abbe_de_la_rocqueMonsieur l’abbé Patrick de La Rocque est depuis plus de 2 ans le curé de l’emblématique église de Saint Nicolas du Chardonnet, phare de la tradition. C’est dans ce lieu niché au pied de la montagne Sainte Geneviève que depuis 40 ans s’organise la résistance de la Fraternité Saint Pie X, créée par Monseigneur Marcel Lefebvre.

Pour TV Libertés, Patrick de La Rocque revient sur son parcours de professeur de philosophie et de prêtre, sur son parcours professoral puis pastoral. C’est avec beaucoup de beauté qu’il redit et explique l’importance du sacré et de la liturgie traditionnelle. Il évoque ensuite les relations de la Fraternité Saint Pie X avec les différentes communautés Ecclesia Dei, la décision de Benoît XVI d’accorder une place à la messe tridentine, trompeusement appelé « rite extraordinaire » (Motu propio Summorum Pontificum). Enfin, il commente l’actualité avec la rencontre en début de semaine du supérieur de la Fraternité, Monseigneur Fellay, avec le Pape François.

Timide pas ou pas de géant vers la réconciliation ? L’abbé Patrick de la Rocque estime qu’une reconnaissance canonique pour la FSSPX dans les circonstances actuelles serait néfaste pour l’Eglise, car cela signerait nécessairement la fin de la confrontation doctrinale. Le regard de l’abbé de la Rocque est d’autant plus intéressant qu’il fut l’un des théologiens de la FSSPX lors des discussions doctrinales avec Rome de 2009 à 2011.

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

33 commentaires

  1. Vous avez avec cette entrevue excellente d’une des têtes
    pensantes de la FSPX le plus bel exemple de la position
    incohérente et en porte a faux de ce groupe face a l’apostasie et les hérésies de ceux qui se présentent les hiérarques de l’Église.
    Il n’y a pas un groupe de croyants catholiques sur la terre depuis cinquante ans qui a aussi bien décrit et fait la preuve e la dérive hérétique et apostate de ses
    prétendus hiérarquelss. Ils ont dans leurs écrits, paroles et actions renié la tradition (qui est un des piliers de la foi catholique) de l’Église; ils ont établis officiellement des documents hérétiques; ils ont posé des gestes d’apostasie (nombreux et indiscutables).Ils continuent a dénaturer la doctrine et la FSPX les dénonce et en est consciente. Donc, ces faussaires sont la illégitimement et n’ont donc aucun droit a la gouverne et hélas,la FSPX continue a les reconnaître et les appeler « pape » ,évêques. C’est le monde a l’envers. Et la Fraternité est enfermée dans une position intenable insoluble. Il faut supplier N.S.J.C
    de prendre en main ce problême pour ressusciter SON Église qui est aux mains de loups ravisseurs.Viens Seigneur Jésus. Cécilien 7/avril 2016

    • pamino says:

      Lequel des S de FSSPX refusez-vous, S[acerdotalis] ou S[ancti]?

    • Volodymyr Bellovak says:

      @Cécilien
      Que la situation soit compliquée et inextricable, qu »elle paraisse insoluble, certes. Mais imaginez vous l’Eglise sans tete, sans chef, sans hiérarchie terrestre ? De quel droit canonique non seulement un simple fidèle, mais meme des pretres ou des évèques, peuvent proclamer l’invalidité ou l’illégitimité du pape et de la hiérarchie: ce serait l’anarchie totale, l’accélération fulgurante de schismes en tous genres, une ruine rapide de l’Eglise sur terre.
      Pas de pape, donc plus d’évèque, plus de prètres, plus de sacrements…; impensable!
      Que le pape et la hiérarchie professent des erreurs est extrèmement grave, suffisamment gravepour en « rajouter » encore dans la confusion…
      Je ne suis ni canoniste, ni théologien; j’essaye comme beaucoup d’autres de garder la vraie Foi, et aussi simplement un peu de bon sens…
      Qu’à l’instant T le pape et la hiérarchie puissent se tromper c’est déjà arrivé: St Pierre n’a t-il pas aussi renié le Christ à un moment d’égarement.
      Il faut garder Foi, Espérance, Charité, et aussi humilité, patience, prudence. L’Eglise sur Terre est MILITANTE, ce qui fait que nous devons porter ici-bas notre croix et vivre avec le Christ sa Passion: ce n’est qu’au Ciel, à la grace de Dieu, que nous recevrons récompense éternelle et « repos ».

