Comme disait Coluche dans un de ses sketchs : « Plus on est de fous, moins il y a de riz ».  Pour la première fois de l’histoire, les autorités chinoises ont autorisé des importations de riz américain. C’est du moins ce qui a été annoncé le 20 juin par George Ervin « Sonny » Perdue III, Secrétaire à l’Agriculture de l’administration Trump. Cette décision donnera aux agriculteurs américains la possibilité d’accéder au plus grand marché mondial du riz, la Chine en ayant importé l’an dernier quelque 5 millions de tonnes, a déclaré Sonny Perdue dans un communiqué.

La Chine a ouvert son marché du riz quand elle a rejoint l’Organisation mondiale du Commerce en 2001, mais l’absence de protocole phytosanitaire entre les deux pays empêchait de facto aux Américains d’exporter leur riz. « Nous avons attendu une décennie pour la signature de ce protocole et nos membres sont impatients de répondre à la demande des consommateurs chinois pour un riz américain sûr et de haute qualité », a déclaré Betsy Ward, président d’USA Rice, le principal lobby rizicole américain. Ses propos sont complétés par ceux du porte-parole Brian King qui a déclaré que cette décision pourrait réduire les déficits commerciaux des Etats-Unis avec la Chine qui s’était monté en 2016 à 347 milliards de $ (soit 69 % du déficit commercial américain et 96,5 % du crédit commercial chinois). Notons que la Chine consomme l’équivalent de toute la récolte de riz américaine en l’espace de treize jours.

Cette annonce du département de l’Agriculture est un nouvel indice de l’amélioration des relations entre Pékin et Washington en matière de commerce agricole, en dépit de désaccords dans d’autres domaines comme l’acier. La Chine a repris le mois dernier ses importations de boeuf américain pour la première fois depuis 2003. La semaine dernière, des acheteurs chinois ont conclu des contrats d’une valeur de 5 milliards de dollars durant une cérémonie dans l’Iowa pour acheter 12,5 millions de tonnes de soja et 371 tonnes de viande de boeuf et de porc.

La Chine est depuis toujours le premier producteur mondial de riz. En 1965, la Chine produisait 35 % du riz mondial, devant l’Inde 20 %, puis le Pakistan, le Japon, l’Indonésie, la Thaïlande, la Birmanie, le Brésil, la Corée du Sud et le Vietnam du Sud.

En 1975, la part de la Chine passe à 35 %, celle de l’Inde restant à 20 %, puis l’Indonésie, le Bangladesh (détaché du Pakistan), le Japon, la Thaïlande, le Vietnam (réunifié), la Birmanie, le Brésil et la Corée du Sud.

En 1985, la Chine est restée à 35 %, l’Inde à 20% et la part de l’Indonésie est montée à 10 %, puis le Bangladesh, la Thaïlande, le Vietnam, le Japon, la Birmanie et le Brésil.

Aucun changement en 1995, sauf entre la 5e et la 8e place qui sont cette fois : Vietnam, Thaïlande, Myanmar (ex-Birmanie) et Japon.

En 2005, la part de la Chine est retombée à 30 %, aucun changement pour l’Inde, l’Indonésie,  le Bangladesh, le Vietnam, la Thaïlande et le Myanmar. Les Philippines prennent la 8e place, le Brésil reste 9e, le Japon – suite à la baisse drastique des subventions étatiques – tombe à la 10e place, talonné par les Etats-Unis 11e.

En 2014 (derniers chiffres fournis par la FAO), la Chine est toujours à 30 %, mais tombe irrésistiblement vers les 25 %. L’Inde reste à 20 % mais sa production se rapproche de celle de la Chine. L’Indonésie reste à 10 % et le reste du classement est exactement pareil à 2005, sauf que les Etats-Unis vont probablement doubler le Japon qui n’est plus qu’à 0,47 million de tonnes et dont la production baisse (le Japon produisait 16,16 millions de tonnes de riz en 1961 contre 10,57 millions en 2014 alors que les Etats-Unis en produisaient 2,46 millions de tonnes en 1961 contre 10,08 millions en 2014). Cette année là, le monde avait produit 741,48 millions de tonnes de riz (contre 215,65 millions de tonnes en 1961), alors que la production chinoise fut de 206,51 millions de tonnes contre 53,64 millions en 1961.

Hristo XIEP

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Un commentaire

  1. Perlimpinpin says:

    Vous pourriez faire ça pour les fruits et légumes en France ??

    En tout cas, vu que Trump a de son coté un plan de démondialisation toute comme la Russie et la Chine, ça va devenir difficile d’avoir certaines denrées dans certaines contrées. La question est de savoir par exemple si comme le prétendait un sénateur américain 70 à 80% des rayons de Wal-Mart aux Etats-Unis sont des produits importés de Chine (comme certaines tomates en France apparemment). Là, ça va être particulièrement sévère pour eux.

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

25,40 % récoltés 31.330 € manquants

10670 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 31.330 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com