L’ancien Préfet de la Congrégation pour la doctrine de la Foi, le cardinal allemand Müller, dans un entretien accordé au journal australien The Australian et publié dans son édition de fin de semaine, The Week-end Australian des 28 et 29 juillet derniers, attaque le pontificat du pape argentin en termes critiques.

Notamment, il s’insurge contre le courant « écolo » qu’impose François : « Nous ne sommes pas un parti écolo » a-t-il déclaré à la journaliste australienne Tess Livingstone qui l’interroge et résume les propos du cardinal en cette phrase :

« Les chrétiens n’ont pas l’obligation de suivre l’agenda ecolo-gauchiste du pape ».

« La politique environnementale n’a rien à faire ni avec la foi ni avec la morale. Les évêques ne sont pas des scientifiques, des experts environnementaux ou des politiciens » précise en effet Gerhard Müller qui par ailleurs dénonce ces même politiciens écologiques comme ceux qui imposent l’avortement. Il conteste en outre la proposition récente du cardinal Francesco Coccopalmerio qui a réclamé, lors d’une réunion sur la « transition énergétique », organisée à Rome par un mouvement catholique écologiste, que la sauvegarde de l’environnement soit intégrée dans le code de droit canonique. Pour le cardinal allemand, ce n’est pas le rôle de l’Église de s’ingérer dans les affaires politiques : elle doit se concentrer sur la religion et l’évangélisation.

Gerhard Müller ose également, au cours de cet entretien, évoquer « un schisme » existant de facto  entre une aile « progressiste » et une aile « conservatrice » au sein de l’Église officielle : « le Saint-Père et les évêques », explique-t-il, doivent « dispenser la clarté, basée sur la Parole de Dieu donnée par Jésus-Christ » afin d’éviter « le schisme » entre ceux qui sont souvent décrits comme les partis « conservateur » et « progressiste ». La confusion doctrinale souligne-t-il est favorisée, spécialement en Allemagne, par des fausses interprétations sur la possibilité, par les divorcés remariés civilement et les époux protestants de catholiques, de recevoir l’Eucharistie. Il déplore que pour le pape actuel malheureusement les priorités soient la justice sociale et l’allègement de la pauvreté.

Le cardinal allemand aborde pareillement avec franchise le problème de la renonciation de Benoît XVI : « Je continue à avoir un problème avec la renonciation d’un pape au même titre que l’obligation faite aux évêques de présenter leur démission à l’âge de 75 ans. Ce sont des pères, et les pères ne démissionnent pas », déclare le cardinal. Il conclut en lançant une autre critique envers le pape argentin concernant les nominations cardinalices. Le quotidien australien écrit :

« Le cardinal Müller explique que beaucoup des cardinaux qui devront élire le successeur du pape François ne se connaissent pas. Le problème c’est que le pape François a organisé cinq consistoires pour créer des cardinaux ; mais, depuis quatre ans, il n’a convoqué aucune assemblée plénière du collège cardinalice. Une telle déficience contredit tout de même la profession de « style moderne », collégial et « synodal » que François disait vouloir promouvoir. »

Le dernier Concile a ouvert la voie à une nouvelle Église humanitariste qui « a perdu tout sens des réalités surnaturelles », a réduit « la religion à l’on ne sait quelle entreprise d’entraide sociale et de propagande » (Daniel-Rops). Face à la révolution bergoglienne qui pousse cette « hérésie majeure du monde moderne » vers sa conclusion ultime, la perte de tout reste de spiritualité, doctrine et morale catholiques au sein du monde catholique, le cardinal allemand Müller, qui a pourtant allègrement contribué à cette destruction par des positions doctrinales hétérodoxes fruits de la nouvelle théologie mise en avant à Vatican II, semble prendre peur. Il vaut mieux tard que jamais. Malheureusement tant qu’il restera attaché à la pensée conciliaire, ses mises-en-garde seront comme autant de coups d’épée dans l’eau saumâtre du Tibre romain.

La clarté à laquelle il aspire ne reviendra que par un retour intégral à la Tradition millénaire de l’Église catholique !

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Inscrivez-vous à la 1ère UDT du Pays réel !
www.udt-du-pays-reel.com

8 commentaires

  1. Paul-Emic says:

    ça semble nous pendre au bout du nez !

  2. Cadoudal says:

    et personne pour ‘ envisager un retour au Concile de Trente et à la Contre Réforme…

  3. A. F. says:

    soyons clair: Bergoglio est le tchernobyl de l’Eglise Catholique.

  4. Le cardinal ne semble pas connaître la vie du pape SAINT Célestin V, qui a démissionné avec la grâce de Dieu après avoir été élu avec la grâce de Dieu.

    • MA Guillermont says:

      Celle-ci , vous nous la sortez à chaque fois du placard à balais , sauf que ce n’est pas pareil !
      Le Pape Célestin V n’a JAMAIS voulu être Pape , il a assuré en fait cinq mois ce Pontificat …il fut un Pape de transition
      Le Conclave durait depuis …………… 2 ans !!!!!

  5. Olivier d'ANHOFFRE says:

    Si S.E. le cardinal Müller voulait être cohérent avec lui-même, il rejoindrait la FSSPX qui dit exactement la même chose depuis 40 ans : la dérive humanitariste et sociétale de l’église conciliaire l’éloigne de plus en plus de la doctrine catholique et même du christianisme. Que les églises et les séminaires soient vides est au fond logique, car pourquoi aller là où Dieu et la foi ne sont plus ? Si c’est pour écouter la propagande politiquement correcte il suffit d’écouter la TV ou de lire « Le Monde ».

  6. Etienne says:

    Ce schisme est-il une menace ou une réalité ? On peut se dire que c’est une réalité.
    C’est une réalité, au moins, depuis le moment où la « mafia de St-Gall » a commencé à se réunir. (Vers 1995.) En effet, il s’agissait pour ces hauts prélats d’organiser une action contraire à l’esprit et à la lettre des règles en usage pour les conclaves.

    C’est bien une faute grave par rapport à la discipline dans l’Eglise.

    Ces gens-là étaient donc schismatiques et les décisions prises sous la pression de leur groupe l’ont été tout autant.

Envoyer une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com