Les Catholiques français semblent intéresser les instituts de sondage. On pourrait éventuellement s’en réjouir, mais encore faut-il regarder attentivement ce qui est dit à leur sujet. Ainsi, fin octobre 2014, l’IFOP vient de réaliser une enquête d’opinion. Le but était de consulter les Catholiques sur différents thèmes à la mode : contraception, avortement, remariage, homosexualité. Des thèmes chers à la gauche sociétaliste et à l’idéologie libérale-libertaire.

A première vue, les conclusions que l’IFOP tire du sondage sont sans appel. A lire les tweets de l’IFOP, l’Eglise catholique serait en décalage total par rapport à ce que pensent les Catholiques. Ainsi on peut consulter les tweets suivants publiés le 29 octobre 2014 :

Tweet IFOP

D’après l’IFOP, « l’Eglise doit faire évoluer ses positions ». C’est quasiment un ordre, martelé dans chaque tweet. Et toujours d’après l’IFOP, cet ordre viendrait des Catholiques eux-mêmes. C’est le diktat que l’IFOP veut nous vendre et que nous allons examiner de plus près dans la suite de l’article.

Comme il apparaîtra progressivement, le sondage dit en réalité exactement le contraire de ce qu’affirme l’IFOP. Cette situation rappelle un autre sondage récent publié par Odoxa, dont la conclusion prétendait que Marine Le Pen était rejetée par les Français, alors que les données du sondage lui-même montraient en réalité que celle-ci bénéficie de la cote d’adhésion et de soutien la plus élevée de toutes les personnalités testées dans le sondage. Une conclusion aberrante en totale contradiction avec ce qui dit le sondage lui-même, si on se donne la peine de le lire d’un peu plus près.

Un sondage reposant en réalité sur les non-pratiquants

L’IFOP nous informe que le sondage concerne 1761 personnes se déclarant catholiques, sélectionnées à partir d’un échantillon plus vaste de 3003 personnes représentatives des Français en général.

Accéder au sondage de l’IFOP

Eventuellement, on peut regretter que l’IFOP n’ait pas cherché à distinguer, parmi les 1761 réponses, celles qui seraient plutôt Catholiques de tendance traditionnelle des autres Catholiques, car on peut penser ou imaginer que les réponses des Catholiques « tradi » ne sont sans doute pas exactement les mêmes. Mais peu importe, le plus important n’est pas là.

L’IFOP distingue les Catholiques pratiquants des non-pratiquants, une distinction évidemment utile et tout à fait pertinente. Ce qui est gênant, voire une forme de malhonnêteté, c’est que l’IFOP ne précise pas combien il y a de Catholiques pratiquants et de non-pratiquants dans les réponses. La proportion entre l’une et l’autre catégorie peut néanmoins être déduite des tableaux fournis. Il apparaît alors qu’il y a environ 7 fois plus de réponses émanant de non-pratiquants que des Catholiques pratiquants.

En d’autres termes, la première conclusion à tirer, c’est que le sondage de l’IFOP reflète de façon écrasante, dans un ratio de 1 à 7, l’opinion des non-pratiquants. D’ailleurs, l’IFOP reconnaît dans ses propres conclusions que la « demande » [sic] « d’adaptation du discours » de l’Eglise « émane en priorité des non-pratiquants ».

Screenshot - adaptation du discours - Ifop

Télécharger les résultats de l’étude

La première interrogation de principe que l’on est en droit de formuler est la suivante : concernant ce que doit faire ou ne doit pas faire l’Eglise Catholique, combien pèse un sondage basé sur l’opinion des non-pratiquants ? Pourquoi ne pas interroger aussi des Musulmans ou des Bouddhistes ? Pourquoi faudrait-il que l’Eglise et les Catholiques pratiquants se plient aux désidérata des non-pratiquants ?

De l’omission au mensonge pur et simple

A ce point, nous avons déjà établi deux faits :

– l’IFOP a omis de donner la proportion et le nombre des pratiquants et non-pratiquants,

– le sondage de l’IFOP reflète de façon écrasante l’opinion des non-pratiquants.

Mais, là où l’on passe carrément de l’omission et de la tentative de manipulation au mensonge pur et simple, c’est que l’IFOP va jusqu’à prétendre que les Catholiques pratiquants iraient aussi dans le sens des non-pratiquants. Ainsi L’IFOP déclare : « les Catholiques pratiquants […] sont aussi favorables à des évolutions, mais de manière moins nette et moins massive. »

Les données du sondage fournies par l’IFOP indiquent pourtant exactement l’inverse sans aucune ambiguïté. Entre mars 2009 et octobre 2014, à savoir en 5 ans, le pourcentage de Catholiques pratiquants qui souhaitent que l’Eglise catholique maintienne ses positions a augmenté :

– de 24 à 33 %, en ce qui concerne la contraception,

– de 31 à 49 %, en ce qui concerne l’avortement, (+18 % en 5 ans!)

– de 28 à 29 %, en ce qui concerne le remariage des divorcés,

– de 48 à 53 %, en ce qui concerne l’homosexualité.

