Il faut dire que plusieurs évêques de France se sont levés sans ambiguité pour défendre la vie de Vincent Lambert : Mgr Philippe Ballot, archevêque de Chambéry, Maurienne et Tarentaise, Mgr Jean-Louis Balsa, évêque nommé de Viviers, le Cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, Mgr Yves Boivineau, évêque d’Annecy, Mgr Guy de Kerimel, évêque de Grenoble-Vienne,  Mgr Dominique Lebrun, évêque de Saint-Étienne, Mgr Patrick Le Gal, évêque auxiliaire de Lyon, Mgr Pierre-Yves Michel, évêque de Valence, Mgr Pascal Roland, évêque de Belley-Ars, donc tous les évêques de la région Rhône-Alpes. On peut sans doute y ajouter Mgr Marc Aillet, évêque de Bayonne, Lescar et Oloron et Mgr Rey, évêque de Fréjus-Toulon dont la position sur ce sujet ne fait pas de doute.

C’est justice de le dire et c’est tout à l’honneur de ces évêques – même si c’est bien un minimum normalement pour un évêque – d’avoir pris position contre l’assassinat de Vincent Lambert.

Cependant, du côté de la Conférence des évêques de France, le son de cloche est légèrement différent. Ce soir, alors que la vie de Vincent Lambert a été sauvée au moins de façon temporaire, la CEF publie un communiqué qui n’exprime aucune satisfaction et qui refuse de prendre position entre ceux qui veulent le tuer et ceux qui veulent le sauver :

La Conférence des évêques de France a pris connaissance de la décision du Docteur Daniela Simon, responsable de la procédure collégiale concernant M. Vincent Lambert, et en prend acte.

Cette décision manifeste l’extrême complexité de la situation et son caractère infiniment douloureux.

La Conférence des évêques de France invite à la pudeur, à la modération et à la discrétion.

Les évêques encouragent les chrétiens à faire monter vers Dieu leur prière pour M. Vincent Lambert, sa famille, ainsi que pour ceux à qui il appartiendra de prendre des décisions.

Mgr Olivier Ribadeau Dumas

Secrétaire Général et Porte-parole de la Conférence des évêques de France

Un tel communiqué en dit long sur la pensée réelle des dirigeants de la CEF sur l’euthanasie. En effet le cas de Vincent Lambert n’a rien de complexe : il s’agit d’une personne lourdement handicapée que les tenants de la culture de mort veulent assassiner pour faire passer en force l’euthanasie.

C’est déjà la CEF qui en 1974 avait accepté de se taire sur la loi Veil légalisant le massacre de l’avortement en échange de l’obtention de la clause de conscience, toujours au nom de la soit disant « extrême complexité de la situation ». Décidément la culture de mort a des alliés de longue date !

Il faut sans doute voir dans ce communiqué la main de Mgr Pontier, archevêque de Marseille et président de la Conférence des évêques de France, favorable à un changement de doctrine de l’Eglise sur l’homosexualité et favorable à la communion des divorcés-remariés. Mgr Pontier, en tant que père synodal en 2014, avait voté les textes allant dans ce sens.

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

71 commentaires

  1. Bah je préfère 1000 fois des musulmans comme Abou Bakar qui se réjouissent que Vincent Lambert soit sauvé grâce à D, qu’un ramassis d’évêques pourris, rancis, faisandés vendus au malin qui gouverne nos élites (avec tous les mêmes qualificatifs).

    • Volodymyr Bellovak says:

      Je préfère la Vérité à l’erreur : ces évèques ne professent plus la foi catholique dans son intégrité et son intégralité, ils sont très mauvais, des loups déguisés en agneaux.
      L’islam, dont je me garde de condamner les adeptes tant qu’ils restent tranquilles et discrets, est une fausse religion, une voie royale vers…l’enfer ! Il faut dire la vérité aux musulmans, c’est ça la Charité.

    • Charles Martel says:

      @Elieja

      des musulmans hypocrites se « réjouissant » que vincent lambert soit sauvé… mais qui parallèlement se réjouissent de la mise à mort d’innocents tel que les apostats de l’islam et les mécréants..

      désolé ma chère, mais votre petite propagande islamophile cherchant à instrumentaliser le cas vincent Lambert, ne passe pas..!

      Engeance de vipères, allez donc prêcher vos coraneries et autres pharisianismes hypocrites, ailleurs !

      Plus grand monde n’est dupe de la perfidie musulmane consistant à cacher un coeur noir comme le charbon et remplis de vices, derrière de prétendus paroles de « vertus »..

      Quant ont à pour tout « paradis » un immense LUPANAR regorgeant de vierges à déflorer et autres délices barbares, ont fait profil bas et ont la ferme !

    • D’accord avec Volodymyr sur la forme.
      Charles Martel, retournez à votre Bible, Elieja, n’est pas un prénom féminin.
      Pour le reste, croyez-vous que votre église soit un exemple de sainteté ? Consultez son histoire et on en reparle.
      Dieu sonde les cœurs et les reins, et il y aura au paradis des humains de toutes confessions (peut-être pas idolâtres…). Il ne suffit pas de se dire catho, muzz, juif, baptisé etc pour être sûr d’avoir son ticket d’entrée au paradis.
      Je répète, je préfère une Farida Belghoul musulmane à ces loups déguisés en homme de sainteté qui en égard ou rejettent beaucoup du droit chemin.

      • Mes respects et pardon à Farida pour la comparaison.

        • Volodymyr Bellovak says:

          J’ai beaucoup de respect pour Farida Belghoul qui a mené un bon combat contre l’enseignement dans les écoles de l’imfame théorie du genre. Mais désolé, « hors de l’Eglise point de salut » ( ce qui ne veux pas dire qu’il suffit d’avoir l' »étiquette » catholique pour allez au Ciel, mais de vivre en bon catholique ). D’autre part quand on sait l’énorme regain et l’expension que connait l’islam en France et dans le monde, avec toutes ses conséquences pour les chrétiens, il est vital pour ce qui reste de notre civilisation chrétienne et de nos identités de refuser tout dialogue trop amical avec les musulmans dont on peut douter de la sincérité, et de combattre de toutes nos forces l’islamisation de notre pays. Cela passe aussi par nos efforts et prières pour notre propre conversion et celle des musulmans de bonne volonté; je souhaite que Farida Belghoul ailles jusqu’au bout de sa démarche et trouve enfin la Lumière, « la Voix, la Vérité, la Vie » dans Notre-Seigneur Jésus-Christ mort et ressuscité pour la rédemption de tous les hommes.

