MPI : Cyrille de Pranal bonjour, vous êtes connu sur MPI en tant que rédacteur occasionnel de sujets culturels et en tant que photographe. Vous avez travaillé ces dernières années à concevoir un site dédié à l’histoire visant les plus jeunes que vous avez appelé Trad’Histoire. Pourquoi un site et que peut-il proposer de plus que ceux existant déjà ?

CdP : Bonjour. Il existe en effet beaucoup de sites dédiés à l’histoire dont certains sont de grande qualité avec des articles fort intéressants. Malheureusement concernant l’apprentissage, il n’existe pas grand chose, et sur ceux qui ont le mérite d’exister, je ne vois rien qui peut donner à un enfant le désir d’apprendre. De plus, ce qui est disponible est bien souvent lié au programme scolaire. Je ne m’étendrai pas ici sur l’évolution des programmes d’histoire, le tour du sujet ayant été largement fait depuis des années.

C’est sur ce constat que je me suis mis à rechercher des méthodes dignes d’apprentissage avec de véritables manuels tels que nous avions pu avoir étant enfant. Puis je me suis rappelé de la petite histoire de France de Jacques Bainville et j’ai décidé de concevoir une série animée en vidéos en reprenant le texte de l’historien.

MPI : Il s’agit donc d’une simple lecture avec des images ?

CdP : Non, pour cela il existe déjà une version commerciale, fort bien faite, en audio, aux éditions Diffusia. La partie vidéo du site reprend effectivement le texte, mais les images choisies ne le sont pas au hasard. Les légendes qui apparaissent mettent également l’accent sur des évènements importants avec les dates correspondantes.  A la suite, un résumé est à apprendre par l’enfant. Cela lui permettra de répondre à un quiz de 5 questions une fois qu’il saura la leçon.

MPI : Les cours durent combien de temps ?

CdP : Ce sont des modules qui vont de 3 minutes pour les plus courts à 10 minutes pour les cours les plus longs. Cela permet de retenir l’attention de l’enfant sur un laps de temps réduit sans que cela soit rébarbatif pour lui. Il ne s’agit surtout pas de lui « bourrer le crâne » mais au contraire de lui faire prendre plaisir à regarder la vidéo et à connaître l’histoire de son pays. Ainsi, les parents peuvent lui passer plusieurs fois la vidéo dans la semaine afin que par répétition il puisse assimiler plus facilement le cours.

MPI : De quelle façon les parents peuvent-ils s’impliquer s’ils n’ont pas les connaissances nécessaires ?

CdP : Ils apprendront en même temps que leur enfant. Ou alors, ils pourront réviser.  Il ne s’agit pas pour les parents de se contenter de mettre les enfants devant une vidéo et de les laisser se débrouiller : ils ont leur part à faire. Qu’il se rassurent, il ne leur est pas demandé de se transformer en professeur, mais seulement de continuer à jouer leur rôle de parent. A la fin de chaque cours, une fois que leur enfant sera à l’aise avec le sujet traité, il leur est proposé des sorties pédagogiques en fonction de ce qui a été étudié. Les monuments nationaux, les musées municipaux ou des organismes privés mettent toute leur énergie pour proposer des activités pédagogiques avec des ateliers et des visites guidées adaptés à tous les âges. Sur le côté droit du site, en dessous des cours qui apparaîtront au fur et à mesure de l’année, il est proposé une section sortie pédagogique classée par région. Chaque fiche sortie est composée de la même manière : un texte d’introduction qui résume l’endroit à visiter avec les activités proposées, une vidéo d’un reportage, quelques photos et un plan localisant immédiatement l’endroit et permettant de calculer le trajet. Tout est fait pour qu’en moins de 10 minutes, la décision d’une sortie soit prise et organisée.

MPI : Cela a un coût pour les familles tant en terme financier qu’en temps…

CdP : Prenons-nous le temps en fonction de nos priorités ? Combien de temps passons nous quotidiennement sur les « réseaux sociaux » ? A regarder une émission qui n’en vaut pas la peine ? Un match ? et nous n’aurions pas quelques minutes à consacrer à nos enfants ?

Pour le coût financier, il existe des réductions. Bien souvent, les musées proposent des entrées gratuites pour les enfants ou alors ils bénéficient d’un tarif réduit. Les ateliers proposés peuvent avoir un coût, mais supportable. Je n’en ai pas vu qui étaient plus chers que l’équivalent d’un paquet de cigarette. Dans la plupart des musées, les entrées sont gratuites les premiers dimanches des mois d’hiver.

Les grands-parents, qui ont reçu à leur époque une solide instruction et accumulé des connaissances au cours de leur vie, peuvent se faire un plaisir de préparer et accompagner leurs petits enfants dans une activité pédagogique. Leur expérience et leur disponibilité peut s’avérer précieuse et cela pourrait leur faire plaisir de s’impliquer.

MPI : Quelle pédagogie appliquer ? Juste se laisser guider par le site ?

CdP : Le site n’est qu’une aide et un fil conducteur. Il ne remplace pas les parents. Néanmoins je donnerai une piste pour intéresser l’enfant : il faut qu’il perçoive la motivation de ses parents à adhérer eux-mêmes aux principes du site afin de lui apprendre l’Histoire.