Autrement dit, sur tous les sujets testés dans l’enquête, les Catholiques pratiquants sont de plus en plus massivement et de plus en plus nettement hostiles à des modifications de la doctrine de l’Eglise, contrairement aux affirmations de l’IFOP. En particulier, on notera que les Catholiques pratiquants hostiles à l’avortement sont en passe de devenir majoritaires (un bond de 31 à 49 %, +18 % en 5 ans). Peut-être le sont-ils d’ailleurs déjà, si on prend en compte la marge d’erreur ?

Conclusion

L’évolution qui transparaît dans le sondage est donc à l’exact opposé des conclusions de l’IFOP à la fois sur son site et dans ses tweets.

La réalité est que l’IFOP essaye de noyer dans le brouhaha sondagier des non-pratiquants l’évolution claire et nette des Catholiques pratiquants vers le maintien et la défense des positions adoptées par l’Eglise Catholique jusqu’à présent.

Un exemple caractérisé de bobard et de désinformation, qu’il faut sans doute mettre en perspective par rapport aux tentatives de déstabilisation du synode récent à Rome.

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

5 commentaires

  1. Samuel D'Assenc says:

    Tout ceci n’est bien sûr que de la propagande. LMPT et le Printemps Français ont montré la véritable vision des catholiques sur ces questions primordiales.

  2. Faustine says:

    Les suppôts du « père du mensonge » sont évidemment tous des menteurs patentés, qu’il s’agisse des islamistes (religion « de paix et de tolérance », bien sûr), des francs-macs et leurs potes LGBT, etc.
    C’est d’ailleurs à cela qu’on les distingue des vrais chrétiens qui ont à cœur de mettre l’Évangile et les commandements divins en pratique (dont le « Tu ne mentiras pas »).
    Ces sondages, orchestrés par des menteurs, n’étant donc que mensonges, j’en lis les résultats en les inversant complètement… Et non sans surprise, cela me paraît heureusement beaucoup plus plausible et proche de la réalité, constatée au quotidien dans la vraie vie.
    Alors, laissons les futurs vaincus de ce monde brailler comme des taureaux furieux. S’ils s’entêtent dans leurs erreurs, ils ne riront pas les derniers.
    Puissent-ils, ces malheureux endoctrinés par les « fumées de Satan » ouvrir les yeux avant le point de non-retour !
    Mais le temps est désormais très court…

  3. « la « demande » [sic] « d’adaptation du discours » de l’Eglise « émane en priorité des non-pratiquants » »
    Il aurait été plus honnête de considérer les « non-pratiquants » comme « modérément catholiques ».
    Et ce d’autant plus que l’IFOP ne rappelle pas les critères permettant selon eux de trier les catholiques non pratiquants (ne mettant jamais ou presque les pieds dans un lieu de culte et n’ayant même pas une pratique individuelle quotidienne) des catholiques pratiquants:
    -est-on pratiquant si on va à la messe tous les dimanches? (cette catégorie est qualifiée par l’IFOP de « messalisants » (cf. http://www.ifop.com/media/pressdocument/238-1-document_file.pdf p. 5, il s’agit toujours de DÉCLARATIF, aucune question ne tente de vérifier les dires des sondés, qu’on suppose d’une sincérité absolue)
    -est-on pratiquant si on est fidèle à la confession annuelle et à la communion au moins au temps de Pâques?
    Il me semble que le critère habituellement retenu est
    (cf http://www.ifop.com/media/pressdocument/238-1-document_file.pdf p. 8)
    -aller à la messe une fois par mois au moins
    ou
    -aller à la messe même moins souvent
    ou
    -aller à la messe uniquement pour les fêtes ou les cérémonies.

  4. Pingback: La désinformation sondagière sur ...

  5. Je fais partie des sondés. Je suis catholique pratiquante, genre tous les dimanches, et genre je vais à la messe même le jour de la Toussaint quand ça tombe un samedi et qu’il faudra y retourner le lendemain ;))… Pour une fois que j’étais interrogée sur ces sujets, j’étais contente de pouvoir donner des avis différents de la grande majorité ! Bien sûr, j’ai soutenu que la doctrine catholique était très bien comme ça. Le résultat de l’Ifop et les commentaires qu’elle en a tiré ne m’étonne pas du tout. Il s’agit de faire rentrer les gens dans un moule, on voit ce qu’on a envie de voir. La façon dont les questions étaient posées permettait cependant de dire des choses suffisamment nuancées pour qu’on puisse dire clairement sa position sans avoir le sentiment de la trahir. Les gens voient le verre à moitié vide ou à moitié plein, c’est toujours la même chose. La désinformation n’est pas forcément toujours voulue comme but, même si les gens qui ont traité ce sondage pensaient autrement sur ces questions. Il faut dire aussi que les catholiques, même pratiquants, ne sont pas suffisamment formés sur ces questions brûlantes et qu’il faut qu’ils travaillent ! La paresse dans ce domaine a des conséquences terribles. Parler d’un sujet sans le connaître, comme on se permet de le faire souvent, c’est relayer toutes les idées qui circulent avec insistance. C’est pourquoi, je ne saurais trop recommander des formations telles que celles de Paroles de Catholiques. L’Esprit Saint nous attend pour tout nous expliquer…

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com