pape_francois_kirillUn palier de plus est franchi vers l’union pratique des religions dans le respect de la diversité !

Ils se sont enfin rencontrés, après 1000 ans de division doctrinale et théologique, et des mois de préparation secrète, le pape argentin et le patriarche russe. Vendredi 12 février 2016, à l’aéroport de La Havane, Cuba, monde marxiste ouvert sur le nouveau monde maçonnique multi-culturel et multi-religieux, sans frontières et sans repères, en construction, pour un tête-à-tête inspiré par des idéaux humanistes, altruistes et mondialistes !

Entre un patriarche qui fut agent du KGB dans les années 70 et le pape qui veut-révolutionner l’Église pour bâtir une nouvelle civilisation sur des concepts plus proches du marxisme et de la gouvernance mondiale que de la doctrine sociale de l’Église, Cuba est bien le lieu approprié.  Tout un symbole en l’honneur de cette religion nouvelle que François, à la suite de ces prédécesseurs conciliaires, est entrain d’édifier, assidûment.

Que nous sommes loin du  « Tout restaurer dans le Christ » de Saint Pie X ! Bien loin, et cette rencontre historique nous en éloigne encore davantage, du Christ et de sa doctrine.

François et Cyrille se sont donc embrassés sur le tarmac de l’aéroport de La Havane : « Hermano, hermano, frère, frère, nous sommes frères, s’est exclamé François face à Cyrille. Enfin ! » « Maintenant les choses sont plus faciles, a dit le Patriarches de toutes les Russies. « C’est plus clair que c’est la volonté de Dieu » lui a répondu le pape.

Ainsi débuta le colloque entre les deux chefs religieux qui s’est conclut, après trois heures de discussion, avec la signature d’une déclaration commune dont voici un des passages le plus marquant : « Dans le monde contemporain, multiforme et en même temps uni par un même destin, catholiques et orthodoxes sont appelés à collaborer fraternellement en vue d’annoncer la Bonne Nouvelle du salut, à témoigner ensemble de la dignité morale et de la liberté authentique de la personne, « pour que le monde croie » (Jn 17, 21). (…) De notre capacité à porter ensemble témoignage de l’Esprit de vérité en ces temps difficiles dépend en grande partie l’avenir de l’humanité »

Ces paroles signées par le pape témoignent plus que des grands discours de la volonté de l’Église conciliaire de ne pas rechercher l’union doctrinale et théologique avec  les orthodoxes, ce qui fut le souhait constant de l’Église catholique jusqu’au funeste concile Vatican II,  mais de promouvoir une union fraternelle d’où est totalement absent, plus qu’absent, interdit, le désir de convertir les Orthodoxes à la vraie foi catholique : « Orthodoxes et catholiques sont unis (…) par la mission de prêcher l’Évangile du Christ dans le monde contemporain. Cette mission implique le respect mutuel des membres des communautés chrétiennes, exclut toute forme de prosélytisme. (…) Il ne peut donc être question d’utiliser des moyens indus pour pousser des croyants à passer d’une Église à une autre, niant leur liberté religieuse ou leurs traditions propres. » Et plus loin, la déclaration continue sur cette même lancée, si éloignée de la doctrine catholique :   « Orthodoxes et gréco-catholiques ont besoin de se réconcilier et de trouver des formes de coexistence mutuellement acceptables. »  

Le reste de la déclaration a porté sur des sujets sociaux-politiques : la persécution des chrétiens, l’appel à la communauté internationale, cause principale pourtant de ce terrible chaos au Moyen-Prient,  pour leur venir en aide, un plaidoyer, toujours aussi sentimental, altruiste, immigrationiste et déconnecté de la réalité, pour les réfugiés et les migrants « qui frappent à la porte des pays riches », l’engagement mutuel contre la pauvreté, le non à la confusion entre la famille et d’autres formes d’unions, l’appel pour le respect de la vie dès sa conception, que nous pouvons applaudir : « La voix du sang des enfants non nés crie vers Dieu (cf. Gn 4, 10) « , et, en conclusion, l’invitation faite à tous les chrétiens, aux Orthodoxes et Catholiques en tout premier,  de s’unir pour le bien de l’humanité.

Union qui ne peut, dans leurs esprits imbus d’idéaux maçonniques et dominés par la trilogie révolutionnaire fraternité-égalité-liberté, s’édifier qu’au-delà des vraies et concrètes divergences doctrinales et théologiques, qui sont devenues des considérations dépassées et rétrogrades, obsolètes. Obstacles, si l’Église conciliaire en tenait compte, à la nouvelle civilisation fraternelle et humaniste tant désirée par François et qu’il veut bâtir en révolutionnant l’Église. N’est-ce pas son souhait, qu’a révélé de nombreuses fois son ami le journaliste Scalfari à qui François s’est de nombreuses fois confié, de convaincre toutes les religions, la catholique comprise, à la foi en un Unique Dieu ?

Nous sommes loin, bien loin, du ‘Tout restaurer dans le Christ » du grand pape Saint Pie X, lutteur infatigable contre le modernisme et le libéralisme, et toujours plus proche d’une religion mondiale, fruit empoisonné de ce modernisme et de ce libéralisme qui ont  perverti les intelligences des plus hautes autorités ecclésiastiques, tant orthodoxes que catholiques, de notre temps.  

Francesca de Villasmundo

Texte intégral de cette déclaration commune :

«La grâce de Notre Seigneur Jésus Christ, l’amour de Dieu le Père et la communion du Saint-Esprit soit avec vous tous» (2 Co 13, 13).

1. Par la volonté de Dieu le Père de qui vient tout don, au nom de Notre Seigneur Jésus Christ et avec le secours de l’Esprit Saint Consolateur, nous, Pape François et Kirill, Patriarche de Moscou et de toute la Russie, nous sommes rencontrés aujourd’hui à La Havane. Nous rendons grâce à Dieu, glorifié en la Trinité, pour cette rencontre, la première dans l’histoire.

Avec joie, nous nous sommes retrouvés comme des frères dans la foi chrétienne qui se rencontrent pour se «parler de vive voix» (2 Jn 12), de cœur à cœur, et discuter des relations mutuelles entre les Eglises, des problèmes essentiels de nos fidèles et des perspectives de développement de la civilisation humaine.

2. Notre rencontre fraternelle a eu lieu à Cuba, à la croisée des chemins entre le Nord et le Sud, entre l’Est et l’Ouest. De cette île, symbole des espoirs du « Nouveau Monde » et des événements dramatiques de l’histoire du XXe siècle, nous adressons notre parole à tous les peuples d’Amérique latine et des autres continents.

Nous nous réjouissons de ce que la foi chrétienne se développe ici de façon dynamique. Le puissant potentiel religieux de l’Amérique latine, sa tradition chrétienne séculaire, réalisée dans l’expérience personnelle de millions de personnes, sont le gage d’un grand avenir pour cette région.

3. Nous étant rencontrés loin des vieilles querelles de l’ »Ancien Monde », nous sentons avec une force particulière la nécessité d’un labeur commun des catholiques et des orthodoxes, appelés, avec douceur et respect, à rendre compte au monde de l’espérance qui est en nous (cf. 1 P 3, 15).

4. Nous rendons grâce à Dieu pour les dons que nous avons reçus par la venue au monde de son Fils unique. Nous partageons la commune Tradition spirituelle du premier millénaire du christianisme. Les témoins de cette Tradition sont la Très Sainte Mère de Dieu, la Vierge Marie, et les saints que nous vénérons. Parmi eux se trouvent d’innombrables martyrs qui ont manifesté leur fidélité au Christ et sont devenus «semence de chrétiens».

5. Malgré cette Tradition commune des dix premiers siècles, catholiques et orthodoxes, depuis presque mille ans, sont privés de communion dans l’Eucharistie. Nous sommes divisés par des blessures causées par des conflits d’un passé lointain ou récent, par des divergences, héritées de nos ancêtres, dans la compréhension et l’explicitation de notre foi en Dieu, un en Trois Personnes – Père, Fils et Saint Esprit. Nous déplorons la perte de l’unité, conséquence de la faiblesse humaine et du péché, qui s’est produite malgré la Prière sacerdotale du Christ Sauveur : «Que tous soient un. Comme toi, Père, tu es en moi et moi en toi, qu’eux aussi soient un en nous» (Jn 17, 21).

6. Conscients que de nombreux obstacles restent à surmonter, nous espérons que notre rencontre contribue au rétablissement de cette unité voulue par Dieu, pour laquelle le Christ a prié. Puisse notre rencontre inspirer les chrétiens du monde entier à prier le Seigneur avec une ferveur renouvelée pour la pleine unité de tous ses disciples ! Puisse-t-elle, dans un monde qui attend de nous non pas seulement des paroles mais des actes, être un signe d’espérance pour tous les hommes de bonne volonté !

7. Déterminés à entreprendre tout ce qui nécessaire pour surmonter les divergences historiques dont nous avons hérité, nous voulons unir nos efforts pour témoigner de l’Evangile du Christ et du patrimoine commun de l’Église du premier millénaire, répondant ensemble aux défis du monde contemporain. Orthodoxes et catholiques doivent apprendre à porter un témoignage unanime à la vérité dans les domaines où cela est possible et nécessaire. La civilisation humaine est entrée dans un moment de changement d’époque. Notre conscience chrétienne et notre responsabilité pastorale ne nous permettent pas de rester inactifs face aux défis exigeant une réponse commune.

8. Notre regard se porte avant tout vers les régions du monde où les chrétiens subissent la persécution. En de nombreux pays du Proche Orient et d’Afrique du Nord, nos frères et sœurs en Christ sont exterminés par familles, villes et villages entiers. Leurs églises sont détruites et pillées de façon barbare, leurs objets sacrés sont profanés, leurs monuments, détruits. En Syrie, en Irak et en d’autres pays du Proche Orient, nous observons avec douleur l’exode massif des chrétiens de la terre d’où commença à se répandre notre foi et où ils vécurent depuis les temps apostoliques ensemble avec d’autres communautés religieuses.

9. Nous appelons la communauté internationale à des actions urgentes pour empêcher que se poursuive l’éviction des chrétiens du Proche Orient. Elevant notre voix pour défendre les chrétiens persécutés, nous compatissons aussi aux souffrances des fidèles d’autres traditions religieuses devenus victimes de la guerre civile, du chaos et de la violence terroriste.

10. En Syrie et en Irak, la violence a déjà emporté des milliers de vies, laissant des millions de gens sans abri ni ressources. Nous appelons la communauté internationale à mettre fin à la violence et au terrorisme et, simultanément, à contribuer par le dialogue à un prompt rétablissement de la paix civile. Une aide humanitaire à grande échelle est indispensable aux populations souffrantes et aux nombreux réfugiés dans les pays voisins.

Nous demandons à tous ceux qui pourraient influer sur le destin de ceux qui ont été enlevés, en particulier des Métropolites d’Alep Paul et Jean Ibrahim, séquestrés en avril 2013, de faire tout ce qui est nécessaire pour leur libération rapide.

11. Nous élevons nos prières vers le Christ, le Sauveur du monde, pour le rétablissement sur la terre du Proche Orient de la paix qui est «le fruit de la justice» (Is 32, 17), pour que se renforce la coexistence fraternelle entre les diverses populations, Églises et religions qui s’y trouvent, pour le retour des réfugiés dans leurs foyers, la guérison des blessés et le repos de l’âme des innocents tués.

Nous adressons un fervent appel à toutes les parties qui peuvent être impliquées dans les conflits pour qu’elles fassent preuve de bonne volonté et s’asseyent à la table des négociations. Dans le même temps, il est nécessaire que la communauté internationale fasse tous les efforts possibles pour mettre fin au terrorisme à l’aide d’actions communes, conjointes et coordonnées. Nous faisons appel à tous les pays impliqués dans la lutte contre le terrorisme pour qu’ils agissent de façon responsable et prudente. Nous exhortons tous les chrétiens et tous les croyants en Dieu à prier avec ferveur le Dieu Créateur du monde et Provident, qu’il protège sa création de la destruction et ne permette pas une nouvelle guerre mondiale. Pour que la paix soit solide et durable, des efforts spécifiques sont nécessaires afin de redécouvrir les valeurs communes qui nous unissent, fondées sur l’Évangile de Notre Seigneur Jésus Christ.

12. Nous nous inclinons devant le martyre de ceux qui, au prix de leur propre vie, témoignent de la vérité de l’Évangile, préférant la mort à l’apostasie du Christ. Nous croyons que ces martyrs de notre temps, issus de diverses Églises, mais unis par une commune souffrance, sont un gage de l’unité des chrétiens. A vous qui souffrez pour le Christ s’adresse la parole de l’apôtre : «Très chers !… dans la mesure où vous participez aux souffrances du Christ, réjouissez-vous, afin que, lors de la révélation de Sa gloire, vous soyez aussi dans la joie et l’allégresse» (1 P 4, 12-13).