          • L’ennemi 1er est le NOM : chemtrails, vaccinations, euthanasie, bouffe empoisonnée, grand remplacement…
            C’est celui qui met le coq muzz dans l’arène du coq FDS et attend que nous nous entretuons.
            Seulement D. est très fort pour retourner les situations ! Si les coqs voient la supercherie et se mettent d’accord pour attaquer le comploteur, tant mieux ; ils pourront trouver un terrain d’entente par la suite, ou pas.

            • Volodymyr Bellovak says:

              On ne pactise pas avec le diable quel qu’il soit ! Si je suis votre raisonnement cela justifie toutes les aliances de circonstance, contre-nature et contradictoires : communisme contre nazisme ou l’inverse, etc…; on en sort pas, inutile de faire le tri entre le pire et le moindre mal, ça ne marche jamais et on est sur d’etre toujours perdant au final ! Allez donc dire aux chrétiens irakiens ou syriens persécutés de s’allier avec leurs bourreaux immédiats !…
              Après Dieu ( et avec Lui nous savons qu’Il est le plus fort ), nous ne devons compter que sur nous-meme.

              • Volodymyr Bellovak says:

                Les relations entre états sont un autre problème et peuvent se justifier, ça s’appelle la diplomatie ( par exemple avec la Syrie de Bachar, l’Iran, la Russie de Poutine, etc…).

            • Il faut faire preuve de discernement.
              C’est ce que MPI fait en dénonçant la vérole à l’intérieur de l’Eglise. Combien les dénonce ?
              D’un autre côté, je me souviens du Père Horowisz qui dit : « on peut discuter (religion) avec une racaille du milieu muzz, a contrario, une racaille FDS est fermée ».
              Je ne suis pas un bisounours, mais dans cette optique de Dieudo et Soral : le combat est préparé depuis des années par les illus, ne vous trompez pas d’ennemi.
              Luc 21.28 Quand ces choses commenceront à arriver, redressez-vous et relevez la tête, parce que votre délivrance approche. « 

              • Volodymyr Bellovak says:

                Dialoguer dans le but de convertir, oui. Pour le reste il n’y a pas à choisir pas entre la peste et le choléra, ce serait suicidaire, il ne faut pas mélanger les contacts occasionnels avec des individus différents de nous et le traitement politique global de problèmes majeurs pour notre pays et sa civilisation, problèmes qui doivent etre traités avec justice pour les personnes mais sans faiblesse ni illusion ni compromission, avec vigueur, fermeté et intransigeance. L’islam est un ennemi mortel du Christianisme; qu’il serve d’instrument contre nous dans les mains du mondialisme athé et matérialiste ne le rend pas moins dangereux. Bien au contraire…

                • Vous pensez tous catholiques, muzz que vous devez convertir les autres, que vous seuls êtes dans le vrai, et vous vous zigouillez les uns les autres (cathos-protestants ; sunnites-chiites etc). Je préfère le Rav Dynovisz qui dit aux autres : « ne vous convertissez pas au judaïsme, nous avons besoin de vous en tant que non-juif pour adorer le Vrai D. et construire son monde ».

                  Le NOM n’est pas athée, il est adorateur du malin. (si les adorateurs du Créateur, le D. d’Abraham peuvent s’unir contre les suppôts de sa.tan ; c’est mieux non ? Laissez-moi rêver !)

                  Enfin, chercher un terrain d’entente, ne veut pas dire être naïf. Je vous recommande ce site : http://survivreauchaos.blogspot.fr/

                  • Volodymyr Bellovak says:

                    Je n’ai jamais dit ni pensé qu’il fallait « zigouiller » les « autre »; nul écrit ni faits chez Jésus-Chrit dans ce sens ( contairement à l’islam ). Les guerres de religions en France eurent aussi pour causes des conflits politiques.
                    Les catholiques ne possèdent pas la Vérité, c’est l’inverse ! La Vérité est une. Les juifs actuels ne croit pas au vrai Dieu qui est trinitaire et ils refusent le vrai Messie qui s’est déjà incarné dans leur peuple en la personne de Jésus-Christ, vrai Dieu et vrai Homme…; je vous souhaite de faire sa rencontre !

                    • « Tu ne te feras pas d’idole ni de représentation quelconque de ce qui se trouve en haut dans le ciel, ici-bas sur la terre, ou dans les eaux plus bas que la terre. Tu ne te prosterneras pas devant de telles idoles et tu ne leur rendras pas de culte, car moi, l’Éternel, ton Dieu, je suis un Dieu qui ne tolère aucun rival. »
                      Mon D. est YHWH.

                    • Sosltice says:

                      @Elieja
                      Vous etes lourd avec la représentation des idoles. On passe notre temps a vous répondre a ce sujet mais vous ne faites aucun effort pour chercher les réponses. Tous ceux qui se sont fait connaitre sur terre, Saint, Sainte ou Jésus, ne sont pas sujet à cette loi. Leurs contemporains ont rendu témoignage de leur existence.

            • Charles martel says:

              @Elieja

              Absolument pas !

              le probléme numéro 1 c’est l’islam ET le mondialisme.

              L’islam servant les interêts du mondialime cosmopolite, et le mondialisme servant les interêts de l’islam conquérant, l’un ne peut être séparé de l’autre.

              Sans oublier le fait, que la résistance à l’islam et sa dé-mystification étant indissociables de l’Histoire et de la Culture Française depuis 14 siècles, l’islam ne peut en aucun cas être considéré comme un « ami » face au mondialisme, tout comme ce fut également le cas face au nazisme.

          • frannot says:

            « La Voie »! C’est -à-dire « le Chemin ».

  2. Boutté says:

    Ces 10 ou 12 prélats vertueux devront être mis au banc de l’Eglise militante aux connotations trotskystes .

  3. Frappin says:

    Cette Conférence des Evêques de France n’a aucune utilité ni légitimité,nous pouvons enfin le constater par la différence de position d’un bon nombre d’évêques et la déclaration du Porte Parole.
    Que nos pasteurs se mobilisent aussi ,qu’ils manifestent leur désaccord avec cette politique de mort!

  4. Emmanuel says:

    « Un tel communiqué en dit long sur la pensée réelle des dirigeants de la CEF sur l’euthanasie. »

    Vraiment?

    Je dirais plutôt ceci: un tel commentaire en dit long sur la pensée réelle des dirigeants de Média-Presse.Info sur la Conférence des Evêques.

    On eût préféré lire quelque chose qui mette bien en exergue le côté nullissime du dit communiqué plutôt que de verser dans le style « tous des abrutis ».

