enfant_transgenre_lgbt
Corey Mason, est un garçon de 10 ans, jeune transgenre américain

« Si c’était votre fille, comment vous sentiriez-vous si elle devait aller dans les toilettes pour hommes ? « 

Telle est la question qui s’affiche au-dessous de cette photographie qui circule sur les réseaux sociaux. Avec l’accord de la maman de cette jolie jeune fille.

Mais voilà : Corey Mason, est un garçon de 10 ans, jeune transgenre américain.

Sa photo est devenue le symbole de l’opposition à la House Bill 2, la loi de Caroline du Nord qui interdit aux transgenres d’utiliser les toilettes publiques de leur choix, c’est-à-dire celles qu’ils estiment, au mépris de la nature, refléter leur vraie identité de genre.

Une nouvelle frontière vient donc d’être franchie par la propagande transgenre : qui instrumentalise un pauvre enfant de 10 ans à des fins idéologiques et politiques !

Comment peut-on accepter qu’un garçon de 10 ans soit transformé, par la folie d’adultes pervertis et irresponsables, en femme ? Comment peut-on accepter qu’il devienne le sex-symbol mondial des adultes transgenres ?

Cette campagne est vraiment abjecte ! C’est l’innocence de cet enfant qui est volée et détruite. A jamais !

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

14 commentaires

  1. Jaguar says:

    Il faudrait euthanasier les parents de ce pauvre gosse et ensuite le confier pour rééducation à une famille saine…!!

  2. De plus, « elle » trompera, dans un avenir plus ou moins long, celui qui tombera amoureux d’elle, car « elle » ne pourra jamais lui donner un enfant. Les gars, « fille » à ennuis, « fille » à fuir !

  3. Encore une personne qui écrit un article sans rien y connaître c’est affligeant. Tant sur les transgenres qu’une campagne de communication.

    Étant dans la communication et transgenre les choses ne se fond pas sans autorisation droit d’auteur et surtout pour les enfants c’est plus réglementé. Mais plus que ça, on parle ici de la condition de ses enfants. Le but étant de choquer dans un sens postif pour interpeller le public.

    Si toi homme et femme de cet état où ailleurs, avez un enfant qui se sent au plus profond de lui appartenir au sexe opposé, comme ce garçon qui ce s’en fille de façon passagère ou permanente. Le laissera tu aller dans tes toilettes pour homme ????

    Perso non !!!!!!!! Soyez logique et tolérant et le monde sera un monde en paix.

    JULINE R. 33ans Transgenre de Bordeaux

    • « un enfant qui se sent au plus profond de lui appartenir au sexe opposé » ? Au plus profond de lui, ses gènes lui rappellent qu’il n’appartient pas au sexe opposé, et donc qu’il a un problème dans son cerveau. C’est cela la logique. Elle repose sur la nature physiologique, et non sur des fantasmes passagers ou des crises d’ados que l’on couve comme des bébés. Ce que vous prenez pour de la tolérance est de la bêtise mal placée et de l’inconscience d’une personne immature qui aurait bien besoin de grandir jusqu’à l’état d’adulte responsable de ce que Dieu lui a donné pour se sanctifier.
      Je vous souhaite de connaître ce qu’est la paix qui vient de Dieu seul pour ne pas vivre dans une paix factice et fabriquée.

      • LES Écritures nous demandent d’‘ honorer des hommes de toutes sortes ’ et “ de ne parler en mal de personne ”. (1 Pierre 2:17 ; Tite 3:2.) Et pour cause : tous ceux que nous rencontrons “ sont venus à l’existence ‘ à la ressemblance de Dieu ’ ”. (Jacq. 3:9.) Chaque être humain est une personne pour laquelle Christ est mort (Jean 3:16).

