignait le droit, on commençait par en annoncer les sources: l’autorité de Dieu qui balisait une morale certaine sur quoi le droit fondait son autorité exprimée par des textes de loi. Aujourd’hui, Dieu ne fonde plus le droit, c’est l’humeur de la République (j’allais écrire ironiquement la rumeur publique) qui le fait: si les sondages sont biens fondés, les législateurs, après avoir bien tâtés l’opinion publique décrètent qu’ainsi sera la loi. Ainsi, dépourvue de principes moraux religieux auxquels elle ne réfère plus, parce qu’obsolètes, elle ne tient plus compte de cet aspect des choses. En conséquence, une professeure d’un collège, ne jouissant plus du caractère de responsabilité que devrait lui enseigner la morale, peut « montrer son cul«  sur la place publique, sans porter atteinte à la respectabilité de l’institution publique où elle travaille. La loi « moderne« , c’est comme ça. Que voulez-vous, les juges font aussi partie d’un monde qui a perdu le nord moral et à tous égards en sont des exemplaires adéquats. C.pelchat

  2. Totolitoto says:

    Un juge quel qu’il soit ne prend pas ses décisions sur des critères « moraux », il prend ses décisions sur des critères de droit. La justice n’a que faire de la morale, fort heureusement.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com