dictature

La dictature des euroligarques prend de l’ampleur: après l’accession démocratique au pouvoir de conservateurs identitaires en Pologne, les technocrates de Bruxelles ont lancé, le 13 janvier, une enquête contre les réformes promises et mises en œuvre par les nouveau élus. Des réformes qui plaisent au peuple mais déplaisent au véritable pourvoir, de moins en moins occulte, qui dirige le monde.

Mécanisme d’euro-surveillance des États membres

La procédure opposée au gouvernement polonais a été mise en place en mars 2013, à l’occasion de la résistance du gouvernement de Viktor Orban en Hongrie, qui avait réussi à faire passer l’essentiel de ses réformes électorales promises:

En mars 2013, la Commission européenne formalise un mécanisme de surveillance des États suspectés de ne pas respecter les règles de droit. Une conséquence directe des conflits à répétition avec la Hongrie.

Il s’agit de mettre en place un dialogue structuré, avec une période d’échange d’information, puis un envoi de courrier, voire de recommandations, à un gouvernement qui s’écarterait des normes démocratiques européennes. Il est aussi prévu un suivi des mesures. À l’avenir, ce n’est qu’en cas d’échec de ce dialogue que l’article 7 des traités, qui permet de suspendre les droits de vote d’un État pour violation des valeurs fondamentales, pourra être activé. (Source)

Tiens! De quelles valeurs fondamentales s’agit-il ? Du caractère historiques de chrétienté? Non! Bien sûr que non! Alors quoi ? Avez-vous été consulté sur les valeurs fondamentales de l’Union ? Les connaissez-vous ? Non! Parce que les valeurs fondamentales sont définies par les euroligarques mondialistes.

Que reproche l’Union à la Pologne ?

La Pologne entame depuis les Législatives, le même processus que celui que la Hongrie à entamé à partir de l’élection de Viktor Orban en 2010.  Les promesses électorales que les eurocrates lui reprochent d’appliquer sont le remaniement du Tribunal constitutionnel qui s’oppose aux réformes voulues par le peuple.  la Commission lance donc la première étape d’une procédure autoritaire et liberticide qui en compte trois, contre la volonté populaire des Polonais.

En cas d’échec des procédures, les lois européennes prévoient de retirer au pays son droit de vote lors des sommets et réunions ministérielles de l’UE. 

Les trois étapes de cette procédure:

  • Une évaluation suivie d’un avis,
  • une recommandation pour résoudre les reproches,
  • et enfin la mise en œuvre des volontés des eurocrates, à la tête desquels se trouve l’oligarque Frans Timmermans qui explique sans sourciller:

« L’objectif de la procédure que nous lançons est de clarifier les faits de façon objective, évaluer la situation plus en profondeur et débuter un dialogue avec les autorités polonaises sans préjuger de possibles étapes ultérieures. » a ajouté le représentant de la Commission.

Les limites de l’oligarchie euro-technocratique

Malgré le caractère autoritaire de cette procédure le gouvernement polonais reste serein:  

« Il s’agit d’un dialogue standard. Aucune décision n’a été prise qui puisse avoir un impact négatif sur les relations entre la Pologne et l’Union européenne », a répliqué diplomatiquement le premier ministre, Beata Szydlo.

En effet, la Pologne n’a pas vraiment de raisons de trembler dans la mesure où elle se trouve au centre d’un dispositif de l’OTAN dirigé contre la Russie et de ce fait soutenue par les USA. Néanmoins le pays tente de rallier à sa cause les pays du centre européen, qui sont confrontés au même autoritarisme des euro-technocrates, et dont elle brigue le leadership. D’autre part, l’équipe au pouvoir soutenue par une confortable et récente majorité n’est pas une inconditionnelle de l’Union européenne, bien au contraire. Enfin, la Pologne est l’un des plus grands pays de l’Union par sa superficie et sa population. Là où la petite Hongrie a en très grande partie tenu le choc contre Bruxelles, la Pologne devrait résister, même si sa toute nouvelle majorité affronte d’emblée, contrairement à la Hongrie, les dispositions qui ont été mises en place suite à la résistance de Viktor Orban

le pouvoir polonais s’est libéré des chaines qu’avait imposées la gauche en cas de défaite électorale

La première ministre polonaise Beata Szydlo pose aux côtés de son gouvernement le 16 novembre 2015.

En fait la procédure avait été entamée aussitôt que le gouvernement avait été élu: le vice-président de la Commission avait  adressé deux lettres successives au gouvernement demandant des « explications » avant le vote des lois et directement après. 

