La France subit un processus de liquidation économique, qui s’est accéléré depuis que l’euro a été mis en service en 2001. Certains aspects en sont bien visibles : balance commerciale structurellement déficitaire, explosion du chômage, baisse du PIB par habitant, etc.

MPI - 19 - 01 -

MPI - 19 - 02 -

MPI - 19 - 03 -

Un autre aspect, relativement invisible, de la liquidation économique de la France est le rachat massif des grandes entreprises par des étrangers, spécialement par des Américains grâce au dollar. On peut souligner que le dogmatisme européen sansfrontiériste, qui déifie la libre circulation des capitaux, expose n’importe quelle entreprise française au risque de rachat, généralement hostile.

Ce risque est d’autant plus élevé que les USA génèrent des milliards de dollars, sans aucune contrepartie réelle (par exemple une valeur fixe en or). Autrement dit, la création monétaire effrénée mise en oeuvre par les USA, associée à l’absence de contrôle de la circulation des capitaux, permet l’achat d’actifs bien réels en France avec des jeux d’écriture comptable, qui génèrent des milliards de dollars par simple claquement de doigts.

MPI - 19 - 04 -

MPI - 19 - 05 - 06-couverture-du-dollar-en-or

Très loin d’être convertible en or, comme au bon vieux temps des accords de Bretton-Woods, le dollar US est à 10% du prix de l’or et sa valeur continue de baisser puisque la planche à billets, rebaptisée Quantitative Easing, tourne à plein régime.

Logiquement, la dépréciation générale du dollar US ne devrait pas affecter la France. Mais le fait est que l’ouverture totale des frontières offre aux entreprises états-uniennes l’opportunité d’acheter ce qu’elles veulent en France. Conséquence du mondialisme prédateur à la sauce dollar US, la liste des entreprises autrefois françaises qui ne sont plus françaises ou ont disparu ne cesse de s’allonger.

L’évaporation des grandes entreprises réellement françaises est d’autant moins visible que les rachats se font dans une sorte de silence indifférent et que wikipédia, par exemple, continue abusivement de catégoriser comme françaises des entreprises passées sous contrôle étranger.

Alstom (équipementier) : cette entreprise majeure a fait la une des médias en début d’année 2014, avant les Européennes. Concrètement, Alstom faisait partie du dispositif assurant à la France une indépendance énergétique par la maîtrise des techniques et des compétences. Sa branche énergie a été vendue à l’Américain Général Electric. On peut aussi s’intéresser à la scandaleuse attribution de 150 000 actions à son PDG. 

Amora Maille : le groupe français a rejoint le groupe anglo-néerlandais Unilever en 2000. La société avait débuté son activité en commercialisant des moutardes dans des pots en verre, puis avait étendu sa marque sur les vinaigrettes, ketchups, mayonnaises ou cornichons dans les années 1950. En 2008, Unilever a annoncé la fermeture de l’usine historique de Dijon.

Arcelor : le groupe sidérurgique, né en 2002 de la fusion de trois sidérurgistes européens (dont le français Usinor), a été absorbé en 2006 par Mittal Steel Company. Résultat : les usines sont fermées. Un exemple classique de rachat prédateur destiné à fermer un concurrent.

Brasseries Kronenbourg : elles font partie depuis avril 2008 du groupe danois Carlsberg, après avoir été rachetées par Scottish & Newcastle en 2000. Lancée en 1947 par Jérôme Philippe Hatt, la marque Kronenbourg doit son nom à Cronenbourg, le quartier de Strasbourg dans lequel s’installa la brasserie au début du XIXe siècle.

Converteam (conversion de l’énergie électrique) : racheté par General Electric en 2011. On peut mettre en relation avec le rachat-démantèlement de Alstom.

Danone (agro-alimentaire) : La branche biscuit du groupe (LU) a été racheté par l’américain Mondelez International en 2007 pour 7 milliards de dollars US.

Ducros : l’entreprise Ducros n’est plus française depuis 2000. Elle a été rachetée par l’américain McCormick, numéro un mondial des épices. Mais Ducros emploie encore 800 personnes en France.

Fruité : la société française de boissons non alcoolisées Fruité entreprises a été rachetée en mai 2010 par le britannique Britvic pour 237 millions d’euros. Fruité possède sa propre marque, ainsi que les sirops Moulin de Valdonne et Teisseire, rachetés en 2005, et la marque de jus de fruits bio Pressade. L’entreprise employait un peu plus de 500 personnes.

Legrand (produits et systèmes pour installations électriques et réseaux d’information) : racheté par un groupe d’investisseurs dont KKR et Goldman Sachs en 2002 pour 3,6 milliards de dollars US.

Marionnaud est passé en 2005 sous pavillon chinois, après avoir été au bord de la faillite. Le nouveau propriétaire de la marque de cosmétiques françaises est AS Watson, la filiale de Hutchinson Whampoa, le conglomérat du multi-milliardaire hongkongais Li Ka-shing. En juin 2009, le groupe a annoncé la suppression de 700 emplois, soit 17% de ses effectifs.