    J’invite Média-Presse-.Info à plus de prudence et d’intelligence dans la critique faute de quoi, la critique manque sa cible. Juger les fruits, pas l’arbre.

    • solstice says:

      @Emmanuel
      Etes l’administrateur du site forum du peuple de la paix ? dont la doctrine « la paix à tout prix !!! » quitte à censurer les avis traditionnels, pourrait expliquer votre prise de position déplacée !!!

      Car enfin, Cette prudence permanente des modernistes exprime bel et bien un manque de courage dans la recherche de la vérité. Comment aurait réagit le Christ face au cas Vincent Lambert ? La CEF est elle le reflet de la pensée du Christ ? MediaPress à le mérite de rappeler les prises de positions antérieures de la CEF pour ceux qui comme moi prennent le train en marche et ignorent presque tout de cette commission douteuse ! Pour qui travaille la CEF ? Et vous Emmanuel, pour qui travaillez vous ?

      • Emmanuel says:

        @ Solstice.

        Que de points d’exclamation et d’interrogation dans votre commentaire.

        Je note aussi que vous ne me portez pas la réplique et vous vous contentez de faire siffler dans l’air votre sabre en carton.

        Dommage.

    • Xavier Celtillos says:

      Le communiqué n’est pas de moi, il est de la CEF. Je ne fais que reproduire un texte qui a l’évidence montre le parti pro mort (comme en 1974) de la CEF en prenant bien le soin d’exonérer les évêques qui ont soutenu Vincent Lambert. Je ne comprends pas ce qui vous dérange hormis le fait que soit mis en cause les dirigeants de la CEF qui n’ont plus rien de catholique. Nous pouvons tous le constater : c’est la profession de la doctrine catholique qui fait qu’un baptisé est catholique, pas la mitre qu’il porte sur la tête – à défaut de poster la soutane comme il le devrait.
      Le communiqué de la CEF n’est pas nullissime contrairement à ce que vous dites, il est scandaleux et criminel, car il laisse entendre que la mise à mort de Vincent Lambert peut se comprendre. Or cette mise à mort aurait été ni plus ni moins un assassinat.

      Nous crevons des compromis, des ambiguïtés et de la mièvrerie : que personne ne compte sur MPI pour adopter une telle ligne, bien au contraire.

  5. floris de bonneville says:

    Quelle belle hypocrisie. Ah si la religion catholique perd autant de ficèles, il ne faut pas s’étonner avec de pareils év^ques..

  6. Cher Solstice,
    Qu’a dit le Christ face à ceux qui voulait lapider la femme adultère ?
    Sa réaction a été de dessiner sur le sable et de répondre: « Que celui qui est sans péché lui jette la première pierre ».
    Rien de plus. La grâce, peut-être (?), a fait le reste.

    • Volodymyr Bellovak says:

      Qui a dit :
      « En Vérité je vous le dis; quiconque scandalise un de ces petits mérite qu’on le jette dans l’eau, une meule attachée au coup ! » ?
      ( cité approximativement de mémoire )

      • Le Christ ne se contredit pas.
        Il faut donc réfléchir : comment a-t-Il pu dire une chose et, ensuite, son contraire ??

        • Solstice says:

          @Efgy
          Il faut donc réfléchir : comment a-t-Il pu dire une chose et, ensuite, son contraire ??

          Vous ménagez tout. les 2 affirmations vous semblent contraires parce qu’elles traitent 2 situations différentes. On n’a pas a juger un pécheur, mais on a le devoir de défendre le faible.

          « Je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive. »

          Défendre la parole du Christ requiert de la foi et du courage que visiblement le CEF n’a pas.

          “Quand je reviendrai, trouverai-je la foi sur terre?

          • cher Solstice,
            Ce que vous me répondez, c’est ce que vous auriez dit au Christ parce qu’Il dessinait sur le sable, alors que vous auriez voulu qu’Il prenne le glaive pour défendre la femme adultère ?
            C’est votre droit. Peut-être êtes-vous un « fils (ou une fille?) du tonnerre », comme l’étaient Jacques et Jean avant leur conversion.

            • Solstice says:

              @Efgy
              Vous me faites tenir des propos que je n’ai jamais tenu ! ce qui fait de vous, un habile manipulateur !

              Quand vous dites que j’aurais voulu que Jésus prenne le glaive…., alors je ne serais pas fidèle à sa parole. En effet
              Je n’ai pas le culot de Judas qui se permettait de donner des conseils à Jésus ( CF Valtorta).

              Ainsi parlait l’Eternel des armées: Rendez véritablement la justice, Et ayez l’un pour l’autre de la bonté et de la miséricorde. N’opprimez pas la veuve et l’orphelin, l’étranger et le pauvre, Et ne méditez pas l’un contre l’autre le mal dans vos coeurs. Mais ils refusèrent d’être attentifs, ils eurent l’épaule rebelle, et ils endurcirent leurs oreilles pour ne pas entendre.

              Ou est la bonté de l’Eglise si elle ne prend pas position pour le faible et l’opprimé ?

              Qui exprime la parole de Dieu dans cette affaire ? Ce sont les parents de Vincent.

              Gardez vous de vous boucher les oreilles à la parole de Dieu !

              • OK Solstice, vous n’avez pas dit textuellement de prendre le glaive, mais vous avez cité cette phrase du Christ : »Je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive ». Je ne vois pas la manipulation, quand je dis que vous auriez préféré que les évêques prennent le glaive.
                Et, en fait, peut-être l’ont-ils pris lorsqu’ils demandent de prier, car la prière est un glaive plus acéré que le glaive lui-même.

    • Tchetnik says:

      Le Christ n’ pas exactement dessiné. Ila écrit sur le sable les péchés de ceux qui voulaient lapider la femme adultère. Le Christ a été miséricordieux, ce qui ne veut pas dire qu’Il approuvait ce qu’elle avait fait du reste.

      Le Christ a aussi tressé des lanières pour en faire un fouet et virer les marchands du Temple. Il n’a pas été « que » douceur, mais aussi fermeté.

      Ne pas oublier ce qu’a écrit l’Ecclésiaste sur le fait qu’il y avait un temps pour prier, un pour se battre. Eliazar priait, les Maccabées se battaient. Aucune contradiction, mais complémentarité.

      • @Tchetnik,
        Oui, il dessinait. Car selon certains Pères de l’Eglise, Jésus « écrivait » sur le sable le nom de « Dieu » (et on ne pouvait « l’écrire », seulement le dessiner), et non pas les péchés de ceux qui voulaient lapider la femme adultère. Car le jugement de Dieu leur paraissait plus redoutable que leurs péchés ! C’est pour dire combien leur conscience n’était pas très nette…

        • Catherine says:

          Oui Jésus ne l’a pas condamnée mais il lui a dit: « va et ne pèche plus ». Et c’est ce qui est le plus important.