13. En cette époque préoccupante est indispensable le dialogue interreligieux. Les différences dans la compréhension des vérités religieuses ne doivent pas empêcher les gens de fois diverses de vivre dans la paix et la concorde. Dans les circonstances actuelles, les leaders religieux ont une responsabilité particulière pour éduquer leurs fidèles dans un esprit de respect pour les convictions de ceux qui appartiennent à d’autres traditions religieuses. Les tentatives de justifications d’actions criminelles par des slogans religieux sont absolument inacceptables. Aucun crime ne peut être commis au nom de Dieu, «car Dieu n’est pas un Dieu de désordre, mais de paix» (1 Co 14, 33).

14. Attestant de la haute valeur de la liberté religieuse, nous rendons grâce à Dieu pour le renouveau sans précédent de la foi chrétienne qui se produit actuellement en Russie et en de nombreux pays d’Europe de l’Est, où des régimes athées dominèrent pendant des décennies. Aujourd’hui les fers de l’athéisme militant sont brisés et en de nombreux endroits les chrétiens peuvent confesser librement leur foi. En un quart de siècle ont été érigés là des dizaines de milliers de nouvelles églises, ouverts des centaines de monastères et d’établissements d’enseignement théologique. Les communautés chrétiennes mènent une large activité caritative et sociale, apportant une aide diversifiée aux nécessiteux. Orthodoxes et catholiques œuvrent souvent côte à côte. Ils attestent des fondements spirituels communs de la convivance humaine, en témoignant des valeurs évangéliques.

15. Dans le même temps, nous sommes préoccupés par la situation de tant de pays où les chrétiens se heurtent de plus en plus souvent à une restriction de la liberté religieuse, du droit de témoigner de leurs convictions et de vivre conformément à elles. En particulier, nous voyons que la transformation de certains pays en sociétés sécularisées, étrangère à toute référence à Dieu et à sa vérité, constitue un sérieux danger pour la liberté religieuse. Nous sommes préoccupés par la limitation actuelle des droits des chrétiens, voire de leur discrimination, lorsque certaines forces politiques, guidées par l’idéologie d’un sécularisme si souvent agressif, s’efforcent de les pousser aux marges de la vie publique.

16. Le processus d’intégration européenne, initié après des siècles de conflits sanglants, a été accueilli par beaucoup avec espérance, comme un gage de paix et de sécurité. Cependant, nous mettons en garde contre une intégration qui ne serait pas respectueuse des identités religieuses. Tout en demeurant ouverts à la contribution des autres religions à notre civilisation, nous sommes convaincus que l’Europe doit rester fidèle à ses racines chrétiennes. Nous appelons les chrétiens européens d’Orient et d’Occident à s’unir pour témoigner ensemble du Christ et de l’Évangile, pour que l’Europe conserve son âme formée par deux mille ans de tradition chrétienne.

17. Notre regard se porte sur les personnes se trouvant dans des situations de détresse, vivant dans des conditions d’extrême besoin et de pauvreté, alors même que croissent les richesses matérielles de l’humanité. Nous ne pouvons rester indifférents au sort de millions de migrants et de réfugiés qui frappent à la porte des pays riches. La consommation sans limite, que l’on constate dans certains pays plus développés, épuise progressivement les ressources de notre planète. L’inégalité croissante dans la répartition des biens terrestres fait croître le sentiment d’injustice à l’égard du système des relations internationales qui s’est institué.

18. Les Églises chrétiennes sont appelées à défendre les exigences de la justice, le respect des traditions des peuples et la solidarité effective avec tous ceux qui souffrent. Nous, chrétiens, ne devons pas oublier que «ce qu’il y a de faible dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi, pour couvrir de confusion ce qui est fort ; ce qui est d’origine modeste, méprisé dans le monde, ce qui n’est pas, voilà ce que Dieu a choisi, pour réduire à rien ce qui est ; ainsi aucun être de chair ne pourra s’enorgueillir devant Dieu» (1 Co 1, 27-29).

19. La famille est le centre naturel de la vie humaine et de la société. Nous sommes inquiets de la crise de la famille dans de nombreux pays. Orthodoxes et catholiques, partageant la même conception de la famille, sont appelés à témoigner que celle-ci est un chemin de sainteté, manifestant la fidélité des époux dans leurs relations mutuelles, leur ouverture à la procréation et à l’éducation des enfants, la solidarité entre les générations et le respect pour les plus faibles.

20. La famille est fondée sur le mariage, acte d’amour libre et fidèle d’un homme et d’une femme. L’amour scelle leur union, leur apprend à se recevoir l’un l’autre comme don. Le mariage est une école d’amour et de fidélité. Nous regrettons que d’autres formes de cohabitation soient désormais mises sur le même plan que cette union, tandis que la conception de la paternité et de la maternité comme vocation particulière de l’homme et de la femme dans le mariage, sanctifiée par la tradition biblique, est chassée de la conscience publique.

21. Nous appelons chacun au respect du droit inaliénable à la vie. Des millions d’enfants sont privés de la possibilité même de paraître au monde. La voix du sang des enfants non nés crie vers Dieu (cf. Gn 4, 10).

Le développement de la prétendue euthanasie conduit à ce que les personnes âgées et les infirmes commencent à se sentir être une charge excessive pour leur famille et la société en général.

Nous sommes aussi préoccupés par le développement des technologies de reproduction biomédicale, car la manipulation de la vie humaine est une atteinte aux fondements de l’existence de l’homme, créé à l’image de Dieu. Nous estimons notre devoir de rappeler l’immuabilité des principes moraux chrétiens, fondés sur le respect de la dignité de l’homme appelé à la vie, conformément au dessein de son Créateur.

22. Nous voulons adresser aujourd’hui une parole particulière à la jeunesse chrétienne. A vous, les jeunes, appartient de ne pas enfouir le talent dans la terre (cf. Mt 25, 25), mais d’utiliser toutes les capacités que Dieu vous a données pour confirmer dans le monde les vérités du Christ, pour incarner dans votre vie les commandements évangéliques de l’amour de Dieu et du prochain. Ne craignez pas d’aller à contre-courant, défendant la vérité divine à laquelle les normes séculières contemporaines sont loin de toujours correspondre.

23. Dieu vous aime et attend de chacun de vous que vous soyez ses disciples et apôtres. Soyez la lumière du monde, afin que ceux qui vous entourent, voyant vos bonnes actions, rendent gloire à votre Père céleste (cf. Mt 5, 14, 16). Eduquez vos enfants dans la foi chrétienne, transmettez-leur la perle précieuse de la foi (cf. Mt 13, 46) que vous avez reçue de vos parents et aïeux. N’oubliez pas que vous «avez été rachetés à un cher prix» (1 Co 6, 20), au prix de la mort sur la croix de l’Homme-Dieu Jésus Christ.

24. Orthodoxes et catholiques sont unis non seulement par la commune Tradition de l’Église du premier millénaire, mais aussi par la mission de prêcher l’Évangile du Christ dans le monde contemporain. Cette mission implique le respect mutuel des membres des communautés chrétiennes, exclut toute forme de prosélytisme.

Nous ne sommes pas concurrents, mais frères : de cette conception doivent procéder toutes nos actions les uns envers les autres et envers le monde extérieur. Nous exhortons les catholiques et les orthodoxes, dans tous les pays, à apprendre à vivre ensemble dans la paix, l’amour et à avoir «les uns pour les autres la même aspiration» (Rm 15, 5). Il ne peut donc être question d’utiliser des moyens indus pour pousser des croyants à passer d’une Église à une autre, niant leur liberté religieuse ou leurs traditions propres. Nous sommes appelés à mettre en pratique le précepte de l’apôtre Paul : «Je me suis fait un honneur d’annoncer l’Évangile là où Christ n’avait point été nommé, afin de ne pas bâtir sur le fondement d’autrui»(Rm 15, 20).

25. Nous espérons que notre rencontre contribuera aussi à la réconciliation là où des tensions existent entre gréco-catholiques et orthodoxes. Il est clair aujourd’hui que la méthode de l’«uniatisme» du passé, comprise comme la réunion d’une communauté à une autre, en la détachant de son Église, n’est pas un moyen pour recouvrir l’unité. Cependant, les communautés ecclésiales qui sont apparues en ces circonstances historiques ont le droit d’exister et d’entreprendre tout ce qui est nécessaire pour répondre aux besoins spirituels de leurs fidèles, recherchant la paix avec leurs voisins. Orthodoxes et gréco-catholiques ont besoin de se réconcilier et de trouver des formes de coexistence mutuellement acceptables.

26. Nous déplorons la confrontation en Ukraine qui a déjà emporté de nombreuses vies, provoqué d’innombrables blessures à de paisibles habitants et placé la société dans une grave crise économique et humanitaire. Nous exhortons toutes les parties du conflit à la prudence, à la solidarité sociale, et à agir pour la paix. Nous appelons nos Églises en Ukraine à travailler pour atteindre la concorde sociale, à s’abstenir de participer à la confrontation et à ne pas soutenir un développement ultérieur du conflit.

27. Nous exprimons l’espoir que le schisme au sein des fidèles orthodoxes d’Ukraine sera surmonté sur le fondement des normes canoniques existantes, que tous les chrétiens orthodoxes d’Ukraine vivront dans la paix et la concorde et que les communautés catholiques du pays y contribueront, de sorte que soit toujours plus visible notre fraternité chrétienne.

28. Dans le monde contemporain, multiforme et en même temps uni par un même destin, catholiques et orthodoxes sont appelés à collaborer fraternellement en vue d’annoncer la Bonne Nouvelle du salut, à témoigner ensemble de la dignité morale et de la liberté authentique de la personne, «pour que le monde croie» (Jn 17, 21). Ce monde, dans lequel disparaissent progressivement les piliers spirituels de l’existence humaine, attend de nous un fort témoignage chrétien dans tous les domaines de la vie personnelle et sociale. De notre capacité à porter ensemble témoignage de l’Esprit de vérité en ces temps difficiles dépend en grande partie l’avenir de l’humanité.

29. Que dans le témoignage hardi de la vérité de Dieu et de la Bonne Nouvelle salutaire nous vienne en aide l’Homme-Dieu Jésus Christ, notre Seigneur et Sauveur, qui nous fortifie spirituellement par sa promesse infaillible : «Sois sans crainte, petit troupeau : votre Père a trouvé bon de vous donner le Royaume» (Lc 12, 32) !

Le Christ est la source de la joie et de l’espérance. La foi en Lui transfigure la vie de l’homme, la remplit de sens. De cela ont pu se convaincre par leur propre expérience tous ceux à qui peuvent s’appliquer les paroles de l’apôtre Pierre : «Vous qui jadis n’étiez pas un peuple et qui êtes maintenant le Peuple de Dieu, qui n’obteniez pas miséricorde et qui maintenant avez obtenu miséricorde» (1 P 2, 10).

30. Remplis de gratitude pour le don de la compréhension mutuelle manifesté lors de notre rencontre, nous nous tournons avec espérance vers la Très Sainte Mère de Dieu, en l’invoquant par les paroles de l’antique prière : «Sous l’abri de ta miséricorde, nous nous réfugions, Sainte Mère de Dieu». Puisse la Bienheureuse Vierge Marie, par son intercession, conforter la fraternité de ceux qui la vénèrent, afin qu’ils soient au temps fixé par Dieu rassemblés dans la paix et la concorde en un seul Peuple de Dieu, à la gloire de la Très Sainte et indivisible Trinité !

François                                                         Kirill

Évêque de Rome                                            Patriarche de Moscou et de toute la Russie

Pape de l’Eglise catholique

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

56 commentaires

  1. « Francesca de Villamundo » en donnant ici le point de vue catholique sur l’unité de l’Eglise passe un peu trop vite sur la cause principale de cette rencontre: l’agonie des chrétiens d’Orient et leur survie impérieuse, à l’exception bien évidemment des uniates d’Ukraine qui apparaissent dans ce texte officiel comme les parias de l’Eglise et finalement les empêcheurs de tourner en rond voués à disparaître. Ne pas en parler franchement ruinerait peut-être la petite dialectique pro-russe, donc pro-orthodoxe moscovite et sournoisement anti-catholique qui a été développée sur ce site depuis des mois au sujet de la guerre en Ukraine. Je me rappelle toujours un certain X. Moreau la traitant ici de « religion de guerre ». On finit toujours par ouvrir les yeux. Défendre enfin ici avec force les gréco-catholiques d’Ukraine ne serait que justice, à moins que nous souhaitions les voir taillés en pièce par les armées « républicaines » du Donbass par je ne sais quelle utopie géopolitique en vogue dans nos milieux.

