Depuis la seconde moitié du XXe siècle, il y a eu des cas de femmes combattantes. Mais la plupart du temps, leurs tâches étaient de nature administrative ou de logistique médicale. Mais dans le Kurdistan irakien, les femmes ont été mobilisées dans le cadre des Peshmergas (ce mot signifie : ceux qui vont au-devant de la mort). En 2006, après la mort de Saddam Hussein en Irak, un bataillon de femmes-soldats est formé. La milice des femmes kurdes a été recrutée en 2013 pour lutter contre les djihadistes de l’État Islamique et les organisations terroristes comme Al-Qaïda et Al Nosra ; ces dernières étant soutenues initialement par la France. Elles se battent principalement dans la région du nord de l’Irak. Sidid Layla, 22 ans, explique :

 « Je regardais ce qui se passait à la télévision et écoutais les témoignages de Chrétiennes ou Yézidis qui avaient été violées ou vendues comme esclaves. Je n’ai pas hésité à me préparer à me défendre au cas où les djihadistes entreraient dans ma ville…Je suis prête à aller de l’avant et me battre (…). Ma place est à côté des hommes. Lutter et combattre. Et si je dois mourir, je mourrai en martyr et mon nom sera rappelé et honoré par mon peuple ».

Ces femmes se sont débarrassées des règles promues par l’Etat islamique comme l’utilisation du niqab, le mariage forcé ou la mutilation génitale obligatoire pour partager le combat des hommes.

Ainsi à ce jour, plusieurs centaines de combattants Peshmerga dont un bataillon de femmes sont en première ligne à cinq kilomètres de Mossoul, la dernière ville d’Irak tenue par l’État Islamique. Ils font le siège de cette cité dont ils ne sont séparés que par du désert. Les femmes dorment à même le sol sur des matelas en torchis. Elles bénéficient de hangars pour profiter des temps libres.

Ces femme-soldats ne sont pas parties la fleur au fusil. Elles ont appris à combattre à l’Académie militaire Sulaimaniya, deuxième ville du Kurdistan. Elles ont été entraînées à se défendre, à manier les armes, et de manière générale la tactique militaire. Elles sont alors prêtes à se battre et ne craignent pas la mort.

Ce qui fait leur force et leur impact sur les terroristes de l’État Islamique, a de quoi étonner. Elles déclenchent l’affolement des djihadistes : face à elles, ils fuient. Dès qu’ils les voient, ils sont littéralement terrorisés. Ils craignent en effet d’être tués par une femme. Il existe une croyance parmi eux selon laquelle être abattu par une femme les priveraient du paradis d’Allah où ils sont supposés avoir à leur disposition 72 vierges tous les jours.

Selon l’Institut espagnol d’études stratégiques (IEEE) Blanc Palacián de Inza qui siège à Grenade, « le Coran ne dit rien à ce sujet ; toutefois il est vrai que ce livre établit la supériorité de l’homme sur les femmes, de sorte qu’il peut être compris qu’être être tué par une femme soit considéré comme déshonorant ».

Jean-Pierre Dickès

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

4 commentaires

  1. MA Guillermont says:

    Le talon d’Achille des fous d’Allah est la femme au combat, excellente nouvelle !

  2. gigibobo says:

    Moi je suis terrorisé par les femmes au volant ! Je les fuis dès que je les vois ! Non c’est une blague !!

  3. ET BIEN !
    En voilant une solution !
    Une arme sympa contre les terroristes .

    Bravo mesdames d’être aussi braves !!!

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com