        • Tchetnik says:

          Selon certains Pères Il écrivait leurs péchés, justement. Œuvre didactique qui ne s’oppose pas à la prise de glaive mais la complète selon les circonstances.

          • @ Tchetnik
            Le glaive peut avoir un sens différent selon notre état de vie. Ce peut être « le glaive de la parole » dont parlait st Paul.
            Ce peut être « le glaive de l’épée » dont s’est servi st Pierre lors de l’arrestation de Jésus au Jardin des Oliviers. Et à ce glaive-là, Jésus a dit: « Celui qui prend l’épée périra par l’épée ».
            Et ce peut être « le glaive de la prière » pour les religieux(ses) contemplatifs ou autres consacré(e)s.
            Il n’y a donc pas que les circonstances, mais aussi notre position dans la société (ou état de vie).

            • Tchetnik says:

              « « Celui qui prend l’épée périra par l’épée ». »

              -Quand Jésus a dit cela, il a demandé à Pierre de ne pas s’approprier abusivement et personnellement l’usage de la force. mais ne l’a pas interdit.

              Les Maccabées se battaient quand Eliazar priait, les paroles de l’Ecclésiaste sont claires auxquelles on peut ajouter:

              « Hébreux 11, 32 Et que dirai-je encore? Car le temps me manquerait si je racontais ce qui concerne Gédéon, Baraq, Samson, Jephté, David, ainsi que Samuel et les Prophètes,
              Hébreux 11, 33 eux qui, grâce à la foi, soumirent des royaumes, exercèrent la justice, obtinrent
              l’accomplissement des promesses, fermèrent la gueule des lions,
              Hébreux 11, 34 éteignirent la violence du feu, échappèrent au tranchant du glaive, furent rendus vigoureux, de malades qu’ils étaient, montrèrent de la vaillance à la guerre, refoulèrent les invasions étrangères.

              Jérémie 22, 3 Ainsi parle Yahvé: Pratiquez le droit et la justice; tirez l’exploité des mains de l’oppresseur; l’étranger, l’orphelin et la veuve, ne les maltraitez pas, ne les outragez pas; le sang innocent, ne le versez pas en ce lieu.

              Le glaive est bien le glaive et l’Eglise n’a jamais condamné la mise de la force au service de la Miséricorde et de la Justice. La position dans la société n’a rien à voir là dedans.

              Il y a un temps pour prier, un pour se battre, et l’attitude des évêques en France actuellement, (Orthodoxes compris), n’est pas une attitude adaptée aux circonstances.

              Le Christianisme est une religion de paix, mais certainement pas une religion « pacifiste ». Elle implique du combat, intérieur comme extérieur/

              • Volodymyr Bellovak says:

                Très bien répondu Tchetnik, rien à ajouter !

              • Cher Tchetnik,
                Ste Jeanne d’Arc n’a jamais voulu tuer personne avec son épée. Elle a toujours dit aimer plus sa bannière que son épée. Ce sont les noms de Jésus et Marie qu’elle y avait écrit dessus, et ce sont eux qui ont donné la victoire à la France. Elle l’a toujours dit.
                Vous en êtes resté à l’Ancien Testament, il me semble, ce qui n’est pas mal, mais imparfait.

                • Luc 22:36
                  Et il leur dit: Maintenant, au contraire, que celui qui a une bourse la prenne et que celui qui a un sac le prenne également, que celui qui n`a point d`épée vende son vêtement et achète une épée.

                  le Message est clair…

                • Catherine says:

                  Sainte Jeanne d’Arc n’a pas utilisé son épée pour tuer les Anglais mais seulement pour cogner sur les femmes de mauvaise vie qui trainaient dans les camps (selon la légende). Par contre quand elle envoyait ses guerriers à l’assaut des Anglais, c’était pas pour qu’ils cueillent des pâquerettes mais bien pour qu’ils se servent de leurs épées.

                  • @ Catherine,
                    Certes. Mais comme elle l’a dit aux soldats : « Vous vous battrez et Dieu donnera la victoire ». Il est clair donc que ce n’est pas l’épée qui a donné la victoire. (même s’il fallait une bataille).
                    Comme je l’ai dit + haut à Tchetnik, ce ne sont donc pas les circonstances d’une bataille qui importent, mais notre « position » (ou état de vie) dans cette bataille.
                    Hum…Je ne sais si je me fais bien comprendre (?)…

                • Tchetnik says:

                  C’est vrai que Saint Paul et l’Epitre aux Hébreux est bien de l’Ancien Testament…

                  En dehors du fait que Jeanne d’Arc a bel et bien combattu les armes à la main et a commandé des troupes (le fait que le Christ ait au final donné la victoire ne signifie pas que se battre était inutile, cela signifie simplement qu’Il a béni leur effort de guerre comme juste et légitime), les autres exemples abondent. J’espère que Prince lazare, Alexandre Nevski, Vartan Mammigonian, le roi Pelayo, Don Juan d’Autriche…sont assez « nouveau Testament et « église récente » pour vous.

                  On peut encore ajouter ceci:

                  Luc 3, 12 Des publicains aussi vinrent se faire baptiser et lui dirent: « Maître, que nous faut-il faire? »
                  Luc 3, 13 Il leur dit: « N’exigez rien au-delà de ce qui vous est prescrit. »
                  Luc 3, 14 Des soldats aussi l’interrogeaient, en disant: « Et nous, que nous faut-il faire? » Il leur dit: « Ne molestez
                  personne, n’extorquez rien, et contentez-vous de votre solde. »

                  Ou encore:

                  A UN GUERRIER. CVI—CCCCVII.
                  Saint Basile écrit à un guerrier; il le loue de ce qu’il remplit les devoirs de chrétien
                  dans une profession où il n’est pas facile de les remplir.
                  JE mets au rang des plus grandes faveurs que j’ai reçues d’un Dieu plein de bonté la
                  grave qu’il m’a faite de vous connaître dans le cours de mes voyages. J’ai trouvé en vous un homme qui justifie par sa conduite qu’on peut aimer Dieu
                  parfaitement dans la profession militaire, et que ce n’est pas l’extérieur et l’habit, mais l’esprit et
                  les moeurs qui font le chrétien. Je vous voyais alors avec un plaisir extrême, et encore
                  aujourd’hui j’éprouve la plus vive satisfaction toutes les fois que je me souviens de vous. Agissez
                  donc toujours avec force et avec courage ; ne négligez rien pour conserver l’amour de Dieu dans
                  votre coeur, et pour l’augmenter chaque jour , afin qu’il vous comble de plus en plus de ses
                  bienfaits. Je ne demande point une autre preuve que vous vous souvenez de Basile : vos actions
                  le prouvent assez. » »

                  « On ne cherche pas la paix pour faire la guerre, mais on fait la guerre pour obtenir la paix. Sois donc pacifique en combattant, afin de conduire ceux que tu connais au bienfait de la paix, en remportant sur eux la victoire »
                  Saint Augustin, Lettre 189.