    • Les uniates ne sont pas attaqués par les gens du Donbass, c’est le Donbass qui est pilonné et martyrisé par les ukrainiens de l’Ouest. Si les uniates restaient chez eux, ce ne sont pas les orthodoxes du Donbass qui iraient les chercher. Au contraire ils veulent s’en séparer!

      L’inversion de la réalité est très en vogue actuellement chez les franc-maçons, mais ça ne devrait pas l’être chez les catholiques.

      • C’est faux monsieur. L’armée ukrainienne compte prés de 2700 victimes connues, originaires de TOUTES les régions d’Ukraine, et de toute confessions religieuses, principalement chrétiennes. On connait la chanson: tu ne défends pas la Russie anti-catholique romaine, donc tu es un affreux franc-mac à la solde judéo yankee. C’est d’un lourdingue.

        • Tchetnik says:

          …et les civils du Donbass comptent environ 4000 victimes civiles, essentiellement des femmes et des enfants.

          Les soldats « ukrainiens » pouvaient sauver leur peau en n’allant pas les bombarder, c’aurait été plus simple pour eux, fils.

          • …et tout autant de victimes civiles ukrainiennes qui voulaient vivre en paix et qui ont été prises en otage par les comités soviétiques du Donbass. Mais c’est un propos hors sujet, alors répondez sur le fond, c’est à dire la réunion des 2 syncrétismes, celui de Rome et celui de Moscou, arrivé à maturité.

            • Tchetnik says:

              Les victimes qui voulaient vivre en paix en effet se trouvent coté Est, fils, et se revendiquent de la seule culture et histoire qu’ils n’aient jamais connues: les russes. Ne pas oublier qui est l’envahisseur et qui est l’envahi. D’où viennent les pelos de 122 et qui se les prennent sur la figure.

              Ne pas se plaindre des « hors sujet » quand on les a soi-même induis, fils.

              Après, rien dans cette déclaration n’est « synchrétiste » même pas côté François, lequel est pourtant fort en la matière.

              C’est même probablement une de ses déclarations les moins synchrétistes…

                  • Volodymyr Bellovak says:

                    Avez-vous écouter l’émission de R.C. dont j’ai donné le lien? Le premier état ukrainien moderne exista entre 1917 et 1922 et ses frontières englobait l’Ukraine actuelle et au-delà au nord-est vers Koursk, etc., et à l’est avec le Kouban…Lénine et les autres n’ont fait que reprendre ces frontières ( en plus réduites ) jusqu’à aujourd’hui. Le nationalisme ukrainien est né comme les autres au XIXème siècle: voulez-vous refaire la carte de l’Europe actuelle et interdire d’avoir des états, en plus des Ukrainiens, aux Polonais, Bélaroussiens,Lithuaniens, Esthoniens, Lettons, Tchèques, Slovaques, Hongrois, Roumains, Croates, etc…?
                    Je croyais que la Russie n’a

                  • Volodymyr Bellovak says:

                    Avez-vous écouter l’émission de R.C. dont j’ai donné le lien? Le premier état ukrainien moderne exista entre 1917 et 1922 et ses frontières englobait l’Ukraine actuelle et au-delà au nord-est vers Koursk, etc., et à l’est avec le Kouban…Lénine et les autres n’ont fait que reprendre ces frontières ( en plus réduites ) jusqu’à aujourd’hui. Le nationalisme ukrainien est né comme les autres au XIXème siècle: voulez-vous refaire la carte de l’Europe actuelle et interdire d’avoir des états, en plus des Ukrainiens, aux Polonais, Bélaroussiens,Lithuaniens, Esthoniens, Lettons, Tchèques, Slovaques, Hongrois, Roumains, Croates, etc…?
                    Vous affirmez que la Russie n’a pas de visée annexionniste et impérialiste mais vous démontrez le contraire. Les Ukrainiens ont bien raison de se méfier de leur puissante voisine, et si j’étais Ukrainien, face à des partis-pris comme les votre et puisque vous voulez la guerre, je défendrais bec-et-ongles mon pays et mon identité, avec le recours aux armes si cela l’exige!
                    Les « novorusses » n’ont aucune légitimité; ce sont les descendants de colons et de la main-d’oeuvre russe importée en Ukraine, venus renforcer la minorité russe et remplacer les autochtones ukrainiens génocidés par Staline.
                    Votre carte linguistique ne démontre rien; on peut faire aussi une carte de l’Irlande ou le gaelique est ultra-minoritaire et n’est parlé que dans un coin du nord-ouest, tout le reste ( l’immense majorité, plus qu’en Ukraine ) ne parlant que l’anglais, la langue de l’ex-envahisseur-colonisateur…
                    De toute façon, que ça vous plaise ou non, l’attitude de Poutine n’a fait que renforcer en Ukraine la méfiance vis-à-vis de la Russie et le sentiment identitaire national ukrainien et sa cohésion; pour ça on peut dire « merci » Poutine!
                    Les Ukrainiens ne sont pas prets de se laisser dicter quoique ce soit de la part de Moscou; vous devriez en tenir compte. A cause de Poutine les américains mettent plus que jamais leur nez dans les affaires européennes; pour ça Poutine ne nous a pas rendu service!

                  • Volodymyr Bellovak says:

                    Vos droles d’amis « novorusses » du Donbass qui en plus d’entretenir les statues de Lénine, en érige de nouvelles de Staline: bienvenu en ripoublique populaire, socialiste et soviétique!

                  • Tchetnik says:

                    « Avez-vous écouter l’émission de R.C. dont j’ai donné le lien? Le premier état ukrainien moderne exista entre 1917 et 1922 et ses frontières englobait l’Ukraine actuelle et au-delà au nord-est vers Koursk, etc., et à l’est avec le Kouban… »

                    -Compte tenu du fait que ces régions étaient tenues par les armées de Bogaievski, Dénikine puis plus tard Wrangel, on se demande bien ce que le chroniqueur a du picoler pour affirmer un contre sens pareil…

                    « Lénine et les autres n’ont fait que reprendre ces frontières ( en plus réduites ) jusqu’à aujourd’hui. »

                    -Négatif. Lénine a repris les frontières impériales en y ajoutant des régions qui appartenaient à d’autres gouvernorats et qui étaient industrielles pour ancrer l’ »ukraine » dans le prolétariat.

                    « Le nationalisme ukrainien est né comme les autres au XIXème siècle: voulez-vous refaire la carte de l’Europe actuelle et interdire d’avoir des états, en plus des Ukrainiens, aux Polonais, Bélaroussiens,Lithuaniens, Esthoniens, Lettons, Tchèques, Slovaques, Hongrois, Roumains, Croates, etc…? »

                    -C’est justement tout le problème de peuples qui pour certains (biélorusses ) n’existent pas ou pour d’autres, n’ont jamais eu d’état…Mais dans le cas des baltes, il faudrait plutôt vous en prendre aux Allemands et aux Polonais…

                    Les Tchèques ont un véritable étaat qui existe depuis Saint Wenceslas du reste, les Hongrois depuis Etienne Arpad…on est loin des « ukrainiens » et de leur XIXème siècle artificiel et réécrit à la Michelet…

                    « Vous affirmez que la Russie n’a pas de visée annexionniste et impérialiste mais vous démontrez le contraire. «

                    -Je ne démontre rien au contraire en dehors du fait que le drapeau « ukrainien » tente de flotter là où il n’a historiquement jamais flotté. En revanche, on attend toujours les fameuses preuves de la non moins fameuse « présence militaire russe » en « ukraine ».

                    « Les Ukrainiens ont bien raison de se méfier de leur puissante voisine, et si j’étais Ukrainien, face à des partis-pris comme les votre et puisque vous voulez la guerre, je défendrais bec-et-ongles mon pays et mon identité, avec le recours aux armes si cela l’exige! »

                    -Négatif, chef. La guerre, ce sont les votres qui l’ont commencée en brûlant et en torturant des femmes et desenfants à Odessa et en en bombardant d’autres dans le Donbass. L’inversion accusatoire est un procédé breveté, achtung.

                    « Les « novorusses » n’ont aucune légitimité; ce sont les descendants de colons et de la main-d’oeuvre russe importée en Ukraine, venus renforcer la minorité russe et remplacer les autochtones ukrainiens génocidés par Staline. »

                    -On a déjà prouvé, sources et documents historiqus à l’appui que ces populations ont toujours parlé le russe ; un simple coup d’oeuil sur des documents de correspondance privée suffit à s’en convaincre. Nicolas Gogol parlait le russe, comme tout le monde.

                    Le problème est que les populations que vous citez ne proviennent que très partiellement de cette substitution. Et que tels Ukrainiens morts pendant la Holodomor ne sont pas que Ruthènes mais aussi beaucoup de ces Russes d’Ukraine ET du sud de la Russie. La « holodomor » a touché autant la Russie que l’Ukraine. La Holodomor s’est faite pour des raisons politiques (suppression de la classe paysanne, laquelle état composée de Russes, pas seulement d’ »ukrainiens ») et non nationales ou culturelles et les balles des Mosin ne faisaient pas de différences entre les Russophones et les « ukrainophones ». La Holodomor s’est aussi déroulée dans le sud de la Russie et bien des victimes et en Ukraine et ailleurs sont Russes. La plupart des « ukrainiens » présents sur ces territoires, de Kharkov à Lougansk en passant par Iekaterinodar ou Nikolaiev, sont aussi « Russes » que ceux de Novgorod ou de Moscou. Et sont présents dans ces terres depuis au moins le reflux des tatars. Les témoignages littéraires, publics, administratifs comme privés (lettres, correspondances…) d’avant 1917 montrent bien que les habitants de ces régions pratiquaient bel et bien non pas la culture « ruthène », mais Russe, avec une variante régionale as plus importante que celle de Voronej ou de Veliki Louki. Ces Russes ne sont pas plus des « envahisseurs » ou des « colons » donc que les Serbes en Bosnie et y sont autant chez eux. Ils furent autant victimes du génocide paysan que les « ruthènes, plus même, vu qu’ils étai
                    ent bien plus nombreux dans ces régions qui étaient alors non pas Polonaises mais Soviétiques.

                    « Votre carte linguistique ne démontre rien; »

                    -Elle démontre tout, au contraire.

                    « on peut faire aussi une carte de l’Irlande ou le gaelique est ultra-minoritaire et n’est parlé que dans un coin du nord-ouest, tout le reste ( l’immense majorité, plus qu’en Ukraine ) ne parlant que l’anglais, la langue de l’ex-envahisseur-colonisateur… »

                    -Le gaélique est parlé sur l’ensemble du territoire Irlandais, de petites enclaves, mais sur l’ensemble du territoire. Et est langue officielle. On a des textes Gaéliques du Haut Moyen Age, on n’a aucun texte en « ukrainien » de cette période. La chose a déjà été démontrée, sources historiques à l’appui. (je me ferai un plaisir de les rappeler…)

                    « De toute façon, que ça vous plaise ou non, l’attitude de Poutine n’a fait que renforcer en Ukraine la méfiance vis-à-vis de la Russie et le sentiment identitaire national ukrainien et sa cohésion; pour ça on peut dire « merci » Poutine! »

                    -De toute façon, que cela vous plaise ou non, l’attitude de la clique de laquais des Jew-Yorkais néo zizis n’a fait que renforcer envers un pays qui n’a jamais existé une défiance bien logique. Pour le « sentiment national » et la « cohésion » « ukrainienne » (sic, sic et resic), on en a au travers des désertions massives, de la crise économique majeure et du guignol’s Band politicard actuels, une très belle illustration.

                    « Les Ukrainiens ne sont pas prets de se laisser dicter quoique ce soit de la part de Moscou; vous devriez en tenir compte. »

                    -En effet, ils préfèrent se faire dicter leur conduite par des banques Juives certainement bien plus éloignées géographiquement, culturellement et historiquement. Je ne suis pas certain qu’ils aient gagné au change, en tout cas le vulgum Pecus de la rue est certain du contraire.

                    « A cause de Poutine les américains mettent plus que jamais leur nez dans les affaires européennes; pour ça Poutine ne nous a pas rendu service! »

                    -Re-négatif (et c’est un peu facile), mais les USA ont mis leur nez dans les affaires « européennes » depuis Jean Monnet. Et les culs complaisament offerts par les Bulgares, les Polonais, les Monténégrins, les Baltes, les Allemands (pires que les Anglais), les « français » ne sont pas pour les en décourager avant un moment.
                    Et c’est surtout grâce à Poutine que les ricains ne mettent plus leurs goins dans les affaires Russes. Vous devriez en prendre de la graine, mais on a le courage qu’on peut.

