D’un côté, la Chine avec un territoire de 9 598 054 km², une population surabondante de 1,315 milliard de personnes, une densité de population de 137 habitants au km². De l’autre, la Russie et son territoire aux dimensions inégalées : 17 075 400 km², une relativement maigre population constituée de 145 millions de personnes, une densité de population extrêmement faible de seulement 8 habitants au km². Sachant que les trois quarts des Russes vivent à l’ouest de l’Oural, soit sur un quart de leur immense territoire, la Sibérie est plus que jamais une immensité vide d’hommes, mais riche de ressources naturelles de toutes sortes. Entre les deux : une frontière terrestre de 4250 km. « La nature a horreur du vide », comme on dit. L’appel d’air est extrêmement puissant. La tentation est vive pour les Chinois d’un jour coloniser – que ce soit pacifiquement, par un processus d’immigration progressive, par capillarité ou bien de manière plus violente – ce gigantesque espace s’étalant insolemment sous leurs fenêtres. Les dirigeants russes ont bien conscience de la situation et appréhendent bien sûr le jour où des masses d’innombrables Chinois se déverseront sur le sol russe.

Russie_carte

La controverse autour de la sinisation à terme de la Sibérie a été relancée en Russie le mois dernier par la nouvelle d’un accord conclu entre le kraï (l’équivalent d’une région) de Transbaïkalie et la compagnie chinoise Zoje Resources Investment portant sur la location d’un territoire de plus de cent mille hectares. Si certains y voient une bonne occasion de développer l’agriculture dans l’immense et dépeuplé Extrême-Orient russe, d’autres émettent de sérieuses craintes.

Le protocole d’intention signé au cours du « Forum économique de Saint-Pétersbourg » prévoit la location par l’entreprise chinoise Zoje Resources Investment de 115 000 hectares pendant 49 ans pour y établir des exploitations agricoles. En sus, le gouverneur du kraï de Transbaïkalie a d’ores et déjà évoqué la location de 200 000 hectares supplémentaires en cas d’évaluation positive du projet.

Transbaïkalie

Ce phénomène de location de terres arables à des Chinois n’est pas vraiment récent. La nouveauté est dans l’ampleur de ce projet mis en œuvre par le gouvernement de Transbaïkalie alors que, jusqu’à présent, seuls de petits terrains étaient loués pour de courtes durées. Les autorités régionales en question justifient leur action en arguant de la mauvaise situation économique et de la réticence des investisseurs russes à s’impliquer dans le développement de l’agriculture de la Sibérie orientale dont le climat est connu pour sa rudesse.

Sans surprise, la location à des Chinois de si grandes étendues de terre pour près de 50 ans n’a pas que des partisans. « Si on fait cela, dans 20 ans, le gouverneur de Transbaïkalie sera chinois. » a notamment déclaré Igor Lebedev, député à la Douma venant du parti libéral-démocrate (LDPR, présidé par Vladimir Jirinovski, père d’Igor Lebedev). Au-delà des prises de position parfois caricaturales du clan Jirinovski, on peut effectivement se demander ce qu’il adviendra dans 50 ans lorsque le bail expirera et que les paysans chinois qui se seront installés, voire enracinés avec leurs familles, seront censés plier bagages et rentrer en Chine. Cela dépendra notamment du nombre de familles chinoises implantées et du rapport de force numérique qui prévaudra alors.

Bien conscientes de l’enjeu, les autorités fédérales multiplient ces dernières années les projets et programmes économiques afin de développer l’Extrême-Orient russe. Dernier exemple en date : le gouvernement fédéral travaille en ce moment à un projet de loi donnant droit à chaque Russe aménageant en Extrême-Orient à un lopin de terre d’un hectare prêté gratuitement pour cinq ans. Au bout de cette période, un terrain resté inemployé devrait être restitué à l’Etat tandis que l’hectare de terre utilisé pour toute activité économique légale deviendrait la propriété de l’exploitant sans que celui-ci ne débourse un seul kopek pour l’acheter. Les étrangers seraient bien entendu exclus de ce système réservé aux citoyens russe. Il serait pour le moment question de mettre en jeu 30 millions d’hectares (soit 300 000 km²). Si cela paraît peu au regard de la dimension du territoire russe, il s’agit quand même d’une superficie valant dix fois la Belgique ou la moitié de la France. Un sondage révèle que 28 % des Russes sont prêts à s’installer en Extrême-Orient afin de travailler leur lopin de terre.

Baudouin Lefranc

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

2 commentaires

  1. la Russie aujourd’hui c’est la préférence chinoise. Donc rien de nouveau ni d’alarmant. La logique étant de futurs séparatistes chinois qui auront bien raison de demander le rattachement à la Chine non?

  2. En fait la Sibérie est convoitée de tous côtés. Les Occidentaux ne sont pas les derniers, et pourtant leurs pays ne sont pas surpeuplés. D’ailleurs la Chine non plus, qui voit sa population décliner au lieu d’augmenter en raison de la politique de l’enfant unique.

    Mais la Russie souffre de la dépopulation organisée par le régime soviétique et il lui faudra longtemps pour s’en remettre. Ceci dit, la Russie a toujours très bien vécue avec une Sibérie dépeuplée et qui l’a toujours été au cours de l’histoire. Comme la France a bien vécu avec une bien moindre population que celle d’aujourd’hui.

    Poutine n’a jamais caché qu’en raison de la dépopulation de la Fédération, la Russie était contrainte à faire appel à de la main-d’oeuvre étrangère. ce choix d’une population chinoise, frontalière, plutôt que musulmane et éloignée est-il délibéré, parce que moins sujette à conflit ? Et de nature à rééquilibrer le type de population par rapport aux républiques musulmanes?

    Cette politique de cette république se livrant aux chinois est manifestement très dangereuse. Et nous met nous-même en face du déferlement des nombreuses populations musulmanes, arabes et noires africaines, qui déferlent dans notre pays avec l’assentiment des autorités françaises qui viennent de faire passer une loi pro-immigrationniste, comme si les pompes aspirantes des aides sociales n’y suffisaient pas encore.

    Les mafias socialistes et gangstéristes sont bien unies, les unes pour ouvrir les frontières, les autres pour faire passer les immigrés… Tout ce monde là est finalement bien copain.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com