                  Je vous le répète, le Christianisme est pour la paix, mais n’a jamais été « pacifiste ». Vous avez les Prophètes, le Christ, les Apôtres et les Pères de l’Eglise pour vous en convaincre, sans oublier 2000 ans d’Histoire.

                  • Avez-vous vu le film « Mission » ?
                    2 Pères missionnaires jésuites se battent contre les portugais en terre de mission. Les 2 meurent, l’un l’épée à la main, l’autre le St Sacrement à la main, lequel est mort dans son devoir d’état ?
                    Ou : où est la place d’un prêtre ou d’un religieux ?
                    Tout le monde donne une réponse différente…

                    • Tchetnik says:

                      Certains ont comme référence des films on ne peut plus douteux, d’autres les Saintes Ecritures ET les Pères.

                      On peut opposer les très nombreux exemples de prêtres et de moines Grecs et Serbes qui se sont battus côte à côte pendant les révolutions de 1821. Ou encore des moines Oslabia e Peresvets à Koulikovo en 1380, qui se battaient aux côtés de Dimitri Donskoï. Saint Serge priait, ces trois autres se battaient. Comme Eliazar et les Maccabées, auxquels Saint Paul a rendu hommage.
                      Aucune opposition, mais de la complémentarité. Et tant mieux du reste, car, si on devait confier nos destins et ceux de nos familles aux « pacifistes », voilà vilaine lurette que le Christianisme aurait disparu de la terre. Merci à ceux qui se battent de permettre à ceux qui prient de rester en paix.

                  • soeurmarie says:

                    Cher Monsieur Tchetnik,
                    En réponse à « le Christianisme est pour la paix, mais n’a jamais été « pacifiste », je voudrais vous citer les paroles d’un Père de l’Eglise du 3e siècle, saint Cyprien de Carthage, car il ne pense pas comme vous.
                    « L’Esprit Saint nous donne cet avertissement :
                    « Où est l’homme qui désire la vie, épris du jour où voir le bonheur ? Garde ta langue du mal, tes lèvres des paroles trompeuses. Évite le mal, fais le bien, recherche la paix et poursuis-la » (Ps 33,13-15).
                    Le fils de la paix doit chercher la paix et la poursuivre ; celui qui connaît et aime le lien de la charité doit garder sa langue du mal et de la discorde. Parmi ses commandements divins et ses enseignements de salut, le Seigneur, à la veille de sa Passion, a ajouté ceci : « Je vous laisse la paix ; c’est ma paix que je vous donne » (Jn 14,27). Tel est l’héritage qu’il nous a légué : tous les dons, toutes les récompenses qu’il nous a promis, il les a liés au maintien de la paix. Si nous sommes les héritiers du Christ, demeurons donc dans la paix du Christ ; si nous sommes les enfants de Dieu, nous devons être pacifiques : « Heureux les artisans de paix (ou les pacifiques) : ils seront appelés fils de Dieu » (Mt 5,9). Il faut que les enfants de Dieu soient pacifiques, doux de cœur, simples en paroles, en parfait accord par l’affection, unis fidèlement par les liens de l’unanimité. »
                    Je crois comme lui car si le Christ n’était pas pacifiste, il ne serait pas mort sur la croix.
                    Bien affectueusement.

                  • soeurmarie says:

                    Cher Monsieur Tchetnik,
                    En réponse à « le Christianisme est pour la paix, mais n’a jamais été « pacifiste », je voudrais vous citer les paroles d’un Père de l’Eglise du 3e siècle qui ne pense pas comme vous:
                    « L’Esprit Saint nous donne cet avertissement :
                    « Où est l’homme qui désire la vie, épris du jour où voir le bonheur ? Garde ta langue du mal, tes lèvres des paroles trompeuses. Évite le mal, fais le bien, recherche la paix et poursuis-la » (Ps 33,13-15).
                    Le fils de la paix doit chercher la paix et la poursuivre ; celui qui connaît et aime le lien de la charité doit garder sa langue du mal et de la discorde. Parmi ses commandements divins et ses enseignements de salut, le Seigneur, à la veille de sa Passion, a ajouté ceci : « Je vous laisse la paix ; c’est ma paix que je vous donne » (Jn 14,27). Tel est l’héritage qu’il nous a légué : tous les dons, toutes les récompenses qu’il nous a promis, il les a liés au maintien de la paix. Si nous sommes les héritiers du Christ, demeurons donc dans la paix du Christ ; si nous sommes les enfants de Dieu, nous devons être pacifiques : « Heureux les artisans de paix (ou les pacifiques) : ils seront appelés fils de Dieu » (Mt 5,9). Il faut que les enfants de Dieu soient pacifiques, doux de cœur, simples en paroles, en parfait accord par l’affection, unis fidèlement par les liens de l’unanimité. »
                    Je crois comme lui que si le Christ n’avait pas été pacifiste (et non pas pacifique), il ne serait pas mort sur la croix. Je crois bien que le christianisme est pacifiste, mais peut-être pas « pacifique », car le christianisme engendre la paix du Christ.
                    En union pacifiste,
                    Bien affectueusement.

                    • Tchetnik says:

                      Le Christ n’est pas mort sur la Croix par « pacifisme » mais pour accomplir le plan de Dieu pour permettre à l’Homme de s’éloigner de la déchéance et se réconcilier avec Dieu.

