MPI reproduit avec plaisir cette courte analyse de l’encyclique Laudato si du pape François. Source : La Porte Latine

C’est au lendemain de ce qui aurait dû être un grand moment pour l’Eglise que j’écris ces lignes. Hier, le pape François publiait sa première encyclique [NDLR de LPL : Laudato si].

Léon XIII, d’heureuse mémoire, l’avait adressée comme il se doit à tous les évêques du monde, afin qu’ils « inculquent dans toutes les âmes la doctrine catholique » face aux erreurs modernes. Quant à lui, saint Pie X y exposait magnifiquement le programme de son pontificat : « Tout restaurer dans le Christ ».

Pour sa part, le pape François a choisi non de s’adresser au monde catholique pour confirmer sa foi – c’est pourtant le but premier d’une encyclique – mais de « dialoguer » avec « chaque personne qui habite cette planète » car celle-ci, « opprimée et dévastée », compte « parmi les pauvres les plus abandonnés et maltraités ».

Point n’est besoin de détailler les cent soixante pages (je les ai lues !) de ce texte fleuve invitant à la « conversion écologique ». En effet, je n’ai pas été établi ministre du Christ pour éduquer à une « citoyenneté écologique », dont le fruit « merveilleux » serait « [d’] éviter l’usage de matière plastique et de papier, réduire la consommation d’eau, trier les déchets », ou encore de planter des arbres : je ne me sens guère l’âme d’un Obélix…

Plutôt que d’analyser le bon ou le moins bon de cette vision écologique – ce n’est point mon domaine – je voudrais souligner l’essentiel de ces lignes, qui me semble ailleurs. Non point insister sur la conversion à laquelle le pape appelle, mais montrer la conversion déjà réalisée et dont ces lignes témoignent.

Les hommes d’Eglise n’y agissent plus en tant que ministres de Dieu pour diriger les âmes vers le Ciel, mais comme serviteurs de cette terre, dont ils attendent qu’elle devienne le nouveau jardin d’Eden décrit par Teilhard de Chardin, explicitement cité (note 53).

Leur but n’y est plus de servir l’unique vrai Dieu, mais l’Homme dans son accomplissement présent, l’homme considéré avec le faux prisme du personnalisme, c’est-à-dire toujours comme fin et non plus comme objectivement finalisé (n° 65).

Leurs références n’y sont plus la Révélation en tant que telle (classée parmi les autres « textes religieux classiques », n° 199), mais encore le « maître spirituel » musulman Alî al-Khawwâç (note 159) ou le patriarche orthodoxe Bartholomée (n° 7).

Désormais, leur espérance n’est plus dans le Christ, mais dans une spiritualité écologique censée renouveler l’humanité (n° 216 ; cf. n° 207), dans « une conversion qui nous unisse tous » (n°14), car bien évidemment toutes les religions sont appelées à contribution, et placées sur le même niveau en cette description purement phénoménologique.

L’aveuglement est toujours un châtiment. Alors que l’important semble être d’apprendre « à se couvrir un peu plutôt que d’allumer le chauffage », le Vatican confirme dans le même temps la présence de Mgr Bonny au prochain synode sur la famille ; Mgr Bonny, évêque d’Anvers, fervent promoteur de la cause homosexuelle… A la suite du Christ (Mt 23, 24-25), je ne peux que fustiger une telle hypocrisie : ils filtrent le moucheron (bien que ce ne soit guère écologique) mais laissent passer le chameau !

Ma seule invitation sera donc la suivante : profitez des vacances pour aller vous mettre au vert, et ne broyez pas du noir en lisant des pages qui ne relèvent nullement de l’encyclique magistérielle.

Abbé Patrick de LA ROCQUE, prêtre de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

14 commentaires

  1. François says:

    C’est bien dit, sur un mode humoristique, l’abbé de la Roque montre l’incongruité de se mêler de faire une encyclique de l’écologie pour un pape.

    Mais le problème n’est pas aussi superficiel que cela.

    Cette encyclique est une soumission à l’ordre mondiale qui est l’ennemi du Christ et des nations.