      • Claire Nguyen says:

        Re- Bonjour ,Volodymyr Bellovak qui écrit :

        – Qu’à l’instant T le pape et la hiérarchie puissent se tromper c’est déjà arrivé: St Pierre n’a t-il pas aussi renié le Christ à un moment d’égarement.-

        Non , jamais ex cathedra !
        Concernent St Pierre , il n’avait pas encore reçu le charisme de l’infaillibilité Pontificale solenne et ordinaire par NSJC !

        Toutefois , je vous rejoins Volodymyr Bellovak concernent le sédévacantisme , car cela est trop réducteur du souci depuis Vatican II , c’est les hommes d’églises a 99% , éveques , Cardinaux , qui ont plus ou moins tombe dans l’erreur et hérésie !?
        Cela n’est pas qu’un problème ou histoire du Pape seul , mais de l’ensemble des hommes d’église .

        • Volodymyr Bellovak says:

          Sans doute, mais Saint Pierre, malgré son infaillibilité, a bien pourtant été « repris en main » par Saint Paul…Donc un pape peut parfois se tromper, il est infaillible mais pas en tout et pour tout!

        • Volodymyr Bellovak says:

          Et d’un simple point-de-vue historique il n’est pas inutile de rappeler la genèse de Vatican II qui a rendu possible les erreurs de ce concile; Le dernier livre du professeur Roberto de Mattei, « Le ralliement de Léon XII », apporte des éclairages intéressants auxquels les sédévacantistes devraient réfléchir: malgré la défense rigoureuse de la sainte doctrine catholique, les papes Léon XIII avec le ralliement à la IIIème république laique, maçonnique, et anticléricale, puis aussi plus tard Pie XI avec la condamnation des christeros et aussi de l’action française, ont, pour des raisons trop humaines et faussées, politiques et pastorales, psychologiquement, intellectuellement, politiquement, et disciplinairement, ouvert la porte de l’Eglise et des esprits catholiques aux libéraux et modernistes qui s’y sont engouffrés! Bien qu’infaillibles sur le plan doctrinal théorique, ces papes antéconciliaires se sont lourdement trompés sur les plans politiques et pastoraux entrainant ainsi de graves conséquences doctrinales pour l’Eglise…

        • Volodymyr Bellovak says:

          Faute de tape, lire : « Le ralliement de Léon XIII » ( et non Léon XII ).

  2. Cécilien says:

    J’affirme des choses sérieuses et ne suis pas pour m’amuser a jouer a des lettres.Compris

  3. Claire says:

    Code de Droit Canonique de 1917, ca. 1325.2 : « Toute personne qui après avoir reçu le baptême… refuse de se soumettre au Souverain Pontife et de rester en communion avec les membres de l’Église qui lui sont soumis, elle est schismatique. »

    • Xavier Celtillos says:

      Bien sûr Claire, mais la communion est le partage d’une même Foi, et les éléments canoniques, ne sont là que pour ordonner ce partage d’une même Foi.
      C’est pour cela que chercher un lien canonique avec un hérétique est un non sens.

      • Claire Nguyen says:

        J’entend bien ce que vous me dite , mais vous oubliez que la mission canonique est une exigence de droit divin et pas que simplement ecclésiastique .

        (Pie IX – Encyclique Quartus supra)
        « Tous ceux qui résistent obstinément aux Prélats légitimes de l’Eglise, spécialement au Souverain Pontife de tous, et refusent d’exécuter leurs ordres, ne reconnaissant pas leur dignité,ont toujours été reconnus comme schismatiques par l’Eglise catholique .

        • Volodymyr Bellovak says:

          @Claire Nguyen

          Donc, si on suit votre raisonnement, Mgr M. Lefebvre à bien été condamné par Paul VI puis excommunié par Jean-Paul II légitimement et à juste titre ?
          Une chose est de reconnaitre l’autorité de la hiérarchie, une autre est de devoir désobéir à cette autorité, qui elle-meme désobéit à la précédente, justement par obéissance au magistère traditionnel.
          Je pense qu’ici m. l’abbé de La Roque a bien résumé la position que doit garder la FSSPX qui a été celle de son fondateur; la hiérarchie de l’Eglise ( « officielle » et « visible » ) est valide et légitime malgré les erreurs qu’elle professe souvent. On doit lui obéir quand elle enseigne la vraie Foi, mais ne pas la suivre dans ses erreurs. Accepter une reconnaissance totale ( canonique ) de la part de cette hiérarchie sans accord doctrinal total causerait le danger pour la FSSPX de ne plus dénoncer les erreurs de la hiérarchie, et donc le danger pour l’Eglise « militante » de poursuivre sa propre ruine sans etre contredite.
          La FSSPX se distingue du sédévacantisme qui prétend que l’Eglise « officielle » n’est plus l’Eglise catholique.
          Cependant on peut aussi, hélas, observer une distinction au sein meme de la FSSPX entre ceux qui sont prets à une reconnaissance rapide, sans compromis officiel certes, mais sans accord doctrinal total préalable ( ainsi des trois évèques de la FSSPX, Mgr Tissier de Malleray compris, lire la fin de ses réponses aux questions de « la porte latine » ), et ceux, tels m. l’abbé de La Rocque, qui estime, à mon humble et prudent avis avec raison, que la mission de la FSSPX est d’amener d’abbord la hiérarchie à renouer totalement avec toute la vraie Doctrine traditionnelle avant toute reconnaissance canonique officielle prématurée qui mettrait un terme à la confrontation doctrinale et donc « gèlerait » la hiérarchie dans ses égarements doctrinaux car, l’expérience récente et actuelle le montre, la FSSPX n’oserait plus dénoncer publiquement ces égarements ( ce qui tromperait aussi les fidèles ).

        • Xavier Celtillos says:

          Non, vous faites erreur. Certes le pape a un pouvoir de juridiction universel mais dont l’objet est le bien des âmes. Cette juridiction ne peut être légitimement utilisée contre ce bien.

          C’est pourquoi nous reconnaissons le pape, mais refusons ses ordres qui contreviennent gravement au bien de l’Eglise : ex, le communion au divorcés-remariés.

          • Claire Nguyen says:

            Permettez moi de vous revenir un peu plus tard , je vais solliciter Dimanche prochain après du R.P Marziac 93 ans à la Maison St Joseph à Caussade plus d ‘explication sur le sujet , qui est le point ‘d’achoppement , non seulement de la FSSPX mais aussi pour les autres Fraternitées et organisation ( IBMC ) qui ne sont pas sur la position de la FSSPX .

            J’invite tout le monde a faire une retraite de St Ignace au plus vite avec le R.P Marziac , il va avoir 94 ans en Juillet et a plus de 60 ans de sacerdoce , c’est lui qui dispense les retraite aux abbés de la FSSPX de 30 jours .

            Lien :
            http://laportelatine.org/activites/retrait/ignami/ignami.php

          • Ultima says:

            @XAVIER Celtillos- Non, vous faites erreur. Certes le pape a un pouvoir de juridiction universel mais dont l’objet est le bien des âmes. Cette juridiction ne peut être légitimement utilisée contre ce bien.

            Certes , toutefois en quoi cela rend caduc l’obligation Dogmatique d’avoir mission canonique pour se livrer a un ministère sur la surfasse de la planète !

    • Jean Monnaie says:

      Claire est sans doute la même personne que Claire NGuyen et que notre bon vieux troll Robert rencontré ici http://www.medias-presse.info/25-mars-2016-une-date-extraordinaire-pour-leglise-et-le-monde/51709

      Alors, Claire ou Robert, tu crois en Dieu et en la Sainte Eglise ou toujours pas ?

  4. Claire Nguyen says:

    Bonjour Volodymyr Bellovak ,

    Pour votre première question , Mgr Lefebvre a été condamné (1988) pas encore plus sérieux que Paul VI et Jean-Paul II !
    A savoir le Magistère et tradition de la Sainte Eglise de St Pierre a S.S Pie XII .

    Les hommes d’églises ( dite Conciliaires ) sont certes dans beaucoup d’erreurs et hérésies depuis le Concile Vatican II , Toutefois , Monseigneur a répondu surtout en 1988 par d’autres erreurs certaines et formelles pour le moins . ( vis-a-vis du Magistère de la tradition ), dictées par autre chose que le Magistère et la Foi Catholique .

    • Volodymyr Bellovak says:

      Bonjour madame,
      merci de m’avoir répondu…partiellement; pourriez vous expliciter les « erreurs » qu’aurait commis Mgr Lefebvre en 1988 d’après vous ? Merci à vous.

