hommes-et-femmes-sont-belles-gender

Des militantes féministes partisanes de la théorie du genre ont lancé une pétition réclamant une réforme des règles de la grammaire française afin de faire écrire demain «Que les hommes et les femmes soient belles!».

 Les viragos féministes à l’origine de cette pétition sont en guerre avec la règle de grammaire selon laquelle le masculin l’emporte sur le féminin. Du «sexisme», selon ces agitées du bocal.

Ces féministes sont aussi des militantes politiques. 

Le collectif L’égalité, c’est pas sorcier! à l’origine de cette pétition est présidé par Henriette Zoughebi, vice-présidente PCF du conseil régional d’Île-de-France. Sa biographie sur le site Babelio commence ainsi : « Née de parents juifs d’Europe de l’Est arrivés en France, sans papiers, pendant la seconde guerre mondiale qui ont transmis à leurs deux filles le désir de lutter contre le racisme et l’antisémitisme. Henriette Zoughebi a fait toute sa carrière professionnelle en Seine-Saint-Denis, d’abord en tant que bibliothécaire, puis en tant que directrice-fondatrice du Salon de livre de jeunesse de Montreuil (…) Elle a participé à introduire dans les programmes de l’Education Nationale la littérature de jeunesse« . Avec un tel palmarès, on comprend mieux comment tant de livres de jeunesse au contenu pro-LGBT ont été mis en avant ces dernières années.

Autre promotrice de cette pétition, Carine Delahaie, rédactrice en chef de Clara Magazine édité par le mouvement féministe Femmes solidaires historiquement lié au parti communiste français. Carine Delahaie, également militante LGBT, est membre du PCF et se présentait comme candidate du Front de Gauche aux départementales.

Autres signataires de cette pétition : Marc Thiberville, élu PCF, vice-président du Conseil général du Val de Marne; Sylvie Altman, maire (PCF) de Villeneuve-Saint-Georges et conseillère générale, Malka Marcovich, ancienne assistante de production du Musée de la Diaspora à Tel-Aviv, membre du jury du Prix Laïcité République,…

Cette pétition s’adresse à Najat Vallaud-Belkacem.

Le professeur Alain Bentolila, linguiste, a réagi dans Le Figaro en dénonçant «une erreur majeure d’analyse linguistique et une confusion totale entre le genre linguistique et le sexe». «Le mot “chapeau” est de genre masculin et le mot “canne” de genre féminin. Ont-ils pour autant un sexe? Mettre la dignité des femmes dans une règle, c’est méconnaître la langue française. Les règles de grammaire servent à mieux nous comprendre, à nous réunir. Penser faire avancer la parité en changeant le genre d’un adjectif, c’est invraisemblable

——————————–

Affiche JA 2015

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

6 commentaires

  1. Solene says:

    …sauf que sous l’Ancien Régime (qui n’était peut-être pas plus mauvais que le « nouveau »), l’on écrivait bien « les hommes et les femmes sont belles » mais « les femmes et les hommes sont beaux ».
    Voilà…

  2. Denis says:

    J’opte pour une secte de nouvelles amazones, pire que leurs ancêtres.
    D’ailleurs, excusez ma vulgarité, mais si les MALES qu’elles enlèvent ne parlent pas leur langue, cela ne devrait pas les empêcher d’assouvir d’autres de leurs frustrations!

  3. Denis says:

    « amazones, pires que »… désolé

  4. pamino says:

    ἡ Ἀμαζών ‘la sans-sein’, de ὁ μαζός (plus tard ὁ μαστός) ‘le sein’. En tant que masculiste j’exige qu’on [euh, que l’on] corrige ‹une amazone› en ‹un amazon›, puisque les Grecs auraient dû dire ὁ Ἀμαζών ‘le sans-sein’, étant donné que la gent masculine l’emporte sur le genre féminin.

  5. Antoine says:

    Quel est le féminin de débile??

  6. Christine Dardalhon says:

    Les féministes feraient mieux d’exiger le respect des accords féminins prévus par la grammaire (participes et verbes pronominaux) que plus personne ne daigne faire, même sur les ondes de France Culture, c’est désolant.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com