Le cardinal allemand Brandmüller est un des quatre signataires des dubia qui ont été envoyés au pape François au sujet d’Amoris Laetitia. Il a été interrogé par le quotidien romain Vatican Insider au sujet d’une récente déclaration du cardinal Burke, un des autres protagonistes de ces cinq questions concernant l’interprétation de cette exhortation tendancieuse sur la famille. Raymond Burke semble avoir donné, en annonçant pour bientôt « une correction formelle » du pontife, une sorte d’ultimatum au pape François qui pour l’instant a décidé de ne pas répondre officiellement aux dubia.

D’après ce que rapporte le journaliste romain Andrea Tornielli, le cardinal allemand a explicité la démarche de son homologue américain Burke. Ainsi on peut lire dans l’article que Walter Brandmüller

« a tenu à préciser qu’une éventuelle «correction fraternelle » du pape devrait se faire « in camera caritatis », c’est-à-dire non en public à travers des actes ou des écrits en circulation. »

« Les dubia, a déclaré Brandmüller, entendent promouvoir dans l’Église le débat comme cela est en train d’advenir. Le cardinal Burke dans l’entretien original en anglais n’a pas indiqué une échéance mais a simplement répondu que maintenant il faut penser à Noël et qu’ensuite la question sera affrontée. »

Brandmüller tient en outre à préciser : Burke « n’a pas dit qu’une éventuelle correction fraternellecomme celle citée dans les Galates 2,11-14 – doit intervenir publiquement. » (…)

« Je dois en revanche retenir, ajoute Brandmüller, que le cardinal Burke est convaincu qu’en première instance une correction fraternelle doit intervenir in camera caritatis. » Donc pas publiquement. « Je dois dire, continue le prélat, que le cardinal a exprimé – en toute indépendance – son opinion qui, sans doute, pourrait être partagée aussi par d’autres cardinaux. » Brandmüller laisse donc entendre que dans les entretiens successifs à la publication des dubia Burke n’a pas parlé comme le porte-parole des quatre cardinaux signataires.

Le prélat allemand conclut : « Nous les cardinaux attendons les réponses aux dubia, dans la mesure où un défaut de réponse pourrait être vu par d’amples secteurs de l’Église comme un refus d’une adhésion claire et articulée à la doctrine définie. »

Francesca de Villasmundo

 

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

13 commentaires

  1. Quand l’erreur a été répandue en public, elle doit être réparée en public.
    C’est comme pour la calomnie !

  2. piano piano, tous les catholiques ne sont pas des Irlandais, même si ceux-ci sont essentiels.

  3. Bande d’hypocrites ! De toute façon, publics ou privés, les conciliabules de tous ces intrus n’ont aucune valeur ni retentissement puisque faits par des intrus d’une église-secte qui enseigne le contraire de la foi en Jésus-Christ depuis 1958 et ne servent qu’à ajouter de la poudre aux yeux des suiveux dont les yeux sont déjà pleins. Allez faire vos sparages chez les juifs, les musulmans qui ne vous croiront pas non plus. Good Bye Bums ! Cécilien

  4. Le papostat Bergoglio aurait dû répondre en privé.
    Maintenant que le pb des Dubia est public, la suite sera publique aussi….
    A.

  5. Il avait fallu lui enlever la possibilité de répondre en privé, car il en aurait abusé. Ce que veut dire le Card. Brandmüller est probablement que les admonitions prévues par la procédure canonique face à un pape suspecté d’hérésie seront données en privé. Ceux qui lisent l’anglais tireront grand profit de l’excellent article publié il y a longtemps déjà, mais que je viens juste de découvrir, dans ‹The Remnant› : http://remnantnewspaper.com/web/index.php/articles/item/1284-can-the-church-depose-an-heretical-pope

    • « Il avait fallu lui enlever la possibilité de répondre en privé, car il en aurait abusé. » Mais il leur a déjà répondu en privé en n’y répondant pas. C’est tout simple et le Card. Brandmüller pense à sa place par cette réponse fallacieuse. Car qui pourra prétendre qu’il a répondu en privé, la parole du Card. Brandmüller ? Elle est devenue par cette réponse sans valeur. Cette morgue hypocrite de tous ces cardinaux allemands devient vraiment fatigante et la morgue la plus hypocrite est l’absence de réponse de l’ex-pape aussi allemand Benoît XVI, car c’est à cause de lui que ce vecteur hérétique est venu squatter le trône sans accord de l’Esprit Saint auquel cas il aurait respecté la parole du Christ. Ce François c’est l’oeuvre finale de cet « ex » pape Benoît XVI qui en plus a eu l’audace d’introduire par ses expressions une sorte de tête « bicéphale » sur le trône de Pierre, un pape actif et un méditatif, du jamais vu. Cela c’est vraiment aller contre les paroles du Christ vis-à-vis de Pierre, c’est pire que tout

