juppé-mpi

On oublie vite… Alain Juppé, parait-il, est désormais très apprécié et présidentiable Or il est le grand responsable de la situation catastrophique dans laquelle est actuellement la médecine de ville.

On oublie la Loi Juppé du 15 novembre 1995. Rappelons que l’intéressé était à cette époque premier ministre de Chirac. Cette loi très intelligente, concoctée par des fonctionnaires qui n’avaient pas rencontré un malade de toute leur vie, a eu un effet absolument ravageur. Vous allez comprendre pourquoi il vous faut huit mois pour obtenir un rendez-vous chez l’ophtalmologiste et un an chez l’allergologue. Pourquoi il n’y a plus de médecins en campagne et qu’il faut prendre sa voiture et faire des dizaines de kilomètres pour être soigné.

Le point de départ idéologique de technocrates irresponsables était le suivant. Il fallait faire des économies dans le cadre du déficit de la Sécurité Sociale. Alors que l’hospitalisation publique représente à elle seule plus de 30 % de ces dépenses, on a rendu la médecine responsable des déficits. Trop de dépenses trop de médecins

Cette réforme avait deux axes. Le premier avait instauré un numerus clausus des entrées en faculté de médecine pour limiter le nombre de médecins. Le calcul est vite fait. Les années d’études en médecine durent dix ans en moyenne. Dix ans après la loi Juppé commence la pénurie.

Le deuxième axe était le suivant : le Mouvement d’incitation à la cessation d’activité appelé aussi MICA. Tout simplement il était demandé aux médecins de plus de 58 ans de partir en retraite alors que celle-ci est prévue à 65 ans. Ils partent alors selon les tranches d’années dans des conditions de moins en moins favorables. Quoiqu’il en soit 10660 (sur 80.000 en exercice) quitteront la profession. Partent en priorité les spécialités difficiles : anesthésistes, chirurgiens, obstétriciens, ophtalmologistes (déjà surchargés), médecins de campagne. La pénurie s’installe alors très progressivement et profonde.

Actuellement cette pénurie est aggravée par le nombre de médecins qui « décrochent leur plaque » parce qu’ils sont exténués. 30 % feront un burn out. Ce mot veut dire carbonisé : syndrome d’épuisement professionnel. Entre 600 et 1000 chaque année quittent leur cabinet. A quel âge ? On a peine à le croire : 48 ans. Ils s’orientent dans trois directions. Le salariat avec les 35 heures de Mme Aubry ; vers les remplacements itératifs ce qui leur évite d’avoir un cabinet à gérer ; ou vers le suicide. 14 % de la mortalité de médecins chaque année est liée à un suicide contre 4 % dans la population française globale. Les médecins se suicident quatre fois plus que la moyenne de la population.

Une des raisons de cette situation est la tyrannie administrative : surveillance, traçages, paperasserie. En plus le pouvoir médiatique qui n’hésite pas à stigmatiser les médecins et à mettre leurs échecs sur la voie publique. A tort ou à raison. Un de mes confrères brillant chirurgien a dû quitter la ville avec sa famille et ses biens. Accusé de ne pas avoir fait correctement son travail au décours d’une intervention, il sera finalement blanchi par les expertises. Quand sa femme faisait ses courses, les gens murmuraient derrière elle : « c’est la femme de l’assassin ! ». Il a sombré dans l’alcoolisme pour oublier. Il n’a même pas eu le courage de demander une réparation judiciaire aux journaux qui l’avaient traîné dans la boue.

Une dernière chose enfin : les médecins français sont actuellement les moins payés d’Europe.

A qui la France est redevable de cette situation : à Monsieur Alain Juppé qui malgré ses dires essayera de se présenter aux prochaines présidentielles ? Ne l’oubliez pas dans vos prières quand vous irez urner.