Ensuite, il est possible de décider d’opter pour la gratuité et de n’utiliser que le site. Dans ce cas, il suffit de regarder sous la vidéo et de cliquer sur le lien qui affiche le texte. Les parents peuvent le lire eux même plusieurs soirs de suite à leur enfant avant qu’il aille se coucher. Le fait de lui lire et de lui porter attention le motivera.

Ils peuvent également acheter le livre et les CD audio chez les éditions Diffusia. Cela permet d’alterner le même texte dans des endroits différents (par exemple en voiture) avec des changements de narrateurs.

MPI: A partir de quel âge peut-on commencer ?

CdP: Dès l’entrée au CP. Ce qui va compter, c’est la régularité. Si les parents s’impliquent un peu, d’ici 2 ans leurs enfants auront une bonne base sur laquelle ils pourront construire leur identité.

MPI : Pensons aux parents qui désireraient aller plus loin que les cours pour enfants ?

CdP : Si c’est pour eux, je conseille le manuel d’histoire de l’œuvre scolaire Saint Nicolas. Dans l’onglet ouvrages recommandés, vous trouverez des liens menant vers des sites les proposant à la vente. Pour ceux résidant à Paris ou en région Parisienne, ces ouvrages se trouvent en bonne place à la librairie Notre Dame de France, rue Galande à Paris.

MPI : De quelle façon allez-vous procéder pour diffuser les cours ? Sont-ils tous disponibles ?

CdP : Non, ils seront diffusés à raison d’un tous les 15 jours sur deux années scolaires. Cette année nous irons de Vercingétorix jusqu’aux portes de la Renaissance avec Louis XII. L’année prochaine, nous verrons l’avènement de François Ier et nous terminerons par la première guerre mondiale. Bien sûr, une fois mis en ligne, les cours resteront disponibles. Les vidéos seront également diffusées sur Médias-Presse-Info dès leur sortie. Pour s’assurer un bon suivi des cours, il y a la possibilité de s’abonner à la chaîne Youtube. Cela permet de recevoir une notification dès la mise en ligne du cours suivant.

MPI : Pourquoi s’arrêter à la première guerre mondiale ? Pourquoi pas la deuxième ?

CdP : Jacques Bainville étant mort en 1936, il n’a pas pu écrire la suite. De plus, je ne reprocherai pas à l’éducation nationale de ne pas couvrir le sujet de la seconde guerre mondiale.

MPI : Cela fera en tout combien de cours et de sorties pédagogiques disponibles ? Couvrent-elles toutes les périodes ?

CdP : 20 cours cette année, 20 l’année prochaine. De septembre à juin. Concernant les sorties pédagogiques, toutes les périodes sont couvertes. Il y a actuellement 70 sorties disponibles que ce soit en France, en Belgique et en Allemagne. Cela devrait monter à une centaine en cours d’année. Il y a des endroits forts connus (Chambord, Blois, le pont du Gard…), d’autres qui font beaucoup de visites et ateliers pour enfants (le musée d’archéologie nationale de St Germain en Laye, Cluny) et d’autres que vous découvrirez et qui malgré leur manque de notoriété méritent le détour (le musée des temps barbares de Marle qui organise chaque été des reconstitutions de batailles entre Barbares et Romains avec le soucis du réalisme, le musée de la guerre de 1870 et de l’annexion de Gravelotte vers Metz, guerre qui est aujourd’hui complètement occultée,  Vaison la Romaine qui mérite d’être connue autrement que pour son inondation, Bavay qui possède encore son forum…).

MPI : L’histoire de France se situe aussi en Belgique et en Allemagne ?

CdP : Clovis était originaire de Tournai et Charlemagne s’est établi à Aix La Chapelle.

MPI : N’y a t-il pas autre chose que des sorties pédagogiques ? Vous parliez d’animations et de reconstitutions de batailles à Marle. N’y a t-il pas ailleurs des animations ou des marchés médiévaux ?

CdP : Il y en a dans toute la France et tout au long de l’année. Un site s’est fait la spécialité de les recenser. L’agenda est accessible directement à partir du site en cliquant sur « sorties festives ».

MPI : A vous entendre, tout à l’air simple et facile.

CdP : Pour être franc, aujourd’hui avec toutes les possibilités que nous avons en terme de déplacement, avec internet et avec le nombre de musées et les activités proposées qui nous sont offertes, celui qui ne se cultive pas, c’est qu’il le veut.

MPI : Un dernier conseil ?

CdP : Respectez la chronologie.

Retrouvez le premier cours sur Vercingétorix sur Trad’histoire.com

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

4 commentaires

  1. mia vossen says:

    MERCI pour la dernière phrase « Respectez la chronologie »! L’histoire est donnée sans la moindre chronologie et des jeunes sont convaincus que César et Napoléon étaient pratiquement contemporains. Il m’est même arrivé de demander quel était le programme télé préféré de Napoléon… sans faire rire. Pénible!

  2. Bonne initiative.

  3. Marie-Louise says:

    Belle initiative et excellente idée de mettre Jacques Bainville en vidéos. Mon grand de 6 ans vient de découvrir et accroche bien. Merci de nous faire découvrir la richesse historique et patrimoniale de notre pays avec vos idées sorties. Je viens de réaliser que nous avons bcp de chose à voir ! Bonne continuation

  4. terre et famille says:

    Nous avons tant apprécié l’histoire de France lue par Anne Brassié … existe t elle encore ?

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com