Le cardinal Marx, président de la Conférence épiscopale allemande et au nom prédestiné semble-t-il tellement il penche à gauche toute, était hier à Rome pour accompagner une délégation évangélique venant de Germanie pour rencontrer François lors d’une audience qui s’inscrit dans le cadre de la « commémoration » scandaleuse de la Réforme Luthérienne par la hiérarchie catholique !

En marge d’une conférence de presse au cours de laquelle il a prôné la réconciliation des chrétiens par-dessus la doctrine, langage d’une miséricorde humaniste et non divine, et a stigmatisé les populismes, les nationalismes, la peste brune qui revient au galop de Trump à Marine en passant par l’Afd allemande, il est revenu, révèle le quotidien italien Vatican Insider, sur Amoris laetitia, l’Exhortation bergoglienne sur la Famille  source de divisions au sein de l’Église conciliaire. Pour défendre la décision prise par les évêques de l’au-delà du Rhin de permettre l’accès à la communion aux divorcés remariés civilement. Paradoxe de ces ecclésiastiques conciliaires qui parlent unité avec les hérétiques tout en instaurant la division avec les catholiques fidèles à la doctrine traditionnelle sur le mariage !

Il a répondu à une question d’un journaliste concernant les nombreuses critiques émises, notamment par le cardinal allemand Gerhard Müller, préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, après cette décision germanique qui se veut dans la ligne de la pensée de François.

« Je n’ai pas reçu de lettres d’autres cardinaux » souligne perfidement l’archevêque de Munich, Reinhard Marx. « Je pense qu’Amoris Laetitia est assez claire mais comme conférence épiscopale nous avons décidé de souligner certains points non pas parce que le pape n’a pas été clair mais pour souligner par exemple la préparation au mariage, l’accompagnement les couples et revenir sur certaines questions spécifiques d’irrégularité. Rien qui ne soit déjà écrit dans Amoris Laetitia. »

Quant aux milliers de prêtres qui affirment que ce texte pontifical n’est vraiment pas assez clair, le cardinal Marx répond :

« Vous pouvez lire Amoris Laetitia, et je pense que dans notre conférence il y avait l’unanimité. Certains évêques ont posé des questions mais je crois que la position et la ligne du pape sont très claires. J’ai été membre des deux Synodes, j’ai participé aux discussions entre les Synodes, et aux discussions au cours du Synode. Et puis j’ai lu Amoris Laetitia et je me suis dit : cela est dans la ligne. Je n’arrive pas à comprendre pourquoi la réponse ne serait pas pas claire. »

Amoris Laetitia est tout-à-fait claire en effet : l’interprétation la plus courante, et approuvée, bénie par François son auteur, est bien celle qui autorise la communion aux divorcés qui vivent dans l’adultère. Autorisation qui contredit deux mille ans de catholicisme mais cela est une peccadille pour ces pasteurs mondains modernistes progressistes inspirés par la miséricorde hétérodoxe de Jorge Maria Bergoglio…. C’est le Tibre bergoglien qui se jette dans le Rhin marxiste !

Les cardinaux des dubia, le cardinal Müller et certains autres peuvent émettre toutes leurs réserves, peuvent s’efforcer, afin de ménager le pape et de limiter les dégâts, de la faire coïncider avec l’enseignement traditionnel et celui de Jean-Paul II, – pourtant déjà ambiguë car imbus de personnalisme, ce que ces esprits conciliaires ne voient malheureusement pas  -, c’est peine perdue : cette Exhortation détermine, et le cardinal Marx a raison de souligner que c’est de façon claire, une nouvelle ligne pastorale laxiste et libérale en matière de sacrements pour les personnes en état de péché mortel.

L’esprit qui l’anime Amoris Laetitia est contraire à la doctrine traditionnelle. Elle n’est pas à réécrire ni à réinterpréter. Elle est à mettre à la poubelle de l’histoire…

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

7 commentaires

  1. DUFIT THIERRY says:

    Vous avez raison de le souligner. Si Jean Paul II était sur une ligne traditionnelle sur la morale catholique il était en revanche totalement en rupture avec la Tradition de l’Eglise sur la doctrine : chantre de Vatican II qu’il encensait dans presque chaque discours, défenseur des droits de l’homme et adepte d’un œcuménisme fou (Assise, visites aux synagogues, temples protestants, baiser du Coran, dialogue inter religieux mettant toutes les religions sur un pied d’égalité). Si on suit l’enseignement de Jean-Paul II toutes les religions mènent au Salut, la plupart des gens se disent donc qu’il est inutile de suivre les préceptes de l’Eglise catholique et qu’il est plus facile de suivre le protestantisme ou d’autres religions qui par exemple admettent le divorce, l’avortement, en bref ils considèrent que le péché n’existe plus, les Commandements de Dieu non plus et que tout est permis. Amoris laetitia est dans cette ligne calamiteuse qui mène à la perdition.

  2. Pourquoi MPI a-t-il retouché le verre de vin et l’hamburger qui étaient évidemment dans les mains du gros archevêque de Freising ? et la personne souriante en arrière-plan à droite, n’est-ce pas Schulz, l’ex-président du parlement européen et candidat de la SPD à la chancellerie allemande ?

  3. « Les cardinaux des dubia, le cardinal Müller et certains autres peuvent émettre toutes leurs réserves, peuvent s’efforcer, afin de ménager le pape et de limiter les dégâts, de la faire coïncider avec l’enseignement traditionnel […].»
    S’il y a bien coïncidence des réserves des cardinaux des dubia avec celles du Grand Inquisiteur, j’espère qu’elle se situe au niveau des premiers, pour que i’Inquisition puisse procéder, arriver à son verdict et lui donner effet le plus tôt possible. Péril en la demeure, comme on dit dans les drames policiers allemands que regarde, probablement sans les bien comprendre, son Éminence de Freising.
    Ce n’est pas pour rien que le Grand Inquisiteur a été, en tant qu’évêque de Ratisbonne, Électeur Spirituel et Primat d’Allemagne (loi du Saint-Empire Romain de 1803, à laquelle d’ailleurs son Éminence de Freising est redevable de son salaire d’État).

  4. Oui, c’est la communion pour tous !

  5. Etienne says:

    Ils ont plein de sous et peu de Foi.

  6. Charette says:

    Comme saint Thomas d’Aquin l’enseigne, « l’hérésie s’oppose essentiellement à la foi » (S.Th., II-II, 39, 1, ad 3), et hérétiques sont « ceux qui professent la foi chrétienne mais en corrompent les dogmes » (S.Th., II-II, 11, 1). « De soi, il est certain qu’entre toutes les vertus la première est la foi » (S.Th., II-II, q. 4, a.7). « Il est beaucoup plus grave de corrompre la foi qui assure la vie de l’âme, que de falsifier la monnaie qui sert à la vie temporelle » (S.Th., II-II, Q.11, a. 3).

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com