2015-07-24 00:00:00 Members of German far-right party NPD hold a banner reading "stop the asylum abuse" during a demonstration against the arrival of refugees on July 24, 2015 in Dresden, eastern Germany. Three people were injured when clashes erupted between far-right demonstrators and pro-refugee protesters in Dresden, where hundreds of asylum seekers are due to be given shelter. AFP PHOTO / DPA / ROLAND HALKASCH +++ GERMANY OUT

Bayern a déjà reçu 60.000 nouveaux demandeurs d’asile depuis le début de l’année 2015 – l’équivalent de la population d’une ville de taille moyenne dans la région allemande.

L’immigration débridée conduit à une augmentation de la criminalité (BAYERN Depesche du 26 Juillet) et augmente parmi la population allemande le rejet des étrangers. Un autre problème, la plupart du temps occulté par les politiciens, c’est l’explosion des coûts engendrés par cette immigration.

À la mi-juin, le ministre des Finances de Bavière Markus Söder (CSU) a expliqué lors d’une réunion de hauts fonctionnaires fédéraux à Munich que les coûts d’hébergement et de restauration pour la majeure partie des demandeurs d’asile jusqu’à la fin de 2016 sont évalués à près de trois milliards d’euros.

Un mois plus tard, le gouvernement de l’État a annoncé qu’en raison du nombre élevé de demandeurs d’asile, il fallait s’attendre à une explosion supplémentaire des coûts d’au moins 2,2 milliards d’euros.

Le vrai coût de l’asile en Bavière est désormais hors contrôle et apparaît comme un sujet tabou pour les politiciens, avec des prévisions fausses et des promesses de prestidigitation budgétaire.

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

7 commentaires

  1. Denis says:

    Le sujet ne restera pas tabou très longtemps : les Allemands sont des bosseurs, et ils ont montré qu’ils n’ont pas très envie que les profiteurs se servent!
    Sinon, Madame Merkel va avoir de sérieux problèmes aux prochaines élections…

  2. ingrid says:

    DEUTSCHLAND WACH AUF !

  3. Denis says:

    https://www.youtube.com/watch?v=M0a2tJC-kFk

    Il manquait simplement un « e » chez Ingrid, mais cela se dit aussi…
    Mais pas très allemand le château du Bretzel, sauf peut-être dans un royaume imaginaire de BD

  4. Gazeleau says:

    On ne peut pas continuer à mettre des pays à feu et à sang pour notre confort économique, et attendre de la population qu’elle reste sous les bombes.
    Les bombes de nos propres usines d’ailleurs !!

    Il faut arrêter cette hypocrisie !

  5. Denis says:

    En quoi sommes nous responsables des crises permanentes entre chiites et sunnites, svp?
    Par ailleurs, toute l’Afrique est-elle en guerre?
    Ne croyez-vous pas, non plus, que notre confort économique devrait passer pas la spoliation du pétrole des Algériens, par exemple, que nous avons contribué à mettre en exploitation, au lieu de devoir l’acheter et d’être pris en otage?

    • konigsberg says:

      La colonnisation nous a coûtée bien plus cher qu elle nous a rapportée… les rapport economique de l epoque sont clairs.

      Nous avons surpayer les fruits de 15 % par rapport au prix internationnal… par exemple.

      Le petrole est une arnaque sur le dos du travailleur blanc, qui profite aux banksters juifs et au tas de semites qui vivent dessus… l energie libre et gratuite existe depuis fort longtemps… lire TESLA pour ca.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com