                      On peut re-citer d’autres Pères de l’Eglise comme Saint Basile ou Saint Augustin:

                      A UN GUERRIER. CVI—CCCCVII.
                      Saint Basile écrit à un guerrier; il le loue de ce qu’il remplit les devoirs de chrétien
                      dans une profession où il n’est pas facile de les remplir.
                      JE mets au rang des plus grandes faveurs que j’ai reçues d’un Dieu plein de bonté la
                      grave qu’il m’a faite de vous connaître dans le cours de mes voyages. J’ai trouvé en vous un homme qui justifie par sa conduite qu’on peut aimer Dieu
                      parfaitement dans la profession militaire, et que ce n’est pas l’extérieur et l’habit, mais l’esprit et
                      les moeurs qui font le chrétien. Je vous voyais alors avec un plaisir extrême, et encore
                      aujourd’hui j’éprouve la plus vive satisfaction toutes les fois que je me souviens de vous. Agissez
                      donc toujours avec force et avec courage ; ne négligez rien pour conserver l’amour de Dieu dans
                      votre coeur, et pour l’augmenter chaque jour , afin qu’il vous comble de plus en plus de ses
                      bienfaits. Je ne demande point une autre preuve que vous vous souvenez de Basile : vos actions
                      le prouvent assez. » »

                      « On ne cherche pas la paix pour faire la guerre, mais on fait la guerre pour obtenir la paix. Sois donc pacifique en combattant, afin de conduire ceux que tu connais au bienfait de la paix, en remportant sur eux la victoire »
                      [ Saint Augustin Lettre 189]

                      L4Eglise est une église qui prie Et qui lutte dans des combats autant intérieurs qu’extérieurs.

                      La vie de Saint Cyprien de Carthage n’en n’est d’ailleurs pas exempte elle-même. Il n’a pas défendu sa vision des choses de manière toujours « pacifiste » du reste.

                      La paix ne peut provenir que de la Vérité, et donc de sa défense.

                      En Christ,

                    • Volodymyr Bellovak says:

                      Pourtant le Christ, qui a donné en exemple la Foi du centurion qui lui demandait la guérison de son serviteur n’a jamais dit au centurion de changer de métier, ni de ne pas se servir de ses armes ( bien qu’il servit dans une armée paienne au service de l’empereur, paien lui-meme ); si tel avait été le cas les évangiles l’aurait mentionné…(?)

  7. Vieux Jo says:

    @ Volodymyr : Vous me surprenez beaucoup. Madame Belghoul n’est pas du tout pour les chrétiens bien au contraire. Elle houspillait les musulmans pour qu’ils s’associent (ou s’allient comme vous voudrez) aux catholiques mais en aucun cas elle défend ces derniers. Elle a su par une verve, une rhétorique implacables fermer la bouche à de nombreux catholiques car il est indéniable que ses arguments sont implacables de vérité ; je l’ai entendu dans Radio-Courtoisie où même monsieur Le Gallou ne savait que répondre et pourtant il a suffisamment de bouteille et je ne lui connais pas beaucoup de contradicteurs. Et il n’a pas été le seul.

    Non, madame Belgoul -qui porte bien son nom, en poitevin une goule c’est la bouche, quelqu’un qui a une belle goule c’est une personne qui n’arrête pas de parler, bavasser, jacasser- donc madame Belghoul prêchait, si je puis m’exprimer ainsi, pour sa « paroisse » : elle est musulmane et entend bien le rester. On ne sait que trop la ruse des musulmans et madame Belghoul en a été un exemple phénoménal.

    J’avais alerté monsieur Escada mais je n’ai jamais reçu de réponse directement, en revanche je ne devais pas être unique à lui conseiller de ne pas s’allier avec cette mouvance car il a répondu dans un communiqué qu’il faisait, en gros car je ne me rappelle pas les paroles exactes, confiance en cette dame. J’ai arrêté les dons à Civitas.

    En revanche, sur un point où je lui tire mon chapeau, c’est l’organisation des jours de retrait, mais là encore si vous écoutez bien elle s’adressait aux musulmans en priorité. Et je regrette que monsieur Escada n’est pas eu l’audace de reprendre cela à son compte, en tant que catholique et non en tant qu’associé à un mouvement contre la politique et surtout la morale.

    On ne s’assoit pas à la table table du diable avec une cuillère à long manche.

    • Catherine says:

      Comme je le disais sur un autre post, on ne peut plus, de nos jours, trouver de solution à la situation catastrophique de la France sans faire de compromission contre-nature.
      C’est bien quand la situation est désespérée et que les hommes n’ont plus aucun recours que Dieu se manifeste.

      • Vieux Jo says:

        « Nécessité fait loi. » ?

        « Faire feu de tout bois. » ?

        « La fin justifie les moyens. » ?

        Non, je ne suis pas d’accord avec vous. Et Dieu se manifeste pour sauver non pas le monde mais son Eglise et le peuple élu (qui n’est plus le peuple juif depuis que celui-ci l’a rejeté, projeté son assassinat, condamné à mort). La loi juive est caduque.

        Dieu se manifeste oui, mais il attend de nous une coopération. Or, qui prie actuellement Dieu de tous les catholiques ? Vatican a mis la sainte Vierge de côté pendant les sessions. Puis les évêques et les curés de paroisses ont enlevé le Saint sacrement du maître-autel pour le remiser au mieux dans une chapelle latérale, sinon dans un trou fait dans le mur sur le côté. Et puis on s’est tourné vers les fidèles pour parler des droits de l’homme et non plus des droits de Dieu et des devoirs de l’homme envers son Créateur et envers la société, son prochain. Aujourd’hui c’est le lointain qui passe avant le prochain.

        On a enlevé les crucifix des écoles. Puis des maisons. Des tribunaux. Et aujourd’hui ? On veut renommer les noms des rues, des stations de métro et les villes et villages qui portent des noms de saints.

        Pourquoi ne vient-il pas à notre secours puisque tant de personnes se plaignent de son silence argumentant ainsi soit que Dieu n’existe pas, soit qu’il est l’auteur du mal ?

        Puisque personne ne veut plus entendre parler de Lui, pourquoi se pencherait-il sur sa créature qui ne fait que geindre du mal qu’elle provoque ?

        Dieu se moque de ceux qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes. (Bossuet).

        Remettez le saint sacrement sur le maître-autel, la messe tridentine qui est la véritable messe et n’a jamais été abolie contrairement aux mensonges que colportent les évêques. Revenez dans les églises. Remettez les crucifix à leur place dans les maisons, les écoles, les tribunaux. Et remémorez-vous les prières simples comme le Notre Père, le vrai celui que nous a enseigné Dieu Lui-même et non celui de Vatican II.

        Et là Dieu viendra à notre secours. Pas avant.

        Si le monde va aussi mal, croyez-moi c’est d’abord et avant tout la faute du clergé qui a suivi Vatican II.

