enfants-mpi 

La théorie du genre veut nous faire croire que les filles sont virtuellement des garçons et inversement. D’où cette soi-disant égalité entre les hommes et les femmes qui est infirmée par l’anatomie, la physiologie, la biologie, le caractère. Les deux sexes sont complémentaires et nullement égaux comme voudrait nous le faire croire Najat Belkacem. En tant que ministre de « l’Éducation nationale » elle serait bien inspirée de prendre connaissance de l’enquête diligentée par l’Institut de Veille sanitaire. Celle-ci s’intéresse aux accidents pouvant arriver aux enfants de quatre à six ans ; elle a concerné 22.000 d’entre eux, les lieux où ils arrivent, et leurs causes. Elle a été effectuée dans 4413 écoles. 

Sans entrer dans les détails de cette longue enquête, il y a lieu de retenir que les accidents de la circulation sont limités à 4 %. Dans les deux tiers des cas, ils surviennent en période scolaire, et plutôt à domicile qu’à l’école.

Mais surtout les deux tiers des accidents, quelle qu’en soit leur gravité, concernent les garçons qui sont deux fois plus casse-cou que les filles ; plus volontiers ils ont des activités extérieures, les filles étant beaucoup plus casanières.

Ceci souligne la différence existentielle de tempérament entre les sexes et non une influence artificielle de la société comme voudraient nous faire croire les tenants de la théorie du gender. En effet les familles ne sont pas à surveiller toute la journée les enfants pour sélectionner leurs activités. Chacun d’entre eux s’oriente comme il en a envie. Effectivement les garçons ont tendance à prendre plus de risques et à choisir par eux-mêmes des activités plus dangereuses que celles des filles. L’idéologie du gender n’y changera rien. 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

4 commentaires

  1. Pingback: L’attitude des enfants va contre le gende...

  2. J’ai 70 ans mais je me bat pour mes petits enfants.

  3. Introduction aux vraies raisons de la fixation féministe sur la légalisation de l’avortement et du mariage homo, pierres angulaires de la culture de mort satanique antichrétienne:
    La culture de mort planétaire, bien qu’ayant il est vrai, des ramifications historiques dans les lumières françaises et la révolution, est maintenant dirigée par le noyau dur du fondamentalisme féministe international . Elle s’est cristallisée au cours des années 80 dans les milieux de l’intégrisme féministe universitaire californien, le « saint Graal » géographique du « politiquement correct ». Les deux pierres angulaires de la culture de mort sont : la banalisation-normalisation du meurtre légal des enfants à-naîtres et la légalisation du « contre Dieu et nature » mariage homo. Cette culture de mort a par ailleurs une haine profonde contre les trois religions du livre qui sont les seuls vrais obstacles sérieux à son épanouissement funeste : catholicisme, islam et judaïsme.

    Le but final de la pieuvre tentaculaire est en réalité la disparition « en douceur » des êtres humains du sexe masculin. Pour cela, deux « conditions sine qua non » s’imposent:
    La « dépénalisation-déculpabilisation » absolu de l’avortement et l’homosexualité pour tous. Quand tout le monde sera homosexuel, les êtres humains de sexe masculins, pour des raisons de biologie évidentes, disparaîtront d’une façon naturelle, quasi automatiquement, sans s’en rendre compte. En effet, les hommes, contrairement aux femmes n’ont pas d’ovocytes et pas d’utérus. Ils ne seront pas en mesure de se cloner. Les femmes seront donc les seules à pouvoir se reproduire. Au fond, se sera un génocide « en douceur » et « participatif » sans qu’une seule goutte de sang ne soit versée..

    Par l’intermédiaire de « l’homosexualité pour tous », de l’avortement sélectif et plus tard du clonage, le noyau dur du fondamentalisme féministe espère (bien qu’encore d’une façon plus ou moins diffuse, voire même inconsciente) ainsi créer une société « idyllique » de femmes toutes lesbiennes et à jamais « débarrassées » des hommes. On peu même imaginer qu’il n’y aura plus qu’une seule femme, lesbienne et clonée par centaine de millions.
    Une espèce de paradis du politiquement correct où régnera l’indifférenciation absolue. En somme, la réalisation du vieux rêve de Satan. La finalité ultime de « l’indifférenciation » étant, in fine, l’indifférenciation entre le mal et le bien. Donc, au fond, la négation de Dieu.
    En fait ce sera, bien évidemment l’enfer sur terre. Se regarder dans une glace en abolissant toutes différences n’a jamais été un acte d’amour mais plutôt une lâche fixation sur soi-même. Abolir les différences pour ne plus avoir à prendre le risque d’aimer. Au fond, la femme post moderne, fera l’amour avec elle-même. En matière d’égalitarisme diabolique, il est, en effet, difficile de faire mieux.
    Oui il y a un complot, mais pas celui que l’on croit. Ce complot peut être qualifié de complot « inconscient » en ce sens qu’il est essentiellement animé par des forces sataniques à l’œuvre dans l’esprit de ses promoteurs sans qu’ils s’en rendent compte. De plus en plus de féministes pensent que l’acte hétéro sexuel normal est « en soi » une humiliation pour la femme (à cause de la pénétration) qu’il faudrait à la limite « pénaliser ». Autrement dit il faut pénaliser le plan du Créateur, concernant la reproduction du genre humain. In fine, il faut rendre Dieu « illégal. »Certes, Dieu ne laissera pas faire. Dans cet esprit, il n’est pas faux de dire que le triomphe provisoire de la culture de mort, coïncidera avec l’entrée dans les temps apocalyptiques.https://www.youtube.com/watch?v=OzUWCvQdh8Q

  4. Et il n’est venu à l’idée de personne que les filles sont plus calmes car éduquées ainsi ? Par leurs jouets, la famille, la culture, la société…

    Quand à ce délire de théorie du genre, c’est vous qui l’appliquez le mieux, puisque vous voudriez appliquer un genre donné, avec un comportement donné, à un sexe donné.

    Le genre est une réalité, pas un complot. Et il ne supplante pas le sexe : c’est simplement que le sexe d’une personne ne détermine pas entièrement son comportement, mais que le genre, ou sexe culturel, y contribue aussi. Par exemple : les garçons sont sans-soin et ne pleurent pas, les filles ne savent pas se repérer ni calculer… ou au contraire sont plus intelligentes.

    De plus, être complémentaire n’empêche nullement d’être égaux. On peut d’ailleurs être complémentaire en tant qu’individus différent, au point de vue sexuel, caractère, religieux, politique, professionnel… en tant qu’amis, parents ou amants… homos ou hétéros… un grand groupe de collaborateurs ou deux cousins, voire une famille entière.

    Si nous étions complémentaires, alors les femmes et les hommes auraient des sentiments A et B, des idées A et B… mais nous n’avons que des chromosomes x ou y, et tout le reste nous est commun : nous avons les mêmes sentiments, souvent les mêmes réactions et beaucoup d’idées différentes et d’expériences variées, mais pas forcément limitées aux seuls hommes et femmes.

    Nous sommes égaux, car nous sommes également humains. Jésus disait : vous qui avez rejoint le christ, il n’y aplus ni homme ni femme. Méditez cela.

    Oh, et si Jean Pierre Aussant pouvait se faire interner d’extrême urgence, ça serait bien.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com