                    • Volodymyr Bellovak says:

                      Inutile de remplir des pages entières de faux arguments, « camarade »: si je vous comprend bien vous rèvez de voir la majorité de l’Ukraine etre incorporée à la Russie…Inutile de dire qu’avec des projets aussi fous je ne m’étonne pas de voir la guerre là-bas car les « novorusses » du Donbass nourissent aussi ce souhait pour leur territoire, ce qu’heureusement tout ukrainien patriote n’est pas pret de laisser faire! Qui des russes ou des américains manipulent le plus ou a été le premier à provoquer l’autre n’est pas le plus important; l’adversaire le plus proche et immédiat est pour les ukrainiens la Russie; La Russie s’est engagée en 1991 à respecter l’indépendance, la souveraineté, et l’intégrité territoriale de l’Ukraine, en échange de l’abandon de la possession l’arme nucléaire par l’Ukraine; en intégrant la Crimée dans la Russie, Poutine a rompu cet engagement et a suscité la rébellion séparatiste au Donbass. Sa responsabilité morale est très engagée; trop facile de toujours tout mettre sur le dos des « judéo-yankees », fallait pas tomber dans leur piège si on est si intelligent que ça. Je pense plutot que Poutine a profité du prétexte de l’ingérence américaine, réelle, pour faire son « coup de pocker » qui a bluffé les yankees qui ne s’attendaient pas à ça (?); de cette concurrence russo-américaine ce sont l’Ukraine (surtout)et l’Europe en général qui en font les frais!

                    • Tchetnik says:

                      « Inutile de remplir des pages entières de faux arguments, « camarade »: «

                      -Pas d’inversion accusatoir, tchado.

                      Beaucoup de commentateurs dont mézigues, ont avancé des sources, des documents, des témoignages historiques et culturels qui caractérisent la réalité des nations dans ce coin du monde. Vous n’y avez jamais rien répondu, et pour cause. Pas de laitrise des langues comme le slavon, ni de connaissance réelle du sujet en dehors de deux-trois fantastes du XiXème siècle.
                      Pas de réponse non pus aux nombreux rapports évoqués relatifs aux atrocités de l’armée « ukrainienne » sur une terre qui n’a rien d’ »ukrainienne » et une population qui ne l’a jamais été.
                      Les arguments ne sont pas nécessairement « faux », c’est plus simplement vous qui ne savez quoi y répondre.

                      « si je vous comprend bien vous rèvez de voir la majorité de l’Ukraine etre incorporée à la Russie… »

                      -Difficile d’incorporer un pays qui n’existe pas. On ne fait pas un pays avec un bout de Russie, un bout de Pologne, un bout de Bohème, un bout de Moldavie…

                      « Inutile de dire qu’avec des projets aussi fous je ne m’étonne pas de voir la guerre là-bas »

                      -La guerre là-bas – pour tout honnête homme qui sait ne pas être autiste – a été justement causée par l’expansionisme « ukrainien » qui s’y exprime avec toute la délicatesse possible.

                      « car les « novorusses » du Donbass nourissent aussi ce souhait pour leur territoire, ce qu’heureusement tout ukrainien patriote n’est pas pret de laisser faire! »

                      -Difficile d’être « patriote » d’un pays qui n’existe pas. Si lesdits « patriotes » l’étaient à Lvov ou à Jitonir, ce ne serait pas trop gênant, mais l’être à Sevastopol ou à Donetsk l’est bien d’avantage.

                      « Qui des russes ou des américains manipulent le plus ou a été le premier à provoquer l’autre n’est pas le plus important; »

                      -C’est fondamental, bien au contraire. Cela permet de définir les vraies responsabilités dans le merdier actuel qu’il soit en « ukraine » ou ailleurs. Pavlo Skoropadski (un poulet à sacrifier à Wiki) a d’ailleurs été aidé par la FM « occidentale » et la banque « allemande ». Les bonnes vieilles habitudes demeurent.

                      « l’adversaire le plus proche et immédiat est pour les ukrainiens la Russie; »

                      -La Russie ne peut être adversaire d’un pays qui n’existe pas et d’un peuple qui est le même que le sien.

                      « La Russie s’est engagée en 1991 à respecter l’indépendance, la souveraineté, et l’intégrité territoriale de l’Ukraine, en échange de l’abandon de la possession l’arme nucléaire par l’Ukraine; »

                      -Et la Russie respecte toujours l’intégrité de l’ »ukraine ».

                      « en intégrant la Crimée dans la Russie, Poutine a rompu cet engagement et a suscité la rébellion séparatiste au Donbass. «

                      -Négatif et vous le savez très bien.

                      La Crimée a procamé sa séparation d’un pays dont elle était arbotrairement et illégalement rattachée ET par la libre volonté de sa population ET par la décision de son parlement. Si vous voulez vous « venger » il vous faudrait massacrer et/ou déporter la quasi-totalité des Criméens, sport que vous savez très bien pratiquer, on le sait bien.

                      La rébellion « séparatiste » du Dnbass n’a eu besoin pour être suscitée, que des imbécilités magalomaniaques des Juifs et des shabbes goïm de Kiev. Le reste n’est que déblatération circulaire sans aucun élément de preuve.

                      « Sa responsabilité morale est très engagée; trop facile de toujours tout mettre sur le dos des « judéo-yankees », »

                      -Surtout très conforme à la réalité des faits.

                      En revanche on se demande comment la « responsabilité morale » des incendiaires d’Odessa et des violoeurs du Donbass pourrait être plus « engagée » que maintenant. Rayon inversion des rôles vous persistez dans le grandiose.

                      « fallait pas tomber dans leur piège si on est si intelligent que ça. »

                      -Si Poutine était tombé dans le piège US, il y aurait eu la Troisième Biffe Mondiale.

                      « Je pense plutot que Poutine a profité du prétexte de l’ingérence américaine, réelle, pour faire son « coup de pocker » qui a bluffé les yankees qui ne s’attendaient pas à ça (?); »

                      -Aucun « coup de Poker », juste une demande populaire qui n’a été suscitée que par elle-même.
                      En revanche, c’est vrai que – compte tenu des revendications Criméennes depuis 1991, on peut être surpris que les USA aient cru qu’ils pourrainet mettre la main sur la Mer Noire et la Crimée sans que ni la Russie, ni le peuple de Crimée ne réagisse. Mais si les Ynaks avaient des conseillers intelligents, depuis Wilson, ça se saurait…

                      « de cette concurrence russo-américaine ce sont l’Ukraine (surtout)et l’Europe en général qui en font les frais! »

                      -Ca on peut dire que le guignol’s Band de shabbes Goïm actuel a plongé l’ »ukraine » dans un crise monstrueuse et une sujettion certainement bien plus grandes que jamais. Même les Polonais avaient été plus respectueux au XIVème siècle…

                    • Volodymyr Bellovak says:

                      Si je ne répond pas point-par-point à vos affirmations c’est faute de temps. En effet je ne connais pas plus le slavon que le russe n’ayant personnellement aucune racine slave ni fait les études nécessaires, mais d’autres si dont j’ai donné les liens internet de certains de leurs articles, émissions, etc…; je renouvelle ma question précédente: avez vous écouté l’émission de radio courtoisie avec l’historien ukrainien Yaroslav Lebedinsky? Il est inutile de poursuivre un débat avec vous car votre positionnement est passionnel et borné; vous sur-réagissez par rapport à l’actualité géopolitique ( avec le N.O.M américain ) et vos références politiques se bornent à une nostalgie des tsars ( ce qui pourrait avoir une relative légitimité si vous acceptiez de prendre en considérations la réalité actuelle et certains points de vue divergents. Au fondement de toute cette histoire il y a un très vieux conflit politico-religieux entre la Catholicité et entre le césaropapismeshismatique moscovite; vouilà la racine du mal, au delà de l’ingérence yankee qui ne fait que profiter de cette situation que l’attitude de Moscou a toujours envenimer. Faisons un reve uchronique: ha, si la Russie, peuple et autorités religieuses et politiques réunis, avait par le passé reconnu le pape pour ce qu’il est, ou au minimum, avait laissé totale liberté au catholicisme dans tous l’empire russe, nous serions pas là et l’Ukraine, à la condition d’avoir reconnu son existence, son identité, sa langue et sa culture, son particularisme et son autonomie, aurait pu peut-etre conserver un statut d’association avec la Russie. Mais il n’en a rien été, et aujourd’hui moins que jamais, hélas sans doute, mais c’est comme ça! Continuez Tchetnik votre négationnisme et votre aveuglement volontaire et entèté, vous faites la joie de nos ennemis commun. En tout cas pour moi ce sera toujours et plus que jamais: « SLAVA YKRAINA » !

                    • Volodymyr Bellovak says:

                      Désolé pour les (trop) nombreuses fautes de frappe et d’orthographe; j’ai voulu répondre rapidement…Inutile de me répondre, le débat est clos.

                    • croisé says:

                      Vous avez du courage Tchetnik de poursuivre ce dialogue avec un sourd obstiné. Il faut de l’honnêteté intellectuelle , ce n’est pas le cas. Cette question est passionnelle pour Volodymir et je ne me l’explique pas puisqu’il n’a aucune racine slave. C’est en somme comme un lyonnais qui s’inscrit à l’Olympique de Marseille, parce qu’il a besoin de détester quelqu’un. En l’occurrence c’est la Russie et Poutine. On ne prête qu’aux riches!

                    • Tchetnik says:

                      Vous devenez autiste ou la sénescence vous guette.

                      On a mis toutes les preuves historiques et culturelles sur le tapis et vous n’avez rien répondu de probant.

                      On a mis toutes les preuves actuelles caractérisant les activités criminelles des votres et vous vous êtes contenté de nier les évidences.

                      « Si je ne répond pas point-par-point à vos affirmations c’est faute de temps. »

                      -C’est surtout faute d’argument, tchado. Le coup du manque de temps vous nous l’avez déjà servi lors d’un précédent fil où vous aviez pourtant tout ce qu’il vous fallait rayon documentation et références.

                      « En effet je ne connais pas plus le slavon que le russe n’ayant personnellement aucune racine slave ni fait les études nécessaires, »

                      -Moi si.

                      Et pour parler correctement du patrimoine historique et culturel de la région, c’est pourtant indispensable. Sans la connaissance de sources comme le Code de Iaroslav, les Chroniques de Nestor, de Novgorod, le codex d’Ipatiev, Le « De Administrando Imperio », voire les Annales de Saint Berthin, et sans à minima connaitre la langue et l’histoire de son évolution, votre opinion vaut Zéro (et je ne parle pas du chef d’œuvre d’Horikoshi Jiro…).

                      « mais d’autres si dont j’ai donné les liens internet de certains de leurs articles, émissions, etc…; «

                      -Vos « spécialistes » pour la grosse majorité, ne connaissent pas non plus ni les sources historiques, ni les langues de référence. Les maousses erreurs de traduction qu’ils font suffit à être fixés à leur endroit.

                      Même un écrivain aussi engagé que Mihailo Drahomanov n’a jamais osé de telles constructions fantsamatiques que d’ailleurs ils prennent bien soin de ne pas sourcer ni référencer.

                      « je renouvelle ma question précédente: avez vous écouté l’émission de radio courtoisie avec l’historien ukrainien Yaroslav Lebedinsky? »

                      -En effet, et je confirme qu’il est aussi « historien » que la Mothe langeon ou Michelet. Un romancier façon XIXème siècle sans plus. Absolument aucune référence sérieuse dans ce qu’il dit, sinon du raisonnement circulaire à base de pseudo équivalences linguistiques et d’ »historiens » (sic) « ukrainiens » (resic) du XIXème siècle.

                      « Il est inutile de poursuivre un débat avec vous car votre positionnement est passionnel et borné; »

                      -Alors que le vôtre est « objectif » et « non borné ». Arrêtez le tir, on connait le coupet.
                      « vous sur-réagissez par rapport à l’actualité géopolitique ( avec le N.O.M américain ) et vos références politiques se bornent à une nostalgie des tsars »

                      -Références historiques qui partent des chroniques citées à maintes reprises plus haut et qui sont très en deça du temps des Tsars, tchado. On et même avec elles dans la période fondatrice.

                      « ( ce qui pourrait avoir une relative légitimité si vous acceptiez de prendre en considérations la réalité actuelle et certains points de vue divergents. »

                      -Je prends en compte les points de vue sourcés, documentés, pas les montages à deux Hryvnyi sans aucune référence historique sérieuse derrière, encore moins de gens qui – en finissant par l’avouer – ne parlent pas un mot des langues locales et sèchent même quand j’évoque leurs propres sources éventuelles comme Drahomanov ou Hrouchevski.