      • Claire Nguyen says:

        Pie XII, Décret de la Congrégation du Saint-Office concernant la consécration d’un évêque sans provision canonique, 9 avril 1951, Documents Pontificaux de Pie XII, 1951, p.123 a écrit:La Suprême Congrégation du Saint-Office, après avoir reçu mandat spécial du Souverain Pontife, a publié le décret:

        Tout évêque, de n’importe quel rite ou dignité qui sacre un évêque sans que celui-ci ait été nommé par le Siège apostolique, ni confirmé expressément par celui-ci, ou s’il reçoit la consécration, MÊME SOUS UNE CONTRAINTE GRAVE (2), encourt par le fait même, l’excommunication réservée tout spécialement au Siège apostolique. Le décret entre en vigueur à partir de sa promulgation.

        Le 11 avril 1987, Mgr Lefebvre déclarait à Nantes : « Si je sacrais un évêque sans l’autorisation indispensable du pape, je serais schismatique » [Monde-et-Vie, 15 mai 1987] ( un an avant les sacres )

    • Xavier Celtillos says:

      Madame,

      Votre affirmation est erronée, à aucun moment Mgr Lefebvre n’a énoncé des « erreurs certaines et formelles », car si cela avait été le cas, croyez bien que Rome aurait sauté sur l’occasion pour le condamner.

      La seule réserve doctrinale que Rome a émis vis à vis de Mgr Lefebvre est contenu dans l’acte de condamnation Ecclesia dei : « À la racine de cet acte schismatique, on trouve une notion incomplète et contradictoire de la Tradition. Incomplète parce qu’elle ne tient pas suffisamment compte du caractère vivant de la Tradition ».

      Sauf que l’argument de la « Tradition vivante » est un un concept erroné condamné notamment par Saint Pie X, ce qui explique pourquoi Rome s’est arrêté là dans ses considérations doctrinales…

  5. Claire Nguyen says:

    La constitution de l’’Église est intangible, d’’institution divine, et on ne peut donc porter la main sur elle. Si l’’épikie, avec toutes les précautions qui s’’imposent, permet d’’interpréter la législation de l’’Église, elle ne saurait autoriser à agir à l’’encontre de la Constitution de l’’Église.

    C’’est dans ce dernier point que gît le problème.

    J’’affirme que l’’épiscopat, sa transmission et sa dépendance du souverain Pontificat, appartiennent à la constitution de l’’Église.

    Avant de m’’efforcer d’’étayer cette affirmation, je fais simplement remarquer ceci : le sacre d’’un évêque sans mandat apostolique est un acte d’’extrême gravité –– tout le monde en convient – et l’’excommunication est là pour le rappeler. Ceux qui l’’accomplissent, l’’approuvent ou en bénéficient doivent donc avoir des raisons (et des raisons objectives, publiques, communicables) d’’une gravité équivalente pour agir ainsi, et en particulier pour justifier que leur acte ne passe outre qu’’à une loi disciplinaire. Sans quoi ils manquent gravement. En d’’autres termes, la charge de la preuve de la légitimité d’’un tel sacre leur incombe, et leur incombe préalablement.
    Or je ne vois pas que cela ait été sérieusement fait, ni du côté de Mgr Lefebvre, ni du côté des innombrables descendants de Mgr Thuc.

    J’’affirme donc que l’’épiscopat et son lien de dépendance avec le Pontificat suprême est partie intégrante de la constitution de l’’Église. Je l’’affirme parce que :
    – c’’est l’’enseignement de l’’Église ;
    – c’’est la pratique de l’’Église ;
    – c’’est la nature de l’’épiscopat ;
    – les conséquences le montrent abondamment.

