la-langue-des-medias

Ingrid Riocreux, agrégée de lettres modernes, est chercheur à l’université.

Le journaliste possède sa manière bien à lui de dire, de ne pas dire, de mal dire, de faire dire, de parler, de faire parler ou de laisser parler. De même que le journaliste reproduit sans fin les formules de ses confrères, il ne cesse de répéter des termes qui impliquent un jugement éthique sur les événements. Prenant pour des données objectives des points de vue propres à des courants de pensée, le journaliste contribue à répandre une doxa, un prêt-à-penser. Les mots des journalistes sont porteurs de tous les préjugés de notre temps, faits de politiquement correct et de pensée unique. On ne parle pas ici du rare journaliste d’un média de la réinformation mais de ces journalistes formatés des médias dominants. Ces médias, malgré le pluriel, fournissent une unicité de discours. On traque les « dérapages », on dénonce « l’extrême droite », on enquête sur « l’homophobie », « l’europhobie », le « climatoscepticisme »,…

Ce livre décortique les manipulations du langage, met en garde contre l’utilisation par des esprits libres de termes minés. L’expression « islamo-fascisme » popularisée par Manuel Valls s’explique par la classification éthique selon laquelle le mal absolu ne peut être que d’extrême droite/nazi/fasciste. Si l’on voulait pointer l’islamisme, il fallait donc en faire un « islamo-fascisme » – on dit parfois « nazislamisme ». Autre exemple, « sans papiers » est un terme forgé par les militants de la gauche radicale altermondialiste pour en finir avec la force péjorative du mot « clandestins ». Enfin, le terme de « migrants » a ceci de commode qu’il réduit des foules de personnes à leur seul déplacement. L’image ainsi suscitée est celle d’une masse à la progression inexorable et sans fin. Face aux « migrants », on se résigne : on ne peut les empêcher de venir.

Ingrid Riocreux propose une grille d’analyse, afin de former les réflexes des lecteurs, auditeurs et téléspectateurs, et d’attiser leur sens du discernement. Elle examine les mots qui veulent dire méchant, pas bien, les mots-couperets (les phobes et les sceptiques), les descriptions orientées (cheveux courts et veste noire), mais aussi l’indulgence permanente pour les amis de la bien-pensance,…

A lire pour se libérer !

La langue des médias, Ingrid Riocreux, éditions de l’Artilleur, 336 pages, 20 euros

A commander en ligne sur le site de l’éditeur

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

4 commentaires

  1. Elieja says:

    Très important de conserver et de se référer aux dictionnaires un peu ancien.La connaissance de notre langue nous libère.

    1984 ORWELL page 369 :
    Le but du novlangue était, non seulement de fournir un
    mode d’expression aux idées générales et aux habitudes mentales des dévots de l’angsoc, mais de rendre impossible tout autre mode de pensée.
    Il était entendu que lorsque le novlangue serait une fois
    pour toutes adopté et que l’ancilangue serait oublié, une idée hérétique – c’est-à-dire une idée s’écartant des principes de l’angsoc – serait littéralement impensable, du moins dans la mesure où la pensée dépend des mots.
    Le vocabulaire du novlangue était construit de telle sorte
    qu’il pût fournir une expression exacte, et souvent très nuancée, aux idées qu’un membre du Parti pouvait, à juste titre, désirer communiquer. Mais il excluait toutes les autres idées et même les possibilités d’y arriver par des méthodes indirectes.
    L’invention de mots nouveaux, l’élimination surtout des mots indésirables, la suppression dans les mots restants de toute signification secondaire, quelle qu’elle fût, contribuaient à ce résultat.
    Ainsi le mot libre existait encore en novlangue, mais ne
    pouvait être employé que dans des phrases comme « le chemin est libre ». Il ne pouvait être employé dans le sens ancien de « liberté politique » ou de « liberté intellectuelle ». Les libertés politique et intellectuelle n’existaient en effet plus, même sous forme de concept. Elles n’avaient donc nécessairement pas de nom.
    En dehors du désir de supprimer les mots dont le sens
    n’était pas orthodoxe, l’appauvrissement du vocabulaire était considéré comme une fin en soi et on ne laissait subsister aucun mot dont on pouvait se passer. Le novlangue était destiné, non à étendre, mais à diminuer le domaine de la pensée, et la réduction au minimum du choix des mots aidait indirectement à atteindre ce but.

    • George Orwell était membre de la Fabian Society (créé au 19e siècle pour créer un gouvernement mondial); il savait de quoi il parlait…

  2. Elieja says:

    On parle de leur langue, mais avez-vous remarqué leur accent à la C. de bobo-journalopes identiques à tous ?

    • Daniel Daflon says:

      Oui, ils sont comme des clones formatés par la même machine. On sent bien qu’ils sont issus de la même volonté démoniaque. Même école, mêmes formateurs, même catégorie sociale. J’ai envie de dire même quartier, tellement la phraséologie et l’accent sont identiques.
      C’est vrai que s’ils veulent garder leur boulot, souvent assez grassement payé, ils ont intérêt à serrer les fesses et à filer droit : Un simple présentateur de météo écrit un bouquin dans lequel il ne soutient pas inconditionnellement le réchauffement climatique et il est viré sur le champs, sans tambours ni trompettes. Ses petits camarades ne sont pas stupides, ils ont bien reçus 5/5 l’avertissement gratuit.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com