        • catherine says:

          Mon message n’était pas clair, d’où votre méprise.
          « trouver de solution à la situation catastrophique de la France sans faire de compromission contre-nature » je parlais d’une solution humaine. et de compromission contre-nature, il ne peut en être question,sinon la solution sera vouée à l’échec. exemple les JRE.
          « C’est bien quand la situation est désespérée et que les hommes n’ont plus aucun recours que Dieu se manifeste. »je parlais de recours humain.
          « Or, qui prie actuellement Dieu de tous les catholiques « : il en reste, une poignée, certes mais cette poignée suffit.
          « Remettez le saint sacrement sur le maître-autel, la messe tridentine qui est la véritable messe et n’a jamais été abolie contrairement aux mensonges que colportent les évêques. Revenez dans les églises. Remettez les crucifix à leur place dans les maisons, les écoles, les tribunaux. Et remémorez-vous les prières simples comme le Notre Père, le vrai celui que nous a enseigné Dieu Lui-même et non celui de Vatican II. » Je rajouterai le chapelet, voire le Rosaire, le vrai: celui de Lépante; pas l’amalgame œcuménique de Vatican II, qui n’a été inventé que pour limiter (voire éliminer)sa puissance sur le diable .
          « Et là Dieu viendra à notre secours. Pas avant. »Là, j’ose ne pas être d’accord. Dieu viendra à notre secours pour nous délivrer de nos ennemis et pour rétablir sa doctrine.
          « c’est d’abord et avant tout la faute du clergé qui a suivi Vatican II. »C’est encore une affaire de mauvaise éducation et d’obéissance aveugle.

    • Volodymyr Bellovak says:

      Cher « Vieux Jo » je n’ai jamais dit que Mme Belghoul « était pour les chrétiens ». J’ai seulement dit comme vous que dans l’affaire de la théorie du genre à l’école elle avait su bien défendre la morale naturelle qui s’applique à tous les hommes qu’ils soient chrétiens, juifs, musulmans, etc…
      Je ne sait si derrière sa prise de position elle avait d’autres objectifs, politico-religieux ( elle est liée à Alain Soral dont on connait ses positions erronées sur l’islam ) ou autres.
      Par contre, malgré ce qui m’a semblé de la sincérité dans le combat de Mme Belghoul ( mais j’admets avoir pu me tromper ), il m’a semblé très dangereux et risqué qu’Alain Escada, malgré toutes ses précautions théoriques en paroles, s’associe officiellement à elle, et je suis entièrement d’accord avec vous à ce sujet.
      Cependant je pense que la seule façon ( et la meilleure et ultime finalement ) que chacun de nous avons concrètement et à notre niveau, tous, de lutter triomphalement contre l’islam et l’islamisation ( et en plus pour le bien des musulmans eux-meme ) ce sont nos armes lourdes…spirituelles, en particulier nos mitrailleuses lourdes aux 5 chargeurs à 10 cartouches chacun…( vous avez compris que je parle du chapelet ! ).

    • soeurmarie says:

      Cher Monsieur Tchetnik,
      St Basile s’adressait à un particulier, à un guerrier, alors que st Cyprien s’adressait à tous les hommes.
      Je veux bien croire que vous êtes militaire, et que vous vous sentez concerné, auquel cas, s’il y avait la guerre, ce serait votre devoir de prendre les armes et de défendre votre patrie, comme le centurion que cite Mr Bellovak.
      Mais pour l’instant, ce n’est pas le cas, et mis à part les policiers et l’armée, je vois peu d’hommes avec des armes.
      Ne jouez pas sur les mots, cher Monsieur. Comme le dit Mr Efgy, chacun a sa place. Je ne vous empêcherai pas de prendre les armes, mais vous ne pouvez m’empêcher de tempérer votre « enthousiasme » de guerrier.
      Bien cordialement en NS etND.

  8. @ Tchetnik,
    « Aucune opposition, mais de la complémentarité » + « Merci à ceux qui se battent de permettre à ceux qui prient de rester en paix ».
    Alors pourquoi reprocher à certains évêques de la CEF leur communiqué qui demande de prier, pendant que d’autres évêques se lèvent « sans ambiguité » pour faire entendre leurs opinions ?
    De la complémentarité, que diable ! puisque chacun est libre de faire comme il l’entend.
    (par ailleurs, je ne sais s’ils prient vraiment en paix… Moïse priait-il vraiment en paix lorsqu’Aaron et Hur étaient obligés de lui soutenir les bras pour que les israélites – du peuple de Dieu – qui se battaient dans la vallée contre l’armée du roi Amaleq – peuple du Mal – obtiennent la victoire venue du Ciel ? J’en doute)

    • Tchetnik says:

      « Alors pourquoi reprocher à certains évêques de la CEF leur communiqué qui demande de prier, pendant que d’autres évêques se lèvent « sans ambiguité » pour faire entendre leurs opinions ? »

      -Pour une raison très simple: ils font partie de ces gens qui renient le combat et prônent la soumission par une interprétation falsifiée du commandement de Charité qu’ils confondent avec complaisance.

      Au moins, Moise n’empêchait pas les Israélites de se battre. Les évêques de France, si.

      • « Au moins, Moise n’empêchait pas les Israélites de se battre. Les évêques de France, si ».

        Où voyez-vous qu’ils vous empêchent de vous battre, puisqu’ils laissent aux évêques la liberté aux évêques de se lever pour faire entendre leurs opinions ? Et vous-même, en quoi vous empêchent-ils de vous exprimer ?
        Ce n’est pas leur demande de prières qui empêche le combat, car il ne pourra jamais y avoir de victoire sans prières.

        • Tchetnik says:

          Leurs actes et leurs dires parlent d’eux-mêmes. Ils ne prient pas pour la victoire du Christ mais pour la « paix ». Avec tout ce que cela comporte de relativisme religieux.
          Le comportement plus que soumis des Catholiques « modernes » aussi. Puisqu’ils sont dans cette lignée.

          • On ne peut juger sur les apparences. Le Christ n’a jamais rien fait pour se défendre.
            De même, la T.S Vierge n’a jamais rien dit à st Joseph pour expliquer et justifier sa grossesse : elle a laissé Dieu intervenir en son temps. Et Il est intervenu.
            Aujourd’hui, tout va si mal que seule une intervention divine sera vraiment efficace dans le fond. Mais l’heure n’est pas venue, car les péchés des hommes sont si graves et immenses que Dieu demande d’abord nos prières pour qu’Il daigne faire qqchose pour nous.

            • Tchetnik says:

              « Je ne suis pas venu apporter la paix mais le combat » Saint Matthieu, 10-34.