  2. Je n’arrive toujours pas à comprendre qu’après de si précises analyses, conforme à la foi de toujours, faites par la FFSPX, cette dernière continue toujours de mettre sa foi dans des personnages qui sont visiblement hérétiques ? Qui résoudra cette énigme ? Viens Seigneur Jésus tirer de leur sommeil tous ces dormeurs, et mettre à la porte de ton Église tous ses faussaires qui s’y sont introduits sournoisement. Cécilien

    • Champallier says:

      @cecilien
      Je partage le même sentiment que vous sur la position plus qu’ambigu de la Fraternité St PieX.
      Car comment reconnaître l’autorité légitime des Papes depuis Vatican II, qui errent dans la foi catholique de façon impressionnante jusqu’à avoir promulgué un nouvel ordo reconnu par les protestants, et en même temps contredire en permanence au nom de la foi l’enseignement de ces mêmes « papes », et par conséquent ce mettre en position de désobéissance?
      On sait que depuis la proclamation de l’infaillibilité du pape seul dans son magistère extraordinaire ( ex cathedra c’est à dire de la Chaire de St Pierre) au concile Vatican I, qu’il a été rappelé qu’il était de foi divine de croire que les évêques dispersés dans le monde entier en union avec le pape (condition unique -ndla) étaient infaillibles (magistère ordinaire universel toujours cru dans l’église-ndla) dans la foi et la morale.
      Comment, dans ces conditions, ces « papes » peuvent être assisté de l’Esprit-Saint?
      Deux choses l’une, ou ils ont refusé leur charge après le conclave alors qu’ils étaient légitimement élus par le Conclave (thêse de cassissiacum considérant un pape materialter sur le siège de Pierre, mais dépourvu d’autorité tant qu’il n’y a pas eu de retour du sujet à la Foi), ou ces « papes » n’étaient même pas « papabile », c’est à dire ne présentant même plus les conditions pour devenir pape, ce qui entraînait un conclave non-valide (position ouvrant la porte au sédévacantisme avec les terribles tentations d’ouvrir des églises parallèles et forcément schismatiques avec de nouveaux « papes » élus, à moins de considérer que le siège est occupé par un imposteur).
      Ce qui est sûr dans les deux cas, c’est qu’ayant compris ce très grave problème, on ne peut plus, en conscience, être « una cum » dans le canon de la messe ainsi que dans les saluts du Saint-Sacrement et de la liturgie du Vendredi-Saint, car on introduit un hérétique dont les hérésies ont déjà été condamnées, dans le rite, et on commet objectivement une « communio in sacris », ce qui est pour le moins peccamineux si le prêtre « una cum » n’en a pas conscience, et pour le plus un entachement de sacrilège si le prêtre sait ce qu’il fait.

      • Xavier Celtillos says:

        « qu’il a été rappelé qu’il était de foi divine de croire que les évêques dispersés dans le monde entier en union avec le pape (condition unique -ndla) étaient infaillibles (magistère ordinaire universel toujours cru dans l’église-ndla) dans la foi et la morale. »

        Je crois que vous faites erreur. Le Magistère ordinaire Universelle n’est pas un scoop, car c’est quand le pape dit ou redit ce qui est déjà défini par l’Eglise. De ce point de vue effectivement le magistère ordinaire est infaillible.

        Attention de ne pas commettre la même erreur que les conciliaire qui voit le magistère ordinaire partout et qui donc veulent imposer comme vérité de Foi tout ce que dit le pape.

        C’est une question théologique complexe qui nécessite des distinctions et des précisions sans quoi on se fourvoie facilement dans des simplicités trompeuses.

        De plus il me semble qu’il faut éviter de se disperser sur des questions qui ne trouveront leur réponse certaines et explicites que plus tard lorsque la crise aura passé.

