presse-française-MPI

La situation de la presse est catastrophique. Les ventes des journaux et hebdomadaires s’effondrent.

Le Nouvel Obs est en déficit et son patron, Claude Perdriel, aimerait vendre son hebdomadaire à Xavier Niel, le patron de Free.

Libération se porte très mal et est forcé de lancer des campagnes de soutien, comme si le titre était en danger.

Le Monde affiche une perte de 3,6 millions d’euros malgré une subvention annuelle de l’Etat qui atteignait 18,4 millions d’euros en 2012.

Et où en serait Le Figaro sans les 17,2 millions d’euros d’aides de l’Etat ? Ne parlons même pas de L’Humanité qui ne survit que sous perfusion de l’Etat.

Mais à qui la faute ? Certes, l’information accessible gratuitement sur internet porte un coup fatal à la presse imprimée et payante, mais le choc ne serait pas si rude si le traitement de l’information on ne peut plus « politiquement correct » n’avait à ce point entraîné une perte de confiance auprès des lecteurs.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

2 commentaires

  1. champar says:

    Il faut supprimer les subventions et toutes les aides à la presse et à la télévision, cela fera des économies importantes sans perte d’information.
    Les seuls media qui donnent une information sérieuse sont ceux qui sont réellement indépendants, cela commence par l’aspect financier.

    Après les dépôts de bilan et le licenciement des « journalistes » brosse à reluire aux ordres que l’on ne regrettera pas (et qui sont la risée des journalistes des pays démocratiques), cela obligera les media français qui se se créerons à la suite de cet grand ménage à vraiment faire leur travail d’information contradictoire pour vendre, enfin un vrai travail de journaliste que l’on ne trouve actuellement que sur internet.

  2. Pingback: « Madoff belge »: quand la presse tente de salir l’Eglise belge – Médias-Presse | Crédior

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com