Pour combien de temps, nul ne le sait. Mais la Wallonie continue pour l’instant de bloquer le CETA, traité de libre-échange entre l’UE et le Canada.


La Wallonie poursuit son combat contre le CETA

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

Mots clefs ,

7 commentaires

  1. Ce traité est une bombe à retardement. Le signer relève de l’incompétence de nos dirigeants à défendre les intérêts de leurs concitoyens au profit des maîtres qui les emploient en sous main et leur imposent la précipitation pour parvenir à leur fin.
    Vive la Wallonie libre.

  2. Bravo, les Wallons, tenez bon.

  3. Bravo, les Wallons, tenez Bon!

  4. Bravo les Wallons. Courage, on est avec vous.

  5. raslebol says:

    Ce matin Dupont-Aignan était l’invité de la chronique « les 4 vérités » sur France2 et il a indiqué que le gouvernement français aurait déjà signé ce traité que seul la Wallonie bloque !!! Le gouvernement est passé outre le parlement qui lui serait paraît-il contre ????

  6. Etienne says:

    Fort satisfait du capotage de cette arnaque, je dois attirer votre attention sur le cas de Wallonie.

    Cette région est une création récente voulue principalement par la gauche en Belgique. Sur une dizaine de ministres-présidents, il n’y en a qu’un dont on peut croire qu’il n’est pas franc-maçon.

    Pourquoi le socialiste actuellement en charge a-t-il conduit l’obstruction ? (Qui paraît parfaitement légitime.)
    Il y a, d’une part, la méfiance populaire persistante (non corrigée malgré la presse de service).
    Il y a, d’autre part, la percée d’un parti plus à gauche que les socialistes et qui commence à leur faire peur.
    Comme ce traité avait été (longuement mais fort) mal torché par les gros boulis de l’administration européenne, il devenait difficile de nous dorer la pilule. En plus, c’était une occasion en or pour se refaire une bonne santé politicienne.

    D’où la nécessité d’un bon coup de populisme (comme ils disent d’habitude).

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com