Archbishop Jose H. Gomez

Etats-Unis – L’archevêque de Los Angeles, Mgr José Gómez, a exhorté les catholiques à prier et à travailler pour l’échec du projet de loi 128 du Sénat, présenté par les représentants de la Californie afin de légaliser l’euthanasie pour les personnes âgées, malades et handicapées.
Le prélat a lancé cet appel dans le cadre de la récente Marche pour la vie, qui a rassemblé quelques 200 000 personnes à Washington DC en rappel des millions de morts d’enfants à naître, après la dépénalisation de l’avortement il y a plus de 40 ans
.

« Cette semaine, alors que nous nous souvenons de ce jour tragique où la privation de vie pour  l’enfant à naître a été légalisée dans notre pays, certains de nos dirigeants de Californie introduisent une loi qui légaliserait la possibilité de tuer les personnes âgées, les malades et les handicapés. Nous devons prier et travailler pour que ce projet de loi n’aboutisse pas.« 

L’archevêque a déclaré qu’il y a beaucoup d’injustices dans notre société, et cependant, la plus grave est « la destruction routinière et quotidienne de la vie humaine innocente. Le problème n’est pas seulement culturel ou politique; c’est quelque chose de profondément personnel, une question à la fois morale et spirituelle« .

«Aucun de nous -personne- n’a le droit de décider qui peut vivre et qui peut mourir ou quand arrive ce moment. Nous voulons tout contrôler, mais nous ne pouvons pas. Seul Dieu a  ce droit. Dieu, qui est Seigneur et Maître de notre commencement et notre fin. », a-t-il rappelé.

Mgr Gomez a répété que «le droit à la vie est le fondement de tous les autres droits » et donc « on ne peut pas permettre que triomphe la logique cruelle qui dit que la vie humaine est jetable; la logique cruelle qui dit que dans certains cas ce n’est pas la peine de vivre, pas la peine de protéger des vies« .

L’archevêque a déclaré qu’une société civilisée ne cherche pas à résoudre ses problèmes en permettant que les gens se suicident ou en évitant que des personnes naissent. « Et nous ne pouvons nous permettre de devenir une nation qui répond à la souffrance humaine en éliminant ceux qui souffrent« .

« Par conséquent, nous demandons à Dieu de nous remplir de courage et de conviction renouvelée pour proclamer ce bel Evangile de la vie dans notre société, pour aimer et nous mettre au service de la vie. De toute vie, et en particulier de ceux qui ont besoin de plus de soins, plus d’attentions, ces vies qui peuvent être un fardeau pour les autres (…). Tant qu’il y a des chrétiens, personne ne devrait avoir à souffrir seul! « 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

6 commentaires

  1. cloclo54 says:

    Le contraire eut été étonnant ! il est dans son rôle, celui du représentant de l’Église qui veut garder le contrôle sur les âmes de ses fidèles. On ne peut pas lui reprocher de penser cela, mais c’est le rôle de la société de dire qu’il n’a pas raison. Chacun est libre de décider de ce qui est bon pour lui ou pas et l’avis de cet archevêque, que je respecte, ne vaut que pour lui-même tout comme le mien ne vaut que pour moi-même donc nous sommes à égalité, il décide pour lui, je décide pour moi et si quelqu’un doit me punir pour n’avoir pas eu les mêmes idées que lui, ce sera Dieu lui-même parce que, nous, habitants de cette planète, n’avons aucun compte à rendre à un autre homme, fut-il évêque !

    • pamino says:

      « Chacun est libre de décider de ce qui est bon pour lui ou pas. »
      Oui, chacun peut se tuer, mais se tuer, c’est la matière du crime de meurtre. Le mot allemand Selbstmord « meurtre de soi-même » dit exactement cela, et aucun effort des bien-pensants pour y substituer des termes moins clairs n’a encore pu le bannir du vocabulaire quotidien. Voilà donc un petit rayon d’espoir dans le crépuscule moral européen.

      • cloclo54 says:

        Désolé, je ne comprends pas ce que vous écrivez !
        « la manière du crime de meurtre » ????
        Quant aux termes moins clairs….

  2. guy de la Croix says:

    C’est quand même sidérant ces personnes comme cloclo 54 ( qui n’ose même pas citer son nom par trouille de représailles ou je ne sais quoi ?) qui font la leçon aux protecteurs de l’humanité au nom de qui et de quoi ??? Cette personne tente de désigner qui ça ? par  »la société » … si ce n’est elle même …

    A chacun sa vérité… ça veut dire quoi ça??? c’est dingue de constater qu’il y’a encore en France et autre part , mais plus pour longtemps , des moutons qui bêlent à longueur de journée en répétant comme des perroquets ce qu’ils voient … à la TELE… sans se poser de question usque tandem Catilina…

    • cloclo54 says:

      à Guy de la croix : vous êtes drôle si le sujet n’était aussi grave mais vous ne vous rendez pas compte que c’est 96 % des Français qui veulent décider de leur fin de vie(dernier sondage sorti), alors quand vous dites que « ce n’est plus pour longtemps » va falloir vous habituer à l’idée que les Français reprendront la main sur leur fin de vie, et si ce n’est sous cette présidence un peu trop frileuse, ce sera sous la suivante, mais la loi passera parce que telle est la volonté du peuple de France et contre cette volonté qui ne cesse de s’affirmer, les dirigeants ne pourront pas résister indéfiniment.
      Et pour conclure, je vous dirai que ce que préconise J.Léonetti et A. Claeys dans leurs propositions de révision de la loi actuelle, c’est l’euthanasie, sous forme de sédation terminale, mais qu’est-ce-donc d’autre quand on arrête l’alimentation et l’hydratation d’un patient en lui administrant des antalgiques à hautes doses pour le faire mourir ?
      La seule différence entre la mort qu’ils préconisent et la mort que veulent les Français, c’est le laps de temps pour mourir, longtemps et mal dans leur proposition en prolongeant une agonie, bien et rapidement dans la pratique d’une euthanasie réclamée par le malade (et uniquement par le malade.
      Pourquoi vous, vous pourriez être entendu pas la société dans votre demande de mourir lentement et les autres ne pourraient pas l’être dans leur demande de mourir rapidement ?
      Je reprends votre dernière phrase : posez-vous les bonnes questions et tâchez de trouver des réponses ailleurs que dans les écrits d’un évêque !
      Le jour où vous serez confronté à la mort catastrophique d’un proche (ou à la vôtre) vous repenserez peut-être à ce que vous avez écrit aujourd’hui !

    • cloclo54 says:

      à Guy de la Croix…. des menaces ???
      Je vous laisse bêler tout seul…. !!!

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com