mar del plata 4

Le 11 octobre dernier, des féministes pro-avortement, avec les torses découverts et quelques autres à moitié nues, qui participaient au 30ème Congrès National des femmes, ont essayé de profaner la cathédrale de Mar de Plata, en Argentine. Plusieurs catholiques pratiquants, qui se trouvaient sur place, ont été agressés alors qu’ils disaient le chapelet.

Pour les habitants du lieu, ces actes de vandalisme ne sont pas nouveaux. En effet, dans les congrès précédents, des groupements déclarés comme étant en faveur de l’avortement avaient essayé également de profaner des églises catholiques dans plusieurs villes d’Argentine.

En 2013, des évènements plus atroces avaient eu lieu. Á l’époque, les féministes ont craché, fait des attouchements obscènes et mis de la peinture sur des jeunes gens qui défendaient, en priant le chapelet, la Cathédrale de San Juan de Cuyo. En plus, elles ont mis le feu à certaines images pieuses.

Avec le torse nu, des féministes sont arrivées avec des inscriptions sur leurs corps telles que : « j’ai avorté, c’est moi qui décide ». Dès l’extérieur, on pouvait entendre leur cri de guerre : « église ordure, tu es la dictature ».

Ces femmes ont réussi à faire tomber la grille qui protégeait la Cathédrale. Ce faisant, la police a dû intervenir en tirant du gaz lacrymogène et des balles en caoutchouc contre elles. Les manifestantes les plus hargneuses ont été arrêtées, incarcérées, puis libérées peu de temps après.

Le président de l’organisation pro-vie Argentinos Alerta, Martín Patrito, a déclaré que « c’est la première fois que la police accepte d’intervenir face à de tels actes ignobles ». « C’est un pas en avant », a-t-il ajouté.

Il a expliqué que ce congrès féministe est divisé en différents thèmes mais le problème c’est que les féministes qui sont en faveur de l’avortement finissent par tout manipuler et organisent des manifestations où la seule devise est : l’avortement libre.

Martín Patrito, scandalisé, comme toute la population de Mar de Plata, par les attaques perpétrées contre l’Église Catholique, a durement critiqué les féministes en arguant : « Elles ont à la bouche les droits de la femme, mais elles ressemblent aux djihadistes de l’Etat islamique qui ne supportent pas la présence des chrétiens».

Supporter l’intolérance des “tolérants” est devenu un des plus grands défis pour les catholiques de nos temps.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

Un commentaire

  1. Sancenay says:

    Ces énergumènes semblent au moins avoir compris que l’Eglise menée par la Pape argentin- qu’ils connaissent nécessairement mieux que nous- n’est pas aussi « révolutionnaire » que de bonnes âmes impatientes voudraient croire à tout prix.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com