Le film Cristeros, qui doit sortir ce mercredi, était en avant-première à l’UGC Astoria à Lyon. Dès le matin, la salle annonçait complet. Une centaine de personnes ont dû être refoulées. Cette avant-première est donc un véritable succès et pourrait permettre de booster le film et de décider les dernières salles de le projeter.

cristeros2

cristeros

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

2 commentaires

  1. Dany says:

    A quand à Saint maur des fossés ?

  2. Domremy says:

    POUR EN FINIR AVEC LES KHMERS ROUGES DE LA CRITIQUE : COURREZ VOIR « CRISTEROS » !

    Je sors du travail et cours à l’UGC –Rotonde à Montparnasse pour voir enfin CRISTEROS . Je rate cette première sortie du film .La file d’attente est longue et très vite la salle affiche « Complet » : de quoi soulager ma déception de n’avoir pas de billet d’entrée .

    J’apprends que les critiques réducteurs de tetes sont en passe de se déchainer contre le film : ceux du Monde , de Libération , et meme ceux de la Croix , ce torchon qui a usurpé son nom de « Croix » et qui devrait s’appeler la « Truelle et le Compas » , symboles de la secte maçonne .

    Pendant des années ils se sont acharnés à empecher la sortie du film et quand le film a enfin trouvé un distributeur héroique et marginal qui nous permet enfin de le voir les voilà vituperant leur dégout pour nous saccager le désir de le voir ou pour nous dire comment le voir et qu’en penser . Des Khmers Rouges vous-dis-je ! Et tous les medias couchés leur offrant leurs tribunes pour soutenir la démolition.

    Les Catholiques ça les met en transes :

    Leurs arguments on les connaît d’avance : quand ils n’ont rien à redire sur la qualité historique ou cinématographique du film ils nous sortent leurs grands tambours « sentimentalisme », « manicheisme », « violence » ou leurs armes de destruction massive « fascisme » ou « antisémitisme » – comme ils l’ont fait pour « La Passion du Christ» de Gibson et comme ils l’ont fait pour « La fille de Ryan » de David Lean.

    Nous avons été témoins de leurs manigances à propos de « La Passion du Christ » mais elles furent précédées par d’autres campagnes du meme tabac, toujours a propos de film bienveillants pour les Catholiques, je pense là, à ce qu’ils ont fait à Hitchcock et à son film « La Loi du Silence » : le grand Alfred a du le tourner au Canada car Hollywood ne pouvait permettre que l’on tourne un film sur un pretre tenu par le secret de la confession et qui se laisse condamner à mort plutot que trahir un assassin qui s’est confessé à lui .

    Je pense aussi à un autre film dont j’ai longtemps entendu dire que c’était un film minable de David Lean :je ne l’avais jamais vu avant que l’année dernière le Champo du Quartier Latin ne le programme enfin , 43 ans après sa sortie.Jusque là il n’avait jamais été diffusé ni en France ni aux USA

    Et qui a décidé qu’il était minable et ne méritait pas d’etre programmé ?

    J’ai lu dans un journal dont je n’ai plus la référence les propos suivants

    « Pendant presque un demi-siècle, Pauline Kael, la plus célèbre chroniqueuse de cinéma américaine (disparue en 2001), se déchaîna dans les journaux, dont le « New Yorker», avec une verve réjouissante…. Elle défendit « le Dernier Tango à Paris », démolit « la Fille de Ryan…détestait Rohmer (Note perso : Rohmer était catholique… )

    .. On dit qu’elle eut une influence profonde et durable sur l’évolution du cinéma américain. On peut désormais en juger, car même les critiques doivent, un jour, subir la critique ».

    Le procédé de la papesse américaine de la critique et de ses mignons, ces sbires qui décidaient de ce que nous allions voir, nous est raconté ici :

    « Lors de la tournée promo de « La Fille de Ryan » aux Etats Unis, David Lean devait donner une interview, dans un grand hotel new-yorkais, à la prêtresse vaudou de la critique libérale US de l’époque : Pauline Kael (oui, oui, celle-là même qui a convaincu le monde entier que Clint Eastwood était un fasciste)
    A sa grande surprise, Pauline Kael n’était pas seule. Plusieurs de ses mignons, critiques ou aspirants-critiques, l’attendaient également dans la suite de l’hotel. A peine le réalisateur fut-il entré qu’un des mignons ferma la porte de la suite à clef.
    Lean fut installé sur une chaise, au milieu d’un cercle formé par toute cette bande. Les premières questions étaient du genre : « pourquoi continuez-vous à servir l’idéologie et l’ordre bourgeois ? ». Pendant plusieurs heures s’enchaînaient les questions du même acabit, ne laissant même pas le temps à Lean de répondre dans la plupart des cas. L’interrogatoire, digne des futurs khmers rouges, ne s’acheva qu’au moment où Lean, épuisé par l’assaut, fondit en larmes au milieu de l’assistance satisfaite.
    Il ne tournera plus de films dans les quinze années suivantes. »

    J’ai vu ce film : un chef –d’œuvre ! Meme « le Monde » en a parlé -43 ans après son achèvement – dans un article intitulé « La Fille de Ryan » : le chef-d’œuvre assassiné de David Lean -Le Monde.fr | 13.08.2013 à 07h57 • Mis à jour le 15.08.2013 à 15h27 |

    Pourquoi j’en parle ? Parce qu’en voyant « La fille de Ryan » j’ai compris ce qui a engendré les déchainement d’une Pauline Kael et de ses mignons contre ce film de David Lean : rien d’autre que la figure noble, lumineuse de ce pretre –central et essentiel dans ce film-, pretre comme on les aime , combatif, intransigeant, généreux, patriote (joué par Trevor Howard) qui empeche le déchainenement de la cruauté villageoise quand elle s’en prend au plus faible –à l’idiot du village, à la femme égarée, au soldat anglais mutilé,ou au mari trompé : c’est la figure de ce pretre magnifique qui combat le péché mais qui sait ce que les Trois Vertus Cardinales de notre religion –la Foi, l’Esperance, la Charité- exigent de nous, c’est lui et rien d’autre qui a éveillé la haine entretenue, diffusée, masquée contre le film de David Lean . Un vrai catholique et le cri immémorial du pharisien s’élève « Tuez le !».

    Comme on va le voir pour « Les Cristeros »

    En attendant de voir le film lisez ici les critiques des spectateurs qui ont vu « Les Cristeros » : elles vous vous sortiront des griffes des Khmers Rouges de la critique serinant leurs litanies haineuses jusqu’à plus soif :

    http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=186124.html

    P.S Pour « La Fille de Ryan « voir

    -http://www.lemonde.fr/culture/article/2013/08/13/la-fille-de-ryan-le-chef-d-uvre-assassine-de-david-lean_3460236_3246.html

    -http://culturebox.francetvinfo.fr/cinema/critiques/reprise-la-fille-de-ryan-lavant-dernier-film-de-david-lean-140583

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com