Le 07 mars 2016, après avoir été critiqué par des hommes politiques du pays pour son silence assourdissant, le président du Mexique, Enrique Peña Nieto, a enfin accepté de donner une conférence de presse pour parler des propos du magnat de l’immobilier et candidat à la présidence des États-Unis, Donald Trump.

Le chef de l’état mexicain a déclaré devant la presse du pays que le discours anti immigrant de Trump risque « de blesser le lien qui existe entre les deux nations. Ses déclarations nuisent aux relations du Mexique avec notre voisin du Nord  ». 

« Je condamne et je ne suis pas en faveur de ce genre de propos discriminatoires. Il me semble que ces déclarations défavorisent la relation que le Mexique a recherché avec les États-Unis », a-t-il affirmé.

Peña Nieto a insisté sur le fait qu’il ne partage pas « la vision ni les prises de position de Trump sur le Mexique car c’est évident qu’il ne connaît ni le pays ni ses citoyens. Celui qui parle mal des Mexicains ne connaît pas les Mexicains ».

Pour les hommes politiques mexicains, les déclarations du président de la république ont été très diplomatiques. Pour eux, une protestation formelle du gouvernement s’avère nécessaire. Deux fonctionnaires de l’Etat ont critiqué publiquement les positions anti-mexicaines de Trump et deux anciens présidents de la république ont qualifié de « stupide » l’idée de construire un mur à la frontière commune.

Le président Peña Nieto a ajouté de son côté que, pour le gouvernement mexicain, « il n’y aura aucun mur à payer à la frontière ».

Bien évidemment, Peña Nieto doit bien montrer à la population que son gouvernement conteste les déclarations de Trump. Quant aux Mexicains, ils savent que leur pays est complètement dirigé par les intérêts américains. Dans les deux cas, soit Clinton, soit Trump, le Mexique continuera bien malheureusement à être saccagé par la mafia politique, avec l’accord de Washington.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

4 commentaires

  1. Michèle Chevrier says:

    C’est exact, que le pays soit dirigé par Trump ou par Clinton ne changera en rien pour les Mexicains, apparemment le Mexique pose problème.

  2. Daniel Daflon says:

    Beaucoup d’Americains ne veulent pas de Mexicains et autres sud americains chez eux. C’est leur droit. Trump le sait et souhaite pouvoir leur donner satisfaction.Rie d’anormal à ça.

  3. champar says:

    Puisque tout le monde fait de l’ingérence dans une élection interne à un pays étranger, il serait bien que le prince de Monaco se prononce à son tour !

  4. tirebouchon says:

    Que Peña Nieto garde chez lui ses crapules…comme nous devrions le dire aux Algeriens, Marocains, Kosovar, Turc, Tunisiens, Albanais et tant d’autres pays d’Afrique noire…

    Les USA comme l’Europe seront submergés par des populations hallogènes…pour qui ? Par qui ? Pourquoi ? That is the question !

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com