        • Efgy says:

          luna

          Dieu a créé les premiers hommes (Adam et Eve) à Sa ressemblance, mais pas nous.
          Il les a créés à Sa ressemblance par la grâce qui les habitait : ils étaient purs de tout péché.
          Voilà en quoi ils ressemblaient à Dieu. Ils avaient beaucoup plus de dons que nous, comme par exemple l’immortalité.
          Après le péché originel, Adam et Eve ne Lui ressemblaient plus du tout. C’est pourquoi un Rédempteur leur a été promis, afin que le Ciel puisse leur être ouvert…

          Si vous aussi, vous voulez aller au Ciel, il faut :
          1. être baptisé pour recevoir cette grâce divine qui vous donnera à nouveau une ressemblance avec votre Créateur.
          2. garder votre âme en cet état de grâce en ne péchant pas (et si vous péchez, en allant vous confesser pour purifier à nouveau votre âme).

          Dieu aime tous les être humains, parce qu’ils sont ses créatures. Mais Il n’aime pas le péché. Cela a coûté cher au Christ de nous racheter. Si vous L’aimiez, vous comprendriez qu’Il souffre de voir une âme dans un pareil état de déchéance. Le seul moyen d’apaiser sa souffrance est de revenir à ses Commandements, et cela ne se fait pas en caressant les gens dans le sens du poil, et en leur disant que tout va bien, mais en leur ouvrant les yeux sur la Vérité.
          Je vous l’accorde, la Vérité est difficile à entendre quelquefois, mais ce n’est pas rendre service aux âmes que de les tromper. C’est, au contraire, les aimer, que de les pousser au bien. Mon commentaire précédent n’avait rien d’agressif. Je regrette que vous l’ayez pris ainsi. Aujourd’hui, la société est si peu habituée à entendre la vérité qu’elle s’offusque sitôt qu’on la bouscule un peu. C’est bien malheureux, cela mène les âmes en enfer au grand contentement du démon.

      • LES Écritures nous demandent d’‘ honorer des hommes de toutes sortes ’ et “ de ne parler en mal de personne ”. (1 Pierre 2:17 ; Tite 3:2.) Et pour cause : tous ceux que nous rencontrons “ sont venus à l’existence ‘ à la ressemblance de Dieu ’ ”. (Jacq. 3:9.) Chaque être humain est une personne pour laquelle Christ est mort (Jean 3:16). Tu aimeras ton prochain
        comme toi-même » (Lévitique 19, 18)Tu n’invoqueras pas le nom du Seigneur ton Dieu pour le mal, car le Seigneur ne laissera pas impuni celui qui invoque son nom pour le mal.

    • Monsieur de Charette says:

      Et si l’enfant se sent au plus profond de lui être un chien, un chat ou un dauphin né dans un corps d’homme ? Je lui paye la greffe de poils, de queue ou de nageoires, car il faut être « tolérant » ?

  4. Georges .S says:

    Notre société est entrain de pondre des cerveaux malades, la réalité est entrain de dépasser la fiction. Pauvres jeunes, je les plains d’avoir de tels parents pour qui, leur égo est plus important que leurs enfants…

  5. en lisant cet article says:

    Le problème dans le cas d’un garçon de cet âge, c’est qu’il est impossible de dire a priori si son désir est le sien ou celui de son entourage, de plus l’ambiguïté peut parfaitement être le fait des parents au départ et être inconsciente chez ces même parents, avec des dégâts qu’il conviendrait de réparer au lieu de les encourager.