              « Celui qui n’a pas d’épée doit vendre son manteau pour en acheter une » Saint Luc 22-36

              « Si j’ai mal parlé, dis-moi en quoi j’ai dit du mal, si j’ai bien parlé, pourquoi me frappes-tu? » Saint Jean 18-23

              Et surtout: » Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis » Saint Jean 15-23.

              Ajoutés aux autres passages, déjà cités, cela fait largement le compte rayon « légitime défense » et combat. On a déjà paré des marchands du Temple, on peut aussi ajouter Saint Paul qui disait « C’est Dieu lui-même que tu frappes espèce e mur blanchi » et qui n’a pas hésité à porter son cas devant César…

              Cela histoire de mieux recontextualiser l’Évangile.

              Accepter le martyr à titre personnel, comme une inévitable circonstance de confession et d’union au Christ est Chrétien.

              L’imposer aux autres par passivité, lâcheté ou complaisance est antichrétien.

              La Charité, la douceur, la patience sont Chrétienne.

              La soumission, la complaisance sont antichrétiennes.

              La fidélité à la Vérité est Chrétienne. Le relativisme facile et paresseux est antichrétien et idolâtre.

              Préférer la paix à la guerre comme mise en valeur des commandements évangéliques et de la dignité(de l’image divine de tout homme) est Chrétien.

              Refuser le combat pour protéger cette dignité et cette innocence du mensonge, de la barbarie, de la bestialité est antichrétien.

              Citer l’Histoire comme mise en valeur des bons fruits du Christianisme est Chrétien.

              La déformer, la sortir de son contexte, la mutiler, en accepter une version mensongère et falsifiée pour justifier des thèses complaisantes et sentimentales est antichrétien.

              Respecter tout homme dans son image divine et sa promesse de salut peu importe son sexe, race, convictions et attachements, lui porter Charité et assistance et respecter sa croyance est Chrétien.

              Relativiser la Vérité et le mensonge, le bien et le mal, l’innocence et la culpabilité au nom de cette vision falsifiée de la Charité, obliger à mettre sur le même plan tout acte et conviction est antiChrétien.

              Placer sa confiance dans la divine Providence et comprendre que sans Dieu rien ne peut se réaliser est Chrétien.

              Attendre passivement que tout se réalise sans nous, refuser d’exercer sa part de responsabilité et de capacité d’action, sous couvert d’une fausse humilité est antiChrétien.

              • @ Tchenik,
                « imposer aux autres » ???

                Il y a des évêques qui demandent de prier, en quoi cela est-il mal ?
                Il y en a d’autres qui se prononcent « sans ambiguité », en quoi cela est-il mal ?
                Comme vous le disiez vous-même, « de la complémentarité. Et tant mieux. »
                Chacun peut s’y retrouver, mais à condition que tout le monde ne veuille pas toujours faire passer son point de vue comme celui étant le seul valable.

                • Tchetnik says:

                  Il y a surtout des évêques qui ne demandent pas à se battre et qui diabolisent ceux qui se battent. Je crois que vous le savez mais que vous essayez de changer de sujet. Vous-même avez tenté de prouver que le combat n’était pas Chrétien, on a prouvé, Ecritures et Pères à l’appui, que ça l’était.

                  Ces évêques ne cherchent pas, comme autrefois à distinguer de manière positive ceux qui prient et ceux qui se battent. Ils véhiculent une position quiétiste selon laquelle « Dieu se défend bien tout seul » et que « les actes sont inutiles, seule la prière compte ». Ce qui n’est pas pareil. Et qui est autant hérétique pour un Catholique que pour un Orthodoxe du reste.
                  Nous sommes comme les Tchékistes, nous jugeons au résultat. Et les paroisses modernes désertes parlent d’elles-mêmes.

                  • « Il y a surtout des évêques qui ne demandent pas à se battre et qui diabolisent ceux qui se battent. Je crois que vous le savez »
                    Oui, je le sais, mais je n’en fais pas une généralité. Et je ne mets pas dans le même lot ceux qui nous demandent de prier. Peut-être ai-je tort, mais c’est comme ça.

                    • Volodymyr Bellovak says:

                      Entièrement d’accord avec le camarade « Tchetnik » ;
                      c’est Dieu qui donne la victoire, encore faut-il que les hommes, non seulement la Lui demandent, mais aussi bien-sur qu’ils combattent pour l’obtenir ! Sans le recours à Dieu et sans son aide nous ne pouvons rien, mais sans notre coopération, nos efforts et notre bonne volonté Dieu « ne peut rien » faire pour nous à notre place !
                      Les bénédictins ont une bonne devise :
                      « Ora et labora ».
                      « Travailler » peur aussi, selon les circonstances, les devoirs et les attributions de chacun, etre remplacé par « combattre ».

  9. totochon says:

    Bref, certains zévêques vont avoir chaud au derche à l’arrivée chez le Patron…qui ça étonne encore?
    Ceux qu’on n’a pas vus se lever comme un seul homme pour défendre le mariage, peuvent-ils être clairs et nets sur tout autre sujet capital demandant rectitude théologique, zèle évangélique et courage face au pouvoir médiatique?…
    Vivement que cette vieille garde post-soixantuitarde pourrie jusqu’au trognon soit naturellement éliminée par le remplacement générationnel.
    Aux poubelles de l’histoire ecclésiale et basta.

  10. @ Volodymyr B,
    Ai-je dit le contraire de ce que dites ? Vous êtes drôle, vous reprenez mes paroles.
    Chacun doit être à la place que Dieu lui a assignée. Elle n’est pas la même pour tous, même au sein de la même Eglise catholique : Ora et labora.

    • Volodymyr Bellovak says:

      Je pense que nous jouons tous sur les mots alors que nous sommes d’accord sur l’essentiel, à savoir que les chrétiens défendent la paix mais que cela n’est pas contraire au devoir de justice et à la vertu de charité qui commandent aussi à ceux parmi les chrétiens dont c’est la responsabilité ( militaires, et en cas de négligence ou de trahison de ceux-ci les hommes adultes; ex.: les chouans et vendéens ) la légitime défense et le devoir de protéger, y compris par les armes, leurs familles et les leurs, « la veuve et l’orphelin, les plus faibles, les hommes et femmes d’Eglise,leurs proches et leurs compatriotes, et aussi leurs frères dans la Foi…
      Il me semble que c’est ce que l’Eglise a toujours défendu, en particulier à travers le concept de guerre juste.

    • Volodymyr Bellovak says:

      Ce qui s’applique à la guerre au sens stricte, s’applique aussi aux combats ( au sens large et figuré ) quotidiens contre les forces du mal, y compris et meme surtout en cas de trahison des « clercs »…

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com