A 15h aujourd’hui, se tient à Londres la nouvelle audience de la Haute Cour sur le cas de Charlie, petit bébé affecté d’une maladie rare et condamné par les médecins du Great Ormond Street Hospital de Londres, par des juges britanniques et par la Cour Européenne des Droits de l’homme de Strasbourg à être débranché. Sa vie, pour certains bien-pensants humanitaristes, ne vaut pas la peine d’être vécue.

Pourtant c’est pour cette petite vie et pour le droit de recevoir des soins que se battent ses parents depuis des mois.

« La bataille n’est pas terminée » ont-ils rappelé hier avec un tweet.

Vendredi 30 juin, devait avoir lieu l’exécution de Charlie, qui a été miraculeusement reportée au dernier moment.

Depuis lors, les parents ont pu obtenir la réouverture du processus judiciaire grâce à la présentation d’un protocole de soins expérimentaux de la part d’un groupe international de 7 experts, coordonné par l’hôpital pédiatrique du Banbin Gesu, dépendant du Vatican, qui a convaincu les médecins du Great Ormond Street Hospital, de demander à la Haute Cour  de reconsidérer le cas à la lumière de ces « nouvelles évidences » expliquées dans le document.

Grâce à ce protocole, la Haute Cour a la possibilité de revenir sur ses pas et de permettre à Charlie d’être soumis à cette nouvelle thérapie, comme le demandent ses parents.

Mais une telle décision n’est pas gagnée d’avance parce que la logique « du meilleur intérêt » est liée à une mentalité euthanasique qu’il n’est pas facile de dépasser pour des instances judiciaires soumises à la pensée unique en tout domaine.

Le risque encouru est donc que la Haute Cour renforce les premières sentences. Parce que, qu’on le veuille ou non, le cas de Charlie est destiné à faire de précédent : si le juge décide de sa mort immédiate, le principe selon lequel chaque personne en souffrance pourra être supprimée, en l’arrachant d’autorité à l’affection de ses proches, sera entériné ; de même que le principe selon lequel il y a des vies indignes d’être vécues, et ce sera l’Etat, le pouvoir, à établir les frontières de la dignité de la vie. Or c’est cela que voulaient les médecins et les juges dès le début, être les arbitres de la vie. Y renonceront-ils facilement ?

Car si, en revanche, le juge concède la possibilité de nouveaux soins pour Charlie, peut-être en consentant son transfert aux Etats-Unis ou en Italie, alors sera réhabilitée la priorité du rapport vital entre les parents et les enfants, et tout au moins sera donnée une chance à la vie. Il sera plus difficile également de faire passer pour une renonciation à l’acharnement thérapeutique ce qui est clairement de l’euthanasie et un infanticide.

Le fait que les médecins, certainement sous l’énorme pression due à la mobilisation internationale des mouvements pro-vie et de simples citoyens,  à l’intervention de Donald Trump et du pape François, même si celle-ci fut bien tardive, en faveur du maintien en vie de Charlie, aient demandé de prendre en considération le protocole expérimental suscite cependant de justes espérances.

Pour une fois serait-il possible que la culture de vie triomphe du nihilisme ambiant ?

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

3 commentaires

  1. balaninu says:

    Prions le Rosaire !!!!!!! et de plus le mois de Juillet est consacré au Précieux Sang de Jésus ! faire une neuvaine au moins pour que Satan ne gagne pas ….. serait le moins ! allez tous au Chapelet et aux litanies du Précieux Sang…. et la bataille est gagnée face au satanisme ambiant !

  2. Personnellement, je suis opposé à tout acharnement thérapeutique. Un choix.Il y a des moments dans nos vies, où il faut remettre sa confiance entre les mains de la Providence. Si une « vie » est capable de vivre sans appareillage sophistiqué, alors qu’elle vive. Dans le cas contraire il faut accepter l’issue fatale.

    • Vent d'Est, Vent d'Ouest says:

      @ Horace
      Dans ce cas, donnons une chance à Charlie pour un traitement expérimental aux USA ou ailleurs, Trump et le Pape le soutiennent. Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir, dit-on.

      L’euthanasie consistant à débrancher l’enfant du respirateur, de ne plus l’hydrater et de ne plus le nourrir, c’est une lente agonie que l’on lui impose, ce n’est pas juste lui enlever « un appareillage sophistiqué » mais le priver des soins les plus élémentaires pour justifier l’injustifiable.

      Quand je regarde les photos de Charlie Gard, je ne vois pas une simple « vie », mais un petit être de chair et de sang qui a parfois les yeux ouverts, qui bâille, qui a un poing devant sa bouche, en un mot comme en cent, qui est vivant !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com