                      « Au fondement de toute cette histoire il y a un très vieux conflit politico-religieux entre la Catholicité et entre le césaropapismeshismatique moscovite; »

                      -On peut aussi estimer qu’il s’agit d’un très vieux conflit entre le Christianisme de toujours et le césaropapisme Polono-Lithuanio-Germanique (dans la mesure où tous ces braves gens se sont retrouvés vaincus sur des terres qui n’étaient ni germaniques, ni Polonaises, ni Baltes…

                      « vouilà la racine du mal, au delà de l’ingérence yankee qui ne fait que profiter de cette situation que l’attitude de Moscou a toujours envenimer. »

                      -C’est bien sûr l’attitude de Mk qui a massacré les civils d’Odessa et les femmes du Donbass, tchado. Tentez de renouveler un peu le disque. La thèse qui vise les banques Juives et les lobbies philosophiques « occidentaux » a au moins le mérite d’être documentée et prouvée par l’exemple.

                      « Faisons un reve uchronique: ha, si la Russie, peuple et autorités religieuses et politiques réunis, avait par le passé reconnu le pape pour ce qu’il est, ou au minimum, avait laissé totale liberté au catholicisme dans tous l’empire russe, »

                      -Les Catholiques avaient certainement bien plus de liberté dans l’Empire Russe que les orthodoxes en Pologne, tchado.Vous vous renseignerez sur Aloïs Trups pour vous en convaincre. Après, admettez de bonne guerre que les Russes sont chez eux dans leur pays et font ce qu’ils y estiment juste. En fait, la racine du mal vient surtout de ce que certaines âmes faibles se soient au XIXème siècle laissées séduire par des pseudo nationalismes artificiels fomentés par la FM.

                      Je suis étonné – et déçu – que vous encensiez le Catholicisme – pourquoi pas – des « ukrainiens » en oubliant avec une comlaisance rare que ces mêmes « ukrainiens » se réfèrent souvent à la Rodnoverie Païenne, adopent des symboles on ne peut plus antichrétien et ont de par le passé, que ce fut sous Petlioura ou sous Bandera, massacré par centaines de milliers des Polonais, Tchèques, Baltes….pourtant censés être tout aussi Catholiques…

                      « nous serions pas là et l’Ukraine, à la condition d’avoir reconnu son existence, son identité, sa langue et sa culture, son particularisme et son autonomie, »

                      -Identité purement régionale, langue pas plus particulière que n’importe quel dialecte Svitsyusk et qui – selon la région où on se trouve comporte un assemblage de mots Tchèqes, Allemands, Roumains – je ne déconne pas, la première grammaire « ukrainienne » date du début des années 20…L’ »ukrainien » c’est un peu comme le Yiddish, en fait. A la différence qu’elle était encore moins parlée et par une frange encore plus marginale de la population – frange souvent dans les empires Polonais ou Germaniques, du reste.

                      « aurait pu peut-etre conserver un statut d’association avec la Russie. Mais il n’en a rien été, et aujourd’hui moins que jamais, hélas sans doute, mais c’est comme ça! «

                      -On ne peut être « associé » qu’entre deux pays ayant une véritable existence historique et culturelle. Celle de l’ »ukraine » est tellement hypothétique que la plupart des politiciens shabbes Goïm ultranatio « ukraineins » parelnt le russe et seraient bien en peine de citer un écrivain « ukrainien » de portée internationale …

                      « Continuez Tchetnik votre négationnisme et votre aveuglement volontaire et entèté, vous faites la joie de nos ennemis commun. »

                      -Non, camarde, ça c’est pour ceux qui nient les crimes de Petlioura et des Bandertsi. Inversion accusatoire toujours. Pour ceux aussi qui se réinventent des identités de bazar à coup de fantasmes romanticomaçonniques.

                      « En tout cas pour moi ce sera toujours et plus que jamais: « SLAVA YKRAINA » ! »

                      -Ca on avait bien compris. Si vous parliez réellement la langue plutôt que d’en faire une attitude superficielle et réinventée, vous auriez compris qu’i ne faut pas écrire « ukraine » avec un « Y » au début…
                      « Le débat est clos »

                      -En effet, on ne peut débattre qu’avec des gens ayant des références solides à confronter, ce qui – sur ce sujet – n’a jamais été votre cas.

                    • Volodymyr Bellovak says:

                      Vous pouvez étaler votre « science » et ressortir de vieux parchemins, forts respectables au demeurant, de l’eau a coulé sous les ponts depuis le haut moyen-age, et la nation ukrainienne est devenue une réalité; ça fait belle lurette que le saint empire romain germanique n’existe plus mais ça a du vous échapper! L’Holodomor a aussi concerné des russes mais proportionnellement à la population et au territoire russes les ukrainiens furent plus touchés. Bizarre que ce soit en Russie et chez les « novorusses » que Staline soit réhabilité, lui qui est sensé avoir exterminé par la famine leurs aieux, je me pose des questions sur la santé mentale de certains… vraiment Votre vision du passé comme du présent est manichéenne; la Russie est « immaculée », les autres ont tous les torts…; c’est votre parti-pris, je ne le partage pas. Aucune conciliation possible entre nos deux positions diamétralement opposées… Mais Le « patriarche » Cyrille a trouvé son meilleur soutien, après Poutine, en la personne du pape François; personnellement je trouve ça révélateur. Cyrille peut ainsi rejoindre François dans le « MASDU » (Mouvement d’Animation Spirituelle de la Démocratie Universelle ) comme Poutine tient à avoir sa place au sein du N.O.M….
                      Après ça vous allez encore essayer de nous faire croire que la Russie de Poutine et de Cyrille est le meilleur rempart contre le mondialisme : rigolo !

                    • Tchetnik says:

                      « Vous pouvez étaler votre « science » et ressortir de vieux parchemins, forts respectables au demeurant, »

                      -Disons que pour porter un jugement de valeur acceptable, il vaut mieux en avoir. Vous ne pouvez pas d’un côté vanter la soi disante « identité pluriséculaire » de l’ »ukraine » et, quand on vous prouve qu’une telle identité n’a jamais existé, vous défausser et botter en touche. Cela ne prouve que votre défaite. Ou vous opposez des sources identiques ou vous reconnaissez ladite défaite. Très simple, pas 36 alternatives.

                      « de l’eau a coulé sous les ponts depuis le haut moyen-age, et la nation ukrainienne est devenue une réalité; »

                      -Une réalité aussi francmac et artificielle que la « yougoslavie » ou la « tchécoslovaquie », grosse nuance. Une construction aussi arbitraire que le « kosovo » et qui provient des mêmes commanditaires.

                      « ça fait belle lurette que le saint empire romain germanique n’existe plus mais ça a du vous échapper! «

                      -Il vous échappe aussi par exemple que l’Allemagne comme l’Autriche existe encore et en sont héritières.
                      Dans un premier temps, vous justifiez l’ »ukraine » sur une croyance en sa grande ancienneté et ensuite vous dites qu’ »on est plus au Moyen Age »…Schizophrénie, quand tu nous tiens…
                      Admettez que – en effet – les « arguments » historiques en faveur de l’existence de l’ »ukraine » sont simplement inexistants et vous aurez gagné du temps et de la tranquilité.

                      « L’Holodomor a aussi concerné des russes mais proportionnellement à la population et au territoire russes les ukrainiens furent plus touchés. «

                      -En l’occurrence, non. La Holodomor a concerné de populations de l’est de la RSS d’ »ukraine » qui ont toujours été russes et des populations de la RSFSR qui ont aussi toujours été russes ou tchoutchmèques, selon la région (vu que la Holodomor a frappé juqu’aux portes du Caucase…).

                      « Bizarre que ce soit en Russie et chez les « novorusses » que Staline soit réhabilité, lui qui est sensé avoir exterminé par la famine leurs aieux, «

                      -Bizarre aussi que ce soit en Donbass qu’on brandisse le plus la Sainte Face, les rubans de Saint George, les icônes de la Mère de Dieu et du côté « ukrainien » qu’on brandisse le plus les runes païennes, les Wolfsangels et les portraits de jeunes homes bien habillés en Hugo Boss…lesquels « ukrainiens » se caractérisent – entre autres – par ler propensions à détruire des églises.

                      « je me pose des questions sur la santé mentale de certains… »

                      -En effet, il y a de quoi. Surtout quand on connait les méthodes de « combat » des Bandertsi…

                      « vraiment Votre vision du passé comme du présent est manichéenne; la Russie est « immaculée », les autres ont tous les torts…; «

                      -Négatif, tchado.
                      Mais il se trouve que sur ce dossier, les torts sont effectivement d’avantage du côté des vôtres, vu que les 122 proviennent bien d’un camp et tombent bien sur l’autre. Ce n’est pas une vision « manichéenne », simplement la réalité historique comme actuelle des faits, documentée et référencée par les sources idoines.

                      « c’est votre parti-pris, je ne le partage pas. »

                      -Le jour où votre propre « parti pris » saura être aussi documenté, on en reparlera. Pour le Moment c’est :
                      https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/a7/A6M3_Zero_N712Z_1.jpg

                      « Aucune conciliation possible entre nos deux positions diamétralement opposées… »

                      -Le jour où vous étudierez un peu plus sérieusement les paramètres historiques et culturels de la région sur la base de véritables sources, comme le font tous bons historiens sérieux et rigoureux, vous verez que la chose ne sera pas si évidente.

                      « Mais Le « patriarche » Cyrille a trouvé son meilleur soutien, après Poutine, en la personne du pape François; personnellement je trouve ça révélateur. »

                      -Le fait que vos « nationalistes » « ukrainiens » aient les soutiens actifs de toute la jidovnia New Yorkaise, banques, média, finances, politiciens…est certainement bien plus révélateur qu’un simple échange entre deux prélats qui, avec leurs qualités et défauts, n’innovent pas en la matière.

                      « Cyrille peut ainsi rejoindre François dans le « MASDU » (Mouvement d’Animation Spirituelle de la Démocratie Universelle ) comme Poutine tient à avoir sa place au sein du N.O.M…. »

                      -Cyrille est certainement le moins relativiste des hiérarques Orthodoxes et un des moins oecuménistes par conséquent. Les deux ont juste pris un café ensemble, il n’y a aps encore de contrat de mariage. La paranoïa doit quand même être bien orientée pour être juste. A la rigueur, si un prélat Orthodoxe mérite ces accusations, ce serait bien d’avantage Bartholomée de Constantinople…Les accusations de « poutine=NOM » sont aussi sérieuses que celles d’Elvis toujours vivant et réfugié sur la lune. Rien que du raisonnement par analogie et par équivalence circulaire.

                      « Après ça vous allez encore essayer de nous faire croire que la Russie de Poutine et de Cyrille est le meilleur rempart contre le mondialisme : rigolo ! »

                      -Rigolo surtout de voir une poignée de néozizi financés par la haute finance se prétendre « catholiques » en brandissant des symboles païens et surtout en commettant des actes qui n’ont rien de catholique.

                    • Volodymyr Bellovak says:

                      Bonjour « Tchetnik », toujours en forme je vois! 🙂 Vous etes m’amusez beaucoup en réalité ! La principauté de Kiev rayonnait quand Moscou n’était qu’un village de « ploucs » ( pour prendre une de vos méprisantes expressions favorites ); elle survécut ensuite avec la principauté de Galicie, mais là encore ça ne doit pas vous suffire pour prouver l’antiquité de l’héritage historique, politique, et culturel de l’Ukraine.
                      Je vous laisse consulter vos nobles chroniques du temps passé; la vérité , elle se trouve dans la réalité quotidienne, concrète et vécue des gens « ordinaires », pas dans les livres. Ce n’est pourtant pas difficile pour vous de comprendre que mes affinités soient plus grandes avec mes frères dans la vraie Foi et dans l’unique Eglise du Christ ( c’est ce que vous faites bien vis-à-vis de vos coreligionnaires « orthodoxes » ) ; à défaut de le partager respectez au moins mon choix comme juste et légitime.
                      Voilà l’Ukraine profonde et réelle que je connais et que j’aime:
                      http://www.saintjosaphat.org/fotohalereya/
                      Adieu « camarade »!

                    • Tchetnik says:

                      « Bonjour « Tchetnik », toujours en forme je vois! »

                      -En effet, la vérité rend libre.

                      « Vous etes m’amusez beaucoup en réalité ! La principauté de Kiev rayonnait quand Moscou n’était qu’un village de « ploucs » ( pour prendre une de vos méprisantes expressions favorites ); «

                      Et la ville de Kiev est issue de la ville de Novgorod et son territoire politique s’étendait jusqu’au lac Ladoga et aux steppes précaucasiennes, fils. C’était un pays qui parlait une langue slave dont le Russe est la plus actuellement proche. Iouri Dolgorouki qui fonda Mk en 1147 (voyez, quand on est pro, on donne des dates), était d’origine de Kiev. Moscou et par rapport à Kiev comme Paris par rapport à Lyon. Ou Salonique par rapport à Athènes. Byzance n’était aussi qu’une petite bourgade à l’époque d’Athènes…
                      Mk faisait partie de l’état Kievien, c’est bien de l’admettre enfin, fils. Mais vous auriez pu citer aussi Vladimir, Iaroslavl, Ougriech, Kostroma…Mais la déesse Wiki a manifestement ses limites.