  6. Cécilien says:

    A Claire et aux autres amis qui veulent réaliser la quadrature du cercle et un peu plus.
    1- l’Église a été arienne pendant pres d’un siecle et n’est pas morte;elle existait toujours dans la foi des chrétiens;
    2- Allez lire Paul IV, Robert Bellarmin et d’autres grands
    théologiens; un hérétique et un apostat ne peuvent être catholiques parce qu’ayant posé des gestes,publié verbalement ou par écrit des erreurs doctrinales,parce qu’ipso facto en le faisant, ils se coupent des liens chrétiens. Ainsi, Roncalli,Montini,Voyjtila,Ratzinger et maintenant Bergoglio,sont tous hérétiques et apostats.
    Ils le sont sans condamnation officielle et sans concile et leur état n’a pas besoin qu’on sorte la machinerie lourde pour le prouver. Leur seule négation d’un seul dogme et la commission d’une seule apostasie suffit a la face des croyants pour que leur légitimité
    soit déclarée et qu’ils soient mis en demeure de se rétracter publiquement ou de quitter leur fonction; et cela, les tradi ne l’ont jamais fais,par trouille ou autres raisons. Pourtant quand Paul est a Jérusalem, il ni permission,ni concile,il a simplement recontré les anciens et a fait reconnaître les erreurs de Pierre *(que ce dernier a admis et regretté) et d’un commun accord la question fut réglée pour le plus grand bien de l’Église.
    Depuis cinquante ans qu’avons-nous comme situation gravissime: Une Église usurpée (elle n’est pas morte, mais dans le même état qu’entre le moment de la mort d’un
    pape et la nomination du successeur. Et il y a de nombreuses et longues vacances du chef et l’Église ne s’est pas écroulée ni n’est morte (Elle a les promesses de vie éternelle. Hommes de peu de foi, pourquoi oubliez-vous qu’il n’y a qu’un seul véritable MAÏTRE de cette Église et les prérogatives données a Pierre ne valent que le temps de sa vie terrestre et qu’il peut pour diverses raisons faire qu’il n’y ait pas de continuité temporelle sans interruption (cela n’a pas été garanti par le maître)
    Cessez donc de vous entêter a argumenter dans le vide.
    Le siege,a notre tres grand regret,est innocupé pour causes graves et que cette situation ne se résorbera pas tant que par la permission du Seigneur,le peuple . Cécilien, endormi et aveuglé par ses péchés.ne retrouvera pas la voie de la VÉRITÉ qu’il a délaissée depuis des décennies et que pour nous ouvrir les yeux,Il
    nous a envoyé une punition d’aveuglement tant a la tête de l’Église que chez les fidèles. Nous sommes dans la barque

    en péril,VIENS Seineur nous périssons.nCécilien 9/04/2016

    • Claire Nguyen says:

      Bonsoir Cécilien ,

      Mgr Tissier de Mallerais , n’exclus pas que le Saint Siège soit vacant ( sans Pape légitime plus exactement )

      Je vous invite a lire sont analyse :
      http://www.dominicainsavrille.fr/leglise-conciliaire-existe-t-elle/

      Pertinentes questions posées par Mgr Tissier de Mallerais, auxquelles il répond avec sa précision coutumière.
      Ces réponses sont utiles à connaître à l’heure où, après quarante ans de tranquille unanimité parmi les représentants de la Tradition, s’est élevé subitement une nouvelle opinion qui devient de plus en plus obligatoire. Conférences, articles, sessions, se multiplient tandis que le Sel de la terre et la Lettre des dominicains d’Avrillé, fidèles à l’ancienne opinion, sont interdits de vente et de distribution.

      Lisez donc l’article « interdit » de Mgr Tissier de Mallerais : Y a-t-il une Eglise conciliaire par Mgr Tissier

    • Xavier Celtillos says:

      « l’Église a été arienne pendant pres d’un siecle et n’est pas morte;elle existait toujours dans la foi des chrétiens » comme vous dîtes, et pour autant personne a cette époque n’a fait une fixation pour savoir si les papes qui avaient failli étaient papes ou pas.

      • Ultima says:

        saint Libère se distingua au contraire par sa lutte contre l’arianisme, ce qui lui valut même d’être exilé de Rome par l’empereur arien. Loin d’excommunier Athanase, il le défendit au contraire contre ses adversaires!

        L’attaque contre saint Libère tient si peu la route qu’un anti-infaillibiliste de premier rang tel que Mgr Bossuet ne put s’en servir. « En 1684, Bossuet fut prié par Louis XIV de composer la Défense de la déclaration de l’Église de France [défense de l’hérésie gallicane]. Il entreprit aussitôt cet ouvrage, qui devait lui coûter tant de travaux et lui donner si peu de satisfaction. À la recherche de tout ce qui pouvait infirmer l’infaillibilité des papes, il rencontra vite la chute de Libère. Quel fut le résultat du long examen qu’il fit de ce fait? Son secrétaire, l’abbé Ledieu, nous l’apprend: après avoir fait et refait vingt fois le chapitre sur Libère, il finit par le retrancher tout à fait, comme ne prouvant pas ce qu’il voulait (abbé Benjamin Marcellin Constant: L’histoire de l’infaillibilité des papes ou recherches critiques et historiques sur les actes et les décisions pontificales que divers écrivains ont cru contraires à la foi, deuxième édition, Lyon et Paris 1869, t. J, p. 357, s’appuyant sur Histoire de Bossuet, Pièces justificatives, V, 1, t. II).

