Depuis environ trois ans, plusieurs milliers d’islamistes d’Al Nosra (devenu Fatah al Cham) et de Daesh ont trouvé refuge dans les montagnes libanaises le long de la frontière syrienne.

Dans ces zones difficiles d’accès, les djihadistes pouvaient se reposer, s’approvisionner en armes et recruter de nouveaux combattants dans les camps de réfugiés syriens situés à proximité.

Ils n’hésitaient pas également à organiser des raids meurtriers sur la Syrie.

Les combattants libanais du Hezbollah ont lancé fin juillet une vaste offensive contre les positions d’Al Nosra. En effet, libérés des durs combats d’Alep et des environs de Damas, les chiites disposaient des effectifs nécessaires pour mettre fin à la présence plus qu’encombrante des islamistes sunnites sur le sol libanais. La défense d’Al Nosra fut, comme d’habitude, acharnée. Mais, moins nombreux et moins bien armés, ils durent céder. Après d’âpres négociations, les survivants furent autorisés à se retirer vers la zone de refuge habituelle des islamistes : la province d’Idlib située dans le nord-ouest de la Syrie.

L’armée libanaise, sensée être au dessus des divisions confessionnelles, s’était contentée de sécuriser la ville d’Ersal, ultime point d’ancrage des djihadistes. Elle ne pouvait en effet mener une offensive conjointe avec un mouvement exclusivement chiite.

Elle vient à son tour de passer à l’offensive, toujours dans les montagnes proches de la frontière syrienne, mais contre Daesh cette fois.

Enfin ! Il y a bien longtemps que l’on espérait une initiative d’envergure de l’armée contre l’Etat islamique qui avait tué et fait prisonnier plusieurs de ses hommes lors des combats de 2014. Deux d’entre eux avaient ensuite été égorgés, un chiite et un sunnite.

Les combats qui se déroulent devraient se conclure favorablement : les trois-quarts du territoire contrôlé par Daesh ont été repris en quelques jours et toute contre-attaque semble illusoire.

Ce qui est particulièrement intéressant dans cet évènement, c’est qu’une offensive similaire s’est déroulée côté syrien menée par le Hezbollah et, surtout, l’armée syrienne. Il ne fallait évidemment pas laisser la possibilité aux hommes de Daesh de reculer devant l’armée libanaise et de trouver refuge dans les montagnes syriennes. Pris en étau, ils n’ont aucune chance.

Symboliquement, c’est un pas important qui vient d’être franchi. Même si l’armée libanaise le nie, il est évident qu’elle a coordonné son action avec l’armée syrienne.

C’est une grande première depuis le début de la guerre en Syrie et c’est de bon augure pour vaincre les islamistes. Il ne s’agit pas d’oublier les drames du passé : le Liban a payé un lourd tribut à l’occupation syrienne. Mais l’islamisme vainqueur en Syrie aurait ensuite détruit le Liban et chacun semble l’avoir compris. La priorité est donc là : détruire Daesh, Al Nosra et les autres mouvements islamistes sunnites que les Etats-Unis et l’Europe ont criminellement soutenus. Pour cela, la Syrie et le Liban doivent travailler ensemble.

Le nouveau chef d’Etat-Major libanais, le Général Joseph Aoun, s’est déplacé sur le lieu des combats, soulignant là leur importance.

Une page se tourne et la défaite des islamistes se rapproche.

Antoine de Lacoste

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Un commentaire

  1. Acceptons en l’augure, mais les dresseurs de serpents de la région ont de la ressource

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

19,97 % récoltés 33.610 € manquants

8390 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 33.610 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com