Sans doute les euroligarques vont-ils encore devoir faire voter des lois par le parlement de Bruxelles, parce que pour le moment aucune loi européenne ne ne s’oppose aux les lois reprochées à la Pologne. Les oligarques de Bruxelles entament cependant leur procédure contre la Pologne sous le prétexte que les lois en question seraient en contradiction avec « le fondement de toutes les valeurs sur lesquelles repose l’Union ». Des valeurs que la plupart des peuples européens rejettent, ainsi que l’indiquent les récentes élections qui ont eu lieu dans l’Union.  Gageons que de nouvelles lois euroligarchiques vont éclore pour contre-carrer les lois polonaises, grâce à un Parlement européen anesthésié.

En fait le pouvoir polonais a rendu à la Pologne certaines de ses prérogatives souveraines et en premier lieu, la démocratie:

  • La première loi (24 décembre) a permis la nomination au Tribunal constitutionnel de cinq nouveaux juges.
  • La seconde loi, votée dans la foulée le 30 décembre, annihile les mandats des membres des directions et des conseils de surveillance de la télévision et de la radio publiques qui seront nommés par le ministre du Trésor.

Comme pour la Grèce, face à la Pologne l’Union ne tient aucun compte de la volonté populaire.

Par ses lois, le pouvoir polonais s’est libéré des chaines préventives qu’avait imposées la gauche, lorsqu’elle était au pouvoir, pour garder le contrôle du pays même en cas d’échec électoraux. De toute évidence la souveraineté des peuples ne fait pas partie des valeurs des oligarques de l’Union, qui à chaque étape la rognent un peu plus. Un nouveau bras de fer est engagé !

Emilie Defresne

emiliedefresne@medias-presse.info

 

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

5 commentaires

  1. balanine says:

    Accrochez-vous Madame Le Pen, car si vous passez en 2017, tous vos détracteurs vous traîneront dans la boue, et feront tout pour vous dissuader de SAUVER LA FRANCE.

    • croisé says:

      Si Le barrage contre le FN (Aymeric Chaprade et Cie) n’était pas suffisant pour endiguer la prise de pouvoir par MLP, il lui faudrait beaucoup de courage pour parvenir à rester ferme face à une offensive généralisée des banksters. Surtout qu’avec la Pologne de nouvelles digues vont être mises en place contre les peuples.

      L’UE peut se passer de la Pologne, mais pas de la France!

  2. La Ce vire au leurre, car sa Direction, apparemment composée d’oligarques imbus, n’a, pour primordial souci que la finance et l’euro ; elle ne tient aucun compte des préoccupations et désirs des peuples des États qui la composent. En démocratie, le peuple n’est plus roi, pour ces roitelets qui nous gouvernent à Bruxelles, dépendants des directives de l’Allemagne, des EU, de la Haute finance, d’une idéologie mondialiste.
    Si cette dernière parvenait à s’imposer, elle conduirait à une dictature où la majorité des terriens ne seraient que moutons serviles, pour le bienfait d’une minorité, – ce qui est le propre d’un régime totalitaire, qui pourrait être celui de l’Islam, car les Humains ont autant besoin de matériel que de spirituel, même si c’est le Diable qui les satisfait.
    Une des plus profondes angoisses actuelles, provient de l’apparition de lois, telle la possibilité des banques en faillite, de puiser dans les comptes de leurs clients qui leur ont fait confiance, telle la tendance à pénaliser la liberté d’expression et le non respect du choix démocratique.
    Comment peut-on croire à la puissance de la monnaie, quand la planche à billets fonctionne à plein rendement pour éponger les dettes, quand les multinationales imposent ses directives mondialistes et pousse à la surconsommation ? …
    Comment peut-on imposer un multiculturalisme qui vise à dénigrer la culture millénaire de l’Europe ?
    Dans une Europe attachée à la démocratie, à la liberté et à son identité, la CE s’oriente, petit à petit, vers une forme de dictature qui divise ses peuples, tout en imaginant que des hordes de migrants vont lui permettre de se maintenir et, même de s’épanouir, – alors qu’elle sait, que parmi ces derniers, il y en a qui terrorisent les Européens, avec l’objectif de les soumettre. Mais, ils ne semblent pas vraiment inquiets du lendemain ; ce qui semble bien les guider, c’est le maintien de la jouissance de leur statut qui leur confère le pouvoir.
    Comment peut-on croire que l’Islam soit une chance, à une période où son idéologie de conquête a repris de la vigueur, à cause de dirigeants européens aussi faibles que suffisants , au point de faire fi des désirs profonds de leurs peuples, d’accepter que l’on égorge, viole et mitraille dans leurs rues ?
    L’islam ne deviendra, en Europe, une religion comme une autre, lorsque l’islamisme sera enterré et lorsque les musulmans qui y vivent et qui ont choisi d’y demeurer, ne chercheront plus à y imposer des coutumes opposées et rétrogrades.

  3. Patricia says:

    Les Polonais tout comme les Hongrois sont courageux ; ils nous donnent Le bon exemple à suivre.
    J’espère que les Polonais ne cèderont pas devant la pression de la dictature européenne et mondialiste.
    Vive La Pologne Libre!
    Vive La France Libre & Souveraine!

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com