  7. Claire Nguyen says:

    Mgr Tissier de Mallerais écrit :
    http://www.dominicainsavrille.fr/leglise-conciliaire-existe-t-elle/

    Une seule hiérarchie pour deux Églises, est-ce possible ?
    Que la hiérarchie catholique gouverne à la fois l’Église catholique et une société qui a l’allure d’une contrefaçon d’Église semble répugner à l’assistance promise par le Christ à Pierre et à ses successeurs, garantissant
    l’inerrance du magistère et l’indéfectibilité de l’Église (Mt 16, 17-19 ; 28,
    20). Si le pape dirige une autre Église, il est apostat, il n’est plus pape et l’hypothèse sédévacantiste est vérifiée. – Il suffit de répondre que « Prima sedes a nemine judicatur » et que, par conséquent, nulle autorité ne peut
    prononcer l’obstination, déclarer la pertinacité d’un souverain pontife dans l’erreur ou la déviance

    • Volodymyr Bellovak says:

      Cela m’étonnerait fort que Mgr Tissier de Mallerais accepte l’idée sédévacantiste puisqu’il n’exclut pas la possibilité d’accord entre la FSSPX et le pape François; pourquoi accepter une reconnaissance canonique de la part d’une autorité que l’on envisagerait comme nulle et illégitime, ce ne serait pas logique.
      L’Eglise étant sainte et parfaite car d’institution divine, il est abusif de parler d’Eglise conciliaire meme si effectivement, et très mystérieusement, beaucoup de ses membres jusqu’à sa tete et sa hiérarchie peut, actuellement, penser de travers et professer certaines graves erreurs contraires à la Foi et à la Tradition. Il n’y a qu’une seule Eglise. Mais l’Eglise sur Terre ( « militante » ) est composée d’etres humains faibles et pècheurs qui peuvent donc « nécessairement » se tromper fussent-ils, hélas, papes et évèques, ce qui est évidemment beaucoup plus grave pour les conséquences calamiteuses sur les fidèles, et donc sur toute l’Eglise militante.
      Le pape peut, sans engager son infaillibilité, quand il ne parle pas « ex cathedra », mille fois hélas, dire des erreurs; cela le rend-il hérétique: difficile à répondre, personnellement sans doute comme personne individuelle X ou Y, mais comme pape cela parait contradictoire avec sa charge théorique et officielle de pape ( puisqu’un hérétique est hors de l’Eglise, encore faut-il qu’il en ait été exclut officiellement et publiquement après procès, comme pour les schismatiques ) , meme si il est à considérer comme un mauvais pape auquel il ne faut pas obéir dans ce cas précis…C’est bien la raison pour laquelle une reconnaissance canonique de la FSSPX est pour le moment prématurée, meme sans « contrepartie » doctrinale; pour des motifs purement pastoraux et canoniques il y aurait danger d’abandonner tout combat, ou confrontation, doctrinale, ce qui ne ferait que conforter la hiérarchie dans ses égarements et aboutirait à laisser les brebis sous la conduite de mauvais pasteurs pasteurs sans protection ou mise-en-garde doctrinale…

      • Claire Nguyen says:

        L’infaillibilité pontificale, conférence de l’abbé lafitte du 21 novembre 2014 :
        https://www.youtube.com/watch?v=l84m2ueOQuQ&nohtml5=False

      • Ultima says:

        Mgr Lefebvre Marcel : « …il est possible que nous soyons dans l’obligation de croire que ce pape n’est pas Pape. Car il semble à première vue — je ne veux pas encore le dire d’une manière solennelle et formelle — mais il semble à première vue — qu’il soit impossible qu’un pape soit hérétique publiquement et formellement. Notre Seigneur lui a promis d’être avec lui, de garder sa foi, de le garder dans la foi. Comment celui auquel Notre Seigneur a promis de le garder dans la foi définitivement et sans qu’il puisse errer dans la foi, peut-il en même temps être hérétique publiquement et quasi apostasier ?

        Voici un problème qui vous concerne tous, qui ne concerne pas moi seulement. Si l’on nous a persécutés, si maintenant on nous traite comme des gens qui sont presque hors de l’Église, pourquoi ? Parce que nous sommes restés catholiques… »
        (Mgr Lefebvre en 1986)

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com