Péchiney : le groupe français d’aluminium a été racheté par le canadien Alcan en 2003. En 2007, ce dernier a lui-même été racheté par Rio Tinto. Résultat : racheté pour être liquidé et éliminer un concurrent.

PriceMinister, pionnier de l’e-commerce français, a été racheté par le japonais Rakuten en juin 2010. Ce groupe est la référence japonaise du e-commerce, avec 30 millions de membres et plus de 20.000 vendeurs dans sa galerie marchande, Rakuten Ichiba.

Provimi (fabrication d’aliments pour animaux) : racheté par Cargill en 2011 pour 3,5 milliards de dollars US.

Rexel (distribution de matériel électrique) : racheté par Ray Investment en 2004 pour 3,2 milliards de dollars US.

Rossignol : le numéro un mondial du ski (24% de parts de marché) a été avalé en 2005 par le roi américain du surf, Quiksilver. Et ce, sept ans après le rachat de Salomon par Adidas. Il n’y a plus de grand équipementier de sports d’hiver français.

SPIE (ingénierie électrique et construction) : racheté par Clayton, Dubilier & Rice en 2011 pour 3 milliards de dollars US.

Smoby (jouets) : en 2008, le leader français du jouet est repris par le groupe allemand Simba. Asphyxié par une dette de 277 millions d’euros, le groupe avait été placé dans un premier temps en sauvegarde avant d’être mis en redressement judiciaire.

Solocal (ex Pages Jaunes) : racheté par KKR et Goldman Sachs en 2006 pour 4,2 milliards de dollars US.

TDF (Télédiffusion de France) : racheté par Intermediate Capital et Texas Pacific Group en 2006 pour 4,1 milliards de dollars US. En septembre 2006, un article paru dans un journal britannique annonce la mise en vente de TDF. Quelques jours plus tard, TDF annonce une recomposition importante de son capital, avec l’arrivée du fonds américain Texas Pacific Group dans l’actionnariat avec 42 % du capital. De façon tout à fait symbolique, on notera que le point le plus haut de Paris est sous contrôle états-unien puisque TDF gère l’utilisation du sommet de la Tour Eiffel.

Yoplait (agro-alimentaire) : racheté par General Mills en 2012.

Dans ce carnage, l’agro-alimentaire, la métallurgie et les grands équipementiers ont payé le prix fort.

Etant donné que ces entreprises ont été rachetées avec des dollars imprimés ad libitum, on peut se demander si leur nationalisation pure et simple sans contrepartie n’est pas légitime. Elles n’ont pas été « achetées » mais razziées avec de la fausse monnaie. Il est bien certain que le projet de traité transatlantique TAFTA et ses différents avatars ne vont pas améliorer la situation. Parler d’état stratège ne suffira pas dans un contexte où les dés sont complètement pipés. 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

10 commentaires

  1. alsaco68 says:

    ce « fameux € » qui devrait être une solution miracle pour l’Europe, la grande europe, voilà le résultat, on se fait tailler des croupières tout le temps, ces messieurs les députés et ministres ue sont des incapables, une fois la monnaie de singe mise en place, ils se sont reposés sur leurs lauriers, dire qu’ils prennent tellement d’argent tous les mois, sans parler de cette fameuse retraite qui est un vol manifeste, à aucun moment ils n’ont pensé à mettre le dossier des charges des différents états en place, résultat, nous continuons à prendre des coups sur de nombreux marchés, merci messieurs de l’UE, nous ne voulions pas de Maastricht ni de Schengen, pas grave, ces messieurs ont fait leur salade avec la vinaigrette qu’ils veulent, sans parler de ce que nous avons pris dans la tête niveau inflation, alors vu que l’ue n’arrive pas à parler d’une seule voix, et que nous, nous sommes de plus en plus mal, pas étonnant que d’autres pays saisissent les opportunités qui se présentent, allez savoir si Pernod Ricard ne va pas changer de mains d’ici quelques mois, depuis le temps que ça restructure, il arrivera un moment où ils seront au point de non retour, surtout que les marchés internationaux qui amenaient du positif à ce groupe, ce trouve maintenant à pénaliser ce dernier, il faut bien se dire que bientôt les grandes maisons françaises auront disparu, et ce ne sera pas de la faute aux amis de l’ex président, comme disent les gauchos, non, ce sera la faute de ces irresponsables, et, des banquiers, qui aiment prendre du cash quand ils sont en difficulté, mais après, ne prennent aucun risque pour sortir le pays de la mouise, banquiers=VOLEURS…

  2. Mouais… Hétéroclite et pas très pertinente, cette liste.

    Si vous voulez regarder l’actualité, intéressez-vous à Lafarge qui fait ses valises, mais pas en dollars…

    Pour le reste, vous mettez dans le même sac des sociétés ou des branches qui sont bel et bien absorbées ou mortes, et des entreprises qui ont conservé leurs centres et leur direction, tout en étant contrôlées par des capitaux américains.

    Vous mélangez aussi des sociétés rachetées par des américains, ce qui semble le thème de votre article qui parle du dollar, et des prédateurs issus d’autres zones monétaires.