        • Champallier says:

          @Xavier Celtillos

          Bien-sûr que le magistère ordinaire universel n’est pas un scoop, et vous avez raison de le souligner.
          Cependant, les conciliaires font comme s’ils détenaient le magistère ordinaire universel, et condamnent ceux qui ne marchent pas dans leur sens. L’herméneutique de la continuité est un procédé qui donne l’impression de que ce magistère se prolonge. C’est au nom de ce magistère que Mgr Lefebvre a été mis « suspens a divinis » en1974 puis excommunié en 1988 après les sacres, quoiqu’en dise la Fraternité st Pie X en disant que les décisions de Rome sont invalides.
          D’autre part, les orientations habituelles de Rome vont systématiquement dans le sens moderniste depuis 50 ans, ce qui est pour le moins troublant dans l’histoire de l’Eglise, où même pendant les périodes de troubles, le magistère n’a jamais erré, et s’il y a pu avoir un commencement dans cette direction, il était repris par un évêque, et généralement le Pape revenait à résipiscence.

          • Xavier Celtillos says:

            Tout à fait d’accord avec vous, ils font  » comme s’ils détenaient le magistère ordinaire universel », le « comme si » est important, car n’étant pas dans le magistère ordinaire universel ils peuvent errer. Et c’est pour cela, de façon indirecte, que ni la suspens ni l’excommunication de Mgr Lefebvre n’a de valeur.

            Vient ensuite le problème de la grâce et de l’assistance de l’Esprit Saint : le pape actuellement, bénéficie des grâces d’état et de l’assistance de l’Esprit Saint d’une façon toute particulière. Mais s’affranchissant du magistère de toujours et de l’objectivité de la doctrine, il refuse cette grâce.

            Un mauvais père de famille a la grâce d’état de père de famille, mais par son alcoolémie par exemple ou son égoïsme, il la refuse. Mais refuser la grâce ne veut pas dire qu’elle n’est pas là.

            Il en va de même pour le pape.

            • Champallier says:

              Justement, le fait de refuser cette grâce en fait, selon la thèse de cassissiacum un Pape matérialiter en cas de validité de conclave et Il est donc dépourvu de magistère. Il faut bien savoir que le Pape n’est plus un homme comme les autres dès l’instant qu’il le devient en revêtant sa forme (formaliter), et la grâce qu’il reçoit est à un tout autre niveau que celle d’un Père de famille ou même d’un Roi par le Sacre, à cause des promesses de l’infaillibilité.
              Si le conclave n’a pas été valide, la question ne se pose plus, et il y a une occupation usurpatrice du siège apostolique,et rien par conséquent ne peut vous obliger à penser que c’est le Pape.

              • Xavier Celtillos says:

                Cher monsieur,

                Je connais cette thèse. Deux choses :
                – découper la fonction pontificale entre « materialiter » et « formaliter » est pour le moins nouveau dans la théologie en ce qui concerne le pape, même si cette distinction existe par exemple pour l’hérésie.
                – comme je vous le disais, il me semble qu’il faut éviter de se disperser sur des questions qui ne trouveront leurs réponses certaines et explicites que plus tard lorsque la crise aura passé. D’autant plus qu’en temps de crise il faut éviter les thèses – incertaines par nature – pour se réfugier dans ce qui est certains, à savoir la doctrine.

  3. MarySaraf says:

    Comme toujours, le péché fondamental est de « juger par a priori et parti pris » . Cette déviation intellectuelle est la gangrène de l’Amour, de la Justice et de la Paix. C’est le moyen d’exister de ce pauvre abbé de la Roque ; et hélas pour lui, la noblesse du nom ne donne pas le privilège de la sainteté en Christ dont apparemment il n’a ni retenu ses enseignements ni même fait l’expérience de sa présence.
    Curieux aussi et somme tout très révélateur de la personnalité de cet abbé, de son besoin d’inclure son centre d’intérêt « l’homosexualité » contre le motif de l’encyclique « Laudato si ». Une Christo-thérapie lui permettrai d’ôter la poutre dans son œil. A bon entendeur.