      • « l’ex-pape aussi allemand Benoît XVI » ; voilà, c’est comme ça qu’il faut parler, moi aussi je dis toujours ‹ ex-pape ›, c’est le terme neutre pour quelqu’un qui aurait dû non seulement déposer ses fameux souliers rouges mais aussi réendosser la tenue de cardinal et reprendre l’appartement dans lequel il avait eu la bonne habitude de jouer tous les jours du Mozart au piano. Avec l’accord du Saint-Esprit ? C’est cela qui va être déterminé par le procès engagé par le Card. Burke et ceteri. En ce qui concerne « allemand » ; chaque nation a sa propre façon de jouer le même jeu, et moi aussi je note les alémannismes, bavarités, franquismes ou saxonités des prélats dits « allemands ». Mais les prélats romans et slaves ne sont pas moins rusés. Après tout, « Jeder soll nach seiner Façon selig werden » ‘chacun doit devenir béat selon sa [propre] façon’, comme disait le roi Frédéric II de Prusse ; quoi de plus naturel ?.

  6. Nicodème says:

    Ce salopard de Borboglio doit être destitué . Sinon , on devrait pouvoir régler le pb avec un quelconque djihadiste de passage à Rome ..:-)))). ‘Y à qu’à se baisser pour en ramasser à la pelle , maintenant , en partie grâce à ce monsieur .

  7. ‹ « Je dois en revanche retenir, ajoute Brandmüller, que le cardinal Burke est convaincu qu’en première instance une correction fraternelle doit intervenir in camera caritatis. » Donc pas publiquement. ›
    Pas pour l’instant. (Il faut tout lire, y compris, ici : « en première instance ».) Il lui sera donc donné (du moins deux fois) la possibilité de retirer ses hérésies, d’abord en petit comité, quitte à agréer la publication de ses désaveux. Il est à mon avis quand même très improbable que le pape réagisse ainsi. Le prochain pas alors serait de prononcer une sentence déclaratoire du fait que le pape, étant devenu un hérétique notoire et persistant, se soit lui-même déchu de sa papauté, de sorte que le Saint-Siège soit vacant et qu’en conséquence il faille convoquer le Collège des cardinaux immédiatement pour élire un successeur. Voilà du moins la situation théorique.

    • Olivier Valette says:

      Théorique mais envisageable et souhaitable – si le pape ne se rétracte pas – car à ce moment-là, il ne serait pus légitime sur le trône du Bienheureux Pierre.
      Prions, prions beaucoup parce que les choses risquent très compliquées et douloureuses, même si cette voie qui semble la plus probable devait être suivie.
      Il faudra ensuite, un pape qui sache renverser la table. Oh combien fut prophétique la devise de saint Pie X « Tout restaurer dans le Christ » !
      Mais d’abord, il faudrait pour cela tirer au clair une bonne fois la question suivante :
      La renonciation de Benoit XVI, étant le contexte dans lequel elle est intervenue, était-elle valide ? Si oui, un nouveau pape peut-être élu. Si non, ou bien Benoit XVI revient ou alors il pose un acte valide de renonciation au souverain pontificat.

      Olivier

      • Mais de toute évidence la renonciation de l’ex-pape à sa papauté fut valide, ayant été faite en bonne et due forme ; et le fait qu’il continue à porter la soutane blanche, même s’il a renoncé aux fameux souliers rouges, ne lui fait pas honneur. La seule possibilité pour le card. Ratzinger de redevenir pape serait d’être réélu par un consistoire réuni pour élire un successeur à François, suite à une sentence déclaratoire qu’étant devenu un hérétique pertinace, le card. Bergoglio avait ipso facto cessé d’être le pape François. En vue de son âge, le card. Ratzinger ne disposerait pas d’une voix dans cette élection.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com