la-maison-battue-par-les-vents-le-roman-du-vatican

Malachi Martin (1921-1999), né en Irlande, fut ordonné prêtre en 1954. Professeur à l’Institut biblique de Rome de 1958 à 1964, il fut aussi le secrétaire privé du cardinal Augustin Bea. En 1964, il demanda d’être relevé de ses vœux de pauvreté et d’obéissance, restant cependant prêtre. Il quitta Rome pour s’établir à New York  où il devint un auteur de romans à succès dans lesquels on retrouve généralement une critique du concile Vatican II.

Traduit pour la première fois en français, La Maison battue par les vents est d’abord paru aux Etats-Unis en 1996 et s’est vendu alors à plusieurs centaines de milliers d’exemplaires. Ecrit sous la forme du roman, ce livre n’en est pas moins le reflet de ce que son auteur, fin connaisseur du Vatican, a pu observer. Au point que ce qui pouvait apparaître en 1996 comme une fiction se révèle aujourd’hui comme un singulier ouvrage d’anticipation. Un complot cherche à faire du Vatican l’outil d’un futur gouvernement mondial et doit pour cela se débarrasser d’un pape insuffisamment docile à ce plan. Le scénario romanesque fait étrangement penser à la démission de Benoît XVI et aux discours de plus en plus conformes au nouvel ordre mondial de son successeur.

Comme le conclut l’un des personnages du roman, l’Eglise moderne a fourvoyé les fidèles dans « un ersatz de Christianisme » que ni Pie XII, ni Pie XI, ni Pie X, nie Pie IX n’auraient reconnu comme étant du Catholicisme.

Cette traduction française est agrémentée d’une annexe qui identifie derrière quelques personnages du roman des personnalités bien réelles de l’Eglise à l’époque où l’auteur a écrit ce livre. Outre les évêques et les cardinaux identifiés, on y décèle également les magnats des médias Bertelsmann et Ted Turner.

Ce livre a toutes les qualités pour plaire aux amateurs de romans d’espionnage mais il offre surtout une approche très réaliste des intrigues vaticanes et permet de mieux interpréter l’évolution actuelle de la fonction pontificale et ce qui y a conduit.

La Maison battue par les vents, Malachi Martin, éditions Saint-Rémi, 769 pages, 25 euros

A commander en ligne sur le site de l’éditeur

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

2 commentaires

  1. Guy de la roix says:

    Un livre à recommander à tous les évêques conciliaires de France et d’Europe pour la Noêl…

  2. J’ai lu ce livre dans sa langue originale il y a cinq ans. Laissez-moi vous dire que si seulement la moitié de
    ouvrage était vrai, (Selon l’auteur en entrevue radiophonique,97 % de ce qui y est raconté est authentique, l’autre 3 % a été masqué pour ne pas pouvoir identifier des prélats et ëtre objet de poursuite judiciaires)ce déjà le plus grand scandale religieux de tous les temps.
    Ce que je savais déjà sur l’Église de Vatican II, m’a confirmé que cette hiérarchie est hérétique et apostate depuis 1965 et continuer a appeler ces faussaires de pape ou d’évêques est une grossière méprise indigne de catholiques. Croyez-moi, plus vous tarder a vous réveiller, plus le réveil sera douloureux. Il faut du courage pour accepter la réalité en face. Vous en reste-t-il encore ? « Misereor super turbam » dixit Jesus

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com