                      « elle survécut ensuite avec la principauté de Galicie, mais là encore ça ne doit pas vous suffire pour prouver l’antiquité de l’héritage historique, politique, et culturel de l’Ukraine. »

                      -La principauté de Galicie est essentiellement de culture polonaise, fils. La Russie Kievienne a surtout survécu au travers des principautés de Mk, de Riazan, de Kostroma… et des républiques de Novgorod, de Pskov. Pas d’une principauté soumise aux Polonais et aux Lithuaniens. La continuité culturelle, ethnique, linguistique, dynastique entre ces principautés et la Rus’Kievienne est certainement bien plus grande qu’entre la Rus’ Kievienne et la Galicie-Volhynie. C’est un fait que prouvent toutes les chroniques d’alors. Par ailleurs la Galicie ne s’étendait que sur le quart nord ouest de l’actuelle « ukraine ». Vouloir la resusciter en lieux et places pourait à la rigueur avoir un sens, vouloir l’imposer jusqu’au Kouban et en Crimée est du dernier débile. Pas la peine de choiner sur l’ »expansionisme Russe », alors…
                      Vous devriez apprendre – enfin – le slavon et étudier les chroniques que j’ai mentionnées et qui sont les sources que tout historien sérieux connait. Et vous comprendrez – enfin – que l’identité « ukrainienne » n’apparait qu’au XVIIème siècle en opposition à lempire polono-lithuanien, justement.

                      « Je vous laisse consulter vos nobles chroniques du temps passé; »

                      Je vous laisse surtout les déouvrir. Et n’oubliez pas aussi les références bien plus récentes à Drahomanov ou à Petlioura….On est loin du Moyen Age que vous avez tenté d’annexer avant de comprendre qu’il n’a jamais rien eu d’ »ukrainien » mais tout de « Rus’ ».

                      « a vérité , elle se trouve dans la réalité quotidienne, concrète et vécue des gens « ordinaires », pas dans les livres. »

                      -La Vérité de l’Histoire se trouve justement dans ces sources que vous ignoriez avant et que vous ne voulez pas connaitre maintenant qu’on vous les a révélées (et qu’on en a révélé votre ignorance du même coup). La réalité quotidienne se trouve en effet chez ces « ukrainiens » de Kiev qui n’ont jamais parlé et qui ne parlent encore aujourd’hui que le russe, chez ces « ukrainiens de Lvov qui se sentent plus Polonais qu’ »ukrainiens » (et on les comprend), chez ces « ukrainiens » de partout qui subissent une crise économique sans précédent à cause des fantasmes de quelques politiciens shabbes goïm néozizi et chez ces russes du Donbass qui se prennent de pelos de 155 sur des hôpitaux et des écoles.

                      « Ce n’est pourtant pas difficile pour vous de comprendre que mes affinités soient plus grandes avec mes frères dans la vraie Foi et dans l’unique Eglise du Christ ( c’est ce que vous faites bien vis-à-vis de vos coreligionnaires « orthodoxes » ) ; à défaut de le partager respectez au moins mon choix comme juste et légitime. »

                      -Je ne vous en veux aucunement de vos choix religieux qui sont logiques, honnêtes et fidèles, tant que vous ne réécrivez pas l’Histoire sur une base injuste et mensongère et que vous ne justifiez pas les viols et les bombardements au Donbass, fils.

                      « Voilà l’Ukraine profonde et réelle que je connais et que j’aime:
                      http://www.saintjosaphat.org/fotohalereya/ »

                      -A la rigueur allez construire cette « ukraine » là où elle aurait une petite légitimité d’existence – à savour sur le quart nord ouest de l’actuel état – mais pas là où personnene veut d’elle (pas plus les Polonais ou Tchèques que les Russes, du reste.

                      « Adieu « camarade »! »

                      -S’Bogom !

                    • Volodymyr Bellovak says:

                      Je ne relèverai qu’une seule des nombreuses contradictions que vous développez dans vos messages: c’est quand vous affirmez que les habitants de Lviv ( et non Lvov ) se sentent plus polonais qu’Ukrainiens; ça m’a fait bien rire car il se trouve que je connait bien cette belle ville qui fut le foyer du renouveau identitaire, culturel, politique, et meme religieux ukrainien, ville ou les mouvements nationalistes ukrainiens connaissent beaucoup de succès. Il se trouve que les photos jointes à mon précédent message proviennent justement de cette région; ce sont les photos d’une Ukraine authentique qui existe mais que vous vous efforcez de ne pas voir; tant pis!

                    • Tchetnik says:

                      « Je ne relèverai qu’une seule des nombreuses contradictions que vous développez dans vos messages: c’est quand vous affirmez que les habitants de Lviv ( et non Lvov ) se sentent plus polonais qu’Ukrainiens; ça m’a fait bien rire car il se trouve que je connait bien cette belle ville qui fut le foyer du renouveau identitaire, culturel, politique, et meme religieux ukrainien, ville ou les mouvements nationalistes ukrainiens connaissent beaucoup de succès. Il se trouve que les photos jointes à mon précédent message proviennent justement de cette région; ce sont les photos d’une Ukraine authentique qui existe mais que vous vous efforcez de ne pas voir; tant pis! »

                      -Vu que vous ne parlez pas les langues du coin – ce que vous avez fini par avouer – je vois mal comment vous pouvez le savoir.
                      En effet, quand vous parlerez les langues du bled vous vous apercevrez que pas mal des habitants de Lvov – et ce en dépit des tentatives d’extermination des Bandertsi – sont effectivement d’identité polonaise.

                      Mais si vous prétendez connaitre la ville, vous avez du visiter le square Adam Miskiewicz. Lequel n’éyait pas franchement « ukrainien ». Et l’architecture de la vieille ville ne trompe personne. Du reste, il n’existe pas d’architecture « ukrainienne. Les villes d’ »ukraine » sont ou Russes, ou polonaises, ou germaniques dans leur patrimoine.

                      Pour le soi-disant « succès » des néozizis à Lvov, rappelez-nous les brillants scores de Svoboda et de Pravyi Skteor aux législatives du 26 Octobre 2014, qu’on rigole. Même à Lvov, ils n’ont pas fait le plein de voix, il s’en faut de beaucoup. Encore une fois, votre « ukraine » authentique » – outre la très grande brièveté de son patrimoine de culture et d’Histoire – n’existe (rait) que dans un petit quard nord-ouest de l’actuel état. Vivez-là là-bas si ça vous chante mais pas ailleurs. Par ailleurs, avec ces néozizis néopaïens et racialistes, vous vous faites de bien curieuses fréquentations pour un Catholique…

                      Pour le reste, les seules contradictions sont celles entre votre attachement aussi fort et irraisonné que l’objet de votre attachement est inexistant. Un peu comme être amoureux de Mme de Rênal ou de Natascha Rostova (et encore, au moins ces héroïnes correspondent à un contexte existant…).

                    • Volodymyr Bellovak says:

                      🙂 vous etres de plus-en-plus marrant !
                      Toutes les grandes villes frontalières ont été « cosmopolites »; Lviv n’y échappe pas qui a changé souvent de maitres au cours de son histoire. Ce n’est pas par l’architecture d’une grande ville que l’on peut juger de l’identité profonde d’un pays ou d’une région, mais plutot dans la culture profonde et traditionnel du peuple des campagnes.
                      La ville d’Arras dans le nord de la France a une architecture qui s’apparente à celle de toutes les villes du nord de l’Europe, des Flandres aux pays baltes; c’est pourtant la capitale de l’Artois, vieille province française, et qui a vu naitre des trouvères de langue d’oil.
                      Votre argument n’en est donc pas un, il ne prouve rien.
                      Kant est bien originaire de « Kaliningrad » ( ex Konigsberg ); on attend donc que Poutine restitue ce territoire à la Prusse, pardon, à l’Allemagne ! 🙂
                      Concernant les résultats électoraux des partis nationalistes vous oubliez de dire que les deux cités furent concurrencés par un troisième tout nouveau; allez, passez muscade!
                      Personnellement je n’ai aucune accointance avec quelque parti néo-nazi que ce soit; « on ne prete qu’aux riches », comme dirait l’autre! ( une obsession chez vous que ce « néo-nazisme » ; vous etes du genre à voir la paille dans l’oeil des autres mais pas la poutre dans votre oeil ! )… Par contre vos potes du Donbass ne brandissent pas que des icones de la Sainte Face, mais aussi les tronches morbides de Lénine et Staline; curieux compagnonnage, et rapprochementblasphématoire, je trouve; pas vous ?
                      Allez fiston, répondez encore qu’on rigole un bon coup!!!

                    • Tchetnik says:

                      « vous etres de plus-en-plus marrant ! »

                      -Et vous de plus en plus désespéré, manifestement.

                      « Toutes les grandes villes frontalières ont été « cosmopolites »; «

                      -En l’occurrence, il ne s’agit pas que des grandes villes frontalières, mais aussi de Kiev, de Chernigov, Zaporojie, Poltava ou Krivoi Rog. Pas vraiment frontalières.
                      Kiev n’a aucune architecture « ukrainienne », fils. Dans toutes les villes qui n’ont pas d’architecture Polonaise ou germanique, on trouve la même architecture qu’à Kostroma, à Kazan, à Perm, à Nijni Novgorod voire même à Harbin…De même que l’ »ukraine » n’a aucune université « ukrainienne ». Aieaieaie. L’autre problème est que, tout au long de vos commentaires, vous présentiez Lvov comme « le cœur de l’ukraine ». Un cœur qui a changé tellement de fois de main et qui, maintenant de votre propre aveux, n’aurait qu’une identité marginale. Reprenez-vous, bon sang !

                      « Lviv n’y échappe pas qui a changé souvent de maitres au cours de son histoire. »

                      -Lvov offre surtout la particularité de n’avoir jamais été une ville « ukrainienne ». Elle a changé souvent de main, mais si elle n’a jamais appartenu à une seule nation c’est bien l’ »ukraine », justement. La plus « ukrainienne » des villes n’a jamais été « ukrainienne » de son histoire. Je comprends que cela donne des complexes et des névroses.

                      « Ce n’est pas par l’architecture d’une grande ville que l’on peut juger de l’identité profonde d’un pays ou d’une région, mais plutot dans la culture profonde et traditionnel du peuple des campagnes. »

                      -Ah bon, mais je croyais – selon vos dires – que Lvov était justement l’exemple-type d’une commnuauté « ukrainienne »…Décidément vous passez votre temps à renier vos propres arguments.

                      Par ailleurs, si vous voulez exalter l’âme du petit peuple paysan, en « ukraine », en dehors du chiquage de graines de tournesol et de chemises brodées, on ne trouve pas plus de culture qu’en Suisse Alémanique ou même qu’en Russie profonde du reste. Ca a sa beauté et sa légitimité mais pour fonder une nation – et surtout pour bombarder des femmes et des gosses – c’est une excuse un peu mince. N’est pas Tolstoi qui veut…

                      « La ville d’Arras dans le nord de la France a une architecture qui s’apparente à celle de toutes les villes du nord de l’Europe, des Flandres aux pays baltes; c’est pourtant la capitale de l’Artois, vieille province française, et qui a vu naitre des trouvères de langue d’oil.
                      Votre argument n’en est donc pas un, il ne prouve rien. »

                      -Non seulement on trouve à Arras bien des éléments spécifiques à l’identité Flamande et Artésienne mais aussi Française. Et à la différence de l’ »ukraine », on trouve en France des villes bien Françaises, alors qu’on ne trouve aucune ville « ukrainienne » en « ukraine ». Les Petliourtsi se sont contentés de récupérer un tas de choses qu’ils n’ont jamais construit.

                      « Kant est bien originaire de « Kaliningrad » ( ex Konigsberg ); on attend donc que Poutine restitue ce territoire à la Prusse, pardon, à l’Allemagne ! «

                      -Naturellement, quand l’Angleterre restitura les malouines à l’Argentine ou les USA l’Alaska à la Russie ou la France la Savoie à l’Italie…

                      « Concernant les résultats électoraux des partis nationalistes vous oubliez de dire que les deux cités furent concurrencés par un troisième tout nouveau; allez, passez muscade! »

                      -Ah, tiens, encore une excuse bidon. Dans ce cas, les trois partis réunis auraient au moins constitué un contingent important or, à eux trois, on ne dépasse pas 10 pour cent…Echec, essayez encore.