Dr Jean-Pierre Dickès

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

18 commentaires

  1. Fleur says:

    Merci monsieur Dickès et cher confrère de rappeler ces vérités occultées.
    La médecine libérale a été littéralement assassinée par Juppé. Il a transformé, comme vous le rappelez, de nombreux généralistes en smicards à bout de souffle, en a fait la profession qui se suicide le plus (et de très loin !), et a organisé l’actuelle pénurie (qui ne fait que commencer) , grâce à ce raisonnement de technocrate complètement idiot : moins il y aura de médecins, moins il y aura de malades, et donc moins il y aura de déficit !
    Pour ma part, je n’ai pas attendu l’âge de la retraite pour décrocher ma plaque : je gagne désormais plus que lorsque j’étais en activité… la sécu ne me persécute plus et je ne risque plus un procès inique à tout bout de champ !
    Et je n’ai pas oublié M Juppé qui, en 95, avait mis mon cabinet en déficit… J’avais alors failli quitté la profession… à 46 ans ! Merci M Juppé.
    Que chacun le sache et le dise : cet homme est un nuisible doublé d’un escroc (d’ailleurs déjà condamné, qu’on ne l’oublie pas !).

    • jean-pierre Dickès says:

      Chère Confère,
      J’imagine qu’une fleur ne peut être qu’une femme.
      Oui. Vous avez raison.
      Mais sur le plan politique souvenez-vous. C’est lui qui a dissous l’assemblée nationale ; ce qui a amené Jospin dont nous souffrons toujours des réformes.
      Pour le reste vous avez hélas vrai.
      Bien confraternellement

      JP Dickès

  2. POUJADE says:

    Bonjour.

    Juppé, certes mais Mitterrand, NON ??????

  3. Eddy K says:

    Juppé, c’est l’homme aux 5 appartements HLM pour lui et sa famille, avec en prime une salle de bains en comblanchien. Pour lui, si mes souvenirs sont bons, un appartement de 190 m2 dans l’île Saint-Louis. Fait ce qu’il faut pour un être exceptionnel, pas vrai ?

    Juppé, c’est l’homme qui a été rattrappé par les « affaires » du RPR et déclaré inéligible en 2004, qui a fichu le camp au Canada en 2005 avant de revenir en 2006 pour prendre la mairie de Bordeaux.

    Juppé qui, sauf erreur de ma part, avait promis juré craché que s’il était élu maire de Bordeaux, il abandonnerait la politique nationale pour se consacrer à sa ville ?

    On voit la suite… Qui est encore assez naïf pour faire confiance à Juppé ?

  4. Kévin says:

    On oublie la Loi Juppé du 15 novembre 1995. » (…) « Cette réforme avait deux axes. Le premier avait instauré un numerus clausus des entrées en faculté de médecine pour limiter le nombre de médecins. »

    Pour infos le NC des études de médecine à la fin de la P1 ( aujourd’hui PACES), n’est aucunement issu de la loi Juppé , il date de 1971 …

    Il faudrait arrêté de dire n’importe quoi…

    • jean-pierre Dickès says:

      Il est exact que le numerus clausus existait auparavant. Mais il l’a réduit à 4000 au lieu de 8000 antérieurement.

  5. Juste une erreur à corriger, le MICA a été accordé aux médecins de 56 ans et non 58. Mais tout le reste est vrai

  6. pimprenelle says:

    merci de rappeler les faits ! A l’époque, d’autres professions médicales ont vu apparaitre les quotas annuelles de prestations à ne pas dépasser sous couvert de déconventionnement !!! Mme Aubry est arrivée en 1996 au pouvoir !  » nous n’avons pas mieux à proposer donc nous continuons !!!  »
    Voilà son discours à son arrivée à Matignon, en tant que ministre de l’emploi et de la Santé !Et ce malgré la grogne dans la rue !
    Gauche droite Sur ce coup là sont très mauvais ! Liser Frédérique Bizard économiste en gestion de santé !