    Vous mélangez des sociétés rachetés par d’autres entreprises (c’est la vie, c’est industriel, et nos entreprises font de même à l’étranger), avec des rachats par des fonds d’investissement, qui effectivement, se gavent, eux, des facilités monétaires en dehors de toute décence.

    Vous parlez de QE, mais bon nombre des deals cités n’ont pas attendu sa mise en place.

    Vous parlez de la dépréciation du dollar… Que devrait rendre plus cher leurs acquisitions. C’est plutôt l’océan de liquidités gratuites que vous évoquiez plus haut le problème (ou l’un des problèmes)…

    Vous parlez de rachat généralement hostile. C’est faux. Dans la grande majorité des « deals » que vous listez, ce n’était pas le cas.

    Et pourquoi dresser cette liste? Alors que la quasi- totalité des entreprises françaises cotées voient, année après année, leur capital grignoté par les fonds internationaux, ce qui revient au même ou parfois pire! Creusez de ce côté là, c’est bien plus triste à voir, vous n’avez vu que la face émergée de l’iceberg.

    Il y a même des erreurs, par exemple pour Rexel qui n’est plus contrôlé par Ray capital. Pareil pour Legrand: KKR s’est désengagé depuis un moment et l’autre investisseur n’était pas GS mais Wendel, un groupe français.

    En même temps, on a fait tout le nécessaire pour chasser les investisseurs français, à coups de taxes et de stigmatisation de ceux qui voulaient prendre des risques. Et ça continue dans les programmes des politiques de tout bord. On récolte ce qu’on a semé.

    Le vrai problème, c’est qu’en face de votre énumération, on aurait bien de la peine trouver une liste convaincante d’entreprises ayant émergé depuis 2000 pour les remplacer. Car l’économie, ça devrait aussi se renouveler.

    Et on ne cesse d’orienter l’épargne vers la dette d’Etat et le non-productif. Alors forcément, où voulez-vous que les entreprises se financent… On peut pleurer sur les méchants américains qui paient en monnaie de singe (quoique, vous êtes hâtifs, mais je comprend votre idée: « our currency, your problem », ce n’est pas nouveau), mais aussi regarder nos responsabilités.

    Pour votre conclusion… Elle reviendrait à nationaliser toute l’activité économique française ou presque (comme écrit plus haut, votre liste c’est du pipi de chat par rapport à la réalité). Et à montrer la France comme un Etat sans parole (ce qui est vrai d’ailleurs, mais est-ce bien le but de le montrer ainsi).
    Cessez d’avoir vos humeurs, comprenez que l’heure n’est pas à la gloriole et essayez d’examiner 5 minutes les conséquences de vos idées.

    J’écrivais hier National-soviétisation et frontières albanaises. Il faut croire que certains en rêvent.

  3. Encore quelques réflexions:

    – Vous avez copié le gros de la liste sur un blog sans citer la source (ou relayé un mail, ce qui revient au même). Cette source avait déjà largement pompé un article des Echos sans avoir compris tout ce qui y était écrit. Vous n’avez pas contrôlé le contenu. Par malchance pour vous, le travail n’était pas sérieux et ça vous retombe dessus.

    – Arcelor n’était déjà plus une société de droit français avant son rachat par Mittal.

    – Le capital de TDF est désormais entre les mains d’un canadien.

    – Le capital de Solocal est complètement redistribué depuis la dernière augmentation de capital.

    – Spie essaie de reprendre son indépendance en revenant en bourse (2015?).

    – On n’insistera jamais assez sur la responsabilité des Riboud (réputés si « sociaux » par ailleurs), qui sont à l’origine de pas moins de 3 cessions sur votre liste (Amora Maille, Kronenbourg et Lu)

    – Vous déplorez le rachat de Provimi par Cargill… Mais vous oubliez que c’était à l’origine une société néerlandaise avant son rachat par Eridania Beghin. Alors c’était bien quand un français rachète une société néerlandaise?

  4. http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2014/12/24/97002-20141224FILWWW00112-arc-international-projet-de-reprise-presente.php

    http://www.lesechos.fr/pme-innovation/actualite-pme/0204032354453-un-nouveau-sauveur-en-lice-pour-le-geant-verrier-arc-international-1077165.php

    Faut-il hurler contre ce méchant fond américain, qui, grâce à sa monnaie de singe, évitera à des centaines de familles de se trouver au chômage à Noël, ou plutôt s’interroger sur les conditions qui ont dissuadé les investisseurs français de participer à l’avenir de cette entreprise?

    Serait-il bien pertinent d’ajouter Arc à votre liste pour réclamer sa nationalisation sans contrepartie? Alors, Razzia américaine ou défaillance de notre part?

  5. frangipane says:

    Signalons egalement le bradage inexplicable de branches productrices dans des secteurs porteurs par des grandes entreprises – Peugeot qui larguent les scooters en plein boom en Afrique et en Asie ?? Bravo les visionnaires !!! le Crystal D’Arques aujourd’hui, aucun repreneur Francais ??? Dans ces conditions j’approuve les renationalisations et en premier lieu la ré-appropriation des autoroutes.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com