    • Champallier says:

      @MarySaraf

      La Foi est d’abord une démarche de l’intelligence avant d’être sentimentale.La nouvelle théologie de Vatican II est fondée avant tout sur l’expérience personnelle, donc subjective, et ce qui est objectif n’est plus considéré comme tel, mais comme un cas particulier de subjectivisme comme le carré est un cas particulier de rectangle.
      A partir de la base objective, qui a été le fondement de la théologie de l’Eglise jusqu’à Vatican II en se réclamant des travaux de Saint Thomas d’Acquin et d’Aristote,on considère les choses sur ce qu’elles sont et non sur ce que l’on voudrait qu’elles soient.
      Il est évident, avant même de lire la critique de Monsieur l’Abbé de la Roque, que l’encyclique « Laudato-si » ne relève pas de la spiritualité intérieure et encore moins de la théologie dogmatique. Monsieur l’Abbé de la Roque se contente simplement de rappeler la vérité, et met en évidence le caractère complètement naturaliste de ce texte. De plus, le site media presse info a publié au moins, il y a quelque-temps, un article évoquant la mise en garde de quelques scientifiques à l’égard du Vatican concernant le catastrophisme du réchauffement climatique dont l’encyclique en question se fait l’écho, cultivé sciemment par certains pour des raisons politiques, afin de le dissuader de la faire paraître.
      Il n’en a rien été de la part du Vatican, qui a persévéré et qui perpétue une fois de plus le scandale.
      C’est donc la Vérité qu’il faut constamment rechercher, et à propos de Christo-thérapie, pour parler comme vous, il faut toujours garder à l’esprit ces paroles de l’évangile:<>

      • Champallier says:

        Je suis la voie, la vérité et la vie.

      • MarySaraf says:

        «La Foi est d’abord une démarche de l’intelligence avant d’être sentimentale. La nouvelle théologie de Vatican II est fondée avant tout sur l’expérience personnelle, donc subjective, et ce qui est objectif n’est plus considéré comme tel, mais comme un cas particulier de subjectivisme … »

        Monsieur Champalier,

        Je suis surprise de votre réponse contre Vatican II . Votre formation au discernement théologique global implique de fait toute la « Fraternité Saint Pie X » et indique que vous désirez ignorer la présence réelle de Dieu (trop subjective) et que vous ne cherchez pas la proximité de Jésus comme ami ( trop sentimental) !
        Vous êtes donc incroyants et vous n’êtes pas encore rachetés par le sang du Christ (trop sentimental et subjectif) !

        En somme nous comprenons que vous n’avez pas fait l’expérience de la Miséricorde (subjectif) et vous osez formez des prêtres ? Pour qui, pourquoi faire ou dire ? Dans le but objectif de médire et de mépriser gratuitement ceux qui ont fait l’expérience de l’Amour du Dieu vivant – Compris les 1ers juifs croyants (les disciples du Christ) et les 1 ers convertis dont saint Paul – ?

        En conclusion Jésus vous demande : Vers qui va votre louange ? En faveur de qui ouvrez-vous la bouche si ce n’est pour le dieu raison qui élude la portée de « Laudato si » pour l’humanité ? Pourquoi tant de haine dans votre cœur? Recherchez les fruits de l’Esprit Saint.

  4. Guy de la Croix says:

    Prions pour la conversion , non seulement de Bergoglio mais aussi pour tous ces cardinaux , évêques qui ont vendu leur âme au Diable en se laissant tenter par le Monde… juif anthropologique et progressiste qui veut la mort des catholiques….et de la plupart des êtres humains trop nombreux sur le terre à leur gout…

    ( voir le monument érigé par ces juifs dans l’état de Géorgie aux USA qui prône la mort de 6,5 milliards d’êtres humains pour réduire la population mondiale à 500 millions d’habitants…OUI VOUS AVEZ BIEN LU ? sinon donnez vous la peine de vous renseigner un peu sur la réalité de l’existence de ce monument en granit protégé par le gouvernement franc-mac ashkénaze des USA!!!!!!!

    • MarySaraf says:

      La croix a une portée universelle : quiconque la regarde peut être sauvé… s’il le désire. Or votre pseudo et vos écrits sont une honte pour le Saint Esprit, et je plains ceux qui vous écoutent et croient en votre perspicacité subjective pour le moins. Mais n’Est-ce pas la « crèmerie » de la fraternité de St Pie X (pauvre pape, je le plains aussi)

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com