    l’utilisation de bloqueurs pour la puberté sensée permettre un libre choix de la part de l’enfant perturbé, occasionne au minimum un décalage dans la survenue de la puberté, si cela ne la compromait pas définitivement, car l’innocuité de ces traitements n’est pas démontrée. ce décalage risque franchement, quoi qu’il en soi, de compromettre les relations entre pairs si nécessaire à l’adolescence, ou d’enfermer l’enfant dans un milieu « trans » qui peut plaire sur le moment mais qui ne peut dans tous les cas représenter un accomplissement, le but des gens dit trans étant non pas de rester « trans » mais de s’intégrer en général dans la population normale du sexe désiré.
    c’est un problème d’identité qui est posé au delà de celui de l’identité sexuelle, on ne se définie pas de manière équilibrante par une sorte de no man’s land et l’adolescence est le moment où la plupart acquièrent progressivement distance et maturité, par la confrontation à autre chose que le cercle du foyer, mettre en péril cette période de la vie n’est guère raisonnable.
    il y a aussi le problème probablement mésestimé par l’enfant de la dépendance totale de sa vie vis à vis de l’industrie pharmaceutique, et de l’industrie médicale en général, car les hormones ou les chirurgies ne vous constituent pas femme ou homme, mais sont des techniques permettant d’approcher une conformation physique et psychique féminine ou masculine et rien de plus, car il n’y a aucune autonomie véritable, c’est un abonnement à vie avec une industrie. Avec tout ce que cela sous-entend de contrôle par des tiers sur votre vie, psychologique, physique et de fait morale.
    pour ce qui est de l’argumentation religieuse, citer un seul verset de saint pierre est on ne peut plus court. la révélation catholique enseigne la binarité des sexes et si le péché originel a eu pour conséquence d’introduire le désordre dans toute la création, y compris dans le génome, le système nerveux, on ne peut faire de l’exception une règle.
    les cas d’intersexualité qui demandent une réelle réflexion et des connaissances précises pour pouvoir en juger sans témérité, sont vraiment marginaux et ne peuvent servir de caution à l’existence d’autres sexes, naturels, sociogénétique et artificiels que ceux que nous présentent l’évidence de tous les jours.
    le problème est que certains lobbys cherchent à faire de l’exception la règle, sans égard pour la particularité de chacun, y compris et surtout les intersexués ou les personnes perturbées dans la perception de leur propre sexe.
    La dessus se greffe les réflexes mimétiques qui voudraient que celui qui est différent est un danger pour la cohésion du groupe ou de son propre psychisme construit de manière trop narcissique (et donc mimétique ). on ne doit mépriser personne, certes mais cela n’a jamais voulu dire qu’il faille admettre n’importe quelle doctrine, n’importe quel comportement, il ne faut pas lire seulement un verset de saint pierre mais encore tout saint pierre, tout saint paul et connaître toute la révélation – Deutéronome compris – et l’Eglise qui en découle et qui nous la garantie.
    les tenants de la révélation catholique doivent aussi tenir compte des personnes troublées, pour des raisons réelles, et ne pas se rassurer à trop bon compte en manquant et de charité surnaturelle et donc d’user de raison. le paradis, le Ciel c’est pour plus tard, après le jugement général, les intersexuées, les gens troublés ne sont pas pour autant des pancartes pour les dites théories du genre ou l’homosexualisme, si certains étaient moins prompt à voir des « tapettes » partout, leur identité sexuelle mal assurée ne constituerait pas une occasion prochaine de pécher par jugement téméraire ou par colère, encore une fois, l’exception ne saurait constituer, une fois le poste de télévision débranché, une règle.

    l’argument « et si je me prends pour un chien aurais-je droit à la pâté et un collier anti-puce » est infantile à cet égard, car si un homme désire « devenir » une femme, il ne rêve pas d’être un rhinoceros, il y a une différence de sexe pas de nature, les femmes n’étant pas, des animaux. Il n’y a aucune solution lorsqu’on renonce à la précision et à la rigueur intellectuelle.

  6. en lisant cet article says:

    Monsieur,

    Dans mon dernier commentaire je donne des arguments tels qu’ils me viennent à la lecture de l’article, si vous jugiez non à propos de les publier, vous ne m’en offusqueriez nullement.

    A vous de voir s’ils sont pertinents, je crois qu’il est évident en les lisant que je ne suis pas pour ce genre de campagne, ni ce genre de « choix », qui n’en est pas un.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com