                      « Personnellement je n’ai aucune accointance avec quelque parti néo-nazi que ce soit; « on ne prete qu’aux riches », comme dirait l’autre! ( une obsession chez vous que ce « néo-nazisme » ; vous etes du genre à voir la paille dans l’oeil des autres mais pas la poutre dans votre oeil ! )… »

                      -Pourtant vous ne cessez de nous rebatre les portugaises avec Pravyi Sektor. Si ce ne sont pas des néozizis, il faudra expliquer e que c’est. Allez, assumez-vous, bon sang§ Ca a un certain charme d’être néozizi. Le prestige de l’uniforme…

                      De plus, votre obsession du néocommunisme – ce alors que des communistes, voila bien longtemps qu’il n’en n’existe plus qu’en France – n’est pas mal non plus. On croirait entendre un de ces débiles mentaux de l’Eglise Russe Hors Frontière canal historique, si chère à Alain Sanders.

                      « Par contre vos potes du Donbass ne brandissent pas que des icones de la Sainte Face, mais aussi les tronches morbides de Lénine et Staline; curieux compagnonnage, et rapprochementblasphématoire, je trouve; pas vous ? »

                      Pas plus que de voir les « catholiques » (sic) « ukrainiens » (resic) brandir des wolfsangel ou des soleils runiques…Par ailleurs, la place de Lénine dans le panthéon de la DPR est largement surestimée. C’est une partie du truc, pas forcément sympatoche, mais une partie seulement. Ce ne sont pas des néococos qui dirigent à Donetsk alors que ce sont de vrais néozizis qui gouvernent à Kiev. Avec l’argent de Jakob Schiff, dis donc. De quoi passer de la névrose à la psychose…

                      « Allez fiston, répondez encore qu’on rigole un bon coup!!! »

                      -En fait c’est vous qui êtes très rigolo avec votre identité de bazar. On peut – tout en étant attaché à sa nation – des sentiments de fraternité très forts avec d’autres nations partageant le même héritage spirituel et ayant joué un rôle dans son histoire personnelle, j’en conviens. Mais là, on nage dans le récit imaginaire. L’ »ukraine » comme d’autres pays plus réels comme la Croatie ont en général le don de susciter un tas de « patriotes » « catholiques » qui, quand on gratte un peu, ne parlent pas du tout les langues du coin, ne connaissent rien du patrimoine culturel ou littéraire, voire n’y ont jamais mis les pieds.

                      Ne vous rendez pas plus ridicule en défendant ce qui est indéfendable. Maintenant qu’on a prouvé par les sources et les témoignages culturels et historiques l’inexistence de l’ »ukraone » et le côté fabriqué et artificiel de son « patriotisme » et qu’on a prouvé par les témoignages, rapports et récits idoines le comportement plus qu’odieux des « nationalistes » « ukrainiens » de Petlioura jusqu’à Iaroch, soyez un minimum raisonnable et ne vous enfoncez plus dans des postures de dernière cartouche. C’est ridicule et ça finit par faire croire que l’ »ukraine » ne peut être défendue autrement que par des gens qui ont un gros problème d’identité ou de facage avec la réalité.

                      Allez, on se reprend.

                    • Volodymyr Bellovak says:

                      A ce tordre de rire; vous etes de plus-en-plus ridicule et tentez de vous en sortir par des pirouettes: guignol, cesses ton cirque! Tu as bien fini par annoncer la couleur, allez fini de rigoler maintenant, vas donc rejoindre les accessoires miteux du grand bazar tataro-judéo-bolchevique moscovite qui te plait tant! Comme je t’ai déjà dit je n’ai aucune goute de sang slave et n’ai aucun complexe d’identité. Mes affinités sont catholiques et européennes. Je te laisses avec tes potes Kazarhs, Tchètchènes, Bouriates, et autres peuplades ( respectables en soit ) avec lesquelles je ne me sent aucune affinité culturelle ou civilisationnelle…Bon vent!

                    • Tchetnik says:

                      « A ce tordre de rire; vous etes de plus-en-plus ridicule et tentez de vous en sortir par des pirouettes: guignol, cesses ton cirque! »

                      -Ca y est, fils. Tu pètes un boulon et passes à l’attaque ad hominem. Tu es fini.

                      Passe-toi un peu d’eau froide sur la figure car si tes posts sont marrants, ils suintent de plus en plus l’inculture (ce qui n’est pas grave) et le manque de self control (ce qui l’est d’avantage).

                      « Tu as bien fini par annoncer la couleur, allez fini de rigoler maintenant, vas donc rejoindre les accessoires miteux du grand bazar tataro-judéo-bolchevique moscovite qui te plait tant! »

                      -Ferme donc le talmud, fils ou va rejoindre l’Aryan Nation Church, qui manifestement te correspond mieux que l’Eglise Catholique.

                      « Comme je t’ai déjà dit je n’ai aucune goute de sang slave et n’ai aucun complexe d’identité. »

                      -Manifestement si pour les problèmes d’identité. Pour le sang slave, tu devrais savoir qu’un vrai Russe s’en fout comme de son premier verre de yorch. Le Tsar Nicolas II n’avait lui-même qu’1/124ème de sang Russe et de grands hommes comme Loris Melikov, Souvorov, Koltchak, Bagration, Kappel, Dahl ou Pouchkine étaient tous d’origine tout ou partie non russe. Vu que tu ne connais pas ces noms, tu vas devoir sacrifier une vache à Wiki. Mais j’espère que tu prendras des notes pour le coup…

                      Tu aurais pu compenser ton manque de « sang slave » par une connaissance réelle des pays, de leur culture et de leur histoire. Charitablement, je t’ai livré au fil des commentaires toutes les sources historiques des différentes époques, de Novgorod à aujourd’hui, en passant par la Russie des Apanages et les Temps des Troubles. A aucune de ces références tu n’as réaji et proposé de contre-argument. Ce qui signe ta défaite définitive.

                      « Mes affinités sont catholiques et européennes. «

                      -Manifestement aussi Juives et Américaines.
                      « J e te laisses avec tes potes Kazarhs, Tchètchènes, Bouriates, et autres peuplades ( respectables en soit ) avec lesquelles je ne me sent aucune affinité culturelle ou civilisationnelle… »

                      – …et je te laisse justement avec eux. Dans ton onsession de la pureté raciale aryenne, tchado. Au fait, jette donc ton crucifix car le gars qui est dessus n’a rien d’ »aryen ». Il incarne toute l’Humanité.

                      « Bon vent! »

                      -Que Dieu t’éclaire (tu en as bien besoin).

                    • Volodymyr Bellovak says:

                      Amen!
                      Sauf que, comme d’ab. vous faites des jugements téméraires; faudra passer à confesse, l’ami!
                      Tes leçons d' »antiracisme » me laissent indifférent; j’ai vécu toute mon enfance avec deux vietnamiens accueillis dans ma famille comme si ils en faisait partie le temps de leurs études. Vous me faites dire ce que précisément je n’ai jamais dit; c’est très bien d’avoir une vaste culture monsieur le professeur, mais il faudrait d’abord connaitre le sens des mots…Mais pourquoi répondre à vos attaques personnelles alors que ce n’est pas l’objet du débat. Vous me fatiguez mon vieux! 🙂

                    • Volodymyr Bellovak says:

                      Cependant, et parce que vous ne m’etes pas totalement antipathique, je définirai, au-delà des divergences religieuses, nos divergences d’ordre politique ainsi: vous etes un patriote attaché essentiellement au passé et à la structure étatique. Alors que personnellement, meme si j’ai horreur des « étiquetages », je me définirai plutot comme « nationalisteidentitaire »; l’héritage national n’est pas seulement historique et culturel, outre qu’il est aussi spirituel ( le plus important en définitive ), il est aussi ethnique: culturel et « biologique » , ce qui ne suppose absolument pas ni hani une quelconque « pureté raciale », ni une prétendue « supériorité raciale », mais seulement la prise en compte d’une réalité naturelle et objective avec le soucis responsable et logique de conserver une relative « homogénéité » ethnique et nationale; rien de « raciste » donc, du moins de mon point de vue. La seule « universalité » qui tiennent est d’ordre spirituel et religieux, c’est le Chris

                    • Volodymyr Bellovak says:

                      Cependant, et parce que vous ne m’etes pas totalement antipathique, je définirai, au-delà des divergences religieuses, nos divergences d’ordre politique ainsi: vous etes un patriote attaché essentiellement au passé et à la structure étatique. Alors que personnellement, meme si j’ai horreur des « étiquetages », je me définirai plutot comme « nationalisteidentitaire »; l’héritage national n’est pas seulement historique et culturel, outre qu’il est aussi spirituel ( le plus important en définitive ), il est aussi ethnique: culturel et « biologique » , ce qui ne suppose absolument pas ni haine ni mépris des autres, ni une quelconque « pureté raciale », ni une prétendue « supériorité raciale », mais seulement la prise en compte d’une réalité naturelle et objective avec le soucis responsable et logique de conserver une relative « homogénéité » ethnique et nationale; rien de « raciste » donc, du moins de mon point de vue. La seule « universalité » qui tiennent est d’ordre spirituel et religieux, c’est le Christianisme universel, autrement dit le Catholicisme.
                      Je me suis écarté du sujet initial, mais ça permet de cmprendre je pense, en partie, l’une des différences de perception de l’identité nationale entre ukrainiens d’une part ( plus proche de la définition que j’ai donné du nationalisme ), et russes d’autre part…

              • bien au contraire, ce sont 2 formes de syncrétismes qui s’accouplent dans un élan d’amour vache (il n’y a pas de « h » à syncrétisme, le théologien en herbe…)

  2. L’article est sévère. Je trouve au contraire que pour une fois il y a un réel soucis religieux dans cette déclaration et un réel soucis des intérêts des chrétiens.

    Il faudrait savoir si oui ou non nous voulons que l’Europe reste chrétienne.

    OUI, il faut défendre le Christ, l’Evangile, et les racines chrétiennes de l’Europe. Une Europe qui doit affirmer sa spécificité chrétienne qui est nettement plus menacée en UE qu’en Russie.

    OUI! Il faut que les chrétiens, surtout ceux qui ont préservé la transmission apostolique, s’unissent pour se défendre et défendre l’Evangile! Il y a urgence!

  3. Une rencontre d’aveugles sur la vraie situation du monde vue par le Ciel.
    Or, le Ciel a demandé depuis des lustres la Consécration de la Russie au Coeur Immaculé de Marie, c’est pourtant clair que c’est là l’urgence! Faut commencer par le début avant de se réjouir de quoi que ce soit.

  4. Alain Rioux says:

    Au nom d’une Tradition « spirituelle » commune, des dix premiers siècles, ces deux personnages dénoncent le prosélytisme: ~4, ~5, ~24. Or, quel est le contenu de cette Tradition, si elle n’est pas dogmatique? De sorte, qu’aucun critère autre que la violence ne peut « distinguer » prosélytisme et évangélisation…

  5. pourtant je trouve que les premiers points de ce discours sont tellement „orthodoxes“. ca fait du bien. je me souviens du discours du pape au parlement européen qui n’avait pas parlé une fois du Christ, ni même de Dieu le Père. est-ce que ces deux églises font de la politique, en adaptant leur langage, plus qu’autre chose? pour covaincre les chrétiens de cette rencontre, il faut réaffirmer le credo en commun, faire sonner les cloches, et partir à la conversion des peuples.

  6. Volodymyr Bellovak says:

    L’article n°27 de cette déclaration commune est très révélateur de la trahison à sa mission de l’évèque de Rome, François:
    « Nous exprimons l’espoir que le schisme au sein des fidèles orthodoxes d’Ukraine sera surmonté sur le fondement des normes canoniques existantes,… »;
    Consternant ! Il est question de « schisme » au sein des « orthodoxes » et le pape prend partie pour les schismatiques du « patriarcat » de Moscou contre les autres…Mais qui sont ces orthodoxes que Moscou considère comme schismatiques ( par rapport à eux ); ce sont des orthodoxes ukrainiens qui se sont détachés du « patriarcat » de Moscou, pour les uns fonder une église ukrainienne autocéphale, pour les autres ( beaucoup plus nombreux ) fonder une église nationale ukrainienne formant son propre « patriarcat » ayant son siège à Kiev. Un certain nombre de ces orthodoxes avaient souhaité rejoindre l’Eglise catholique dans sa « version locale », l’église grecque-catholique », à la fin des années 1980 ou début 1990 lors de la « résurrection » de l’Eglise grecque-catholique d’Ukraine, la chute du régime communiste et la dislocation de l’URSS avec l’indépendance de l’Ukraine…; mais la Rome conciliaire, oecuméniste et moderniste, avait alors refusé à ces Chrétiens séparés de rejoindre le bercail pour ne pas facher le « patriarcat orthodoxe » de Moscou!…Une trahison en appelle d’autres, et c’est un comble que maintenant Rome se charge de veiller au respect de l’autorité, de l’unité et du « droit canon » des schismatiques « orthodoxes » entre-eux tout en refusant tout « prosélytisme » catholique et toute ré-union des chrétiens séparés au sein de l’unique Eglise du Christ, l’Eglise une, sainte, catholique, apostolique , et romaine! Scandaleux, ahurissant, allucinant, lamentable: TRAHISON !