  7. Mnemosis says:

    Mise au point :
    Le numerus clausus a été introduit en 1971 sous le gouvernement G Pompidou.
    Parmi les acteurs J. Barrot S. Wiel ministre
    Les syndicats médicaux
    Gilles Johanet employé à la Cours des Comptes nommé directeur de la CNAM qui fera passer (?) le nombre de 7à 8000 à 3000 médecin en 1991-1992 sous le gouvernement Mitterand ….
    Se reporter à l’excellent ouvrage du Dr Daniel Wallach :
    Numerus clausus: Pourquoi la France va manquer de médecins
    (Springer Science & Business Media, 19 avr. 2011 – 302 pages)
    Le candidat à la future présidence, ancien ministre de J Chirac, est pour sa part responsable de l’état dans le quel se trouve la médecine de ville avec l’invention du MICA

    • dickes says:

      Je répète : Juppé a fait passer le numerus clausus de
      de 8.000 à 4.000. Quant au MICA, il a fait partir à la retraite 10600 médecins six ans avant les 65 ans ; arguant que moins il y avait de médecins, moins il y aurait de dépenses de sécurité sociale.

  8. Stéphane HERVE says:

    N’oublions pas non plus que monsieur Juppé est très ami avec monsieur Frédéric Valletoux, président de la Fédération Hospitalière de France, et qui n’est pas connu pour porter la médecin libérale dans son coeur !

  9. Pommey Geneviève says:

    Mais vous en savez des choses ! Je n’avais vraiment pas envie de voter Juppé . Maintenant je sais en partie pourquoi !!?? Merci pour ces informations et bon courage à tous ces médecins libéraux qui se battent encore pour notre mieux – être

  10. Vous touchez là la différence entre le libéralisme et le dirigisme. Economiste, j’avais à l’époque dénoncé cette ineptie socialiste et interventionniste. Rien n’est plus efficace que la loi naturelle du marché,i. e.de l’offre et de la demande qui rétablit l’équilibre. Or ces imbéciles , je n’ai d’ailleurs vu arriver la 5 ème République comme une catastrophe que l’on allait payer, ont procédé comme le font les socialistes ( y a t-il d’ailleurs une différence entre eux ?) par raisonnement primaire. Ces gens ont un esprit limité et ne voient pas que la réalité est bien plus complexe et qu’il faut une logique élaborée et surtout respecter les lois économiques naturelles. Tous les moyens mis en oeuvre par des socialistes ou des jacobins dirigistes aboutissent à l’inverse du résultat recherché.

  11. Je n’ai jamais voté pour un repris de justice

  12. Et la RDS mis en place par Juppé

  13. Jean-Pierre Dickes says:

    Merci de me dire ce qu’est le RDS.

  14. Il faut juste préciser un truc, c’est aussi le départ grandissant des médecins français pour l’étranger, qui explique le nombre ahurissant des 1000 médecins par an qui disparaissent du tableau de l’Ordre.

    Le Numérus Clausus était un bon système, il faut bien une sélection régulée quelque part.
    Mais le raisonnement :
    Trop de dépenses => Trop de patients => Trop de médecins
    Donc
    Diminuons les médecins => Baisse des patients => Baisse des dépenses
    est complètement à l’inverse de la logique, c’est typiquement un ENArque stupide et orgueilleux comme Juppé qui peut pondre une telle aberration.

    Ce genre de raisonnement stupide est fréquent chez les socialistes, il n’y a pas si longtemps, Adeline Hazan refusait qu’on construise plus de prisons car…
    Plus de prisons => Plus de détenus => Plus de condamnations => Plus d’insécurité.
    Donc…
    Moins de prisons => Moins de détenus => Moins de condamnations => Moins d’insécurité.

    C’est incroyable que des gens aussi cons puissent arriver à de tels postes administratifs.

  15. Jean-Pierre Dickes says:

    Cher Monsieur, vous faîtes une superbe comparaison. C’est tout le poids des idéologies coupées du réél.
    Dans ma ville, il faut attendre un an pour un examen OPH, deux mois en cardio, quatre mois en rhumato, quatre mois en hémato et tout à lavement comme dit l’autre. Le pire est que cela se pérennise depuis Juppé. Je pense que le numerus clausus vient d’être remonté à 6.000

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com