  7. J’ai pu la visiter. C’est une église catholique ukrainienne rattachée à Rome. Mais la petite communauté religieuse qui habite là est constituée de religieuses en majorité ukrainiennes : tout, de l’extérieur à l’intérieur, paraît orthodoxe…et l’est, nonobstant cet esprit conciliaire ouvert sur le monde.

    http://pireneiaslavska.canalblog.com/archives/2010/02/17/16950920.html

    http://www.lourdes-actu.fr/laarch/index.php?option=com_content&view=article&id=3005:lourdes-eglise-ukrainienne-&catid=99:eglises&Itemid=197

    • Volodymyr Bellovak says:

      Quelques photos pour vous ( et surtout à tous ceux qui ne veulent rien comprendre des réalités de l’Ukraine ) des activités de la FRATERNITE SAINT-JOSAPHAT et de ses fidèles, tous gréco-catholiques traditionnels et patriotes ukrainiens :
      http://www.saintjosaphat.org/fotohalereya/

      et un album spécial dédié à madame Emilie Defresnes…:
      http://www.saintjosaphat.org/fotohalereya/album/102/

    • Volodymyr Bellovak says:

      @Efgy
      « tout, de l’extérieur à l’intérieur, parait orthodoxe…et l’est, nonobstant cet esprit conciliaire ouvert dur le monde ».
      Cher Efgy, il faut s’entendre sur le mot d' »othodoxe »:
      puisque vous parlez de l’esthétique de cette église, celle-ci est bysantine ( comme le rite liturgique )comme en effet ceux que vous appelez « orthodoxes » ( en fait schismatiques ), sauf justement que l’Eglise grecque-catholique reconnait l’évèque de Rome comme pape ( chef de toute l’Eglise universelle ) et n’est dons pas schismatique ( « orthodoxe » ); il en est ainsi de toutes les Eglises catholiques orientales ( maronites, assyro-chaldéens, etc…). Hélas, comme chez nous en Occident et dans l’Eglise latine, l’esprit conciliaire a aussi pénétré ces Eglises orientales ( locales ou nationales ). Seules quelques rares communautés religieuses conscientes et « militantes » luttent pour défendre l’intégrité et l’intégralité de la sainte doctrine catholique traditionnelle; c’est le cas de la Fraternité Saint Josaphat en Ukraine qui est associée à la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X ( ses pretres sont ordonnés par les évèques de la FSSPX ); au delà de la conservation de dévotions traditionnelles d’apport latin ( salut du St Sacrement, Chapelet, etc…) et de la langue liturgique slavonne, la Fraternité St Josaphat défend ,entre autres obligation de Foi, le devoir d’apostolat vers les schismatiques ( « orthodoxes » )contre le nouvel oecuménisme issu de Vatican II. La F.S.J. continue à voir dans l’Eglise gréco-catholique ukrainienne ( débarrassée des erreurs conciliaires ) un modèle de réintégration dans l’unique Eglise universelle, L’Eglise catholique romaine, pour les schismatiques ( « orthodoxes » ) non seulement d’Ukraine, du Bélarouss, mais aussi de Russie. Désireux de conserver la liberté que leur Eglise n’a pu avoir à l’époque de la domination russe, des Tsars comme de l’URSS, et fidèles à leur Patrie que Dieu leur a donnée, prètres et fidèles de la Frat. St Josaphat sont d’ardents patriotes ukrainiens, par delà les luttes de concurrence et d’influence géopolitiques et économiques que se livrent directement ou indirectement deux grandes puissances sur leur sol, la Russie et les E-U. Ne pas revoir leur patrie dépecée ou envahie par leur puissant voisin immédiat, la Russie, est, au regard de l’actualité comme de l’Histoire, une préoccupation juste et légitime à laquelle tout catholique et tout patriote ne devrait pas etre insensible, indifférent, incompréhensif, ou méprisant. C’est ce qu’avec d’autres j’essaie depuis des mois de faire comprendre ici sur ce site malgré l’ignorance ou l’hostilité de beaucoup…

      • Merci de votre rectification, Volodymyr Bellovak.
        Il aurait fallu que j’écrive en effet : « tout paraît orthodoxe et ne l’est pas, on y retrouve même l’esprit conciliaire d’une ouverture sur le monde » ou qq chose comme ça. Mais en même temps, le rite byzantin est un rite valide, d’où la difficulté d’apprécier complètement négativement cette église ukrainienne catholique. Difficile de tourner correctement une phrase lorsqu’on a une idée du mot « orthodoxe » qui veut souvent dire « de tradition ».
        De toute manière, vous avez raison la Fraternité St Josaphat est la meilleure référence en « la matière ». La Fraternité de la Transfiguration (à Mérigny) la connaît très bien, puisque le but de leur Fraternité est justement l’UNITE entre l’Eglise romaine et l’Eglise orthodoxe séparée.
        Merci aussi pour les liens! J’ai reconnu des prêtres de la FSSPX sur qqs photos.

      • on ne peut pas plaquer la situation religieuse actuelle issue de Vatican 2 à l’Ukraine.Tout est plus nuançé. Si l’Eglise gréco-catholique connait une récente vague progressiste elle aussi, elle vient principalement du clergé extérieur formé en Occident (diaspora, Pologne, séminaire romain etc) Outre la Fraternité ST Josaphat de nombreuses autres communautés monastiques gardent des traditions liturgiques plus anciennes que certains apports latins (art sulpicien par exemple)qui cantonnent l’apostolat de la Fraternité St Josaphat localement parce que peu communs aux traditions byzantines de l’orthodoxie. Par contre beaucoup de communautés gréco-catholiques exercent leur apostolat malgré l’interdiction Romaine de convertir le prochain et l’absence de statut officiel pour l’Eglise gréco-catholique dans les régions sous contrôle russe (Russie, donbass, Crimée). Cet apostolat catholique se diffuse beaucoup à travers les traditions populaires christianisées (arts picturaux, chansons populaires, fêtes religieuses et familiales). Il y a nombreux témoignages de russes volontaires acquis à la cause ukrainienne qui ont découvert ces traditions inexistantes dans la plupart des régions de Russie.

  8. Volodymyr Bellovak says:

    Quelques photos pour vous ( et surtout pour tous ceux qui ne veulent rien comprendre aux réalités de l’Ukraine ) des activités de LA FRATERNITE SAINT JOSAPHAT et de ses fidèles, tous grécos-catholiques traditionnels et patriotes ukrainiens:
    http://www.saintjosaphat.org/fotohalereya/

    et un album spécialement dédié à madame Emilie Defresnes:
    http://www.saintjosaphat.org/fotohalereya/album/102/

  9. Volodymyr Bellovak says:

    Quelques photos de la Fraternité Saint Josaphat ( gréco-catholique ukrainienne traditionnelle ) :
    http://www.saintjosaphat.org/fotohalereya/
    http://www.saintjosaphat.org/fotohalereya/album/102/

  10. Volodymyr Bellovak says:

    J’aimerai savoir pourquoi mon dernier message a été censuré…

  11. croisé says:

    On peut comprendre que les grecs-catholiques de Saint-Josaphat soutiennent les leurs, même s’ils ont chrétiennement parlant torts. Mais de la part de Français sans lien avec le pays c’est plus obscure. Surtout quand ce n’est absolument pas l’intérêt de la France ni des Catholiques de France également persécutés par les mondialistes otanesques qui voudraient les voir disparaître les uns et les autres.

    • Volodymyr Bellovak says:

      Vous dites n’importe quoi le « croisé » en peau de lapin! Un catholique traditionnel est solidaire de tous les autres catholiques traditionnels. Je ne suis pas ukrainien mais je connais bien l’Ukraine et me suis rendu dans ce pays contrairement à vous qui n’y connaissez rien mais soutenez les schismatiques moscovites contres ces catholiques ( et contre tous les patriotes ukrainiens ). J’en ai soupé de tous ces gens qui ne connaissent RIEN à l’Ukraine mais qui du jour au lendemain se crois permis de faire la leçon aux autres, y compris ici aux ukrainiens eux-memes qui bien sur ne comprendraient rien et seraient sous influence des yankees. Perso j’ai donné avec bien d’autres mon temps et ma sueur pour aider des communautés gréco-catholiques sur place en Ukraine. Est-ce-que vous connaissez un peu l’histoire de l’Eglise grecque-catholique d’Ukraine? Est-ce-que vous vous etes donné la peine de lire les liens internet que depuis des mois je met sur ce site? Pourquoi donc j’ai tant d’admiration pour « ces gens »? Parce qu’ils nous ont donné une sacrée leçon de courage, de fidélité, et de persévérance dont nous devrions prendre la graine, surtout nous français, dans notre petit confort, particulièrement arrogants malgré notre situation qui devrait nous inciter à un minimum de modestie.Les catholiques ukrainiens, particulièrement ceux de la Fraternité Saint Josaphat, n’ont pas « chrétiennement torts », contrairement à ce que vous affirmez vous le faux « croisé »; la première des charités c’est la vérité et c’est de souhaiter aux schismatiques leur conversion; « hors de l’Eglise catholique point de salut » : ceci est un dogme de Foi, pas une opinion ou une option monsieur le suffisant! Perso je ne me sent pas etre persécuté par l’OTAN; faut arréeer le délire et faudrait demander aussi leur avis sur la question à tous nos bons officiers cathos-tradi le petit doigt sur la couture du pantalon…

    • Volodymyr Bellovak says:

      J’ajoute pour terminer qu’il n’y a rien de pire que les traitres et les faux-frères; « mon Dieu, de mes amis défendez-moi, mes ennemis je m’en charge! »…
      Les phantasmes poutinistes et russomaniaques de certains n’ont d’égal que leur paresse, leur inaction, leur passivité, leur velléité, leur pusillanimité, et leurs nombreux et constants abandons…

    • « On peut comprendre que les grecs-catholiques de Saint-Josaphat soutiennent les leurs, même s’ils ont chrétiennement parlant torts »

      Vous ne les comprenez absolument pas, sinon vous ne diriez pas qu’ils ont « chrétiennement tort ». Au contraire, ils ont chrétiennement parfaitement raison!

      « Mais de la part de Français sans lien avec le pays c’est plus obscure. Surtout quand ce n’est absolument pas l’intérêt de la France ni des Catholiques de France »

      Cette phrase est complètement absurde. L’intérêt des catholiques, qu’ils soient français ou non, est que tous fassent partie de l’Eglise, celle de toujours, pas celle des franc-macs. Pour cela, il faut l’Unité. Et c’est ce que demande la sainte Vierge, depuis le pape Pie XI !, lorsqu’elle demande la Consécration de la Russie à son Coeur Immaculé. Ce n’est pas difficile de le comprendre, il n’y a rien d’obscur.
      C’est l’Eglise d’avant Vatican II qui nous a mis dans cette crise infernale et ces persécutions qui vont aller crescendo.

  12. L`église de Rome est dans un état de faiblesse historique. Attaquée férocement depuis 500 ans par l`Alliance protestante et sioniste, par la Franc-maçonnerie, par les faux-chrétiens, par la Révolution française, par les idéologies venant des talmudistes comme le communisme et le socialisme, par l`islamisme militant cette alliance avec la foi orthodoxe qui a elle-même été martyr du communisme est une bonne nouvelle.

    Quand a la situation en Ukraine – ce sont les néo-conservateur sionistes qui ont poussé cette guerre et cette fragmentation ethnique et politique en Ukraine et les Ukrainiens sont tombés dans le piege. Les bon vieux Kazars de la famille Kagan du State Department…

    • ce sont les ukrainiens qui se sont révoltés contre les mafias et les oligarchies, contre la mainmise russe sur leurs affaires nationales. Y en marre de vos petits délires conspirationnistes à tout va.

  13. Volodymyr Bellovak says:

    Très intéressant article du professeur Roberto De Mattéi qui fait un rappel salutaire des racines historiques du schisme moscovite:
    http://www.laportelatine.org/vatican/sanctions_indults_discussions/023_8_decembre_2015/17_02_2016_rencontre_cyrille_francois_mattei.php

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com